Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Gérald de Palmas: interview filmée pour "Sur ma route" | Page d'accueil | Luc-Michel Fouassier: interview pour Un si proche éloignement »

22 décembre 2011

Jesers: interview pour "J'aimerais qu'on sème"

jesers,j'aimerais qu'on sème,interview

Jesers (Serge Moniz) est un de mes récents coups de cœur. (Merci à Jean Hartleyb de me l’avoir fait découvrir !). Cet auteur interprète vient d’une famille de musiciens disséminés entre Praia, Dakar, Londres et New York. Son goût pour le bel ouvrage le conduit naturellement à l’art du verbe et du rythme. Comme l’indique son dossier de presse, « citoyen et conteur aux racines métissées, son univers musical est une rencontre entre plusieurs cultures, un voyage en chanson world emprunte de poésie urbaine ».

Le 8 décembre dernier, j’ai rencontré l'artiste Mulhousois lors de son récent passage à Paris à l’occasion de la sortie de J’aimerais qu’on sème. Un album « qui nous invite à bord d’un nuancier coloré et positif dans lequel il aborde ses racines, de la France à L’Afrique, du Cap Vert au Sénégal, pour tracer des horizons tous liés aux événements de notre monde et où l’importance des mots illumine les rimes ».

jesers,j'aimerais qu'on sème,interviewInterview :

Ta musique est fortement métissée… quels sont tes origines, très exactement ?

Je suis né en France, mon père est né au Cap Vert et a grandi au Sénégal. Ma mère est née au Sénégal de parents Cap Verdiens. Je me situe donc entre la France, le Cap-Vert et le Sénégal.

Est-ce qu’il est caricatural de prétendre que ta musique est inspirée de ces pays?

Disons que j’ai grandi à la maison avec les musiques de tous ces pays-là ! Mais je n’ai pas voulu forcément reproduire ce que j’entendais jeune. Moi, je suis plutôt tombé dans le hip-hop. Les années passent et puis finalement tu retournes aux sources et tu mélanges tout ça.

Comme je le disais en préambule, tu es issu d’une famille de musiciens.

Oui, mon papa et deux de mes frères le sont : le petit et le grand. J’ai aussi dans ma famille des danseurs classiques ou de hip-hop.

Tu abordes des sujets des plus personnels aux plus universels avec sensibilité, jesers,j'aimerais qu'on sème,interviewengagement, humour, dérision, mais surtout passion. Tes textes sont profondément humains, tournés vers les autres en tout cas.

On me le reproche parfois. J’ai voulu que J’aimerais qu’on sème soit un lieu de partage et de rencontre, un univers authentique et riche où je m’efface parfois au profit de nombreux invités. Il  y a 20 Syl, Sergent Garcia, Kasar, Mahooni, Edou, Cha, Nouara, Daddy Wise, Mika, Jupy, Petit Kara, Derrick, Karen… Certains me disent que ça peut me desservir d’avoir trop d’invités. Je ne comprends pas pourquoi.

Tu n’envisages pas la musique autrement que par le partage ?

Je fonctionne vraiment comme ça. Par le lien. Même mes compositions, les histoires que je raconte… ce ne sont pas des choses que j’invente. Ce sont des choses que je vis ou que je vois chez les autres. Quand on me parle, j’écoute, j’emmagasine des informations et je ressors tout ça en musique et en texte.

jesers,j'aimerais qu'on sème,interview

Considères-tu que ce métier est trop fermé ?

Tu as raison, je me rends compte que c’est un milieu fermé et qu’il ne faut pas être naïf. Je suis peut-être un peu trop gentil… mais, je tiens à rassurer tout le monde, je suis parfaitement lucide.

Tu as un travail autre que la musique pour gagner ta vie… tu es carreleur.

J’ai besoin des deux activités aujourd’hui, parce que je n’ai pas envie de me lever le matin et attendre un truc par rapport à la musique. Je n’ai pas envie de chercher à écrire pour trouver la bonne formule qui me permettra de gagner de l’argent. Moi, j’écris avec les tripes et comme je le sens. Je n’ai aucune pression, si ce n’est celle que je m’inflige moi-même pour être le plus performant possible.

Tu cries au monde qu’il va mal, mais je sens qu’il y a toujours en toi une pointe d’espoir?

D’où le titre, « J’aimerais qu’on sème » !

Tu as une longue expérience de la scène. Le Printemps de Bourges, Les Francofolies de Montréal, LesEurockéennes, La foire aux vins de Colmar, des tournées au Japon et à Détroit, ou encore ses doubles plateaux avec MC Solaar, Jamiroquai, Gad Elmaleh, Sergent Garcia et Renan Luce. Ça t’apporte quoi ces expériences ?

Ça m’oblige à être le plus professionnel possible. Quand on fait la première partie de Gad Elmaleh devant 10 000 personnes et que les personnes présentes ne viennent pas pour toi, tu as intérêt à assurer. Quand je joue dans la cour des grands, je ne fais que jouer, mais avec une pression supplémentaire.

Un album, pour toi, c’était primordial ?

Oui, évidemment. Ca me permet de garder une trace de mon travail et de montrer mon écriture d’aujourd’hui. Moi, j’aime bien être en phase avec ce que j’écris. Et avec les mots que je choisis. Aujourd’hui, je suis moins dans l’ego trip qu’avec le groupe dans lequel j’officiais, La Vieille École… j’ai muri.

Depuis que tu as sorti cet album solo, tu as fait beaucoup de rencontres et pas mal d’ateliers d’écriture aussi.

Quand on m’a sollicité pour faire des ateliers d’écriture, chose que je n’avais jamais pratiquée, j’ai dit oui. J’ai rencontré des élèves, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que j’y suis allé pour apprendre. Je ne sais pas qui d’eux où de moi a suivi les ateliers d’écriture tellement l’échange était présent. Ce sont les gamins qui m’ont donné envie d’aller vers l’excellence…

Tu t’es aperçu très vite que tu étais un amoureux des mots?

Je n’étais pas très bon à l’école, même s’il paraît que j’avais des capacités. Mais j’ai toujours aimé les mots. J’aime jongler avec, les maîtriser et les manier avec dextérité.

Tu fais de la poésie urbaine, pourtant, je sais que tu n’assumes pas le mot poète.

Il faut pouvoir l’assumer. C’est quand même un grand mot, alors quand on en est affublé, on reste tout petit tant on a l’impression de ne pas le mériter.

Question complètement idiote, mais je te la pose quand même. Aimerais-tu gagner ta vie uniquement en tant qu’artiste ?

Aujourd’hui oui. Mais, je suis lucide, je regarde autour de moi… c’est vraiment très compliqué de ne vivre que de ce métier. Je me sens pourtant mature pour me lancer, mais bon, je garde mon travail de carreleur, pour le moment. Je préfère être raisonnable.

Que te faudrait-il pour te faire repérer des gens du métier ?

On a besoin de la rencontre, on a besoin de la scène parisienne, on a besoin d’une mini tournée seul ou avec un groupe plus populaire, on a besoin d’une plus grande visibilité pour que quelqu’un nous repère, on a besoin de personnes qui aient un gros coup de cœur pour nous… bref, on a besoin de montrer ce que l’on sait faire…

jesers,j'aimerais qu'on sème,interview

Commentaires

Une jolie découverte...
Merci François! ;-) :D

Écrit par : Jean Hartleyb | 22 décembre 2011

Super l'article, merci pour ce partage.

Écrit par : Edouard | 27 décembre 2011

Merci pour la découverte :D "Il faut pouvoir l’assumer. C’est quand même un grand mot" et pourtant vous en êtes un

Écrit par : Guillaume | 23 août 2013

Les commentaires sont fermés.