Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Salon du Livre d'Ozoir-la-Ferrière 2011: bilan et photos | Page d'accueil | CD'Aujourd'hui: Raphael pour Raphael Live vu par Jacques Audiard »

12 décembre 2011

C.C. Lou: Interview pour Gourmande

c.c. Lou, interview, gourmande

c.c. lou,interview,gourmande« Une pincée d'humour, une touche de sensualité, une once de volupté, une bouchée de rage, une rasade de sensibilité, un zeste de provocation… C'est tout ça "Gourmande", l'album de C.C.Lou ! »

Mazette, quand je lis ça sur une bio, j’ai tendance à me méfier. Mais l’écoute de cet album m’est vivement conseillée par une amie artiste dont les goûts son souvent intéressants.

En écoutant les titres de C.C. Lou, je constate que la dame qui chante n’a pas froid aux yeux. Les textes sont inspirés, authentiques, écorchés, drôles ou sulfureux, le tout sur une pop française, comme l’explique le dossier de presse, « inspirée des 70's flirtant avec le début des 80's, tout en s'inscrivant harmonieusement dans les tendances musicales actuelles ».

C.C Lou est en concert à L’Etage demain soir (le 13 décembre 2011)… l’occasion, quelques jours plus tôt (le 5 décembre dernier), de l’interroger au Corso de la place Frantz Liszt. Cafés, croissants, magneto…

c.c. lou,interview,gourmande

Interview :
Ce n’est pas ton premier disque. Tu as déjà enregistré deux singles dans de grosses maisons de disque.

Oui, dans les années 90. Un chez Sony avec le titre « Nathalie s’en fout » et un chez WEA avec « Ce soir » sous le nom de Christine Lou. J’étais produite à l’époque par Patrick Sébastien. On devait sortir un album, mais en 1996, après la diffusion d’un sketch dans une de ses émission, « Osons ! », il a été taxé de raciste par tous les mouvements anti racistes pour une parodie de Jean-Marie Lepen sur une chanson de Francis Cabrel. Une blague qui a mal tourné puisque, dégoutté, il a arrêté tout ce qui était en chantier à cette époque-là, dont mon disque.

Dans ces cas-là, on désespère ou on continue à se battre pour se faire connaître ?

Pour être sincère, je peux te dire que j’ai mis du temps à m’en remettre. Quand j’ai connu Patrick, je sortais du Studio des Variétés. Je n’avais pas encore les connexions pour m’en sortir seule, sans l’aide de quelqu’un au départ. Il s’est trouvé qu’en parallèle de ça, j’ai eu un drame personnel, alors, oui, j’ai mis pas mal de temps à me remettre de cette période.

Tu es sortie de ce moment difficile quand ?

J’ai réactivé la locomotive quand j’ai relevé la tête, que j’ai fait d’autres choses de ma vie… je me suis mise en ordre de marche. Comme, pour autant, on ne divorce pas d’une passion, la musique revenait à moi de temps en temps. En 2004, Christian Lachenal,  qui fait office de directeur artistique sur l’album, m’a vraiment incité à réessayer. Le show bizness ne m’ayant pas laissé de beaux souvenirs, j’ai donc accepté de tenter de nouveau, mais avec lui.

c.c. lou,interview,gourmande

Aujourd’hui, tu as une bonne situation, tu n’as donc pas besoin de la musique pour vivre. Ca te permet d’être apaisée, de faire ce que tu veux, sans pression de nulle part.

Tu as raison. Maintenant, j’aimerais quand même en vivre et ne faire que ça. Cela reste mon métier… j’ai fait une école pour ça, ça fait plus de 20 ans que je fais tout  pour accéder à une vie d’artiste qui s’auto-suffirait à elle-même, alors je ne reviens pas en dilettante. En attendant, c’est vrai que j’ai produit, composé, co-composé cet album de façon complètement libre.

Tes textes sont frontaux. Tu dis les choses…

Je suis un peu comme le taureau dans l’areine. Je n’ai plus 20 ans, on est comme on est. On a qu’une vie et je ne vais pas m’excuser toute ma vie d’être ce que je suis.

Tu ne caches pas ton homosexualité dans ce disque.

Dison que je l’ai toujours assumée, parce que pour moi, il n’y a rien d’anormal à ça. La société, à ce niveau là, évolue aussi. Dans mon public, il y a autant d’hommes que de femmes et la plupart des hommes ne sont pas homosexuels. Des hommes bienveillants et ouverts d’esprit, ça existe.

c.c. lou,interview,gourmandeIl y a quelque chose de militant d’en parler ?

Pas du tout. Je n’irai pas prendre un drapeau pour la cause. Je suis désolé de décevoir  ceux qui attendent cela de moi, mais ce genre de démarche n’est pas mon truc.  On m’a taxé de chanteuse lesbienne. Je ne suis pas chanteuse lesbienne, je suis chanteuse, il se trouve que je suis lesbienne, mais je ne me définie pas par ça. Je chante des chansons d’amour qui correspondent à celles que je vis, c’est tout.

Tu n’as pas peur des réactions des radios, souvent frileuses quand on sort des clous ?

Une professionnelle de ce métier m’a dit qu’avec des textes comme les miens, j’allais droit dans le mur. Le mur, je l’ai déjà pris. Quelque part, lui et moi, on devient ami. On se connait, si je le recroise, je pourrai le caresser. On prône la différence du propos de chaque artiste, voilà, la mienne, elle est là.

Tu t’amuses aussi à provoquer. Sur la pochette de ton disque, tu as une barbe, tu fumes et on voit un de tes seins.

C’est parce que je suis amoureuse de Serge Gainsbourg. J’ai voulu montrer que je suis aussi une femme, malgré cette photo androgyne. Ma pudeur n’est pas placée là…

Elle est placée où ?

Je m’efforce de ne pas me répendre quand je suis triste. Elle est placée là ma pudeur.

Ma chanson préférée de toi, c’est « Quand je serai forte ». Tu te dévoiles beaucoup, mine de rien. Tu dis que tu es « blessée, mais entière »…

C’est amusant ce que tu me dis-là. C’est avec cette chanson que j’ai suis repartie dans l’aventure d’un nouvel album. Pour moi, elle résume effectivement les dix années d’arrêt entre 1996 et 2006. Je me sentais forte pour repartir libre.

Entracte: Voici la participation de C.C Lou à "Vous avez du talent" sur IDF1, le lendemain de notre rencontre... je vous prie d'accepter mes excuses pour les questions indigentes de l'animateur Jacky.

Ecris-tu vite et beaucoup ?

Non, certaines chansons, j’ai mis 10 ans à les écrire, d’autres sont plus fulgurantes, mais c’est rare. Là, je suis en pleine préparation de mon prochain album. Ensuite, on va le mettre sur My Major Company  pour trouver d’éventuels financements. Je suis en état d’écriture.

C’est quoi « être en état d’écriture » ?

Tout ce que je sens, que je capte fait une big messe dans ma tête, après je me calme, je pose les choses et je commence à tracer. Et après on peaufine. J’y vais par couches successives  jusqu’à épurer et trouver des mots qui tombent bien sur la bonne note et sur le bon rythme. C’est de l’orfèvrerie.

c.c. lou,interview,gourmande

Tes préférences musicales françaises sont très masculines. Aubert, Higelin, Bashung, Gainsbourg, Biolay…

Le dernier album d’Aubert, pour moi, c’est juste un bijou. Dans les plus jeune, j’aime aussi beaucoup le dernier album de Julien Doré. J’aime bien son côté espiègle provocateur délicat. Ca préfigure une carrière intéressante

Le côté provocateur que tu évoques pour Doré, on peut aussi te le jeter à la face.

Moi, je suis comme ça dans la vie. Je ne peux pas faire semblant. Je ne peux pas ne pas être moi dans tes chansons. J’ai essayé. On m’a fait chanter les textes des autres, mais je ne les ressens pas. Quand ce ne sont ni mes mots, ni mes idées, je n’arrive pas à chanter ses chansons correctement. Du coup, aucune n’est sortie.

En filles françaises, tu écoutes qui ?

J’écoute Ju’l. De temps en temps Barbara, mais pas beaucoup. J’aime aussi l’univers de Zazie. Pendant longtemps, j’ai écouté Véronique Sanson et Catherine Lara. Sinon, j’écoute plus des voix anglo-saxonnes : Diana Krall, Diane Reeves, Ella Fitzgerald.J’aime bien les voix de femmes dans le jazz finalement.

Pour bien te connaître, il faut t’avoir vu sur scène ?

Je crois, oui. Pour moi, le studio c’est le laboratoire, la cuisine. C’est pour ça que mon album s’appelle Gourmande. Une fois qu’on a fignolé le plat, le dessert et servi le Champagne qui va avec, on a envie de partager avec les gens. C’est ça la scène… un partage.

Pour finir, tu as besoin de quoi pour faire avancer ton chemin.

D’un producteur disque et d’un tourneur scène. De gens courageux qui voudraient bien participer à une aventure musicale originale.

c.c. lou,interview,gourmande

Les commentaires sont fermés.