Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pic d'Or 2012 | Page d'accueil | Damien Jourdan: interview pour Orchidées »

24 novembre 2011

Ycare: session acoustique et interview pour Lumière Noire

ycare.jpg

Ycare est éliminé de la Nouvelle Star en quart de finale en 2008. Ce Franco-Libanais publie son premier album Au bord du Monde l'année suivante. Lumière Noire est son second opus. Une œuvre intime, truffée de faux semblants et de double sens à l’écriture douce et insolente et à la pop imparable. Toujours sur le fil, entre gravité et légèreté, Ycare poursuit son vol sans aucune fausse note. Le 17 octobre 2011, le chanteur est venu dans les locaux de MusiqueMag pour interpréter en guitare-voix deux de ses morceaux en acoustique : le single "S.E.EX" et "La Vie". À l’issue de ses deux titres, je l’ai soumis à une interview express. Pour ne rien vous cacher, lui était grippé et moi, peu inspiré ce jour-là. C’est rare, mais ça m’arrive.

Premier titre, "S.E.EX".

 Et le second, ma chanson préférée de l'album, "Une vie", ici dans une version plus... lente.

Trois clichés de la session...

DSC01608.JPG

DSC01607.JPG

DSC01610.JPG

Interview express:

« Une vie » est une chanson sur le temps qui passe.

Ça me terrifie. L’idée juste de voir mon corps ne plus être celui d’un jeune homme. La chanson, je l’ai écrite parce que j’étais au téléphone avec mon père. Il a 65 ans et il continue d’entreprendre comme s’il en avait 20. Je lui ai demandé après quoi il courrait à cet âge-là. A 28 ans, j’ai du mal à saisir, à imaginer, à projeter. Le texte de cette chanson s’est imposé à moi de manière fulgurante. Il fallait que ça sorte.

Vous avez peur de la mort ?

Je me pose surtout la question : comment je vais vivre ? Est-ce que je vais vivre dans l’inquiétude en essayant d’être prudent sur tout et en se privant de tout… et ça ne m’empêchera pas de crever au bout du compte. Ou alors, est-ce que je brûle ma vie par les deux bouts et je meurs un peu plus tôt, mais je vis fort. Je ne sais pas. Ce dont je suis certain, c’est que je vais lever un peu le pied, j’ai trop vécu fort, là, récemment.

J’ai l’image de vous comme quelqu’un de complètement barré et de noir intérieurement. Fausse image ?

C’est la première image qu’on a vu de moi à l’époque de Nouvelle Star. C’était un jeune homme qui avait peur, qui ne savait pas du tout où il allait, où il mettait les pieds et qui n’avait peut-être rien à faire là. Je n’étais pas destiné à chanter, je n’ai d’ailleurs jamais appris. Je me suis retrouvé dans ce contexte hallucinant à chanter les chansons des autres sous la lumière, devant un monde incalculable. La folie que l’on décelait chez moi, c’était une forme de timidité. Aujourd’hui, j’apprends à me poser et à m’exprimer correctement.

Vous êtes rassuré aujourd’hui ?

Non, mais je suis surtout un peu plus lucide sur ce métier. Demain, je le serai encore plus. Je continue à apprendre tous les jours.

DSC01616.JPG

(Je sais... je suis parfois pathétique.)

Les commentaires sont fermés.