Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Franck Thilliez: interview pour "Vertige" | Page d'accueil | Salon: "A la rencontre des auteurs" à Avon »

19 octobre 2011

Prix Constantin 2011: Coup de gueule!

Prix-Constantin-2011-a-l-Olympia_diaporama.jpgCe lundi 17 octobre 2011, pour son dixième anniversaire, le Prix Constantin, rendez-vous annuel censé distinguer les jeunes talents émergents (les entrants doivent avoir produit deux disques au maximum et n'avoir pas été certifiés disque d'or) m’a déçu. Beaucoup. Pas par le spectacle en lui-même. Je ne l’ai pas vu. J’ai choisi de rester dans les coulisses pour me transformer en photographe d’un jour. Habituellement, quand je vais dans ce genre de soirée, je travaille, j’interviewe les artistes quoi. Là, non. Je suis venu en observateur. En immortalisateur. Beaucoup des nominés au Prix Constantin 2011 sont des gens que je connais un peu personnellement. Lisa Portelli et Bertrand Belin par exemple. L, Cascadeur, Cyril Mokaiesh sont des artistes que je suis depuis le début et qui m’en sont un peu reconnaissants. J’étais donc en terrain « conquis ».

Pourquoi étais-je donc déçu ?

Par le résultat.

La gagnante est Selah Sue ! Je ne remets pas du tout en cause le talent de la jeune artiste belge de 22 ans, ce qui m’exaspère au plus haut point, c’est qu’elle est l'artiste qui a vendu le plus de disques (115 000 exemplaires de son album éponyme en France) parmi la sélection de cette année. Elle vient d'ailleurs d'annoncer qu'elle serait au Zénith de Paris le 28 mars 2012, preuve que le succès était déjà au rendez-vous avant le Prix Constantin et qu’elle n’a absolument pas besoin d’un tel coup de pouce.

Elle.

De plus, la lauréate 2010 était Hindi Zahra et Asa en 2008. Je ne veux pas faire mon nationaliste, mon franchouillard, mon chauviniste, mais merdouille ! On pourrait éventuellement récompenser des artistes français qui chantent en français.

Ce prix porte le nom de Philippe Constantin, directeur artistique décédé en 1996 et figure respectée du milieu musical, qui a notamment accompagné les débuts des Rita Mitsouko, Téléphone ou Noir Désir. Il défendait la langue française comme personne.

Quelle est la logique du jury, pourtant composé de professionnels compétents?

Derrière le rideau (en coulisse, donc), je peux vous dire que certains artistes et beaucoup de personnes du « métier », dès l’apparition de la rumeur faisant état du résultat final, le discours que je tiens ici, je n’étais pas le seul à le tenir. J’en ai vu des dégoutés, j’en ai vu quitter l’Olympia en douce, amer.

Ai-je une légitimité à tenir un tel discours? Non.

Enfin, si finalement. Depuis des années, je passe mon temps à tenter de faire découvrir de jeunes artistes français en devenir. (A ce propos, quand va-t-on célébrer le talent de Babx?). Dans mon coin, discrètement ou pas. Dans tous les médias où je passe. Aujourd'hui encore, dans les journaux et le site musical pour lesquels je travaille. On se fout parfois de ma gueule avec mes "chanteurs français" que je m'évertue à défendre. Je m'en tape.

Et quand le Prix Constantin est arrivé, j'étais content. Il correspondait à une philosphie du métier qui correspondait à la mienne.

Je suis déçu par le Prix Constantin. Ca ne tuera personne et il y a bien plus grave dans la vie (je suis bien placé pour le savoir…). De beau et utile, à continuer à récompenser des artistes qui vendent dans le monde entier et qui chantent en anglais, il en deviendra ridicule et pathétique.

J'espère sincèrement que les organisateurs tomberont sur cette chronique. Je le souhaite même ardemment. Et évidemment, je leur ouvre volontiers cet espace pour un droit de réponse éventuel.

Plus personne ne les comprend. Autant qu'ils s'expliquent...

Voici pour conclure quelques photos prises ce soir-là. J'étais parti pour y ajouter des commentaires, donner les noms des "photographiés", ajouter une dose d'humour, tout ça, tout ça... Et bien non. Je fais grève.

Démotivé.

(Vous pouvez utiliser ces photos sans me demander l'autorisation, elles sont libres comme l'air. Et si vous êtes dessus et que cela vous chiffonne, un petit mail pas agressif et je l'enlève. La vie est belle!)

DSC01624.JPG

DSC01627.JPG

DSC01635.JPG

DSC01639.JPG

DSC01644.JPG

DSC01649.JPG

DSC01651.JPG

DSC01642.JPG

DSC01655.JPG

DSC01658.JPG

DSC01663.JPG

DSC01666.JPG

DSC01668.JPG

DSC01672.JPG

DSC01674.JPG

DSC01679.JPG

DSC01676.JPG

DSC01685.JPG

DSC01687.JPG

DSC01691.JPG

DSC01695.JPG

DSC01705.JPG

DSC01721.JPG

DSC01725.JPG

DSC01732.JPG

DSC01735.JPG

DSC01748.JPG

DSC01764.JPG

DSC01768.JPG

DSC01778.JPG

DSC01793.JPG

Commentaires

Tout à fait d'accord sur toute la ligne (voire toutes les lignes !)

Écrit par : Neil | 19 octobre 2011

Très bonne critique et beau "coup de gueule" François.

Écrit par : Cyril | 19 octobre 2011

J'ai découvert votre papier par hasard. Le Prix Constantin, vu de l'intérieur, ca ne m'étonne pas plus que ça, et ca reflète aussi pas mal ce que pense le public des autres artistes que la lauréate. Je ne sais pas quel a été le critère décisif pour sa victoire, mais il est sur qu'elle n'a pas besoin de coup de pouce et cela n'enlève rien à son talent. Faut il ouvrir le débat sur la finalité du Prix Constantin à l'heure où la musique anglo-saxonne est devenue la panacée même pour un artiste francophone ? Je ne sais pas. J'ai mis votre article en lien sur mon blog, si ce n'est pas trop grave ;), il me semblait important d'avoir un autre retour de cette soirée. Merci pour votre point de vue.

Écrit par : Astrid | 21 octobre 2011

J'ai lu votre excellent papier. Nous sommes d'accord Astrid.

Écrit par : Mandor | 21 octobre 2011

J'ai halluciné également pour la troisième année consécutive! Menfin... A bientôt François!

Écrit par : Benoit | 25 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.