Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nathalie Six : interview pour "Pas d'enfants, ça se défend" | Page d'accueil | Shaka Ponk : interview pour la sortie de The Geeks and The Jerkin'Socks »

04 juin 2011

Lise: chanteuse à suivre de très près!

lise-album.jpg

Son premier EP, je l’avais depuis un moment. J’aimais beaucoup. Mais, j’avais indiqué à l’attaché de presse de Lise qu’une rencontre était envisageable pour MusiqueMag et Les chroniques de Mandor quand l’album sortirait.

Il sort ce lundi 6 juin 2011.

Qui est Lise ?

Adoubé par Dominique A et Mathias Malzieu, la jeune chanteuse Lise sort un premier album à l’atmosphère à la fois classique et sortant des sentiers battus, dans lequel le piano occupe la place nº 1. Lise martèle les touches depuis l’âge de 5 ans, mais il lui a fallu des années d’études au Conservatoire de Narbonne pour parvenir à en maîtriser les subtilités. Aujourd’hui, Lise ose, explore des terrains…  et chante aussi bien en anglais qu’en français. Difficile de rester insensible à l'univers délicat et précieux de la jeune artiste. Rencontre avec une jeune pianiste chanteuse en devenir, dans les locaux de sa maison de disque Cinq 7, le 13 mai dernier.

lises.jpg

L’ambiance est toujours la même sur tout l’album, mais on ne s’ennuie jamais. Curieuse sensation…

Comme, paradoxalement, je trouvais que les chansons étaient un peu différentes les unes des autres, du coup, quand on a voulu les mettre ensemble sur l’album, on a eu tendance à vouloir les englober dans une espèce d’homogénéité. On voulait vraiment une fluidité. Comme on a utilisé qu’un seul instrument, le piano, il y a forcément une unité. Toutes mes chansons sont cousines.

Pourquoi n’avoir utilisé qu’un seul instrument dans cet album ? C’est rare comme choix.

D’abord, je trouvais que le piano était sous exploité dans les chansons, alors que je trouve que c’est un instrument qui est très riche, hyper rythmique. J’ai aussi l’étrange sensation d’avoir une dette envers mon instrument. Il m’a tellement apporté que du coup, j’avais envie de lui rendre ce qu’il m’a donné.

Qu’est ce que vous a apporté le piano précisément ?

J’ai toujours eu un piano à la maison. Ma chaise, c’était ma place. Je suis sûr que dans ma construction personnelle, d’avoir un endroit qui m’appartenait a été primordial.

Qu’écoutiez-vous dans votre prime jeunesse ? Uniquement du classique, comme votre disque le laisse le supposer ou tous les genres de musique, comme votre disque le laisse supposer aussi.

Je ne sais pas quoi répondre. Dans ma vie, j’ai l’impression d’avoir plus joué qu’écouté. J’ai passé plus de temps à travailler mon instrument qu’à m’intéresser aux autres musiques. La musique classique, je l’ai apprise grâce aux morceaux que je travaillais.

lisess.jpg

Comment on passe de musicienne classique à chanteuse?

Déjà, le fait de ne pas devenir musicienne classique, ça s’est confirmé assez tôt. Je manquais de rigueur. On me disait : « Ce Beethoven, il est un peu rock’n’roll, ce Haendel, c’est limite une réécriture. » Je jouais comme je le sentais, j’avais peut-être un manque de recul. Comme j’avais une grande musicalité, on m’a quand même poussé à continuer. C’était difficile pour moi de continuer. Ça mettait en avant mes défauts et mes qualités ne pouvaient pas s’exprimer. Ce n’était pas mon périmètre.

Qu’avez-vous fait après ?

Des études littéraires. Pendant deux ans, je n’ai pas fait de piano, ça a été la déprime totale.

Bon, aujourd’hui, vous êtes là, vous faites de la promo. Ça vous fait bizarre d’être dans la peau d’une chanteuse à part entière?

L’officialisation de cette activité, si l’on peut parler d’officialisation pour un métier comme celui-là, s’est déroulée hyper lentement. Il y a des choses auxquelles j’étais préparée, comme la fabrication du disque, mais tout le reste, pas du tout. On a fini l’album de façon indépendante, ensuite, on l’a proposé à Cinq 7, ils l’ont accepté, mais le temps de finaliser les contrats, ça a pris longtemps. Quand on est plus maître de quoi que ce soit et qu’on attend, le temps paraît très long.

Vous semblez être une grande perfectionniste ?

Jusqu’à présent, je manquais de rigueur dans mon travail. Dans l’élaboration de ce disque, je n’ai pas du tout été bordélique. Je me suis découverte beaucoup plus ordonnée dans un cas de figure comme celui-là. La création de cet album m’a montré une facette de moi que je ne connaissais pas.

Il y a quelques reprises dans cet album (« Where is My Mind » des Pixies, notamment) et un poème d’Apollinaire, « L’émigrant de Landor Road ». Un poème d’Apollinaire, c’est quand même un peu cliché, non ?

Oui, c’est cliché, je le sais bien. Mais, j’ai lu ce poème et il m’a beaucoup plu. Je ne suis pas allée chercher plus loin.

lisesss.jpg

Expliquer le pourquoi du comment de la présence de tel ou tel titre, ça ne vous dérange pas ?

Non, moi j’aime bien. J’adore ça même, parce que j’ai très envie de défendre cet album. La fabrication a été heureuse, alors quand j’y repense et que j’en reparle ça me fait plaisir. C’est vrai qu’expliquer une chanson, ce n’est pas facile. Quand on me demande pourquoi j’ai écrit ça ou ça, je ne peux pas répondre parce que j’ai oublié. Une chanson se fait souvent dans un moment d’exaltation, mais quelques années après, il est difficile de s’en souvenir.

Vous faites rentrer des titres rock ou pop dans votre univers classique et sage.

Le piano classique, je l’ai vraiment dans les mains. C'est-à-dire que mes mains peuvent jouer toutes seules. Comme j’aime bien la musique pop rock, je trouve que c’est amusant de me porter vers cette voie-là. Le piano il fait tout ce qu’on peut imaginer. Une mélodie, une ligne de basse… il reproduit tout. Tout ce que l’on entend peut-être traduit en piano. On présente le classique et la pop comme deux pôles éloignés alors que je ne trouve pas.

lise, interview, cinq7

Vous vous situez quelque part dans la chanson française ?

Je n’ai fait que quelques chansons que pour l’instant quasiment personne n’a entendues, donc il est trop tôt pour que je me pose ce genre de question. J’ai énormément écouté l’univers de Dominique A, par exemple. Mais les chanteurs français que j’apprécie, j’ai du mal à les situer les uns par rapport aux autres. Même si tout le monde fait des choses différentes, je ne vois pas ce qui sépare les uns des autres. Quand on vient du classique, on a l’habitude d’aborder des répertoires  différents. Pour moi, la musique implique réellement d’aller dans toutes les directions. On est tous dans une grande nébuleuse musicale.

Vous faites pas mal de concerts et des premières parties?

Oui, j’ai un trac fou. Cela étant, la seule chose qui est en jeu, c’est notre estime de soi et faire passer une bonne soirée aux gens. Même si ce n’est pas anodin, je ne suis pas pompier, la vie des autres ne dépend pas de moi, il faut donc relativiser.

Voici le clip du premier single de Lise et le teaser de l'album.


Lise - Paris par CInq7


Lise - Teaser EP ! par CInq7

Quelques photos prises après l'interview... liées à un évènement littéraire majeur (que la pudeur et l'humilité qui me caractérisent m'empêche de préciser).

(Quoi, je sors? Je suis chez moi, là, hé ho!)

lise,interview,cinq7

lise,interview,cinq7

lise,interview,cinq7

La version de cette interview pour MusiqueMag, c'est ici!

Commentaires

Bravo, Lise! Continuez à chanter et à nous enchanter avec votre voix et votre piano!
Je vous ai écoutée à "vau Garni", je vais vous faire connaître à mes enfants et mes petits enfants.
bonne chance!

Écrit par : Moreau Francine | 25 mai 2013

Les commentaires sont fermés.