Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rencontre avec Eva Lunaba pour "Les coucous" | Page d'accueil | Lisa Portelli: interview et session acoustique pour "Le régal" »

08 mai 2011

Signature à la médiathèque Joseph Kessel de Groslay

 Alquier 2.jpgCe qui est bien quand tu sors un livre, c’est que cela permet de remettre une bonne couche d’humilité sur ton ego dégoulinant. Non, parce qu’hier, à la médiathèque Joseph Kessel de Groslay, on ne peut pas dire que la foule en délire se soit précipitée sur le livre de « l’auteur local ». Autant, quand les salons, les rencontres littéraires, les interviews et tutti quanti se passent bien, je me vante allègrement (si, si, je le sais que, parfois, mes doigts sur le clavier sont dirigés plus par ma grosse tête que par mon cerveau), autant, l’honnêteté me pousse à raconter aussi ce que l’on peut considérer ne pas être un grand succès (échec, je n’aime pas écrire ce mot).  

Vendu 6 livres en 4 heures (ce qui me conforte dans l’idée que j’ai fichtrement bien fait de commander 40 nouveaux livres à mon éditrice).

Il est important de préciser à qui j’ai vendu ces 6 merveilleux ouvrages.

A deux amies de ma femme que je rencontrais pour la première fois, à un homme fort sympathique que je connais vaguement (croisé le matin même en sortant de la boulangerie et qui a trouvé amusant de me voir « en vrai » alors qu’une affiche avec ma tronche dessus, annonciatrice de l’évènement interplanétaire de l’après-midi, était scotchée derrière nous), à Marie-Laure Bigand (auteure de chez Laura Mare dont j’aime vraiment tous les livres…) qui est venue me soutenir (ça m’a fait très plaisir) et en a profité pour offrir mon livre à sa meilleure amie (en vrai, je la soupçonne d’avoir eu pitié de moi !) et enfin à deux inconnus de passage (amateurs, sans nul doute, de la grande littérature contemporaine française).

Je remercie en tout cas (et très sincèrement), Cyril Macadré, responsable de la médiathèque, ainsi que toutes les bénévoles qui m’ont tenu compagnie durant ces 4 heures de dédicaces, enfin, ces 4 heures de présence.

Bon, ceci étant, vous n’échapperez pas à mon reportage photo (Prix Pullitzer, je t’attends !).

D’abord, tu arrives et tu te prends pour un grand écrivain…

P1050699.JPG

Ensuite, on t’installe dans un fauteuil (confortable, il faut bien l’avouer).

(Et on se fait prendre en photo parfaitement surexposée).

P1050696.JPG

Les représentantes de la culture à Groslay passent te voir (ce que j’ai trouvé fort courtois) et posent avec toi et avec ton livre… À gauche, Fabienne Nicolas (la directrice de la Maison des Loisirs et de la Culture de la ville) et à droite, Odette Pla (responsable de la communication de la mairie de Groslay et intervieweuse de Mandor pour le journal Le Groslaysien).

P1050687.JPG

Ta collègue préférée (réellement), Marie-Laure Bigand, vient papoter une bonne heure avec toi et du coup, tu ne vois plus le temps passer.

P1050689.JPG

Tu signes quand même un peu.

P1050690.JPG

Ta femme et ta fille passent te voir.

-Papa, pourquoi t’es tout seul ?

Pas savoir quoi répondre…

Ta femme rentre à la maison et ta fille reste avec toi… et tue déjà le père en prenant sa place (la coquine).

P1050707.JPG

Et tu remballes tes livres.

Et ton sac est aussi lourd que quand tu es arrivé.

(Mais les sacs que l'on transporte tout au long de sa vie, c'est toujours lourd à porter, non?)

Commentaires

bravo françois !
tu n'as pas choisi la facilité comme bon nombre d'écrivains !
tu as déjà réussi à sortir un livre, c'était ta première victoire
la vie t'apportera les autres

Écrit par : karine | 08 mai 2011

Très joli témoignage que peu feraient.
(mais elle aurait pas largement grandi, la petite étoile?)

Je rêve du jour où, montant à Paris, mon sac lesté de tes chroniques, je pourrai avoir la joie d'une décidace :)

Écrit par : Zette | 08 mai 2011

Ne sois pas déçu, la dernière fois que j'ai fait une dédicace dans une bibliothèque, j'ai vendu un bouquin.
Il faut considérer que chaque livre vendu est une victoire.

Écrit par : Lucius | 08 mai 2011

La solitude du dédicaceur de fond !
Bon, au moins, y a une jolie photo de ta fille.
La prochaine fois, tu vendras tes 40 !

Écrit par : Luc-Michel | 08 mai 2011

elle a grandit la pitchoune !
sinon j'ai bien ri de ton CR un tantinet tristounet, et comme le dit Karine, tu as eu au moins un livre édité, c'est déjà une forme de célébrité :)

Écrit par : wictoria | 08 mai 2011

ben voilà une note qu'elle est sincère ! J'aime bien quand les gens ne se la racontent pas pour de faux ;) Il y avait peu de monde et alors ? ca ne remet pas en cause la popularité de ton livre ! La météo inclinait plus à la balade en amoureux, à boire un verre en terrasse ou au pic nic entre copains-copines (que sais je ? excellente collection au demeurant) qu'à s'enfermer dans un lieu clos même si il est rempli d'excellents ouvrages...Et puis tu sais bien, que de la solitude on s'en fait une amie et que le sac, il est rempli de beaucoup d'amour (il n'y a qu'à voir ta petite famille)...

Écrit par : Maryline | 10 mai 2011

Merci à toi François d'être venu à la médiathèque affronter ce public quelque peu fantôme? J'ai été touché par l'être qui semble sensible et d'une grande douceur et d'un bel humour. Il y a beaucoup de pépites d'or créatives dans cette ville qu'il faudrait connaître car elles en valent la peine et tu en fait parti sincèrement!
Tu mérites de briller autant que les stars que tu as interviewé!
A bientôt,

Cyril

Écrit par : Cyril Macadré | 12 août 2011

Les commentaires sont fermés.