Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-03 | Page d'accueil | 2009-05 »

28 avril 2009

Le panache de Syrano!

souscriptionkw1-51dfb4.jpg
Syrano, je l’ai remarqué en 2006, dès son premier album, Musiques de chambre. Je me suis demandé qui était ce type qui mélangeait dessins, images, musiques " urbaines ", musique classique, la chanson et la littérature du 19e.
Un cas vraiment à part.

Avec ce premier disque, il a vendu plus de 10.000 exemplaires et a effectué une tournée de plus de 140 concerts.

Puis, j’ai reçu son deuxième disque. Le goût du sans.

" La parfaite illustration de son écriture à vif dans un étroit rapport au vécu, intime et social.

Syrano vit la création comme un exutoire, et sa sensibilité politique, à fleur de peau, est le contrepoint de son désir viscéral d’amour et de tendresse qui s’exprime au fil des chansons. "

C’est beau, hein ?

(Merci monsieur le rédacteur du dossier de presse).

Avec cet album, la barre est placée haute.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour ce garçon.

07.01.09 Syrano 3.jpg
07.01.09 Syrano 1.jpg

Voici un (très) court extrait audio de mon interview de lui (le 7 janvier dernier dans un bar parisien, très tôt le matin...)

Son site perso.

Son MySpace.

07.01.09 Syrano 5.jpg
07.01.09 Syrano 4.jpg

Et les deux clips tirés du Goût du sans.

L'enfant moitié (mon préféré).

 La marche des géants d'acier (un peu space et très noir).

26 avril 2009

Oxmo Puccino... mon article sur "L'arme de paix".

Scan10001.JPG
Parfois, pour un petit article, on converse longtemps avec un artiste...
Allo! Oxmo?
Première partie: 3 minutes.
podcast
Deuxième partie: 3 minutes.

podcast
Oxmo Puccino - 365 jours
Réalisé par Eliza Levy
extrait du nouvel album "L'arme de paix"
Sortie le 23 Mars

« 365 jours », le premier titre de son nouvel album « L’Arme de Paix » est aussi le premier titre enregistré au Studio La Marquise.
Initialement écrit et composé en tournée par Oxmo, ce titre aborde le thème du temps qui passe. Un thème très présent dans cette cinquième œuvre.

Scan10003.JPG

23 avril 2009

Tatiana de Rosnay et Abha Dawesar à la FNAC Val d'Europe: portfolio.

n643178945_1681243_6617762.jpg

n802569201_733374_6214.jpgSamedi dernier (le 18 avril), 77FM a proposé une rencontre/dédicace (que j'ai présenté) avec Tatiana de Rosnay et Abha Dawesar à la FNAC Val d’Europe.

Ces deux auteur(e)s ont d'ailleurs déjà été mandorisées: Tatiana de Rosnay ici et et Abha Dawesar, juste ici.

L’une et l’autre sont des auteur(e)s connues dans le monde entier.

Tatiana de Rosnay, après les 45 minutes d'interview, a dédicacé son dernier ouvrage Boomerang ainsi que La mémoire des murs et elle s’appelait Sarah.

Quant à Abha Dawesar, elle, a signé Babyji et Dernier Eté à Paris.

Il y a quelques jours, Tatiana de Rosnay avait répondu à quelques questions téléphoniques de moi même sur sa venue à la Fnac Val d'Europe.

 Je vous livre quelques photos de cette après-midi amicalo-littéraire.

18.04.09 Abha Dawesar et Tatiana de Rosnay 6.jpg
Tatiana de Rosnay vient de sortir son nouveau livre Boomerang.
Une histoire familiale à rebondissements, drôle, émouvante, sensuelle et contemporaine en diable.
Cette auteur(e) franco-anglaise a connu un succès rarement atteint, il y a deux ans avec la sortie de son livre Elle s’appelait Sarah, vendu à un million d’exemplaires dans le monde, traduit dans 30 pays et porté à l’écran l’année prochaine.
18.04.09 Abha Dawesar et Tatiana de Rosnay 4.jpg
Née en 1974 en Inde, à Delhi, Abha Dawesar, elle, est diplômée de Harvard. Elle a travaillé dans la finance à New York avant de se consacrer à l’écriture. Elle vit entre Delhi, New York et Paris et vient d’être élue par Indian Today, le premier magazine du pays, comme l’une des vingt-cinq personnalités de l’année. Son précédent roman, Babyji, (qui vient de sortir chez 10/18), s'est vendu en France à 10 000 exemplaires. Il a été couronné par de nombreux prix et a été dans la première sélection du Médicis étranger.
18.04.09 Abha Dawesar et Tatiana de Rosnay 2.jpg
18.04.09 Abha Dawesar et Tatiana de Rosnay 5.jpg
Tatiana et Abha, malgré le succès mondial qu'elle remporte, sont restées très simples.
Cette phrase n'est pas si naïve et anodine qu'on pourrait le penser.
J'ai suffisament traîner mes guêtres dans les différents milieux artistiques (musicaux, littéraires et cinématographiques) pour savoir de quoi je parle.
J'ai connu Tatiana avant le maelstrom autour de Sarah... elle est restée la même.
La même, vraiment.
18.04.09 Abha Dawesar et Tatiana de Rosnay 1.jpg
18.04.09 Abha Dawesar et Tatiana de Rosnay 3.jpg
(Photos: Nathalie Desnoix: La Marne)
Le petit plus:
L'article paru la semaine suivante dans La Marne:
Scan10004.JPG

11 avril 2009

Exposition: Visages de l'intérieur.

affiche-avril2009big[1].jpg
J'avais déjà parlé ici de l'une (et aussi un peu de l'autre).
Ils exposent tous les deux, ensemble.
Je suis passé les voir cette semaine, lors de la préparation de leur expo.
(Parce que je suis très sensible à leur travail et à leur personnalité).
P1060073m.JPG
SNC10073m.JPG
Ma visite avait pour but de les interviewer et prendre quelques clichés.
Le son est écoutable ici!
Il vous permet de comprendre le pourquoi du comment de leur collaboration.
Ce que je peux dire, c'est que l'un inspire l'autre.
P1160229m.JPG
P1160235m.JPG
SNC10079m.JPG
Bon, comme vous pouvez le voir, j'apprécie ces deux plasticiens et les soutiens activement.
Je ne parle jamais de cet art là sur mon blog.
Vous l'aviez remarqué.
Mais, eux, vraiment, leurs oeuvres me transportent.
Allez voir leur exposition.
Elle commence aujourd'hui, sous un jour ensoleillé. 
Bon augure.
Vous verrez, vous ressortirez surpris, chamboulé, émerveillé, ému.
Entre autres.
Foi de Mandor.
P1160240m.JPG
Les deux plasticiens ont chacun leur blog expliquant leur travaux respectifs.
(Photos prises avec l'appareil de Christophe Alzetto. Elles sont un chouia retravaillées par lui...)
(Je le remercie, donc.)

09 avril 2009

Claude Brasseur, ce soir...

Parce que:

Scan10001.JPG
Je suis donc allé lui poser des questions sur Sacha Guitry.
Un de mes maîtres.
Pour écouter quelques extraits, c'est là!
Dans sa loge, à 19h00.
Au Théâtre Luxembourg de Meaux.
IMG_8310.JPG
IMG_8311.JPG
J'ai une profonde admiration pour Claude Brasseur...
Vraiment. Et depuis toujours.
J'ai beau avoir l'habitude de rencontrer des artistes de tous genres, parfois, il y a des moments où je redeviens un gosse.
Et je suis décidément content de faire le métier que je fais.
Comment voulez-vous que je devienne blasé?
Bref... voici le podcast (monté) de cette rencontre.

podcast

08 avril 2009

Lisa Portelli... la relève!

04.03.09 Lisa Portelli 2.jpg

Le 4 mars dernier, j’étais content d’aller récupérer Lisa Portelli à la gare de Meaux.

Je la vois sortir avec sa guitare. Pimpante et souriante. Elle grimpe dans ma voiture et hop ! Direction 77FM.

Feeling immédiat.

Jeune fille simple et naturelle.

Mais bon sang, avec un talent fou encore méconnu.

04.03.09 Lisa Portelli 6.jpg

J’avais remarqué la demoiselle lors des dernières Muzik’Elles de Meaux.

J’étais présent lors de sa prestation.

Filmée ici…

 

C’est mon amie Lou (Laurence Goubet), dont le (bon) goût pour la bonne chanson française est proche du mien (en toute modestie... hum!), qui m’avait incité il y a deux ans à m’intéresser à Lisa Portelli. Un premier album difficile d’accès quand on l’écoutait juste une fois, mais de plus en plus envoutant à chaque écoute supplémentaire. Un truc de dingue.

J’attendais avec impatience la suite de ses aventures musicales. Un second album, pas encore sorti, dont certains morceaux sont écoutables sur son MySpace.

04.03.09 Lisa Portelli 1.jpg

Plus abordable, mais toujours aussi exigeant.

Pour moi, c’est un compliment. Lisa Portelli ne donne pas de la soussoupe à ses contemporains.

Ne partez pas en courant, elle finira par vous rattraper.

Pop et intimiste.

Textes minutieux, universels.

 

Fraîche et spontanée, découvrez là en écoutant le magazine que je lui ai consacré…

C’est ici que ça se passe !

 

04.03.09 Lisa Portelli 3.jpg
04.03.09 Lisa Portelli 4.jpg
04.03.09 Lisa Portelli 5.jpg

Je lui souhaite une bien longue carrière.

Prochain concert de Lisa Portelli, là...
l_3367ada1c5c04a80831436bd5d15f8f6.jpg

07 avril 2009

Le premier roman d'Emmanuelle Urien!

15.03.09 Salon du Livre 2009 Fouassier et Urien 2.jpg

Emmanuelle Urien, je l’ai rencontré .

Je n’avais rien lu d’elle.

Alors qu’elle a écrit plusieurs livres.

9782070123568.jpgL’auteure m’a envoyé son premier et tout récent roman Tu devrais voir quelqu’un (Gallimard). Entre temps, je l’ai recroisé au dernier Salon du Livre de Paris (j’ai d’ailleurs encore une note en retard sur le sujet, mademoiselle Agnès A!) et nous avons passé un bon moment ensemble.

Je viens de le terminer.

Le livre.

L’histoire de Sarah Zimmerman. Une jeune femme qui rêve d’exister. Exister et le sentir. « En être persuadée. »

 

« On dit de Sarah qu’elle est jolie, intelligente. Elle a de l’humour, et quelques fantaisies tout à fait séduisantes. Une fille discrète et sympathique, capable de réparties rares, mais brillantes… elle a cette retenue et ce retrait en soi qui attisent la curiosité, qui séduisent plus que les attitudes ou des paroles… »

La femme idéale n’est pas loin.

 

Sarah écrit. Pas qu’à ses moments perdus. « Il faudrait aussi raconter les nuits blanches qui s’étiolent en petits matins gris, la carbone des crayons qui tache les vêtements et les mains, qui s’étalent jusqu’à son visage quand elle se frotte les yeux, doublement cernés, fatigue et mine de plomb. »

 

Sarah a une meilleure amie formidable. « Épouse généreuse, équilibrée et belle. »

Sarah a un unique amant formidable (aussi), prêt à quitter sa femme pour elle. C’est Sarah qui ne le souhaite pas. Rôles inversés.

 

Ne croyez pas que Sarah soit gentille. « Sarah est douce et brutale, surprenante et prévisible, ferme et hésitante, drôle et tragique. Sarah est un pays inexploré, une terre à conquérir. »

 

Et puis un jour, Sarah a un nouvel homme dans sa vie.

Janvier ne la quitte plus.

Du tout.

Étrange personnage peu disert dont je ne peux rien dévoiler ici.

Juste qu’il représente le début de la fin.

Amour, trahison, perte d’identité, manipulation, folie, violence…

15.03.09 Salon du Livre 2009 Emanuelle Urien et Manu Causse.jpg
Avec Manu Causse lors d'une séance de lecture en musique...

En reposant le livre, je me suis juste demandé comment Emmanuelle Urien était parvenue à me balader avec autant d’aisance, sans que je ne me sois aperçu de rien.

Quoi ?

Parce que c'est une bonne auteur(e) !

Ah oui, c’est ça !

 

Ce livre d’Urien, ce n’est pas rien.

Bien au contraire.

(Rappelez-moi juste, si nous nous croisons un jour en vrai, de travailler un peu plus mes conclusions de notes. Merci à vous !)

 

15.03.09 Salon du Livre 2009 Emanuelle Urien et moi 2.jpg
(Toutes les photos ont été prises par bibi au Salon du Livre de Paris le 15 mars dernier.)
(Merci à Luc-Michel Fouassier qui est à l'origine de cette belle rencontre.)
(Merci à Emmanuelle Urien d'avoir accepté toutes ces photos. Je sais son horreur des clichés d'elle...)

06 avril 2009

Olivia Ruiz: Interview...

Voici le résultat de ma récente rencontre avec Olivia Ruiz...

C'était le 17 mars dernier, dans un petit bureau de chez Polydor/Universal...

Scan10007.JPG
Scan10008.JPG
17.03.09 Olivia Ruiz 1.JPG
Scan10009.JPG
17.03.09 Olivia Ruiz 2.JPG
Scan10010.JPG
Le Podcast en 2 x 5 minutes:
Première partie:
podcast
Deuxième partie:

podcast

01 avril 2009

Pollux et son livre enchanté!

18.03.09 Pollux 3.jpg

49ec017b42a062e00c2df110_L.jpgCe petit livre reçu à la radio il y a quelques jours, traînait sur mon bureau depuis deux semaines. « Tiens, si j’y jetais un coup d’œil ? ». Et j’ai commencé à lire J'étais sur le chemin du retour, j'étais libre (Editions Praelego). Je l’ai reposé très vite… pas par dépit, juste parce qu’à la radio, j’ai pas mal de différentes choses à faire dans une journée.

(Ah bon?)

Mais le soir même, je l’ai lu. En intégralité. Deux heures de lecture.

Pourtant, je trouvais l’histoire assez mince sur la 4eme de couverture :

Lorsque M. Jaspe entre au commissariat pour porter plainte pour harcèlement aux bouquets de fleurs, il déclenche l’hilarité générale. A la fois victime des sentiments amoureux d’une ombre, et en proie à la fascination pour une femme qui ignore tout de ses affects, il bascule.

 

Il faut se méfier des 4eme de couverture (ce n’est pas nouveau).

Ce livre est à la fois drôle et émouvant. On s’attache à ce quarantenaire qui rêve juste d’une femme gentille, d’un amour simple.

(Quel sacré pervers !)

 

18.03.09 Pollux 1.jpg
18.03.09 Pollux 4.jpg
18.03.09 Pollux 2.jpg

Bref, j’ai demandé à l’auteur Pollux (oui, c’est un pseudo !), de venir m’en parler à l’antenne.

Je n’en dis pas plus, car il dit tout dans ce magazine

08:19 Publié dans 77FM | Lien permanent | Commentaires (4)