Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Philippe Labro... la comédie humaine d'aujourd'hui! | Page d'accueil | Régine Deforges et Luc-Michel Fouassier! »

25 janvier 2009

Un point de vue sur le journalisme radio...

Micro-Sud-radio-grande.jpg

Il y a quelques jours, j'ai répondu à un long (très) questionnaire d’une jeune étudiante en 3e année de licence information et communication à Paris.

Il s’agissait de parler du métier de journaliste radio…

Aujourd’hui, j’ai décidé d’en publier des extraits ici, agrémentés de photos contextuelles. Cette note est comme un cv sommaire traversant ma vie professionnelle de 1995 à nos jours…

 

- Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 41 ans, j’ai commencé la radio à l’âge de 17 ans. Pendant longtemps, j’ai été animateur, puis je suis devenu journaliste radio, télé et presse écrite. Je suis spécialisé dans le journalisme culturel.

Actuellement, je suis journaliste/animateur dans une radio basée à Meaux, 77FM, mais je suis aussi responsable des pages “Musique” de deux “consumers”, celui des magasins Virgin (VIRGIN!) et celui des espaces culturels Leclerc (Culturissimo).

Scan10019.JPG
J'ai commencé ma "carrière" officielle de journaliste culturel à RMC en 1995.
J'étais monsieur Chanson Française dans l'émission de Murielle Hess, "L'art du temps".
 

 - Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir journaliste?

C’est venu très tôt, comme une évidence. Je considérais que ce métier allait m’apporter beaucoup. Personnellement et intellectuellement. Ce métier était au cœur de tout ce que j’aimais : lire, écrire, m’informer, informer, partager les mots… Je ne suis jamais revenu de cette illumination, et j’ai embrassé avec passion ce métier. J’aime les gens et le terrain, je suis curieux et j’ai une certaine aptitude à l’écriture. Devenir journaliste, pour moi est synonyme d’un métier rempli de contrastes et de diversité.

 

- Comment définiriez-vous le métier de journaliste radio?

C’est un métier qui permet d’informer les gens de manière claire, concise et ludique. Il faut savoir vulgariser les informations reçues. Le journaliste radio propose à ses auditeurs une information rapide et les contraintes du direct exigent une bonne connaissance des outils techniques et informatiques. Comme ses confrères, il doit veiller à ne pas déformer les propos ou les informations qu'il transmet. Il ne donne pas son point de vue à moins de faire un papier d'opinion.

 

Scan10023.JPG
A Radio Limousin Service (Limoges). Je présentais les flashs et m'occupais de tout ce qui était lié à la culture...
Ici avec Philippe Madelin, excellent confrère, journaliste d'investigation.
 

- Quelle est votre formation?

Je ne suis pas un bon exemple. Je n’ai suivi aucune formation. Je suis ce qu’on appelle un autodidacte. J’ai appris sur le terrain et en écoutant beaucoup et longtemps les professionnels de la radio.

 

- Depuis combien de temps exercez-vous le métier de journaliste radio?

10 ans. Mais, j’ai commencé la radio en 1982… en tant qu’animateur.

 

Scan10022.JPG
A Chérie FM Limoges, en 1996... chronique culturelle. La chronique est un des aspects du journalisme radio les plus difficiles. Intéresser, amuser, vulgariser tout en restant ludique dans un temps très court.

 

- Pourquoi avez-vous choisi ce média ?

Parce qu’on peut tout faire passer avec la voix et j’aime transmettre. C’est un métier exigeant où l’on n’a pas le droit à l’erreur.

 

- Avez-vous réalisé des documentaires pour la radio ? Si oui pouvez-vous nous expliquer votre démarche ?

J’en ai réalisé un nombre incalculable en plus de 25 ans de métier. La démarche principale est d’expliquer le plus simplement possible, mais de manière rigoureusement exacte, le sujet évoqué.

 

- Quel est le niveau d’étude généralement requis pour entamer une carrière de journaliste à la radio ?

Le métier de journaliste requiert une large culture générale. Il existe 12 écoles reconnues par la Convention collective des journalistes. Dans la majorité de ces écoles, il faut compter cinq années d’études après le bac. Le recrutement à l’entrée de ces écoles nécessite au minimum un diplôme de niveau bac + 3, la formation de journaliste dure deux ans. Encore une fois, je suis un mauvais exemple, puisque je n’ai pas reçu de formation.

 

Scan10020.JPG
Radio Notre Dame en 97... j'animais la tranche 17h-20h.
C'était un mélange d'infos, d'invités, de lancement de sujets.
Période de ma vie passionnante. J'y ai aussi fait mes premières armes de journaliste littéraire.
Scan10021.JPG
Lors des Journées Mondiales de la Jeunesse en Août 97. Pour RND, j'étais aussi pas mal sur le terrain.

 

- Quelles sont les qualités requises pour ce travail ?

Pour devenir un bon journaliste, il faut avoir une bonne culture générale, mais il faut aussi des qualités d'expression écrite et orale, un esprit créatif, une curiosité toujours en éveil, un esprit d'analyse et de synthèse et une certaine originalité. Il faut aussi être très dynamique. Il faut aussi une forte capacité de travail, de la curiosité, de la ténacité et une honnêteté intellectuelle.

 

- Y a-t-il beaucoup de débouchés dans cette profession ?

Les débouchés sont assez limités dans ce métier qui fascine beaucoup de jeunes. En intégrant une école de journalisme, on a plus de chance de trouver du travail. Mais ces écoles sont très sélectives. Les débouchés se situent surtout à des niveaux bac +4/+5.

 

Scan10011.JPG
Je suis passé par toutes les radios française du groupe RTL.
Parfois, je me suis retrouvé à présenter des flashs dans des endroits improbables...
Ici à  Fun Radio en janvier 2002.
Un vieux dans une radio djeuns. Ca ne collait pas des masses!
 

- Comment est organisé le travail au sein de votre rédaction ?

Chacun fait son travail. La rédaction d'une radio se compose en général d'une majorité de reporters, professionnels de terrain souvent polyvalents et de journalistes « en station » dits flash-men qui font régulièrement le point sur l'actualité. Le reporter mène enquêtes et interviews sur le terrain. L’organisation est décidée en conférence de presse, le matin.

 

- Quelles sont les caractéristiques de l’écriture radio ?

L'improvisation a peu de place dans les émissions informatives. Les textes sont rédigés et lus en " style parlé ". Il ne s'agit cependant pas, forcément, d'écrire comme on parle. Il s'agit surtout de se faire comprendre facilement et en peu de mots. L'écriture radio doit être la plus simple possible. On s'adresse au plus grand nombre, et non à des spécialistes ou à une corporation particulière. Les quatre caractéristiques sont donc : accrocher l'auditeur, aller directement à l'information principale, aller du plus précis au plus large et écrire "simple".

 

Scan10013.JPG
Scan10015.JPG
4 ans d'RTL2. Que de bons souvenirs!
J'étais flashman.
Ici en mars 2004 à l'intérieur.
Scan10014.JPG
Là, à l'extérieur lors du Tour de France à la Voile que j'ai couvert pour RTL2 en 2004.
 
 

 

- Qu’est-ce qui permet au journaliste radio de faire la différence avec ses confrères des autres médias dans le traitement de l’information ?

Quel que soit le média, les aspirations des journalistes sont les mêmes : informer le mieux possible, avec des informations les plus justes et sous la forme la plus agréable. Reste que, sur un plan technique, les journalistes de presse écrite, de radio et de télévision travaillent très différemment. Les outils, la façon d'écrire et les contraintes ne sont pas les mêmes. Un très bon journaliste de radio peut se révéler un piètre journaliste de presse écrite ou de télévision... et inversement.

 

- Quelle est la part d’initiative dans le métier de journaliste radio ?

La liberté d'un journaliste tient avant tout à sa hiérarchie, et plus encore... éventuellement, aux actionnaires qui possèdent son média. Certains patrons laissent une entière liberté à leurs journalistes, d'autres sont plus interventionnistes. Cela n'a rien à voir avec le média, télévision, radio ou presse écrite. La part d’initiative est la même dans ces 3 cas.

 

- Un journaliste radio peut-il prétendre à une parfaite objectivité ?

La nécessité d’objectivité est primordiale, mais elle est très subjective. La neutralité des faits exposés est essentielle. On ne peut pas prendre la liberté de raconter ce que l’on s’imagine des sentiments de l’interviewé. Aussi, l’interprétation du journaliste doit-elle se rapprocher le plus possible de la réalité, rendre compte d’un vécu, d’un drame, d’une expérience. On peut se tromper dans son objectivité, mais l’essentiel est d’être le plus sincère et rigoureux possible.

 

- À quelles exigences le journaliste radio doit-il se plier pour informer sans

déformer?

Ça rejoint beaucoup la question précédente. Je me contente de dire, qu’il faut informer sans sur informer.

 

Scan10018.JPG
Aujourd'hui, je suis animateur/journaliste sur 77FM à Meaux.
J'anime les tranches Midi-13h et 16h-20h.
Ca m'occupe pas mal.
En plus de ces créneaux "fixes", je conçois et présente pas mal de magazines et de flash infos sur l'actualité locale (souvent cuturel, bien sûr!)
Scan10017.JPG
Avec 77FM, nous sortons aussi beaucoup dans des endroits stratégiques.
Selon où l'actualité nous mène...
 
 

- Comment devrait évoluer la fonction de journaliste dans la perspective multimédia ?

Il va juste falloir savoir utiliser les outils mis à notre disposition aujourd’hui. Depuis que le journalisme existe, les évolutions n’ont rien changé en la façon de travailler, d’enquêter, d’écrire un papier, de parler devant un micro. Les valeurs du journalisme devraient rester les mêmes. J’espère, en tout cas.

 

- Comment voyez-vous l’avenir de la radio ?

J’entends dire partout que le média radio va disparaître si elle ne devient pas numérique. Elle va le devenir, sans nul doute. Personne ne pourra se passer de la radio. Depuis toujours, la radio a été un média d'instantanéité et de proximité. On l'écoute en temps réel et dans un territoire donné. La radio est d'ailleurs le seul média où l'auditeur a l'impression d'être partie prenante d'une conversation avec l'animateur et ses invités. La radio a donc encore une longue vie devant elle.

 

- Comment voyez-vous votre avenir au sein de la radio ?

Je le vois durer longtemps, même si depuis le début de ma carrière, je ne suis jamais sûr qu’il durera longtemps. La notion de carrière toute tracée est quasiment inconnue du vocabulaire du journaliste : Il faut savoir se remettre en question pour rebondir.

 

Scan10016.JPG
Et parfois, il est bon d'être un journaliste radio... pour de faux!
Ici à R2I avec une collègue.
Jouer son propre rôle dans une comédie populaire, c'est un luxe que j'ai apprécié à sa juste valeur.
(Non, vous ne vous en étiez pas rendu compte!!!)
Amusant, en tout cas, comme le destin est parfois taquin...
 

Commentaires

J'aime bien quand tu lis des papiers avec la bouche en cul de poule au pot ! Ca fait sérieux.

Écrit par : MERLIN | 25 janvier 2009

suis content d'etre parmi vous aujourd'hui.

Écrit par : Kendy | 25 juin 2009

je suis un jeune journaliste radio et j'affirme que ce questionnaire est très complet, merci à l'auteur et longue vie à votre carrière; olivier konan depuis Abidjan en cote d'ivoire

Écrit par : olivier konan | 02 octobre 2009

Merci beaucoup, je suis en 3e et je dois faire un diaporama sur ce metier, j'ai trouvé ici toutes les infos néccessaires. Je sent deja la bonne note arriver...
Merci.


Paul

Écrit par : Paul M. | 03 novembre 2009

Je suis un jeune béninois en formation dans le domaine de l'animateur et de journaliste sur des radio et télivision togolais.J'ai trouvais très cool cet interview et je souhaite bien de chose à celui qui là rédiger

Écrit par : arnaud serge TCHOGBO | 02 décembre 2009

je suis d'origine ivoirienne et suis étudiante en licence 2 journalisme à l'institut des sciences et techniques de la communication.j'ai apprécié cet interview qui me donne d'amples arguments de pouvoir faire le journalisme radio.

Écrit par : dorcas kone | 12 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.