Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Gabriella Cilmi... | Page d'accueil | Abd Al Malik: "ça, vraiment... c'est du lourd!" »

16 octobre 2008

Projection d'Envoyés très spéciaux!

envoyes-tres-speciaux_128.jpgHier soir, j’étais invité par Frédéric Auburtin à la projection d’équipe du film Envoyés très spéciaux. Film dans lequel je… et patati et patata… tout est là.

Donc, j’ai été convié au Club 13 de l’avenue Hoche, raison pour laquelle je me suis d’abord rendu au Ciné 13 de Montmartre.
Comme j’étais très en avance, (après avoir mis un temps fou à trouver une place) j’ai eu le temps de me promener et de m’apercevoir que je n’étais pas au bon endroit en regardant l’adresse indiquée sur mon calepin.
(Non, je n’ai pas de BlackBerry ! ! !)
Mais, comme j’étais vraiment très en avance, j’ai eu le temps de rejoindre l’avenue Hoche et d’arriver une demi-heure avant l’heure initiale.
(Tout ceci est sacrement passionnant !)
Je trouve une place devant le Club 13.
Ca n’arrive jamais un truc comme ça. Une chance de…
Un doute m’effleure.
J’appelle ma femme et lui demande avec qui elle est.
« Mais avec personne, enfin ! Je donne le bain à Stella ».
Mouais ! je réponds méfiant.
Une place juste devant, c’est louche quand même.

Bref, je sors de ma voiture discrètement. Ca fait toujours un peu idiot d’arriver trop en avance.
Je vais aller boire une bière avant la projo.

-Hé ! Salut François !
-Oh ! Frédéric ! Ca va ? Ch’uis un peu en avance, là, je vais aller me promener. Il y a un kiosque là-bas, je vais m’acheter Le Monde Diplomatique.
-Oui, oui, c’est ça… T’as le temps d’aller boire un canon, ça démarre pas tout de suite, me répond le réalisateur.

Pfff… n’importe quoi.

OCT08 003.jpg

Bref, après quelques légères libations, je me trouve enfin dans la salle de projection. Dans des fauteuils en cuir qui incitent à dormir tellement ils sont moelleux.
Ah, on n’est pas à l’UGC du coin.
Générique de début.
Générique de fin.
La salle applaudit sincèrement.
La salle s'est beaucoup amusée.

Beaucoup de rires, même.

Pourtant, les forces en présence ont tous travaillé pour le film.Ce n’est pas le public le plus facile.
Non, maintenant, je peux le dire, c’est une sacrée bonne comédie.
Avec deux trois scènes qui resteront cultes, j’en suis sûr.
Bien sûr, les scènes où j’apparais illuminent le film.
Cela va sans dire.
Aheum…

Un cocktail a suivi la projection.
J’ai suivi la foule.
Je discutaille avec quelques personnes rencontrées lors du tournage.
Fredéric Auburtin vient me voir et me demande si je mandorise la soirée. Il m’explique qu’il me lit de temps en temps. « Pas tout, parce que parfois, tu es trop long ! Mais ta note sur Dany Boon… excellente ! ».
J’espère que son film va marcher… non, parce qu’on a déjà un peu commencé à fêter sa sortie prochaine.

Il me raconte qu'il a fait un projection test auprès de 300 personnes.

96% du public était très satisfait du film. Un véritable succès.

Je lui souhaite sincèrement de trouver le public lorsqu'il sortira en salle.

Le 21 janvier 2009.

En attendant "Tchin!".

OCT08 006.jpg
J’étais content de revoir ma collègue journaliste Emilie Zapalski qui joue, comme bibi, quasiment son propre rôle dans le film.
(Nous avons d’ailleurs une scène ensemble lors du générique de début.)
(Nous sommes magnifiques !)
(Surtout elle, d’ailleurs…)
Bref, elle est là avec son homme, le photographe Laurent Teisseire.
OCT08 011.jpg
Omar Sy, toujours aussi charmant, poli, gentil.
(Et excellent dans le film !)
OCT08 004.jpg
Je croise Gilles Loufti, le directeur de Production (le monsieur qui joue au méchant quand le budget risque de dépasser. Je l'ai vu à l'oeuvre.)
On s'est toujours bien entendu, mais bon, parfois il se fout un peu de ma gueule.
Enfin, il me semble.
Il me dit: "Alors, tu t'es vu?".
Malicieux (vous me connaissez), je réponds: "oui, je suis formidable quand je parle derrière un micro. On croirait que j'ai fait ça toute ma vie!".
Il me répond: "il aurait fallu te donner le premier rôle...".
Très drôle!
J'ai aussi passé un long moment avec la monteuse du film, Béatrice Herminie.
C'est son premier long métrage en tant que monteuse principale.
Marrant parce qu'elle vient du cinéma d'auteur.
Elle a pris beaucoup de plaisir à monter ce film.
La voici avec le réalisateur.
OCT08 010.jpg
Allez, une petite photo avec l'héroïne du film.
J'aime beaucoup le flash dans le miroir.
C'est pour surligner que la comédienne est lumineuse.
OCT08 008.jpg
Je parlais plus haut de scènes cultes. L'une d'elles est joué par ce monsieur.
Dans le film, il giffle violemment les deux Gérard (Jugnot et Lanvin).
Une scène irrésistible.
Celui qui joue un terrosite irakien, dans la vie, est tout à fait sympathique.
OCT08 009.jpg
Et puis, j'ai revu Dominique Lacour. Le Chef Opérateur Son.
Je l'ai déjà dit ici, le type le plus gentil et le plus compétent de la Terre entière.
Il n'aime pas être pris en photo.
Donc...
OCT08 002.jpg
A un moment, Gérard Jugnot m'interpelle. Je  m'approche de lui et il me demande:
"Vous qui êtres journaliste, vous pensez que vos confrères vont nous assassiner dans la presse, avec un tel sujet?"
Je n'en ai aucune idée.
Ce film dénonce les travers des médias quand l'actualité s'emballe.
L'urgence de l'information, la course aux scoops  provoquent des excès, des petits (ou énormes) arrangements avec la réalité.
Un thème traité avec humour et second degré.
Voilà, en gros, ce que je réponds.
"Sinon, vous trouvez que notre duo avec Lanvin, fonctionne?"
Là, je n'hésite pas.
Oui, il fonctionne parfaitement ce tandem.
Souvent hilarant.
On parle de ses derniers films sortis.
Il déplore que Faubourg 36 ne marche pas beaucoup.
Et il me raconte le thème du film qu'il réalise en ce moment, Rose et Noir

(Une comédie historique dont l'action se déroulera dans l'Espagne du XVIe siècle.)

Bref, hier, j'ai trouvé Gérard Jugnot, beaucoup plus ouvert et détendu que pendant le tournage.

OCT08 001.jpg
Bon, ce matin, j'ai mal aux cheveux...
Le Champagne, on m'a dit, ce n'est pas de l'alcool.
Si?
Ah bon!
P.S: Merci à l'équipe du film pour leur confiance, leur accueil et aussi merci d'avoir accepté que je raconte l'intérieur du tournage, les coulisses de l'avant, pendant et après.
Certains me lisent.
Je les salue.
PS: Message personnel (en toute discrétion): Frédéric, puisque tu risques de passer ici. Je ne suis pas contre le fait de réitérer l'expérience.
Pas contre du tout.
Même un rôle tout mini mini.
Une apparition fugace.
OK?
OK!
Tape là!
(Euh... ça va sinon?)
(Hé ho! On a bien le droit de rêver, non?)
(Tsss...)


 

Commentaires

Ton regard sur la photo avec Omar en dit long sur l'état dans lequel tu es rentré... Enfin, je dis ça...
;o)

Écrit par : La Louve | 16 octobre 2008

je suis certaine que ce film va cartonner!
Bravo à toute l'équipe et heureuse pour ton aventure, j'espère qu'elle perduerera!
Bises.

Écrit par : E | 16 octobre 2008

plus qu'à attendre que sa sorte...

Écrit par : Largentula | 16 octobre 2008

Un film que j'irai voir... C'est pas tous les jours que l'on suit les coulisses d'un film, avec en plus une personne que l'on cotoie au travers d'un blog ;-)

Écrit par : Marie-Laure | 18 octobre 2008

@La louve: ...QUOI? Mes pupilles étaient dilatées ou bien?
@E: Que le ciel t'entende! Je dis ça parce qu'humainement, j'aime beaucoup le réalisateur.
@Largentula: Houlà! Ton avis... comment dire? C'est une comédie, quoi!
@Marie-Laure: Comment je me fous de la pression en racontant les coulisses...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 20 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.