Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rencontres aux Muzik'Elles 2008 (4) | Page d'accueil | Le nouveau Bénabar sort aujourd'hui! »

13 octobre 2008

Rencontres au Muzik'Elles (5):

0807110802544017826.jpg

Elle n’était pas prévue aux Muzik’Elles de Meaux ce dimanche 28 septembre. Et pourtant, le matin, Marino (l’une des deux attachées de presse du festival) m’appelle et me demande si ça m’intéresse de rencontrer Zaza Fournier l’après-midi même.

 

Bon, il faut préciser que, depuis déjà quelques jours, je me faisais harceler par la maison de disque de la jeune chanteuse pour que j’écrive un papier pour un de mes magazines ou une note sur elle pour ce blog et le site Zik Addict.

Je n’avais pas donné ma réponse, mais j’avais écouté plusieurs fois son album (qui sort précisemment aujourd'hui). Elle chante avec humour les désagréments de la vie, l’amour vache et les garçons qui s’y prennent comme des pieds. Je ne savais pas trop quoi en penser. J’aimais bien, mais je me demandais ce qu’elle allait apporter de « révolutionnaire » par rapport aux autres artistes jouant avec un accordéon.

l_dbadc046767b2e0a15aa38ca572dcf21.jpg

J'étais moyen motivé avant ce coup de fil. J’ai donc accepté la proposition de Marino. L’occasion était trop bonne de juger sur pièce le talent de cette fameuse Zaza. Si l’on ajoute au dernier moment une artiste sur la scène principale des Muzik’Elles, c’est qu’il doit y avoir une bonne raison.

 

Vers 15 heures, on m’amène donc dans sa loge rencontrer le spécimen.

Je vois une belle fille, fraîche, souriante et naturelle (ce qui au regard de la pochette du disque ne tombe pas sous le sens).

ZAZA FOURNIER_Cover ALBUM.JPG

Pas timide la Fournier, non, juste observatrice avant de se livrer.

 

Je lui demande comment elle vit ce qu’il se passe autour de sa personne. Non, parce que franchement, c’est presque lassant, tous ces éloges dans la presse et les médias…

 

-Je sais que ça commence à prendre une petite ampleur. Je suis surprise, ça me tombe dessus. Je ne l’ai pas du tout prémédité donc ces marques de sympathies envers mon travail sont très agréables et encourageantes.

 

l_48fea8d7b4f7df0c23be5c90c3fc8d55.jpg

Je lui demande d’où elle vient, elle me répond « de Paris ». Je précise ma question… quel est son cheminement professionnel pour aboutir à un disque remarqué de tous.

 

-A la base, j’ai une formation de comédienne et la musique n’était qu’un passe-temps. Je composais et écrivais depuis longtemps, mais pour moi. J’ai commencé à jouer dans la rue parce que j’avais besoin de gagner ma vie et que j’en avais marre de vendre des sandwichs et de faire des petits boulots. Très vite, j’ai rencontré des gens, ça a fait boule de neige. Je me suis retrouvée à chanter dans des bars, des petits cafés concerts…etc. J’ai fait des maquettes avec deux personnes, Jack Lahana et Rob, respectivement producteur-arrangeur et musicien. Ce sont eux qui m’ont conseillé d’accélérer le processus. A demander des avis à des professionnels pour voir si ça valait le coup d’aller plus loin. J’avoue que ce métier à toujours été un fantasme, mais que ça me paraissait tellement improbable que je n’y pensais pas de manière sérieuse. J’ai démarché un peu comme ça et la sauce a pris. Warner m’appelle pour prendre rendez-vous.  Vous assure, ce disque est là sans préméditation et maintenant, je suis ravie.

SEPT08 009.jpg

 J’imagine que, comme tous les artistes, elle n’aime pas trop les étiquettes… mais, son disque est un mélange un peu rétro-kitch de tango, de twist, de valse ou de rock’n’roll. Au final, ça donne un résultat unique. Du « Zaza’style ».

 

-Nous, sur le disque, on a essayé de détourner les idées reçues qu’il peut y avoir derrière l’accordéon. Ca m’amusait d’essayer de faire un slow à la Al Green, par exemple. J’ai beaucoup écouté Piaf, dans ma jeunesse, mais j’ai aussi beaucoup écouté Elvis et Tom Waits. Ce disque reflète cette espèce de mélange de mes goûts éclectiques.

SEPT08 010.jpg

J’en ai lu/vu/entendu qui estime que Zaza Fournier est la nouvelle Brigitte Fontaine.

Elle se marre.

 

-Évidemment, c’est très, mais alors très flatteur. J’adore cette artiste. Sa liberté à elle, j’aimerais l’avoir. C’est faire preuve de générosité que de laisser libre cours à sa folie douce. J’aime bien les gens qui nous donnent à penser, rire et rêver. Personnellement, sur scène, j’aime bien essayer d’exhorter un peu les choses qu’on peut retenir dans la vie. Ma formation théâtrale me permet sûrement de jouer sur scène…

 

Et donc, je lui demande si son look est uniquement conçu dans le but de devenir un personnage. Pour se cacher derrière, en quelque sorte.

 

-Quand on change d’identité, c’est un peu moins nous, donc, tout ce que l’on peut faire ou dire est un peu moins grave.

 

SEPT08 011.jpg

 

 

On finit par parler d’Internet, je ne sais plus pour quelle raison… mais en tout cas, je lui demande si elle tape son nom sur Google pour voir ce que l’on dit d’elle…

 

-Bon, quand je sais qu’il y a un article qui doit sortir quelque part, comme c’est le début, je jette un coup d’œil. Internet, justement, plus ça ira, moins j’irai voir. On dit tellement de choses que ça me fait un peu peur. Il va falloir que j’apprenne à me préserver.

 

Après l’interview, Zaza Fournier se prépare à monter sur scène.

500_id1_8219.jpg
Photo Nicolas Maillard (Atome 77)

Seul avec un accordéon et un ipod.

Et le public marche à fond.

Foule au début attentive, à la fin exaltée.

C’est gagné !

 Pour finir, le clip de La vie à deux.

Commentaires

Je sais que tu vas être très déçu de ce que je retiens de ton travail de journaliste d'investigation mais... je viens de te prendre en flagrant délit de grignotage de fraise Tagada, et ça va pas du tout ça !!! Je remarque efin que tu laisses la chanteuse dans l'ombre pour te dévoiler en pleine lumière, le voilà donc le vrai visage du Mandor ! 'tain, on est loin du Mandor masqué des débuts...
;o))

Écrit par : La Louve | 13 octobre 2008

@La Louve: Merde! Démasqué. Mandor est une enflure. En vrai.

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 20 octobre 2008

bonjour a tous juste pour vous dire que j'étais présente au concert des musik elles de meaux et que le hasard a bien fait les choses car j'ai rencontré une artiste simple et complète bref j'ai adorée et je lui souhaite d'avoir une trés belle carrière bonne chance zaza

Écrit par : pouget violette | 06 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.