Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le préfaceur... | Page d'accueil | Amazing Grace! »

13 août 2008

Nino Ferrer... 10 ans déjà!

0602498310083.jpg

Dix ans, jour pour jour, que Nino Ferrer s’est donné la mort.

Personne n’en parle.

Je ne comprends pas.

Sa vie était un véritable roman. Certes, malgré quelques chansons « amusantes » (Mirza, Le téléfon, Ho ! Hé ! Hein ! Bon !, Les cornichons…) son existence tenait de la tragédie.

Quand le 13 août 1998, le chanteur Nino Ferrer s’est tiré une balle dans le coeur en plein champ à quelques kilomètres de chez lui, du côté de Montcuq dans le Lot, il allait fêter ses 64 ans.

Il est connu pour ses ballades comme La Maison près de la fontaine et, surtout, Le Sud, mais son répértoire de plus de 200 chansons regorge de pépites…

2753803114c.jpg« Ce violemment antishowbiz et est allé très loin dans le refus du système » explique Olivier Cachin qui vient de sortir un superbe livre sur cet artiste qui a refusé également toutes compromissions… Je vous conseille ardemment Nino Ferrer: C'était pourtant bien.

Pitch (oh ma pitch !) :

« L’enfance en Nouvelle-Calédonie, les voyages, l’errance musicale, un chagrin d’amour irréparable, la vie d’artiste, le succès, les femmes, les énumérations, les grosses voitures, la recherche de la crédibilité, l’Italie, la fureur de vivre, l’exil à la campagne.
Et un blues de calibre douze qui se conclut par une balle en plein cœur au milieu d’un champ par une après-midi ensoleillé d’août 1998.
Nino Ferrer est un bolide lancé à pleine vitesse sur les routes de la chanson française, qu’il a d’abord transcendé avec son rhythm & blues teinté de comédie avant de redéfinir sa carrière artistique en prenant des risques insensés, sans jamais faire de compromission. Colérique, passionné, lettré, homme de groove et de goût, Nino Ferrer a marqué la musique de son empreinte indélébile. Dernier rocker et premier prince du swing, auteur compositeur interprète à fleur de peau, Nino Ferrer cumule une vie de roman et une œuvre méconnue sans équivalent dans la chanson française. Dix ans après son départ, cette biographie retrace 35 ans de carrière, de tubes, de doutes, de rencontres et de musique. »

Scan10003.JPG
Scan10004.JPG
Le 29 octobre 1986 dans sa caravane de la porte de Pantin...

Ici, le Tout petit déjà dans lequel j’évoquais Nino Ferrer (avec plus 2 fois plus de photos !).

Allez, son chef-d'oeuvre...

Commentaires

On dirait Nino Ferrer
Documentaire (Musique)

JEUDI 14 AOÛT 2008 / 21H35 sur France 5


Comme quoi, on en parle un peu quand même...

Écrit par : Largentula | 13 août 2008

Ben si, sur Nostalgie, ils en parlent... paraît-il... ;o))

Écrit par : La Louve | 13 août 2008

Thank you for remembering him

Écrit par : mary dollinger | 14 août 2008

@Largentula: OK! Mais, quand même... c'est pas la folie!
@La Louve: Tu écris pendant les heures de travail, toi? (C'est pas moi qui ferait ça...)
@mary dollinger: It's normal, he was a big singer!

Écrit par : mandor, président de la FAPM | 14 août 2008

10 ans ? Déjà ? Putain, déjà...
Curieusement, je me souviens précisément de l'annonce de sa mort. Je me souviens surtout d'avoir éprouvé une peine plus grande que je ne l'aurais imaginée. Je n'étais pas un inconditionnel du chanteur, mais... mais certaines de ses chansons étaient de véritables petites madeleines et me ramenaient quasiment systématiquement à des moments de la vie où les seules préoccupations étaient de jouer et de colorer sa vie à plein tubes. Une page se tournait ce jour là. Comme tant d'autres avant et après. Mais celle-là sentait peut-être un peu plus le sud que d'autres...
Qui va sortir Mirza ? Gaston ? Bah non, il est pendu au téléphone...
Décidément, fallait pas te tirer Nino, fallait pas... au moins pour nous...
Mais telle a été ta décision, l'homme au chapeau. Nous ne te le ferons pas porter.
Disposer de sa vie n'est-il pas la liberté suprême, au-delà des convenances, de la morale et de notre éducation judéo-chrétienne ? Mais ça, c'est une autre histoire, forcément, éminemment personnelle.

Écrit par : Olivier Goujon | 14 août 2008

Moi aussi, je me souviens parfaitement de l'annonce de sa mort à la radio. Tout ça, c'est la faute à sa mère ! Qu'est-ce qui lui a pr!s à cette dame, de mourir sans prévenir aussi !

Écrit par : MERLINBREIZH | 15 août 2008

Moi je l'ai honoré à ma manière, une petite reprise du sud sur mon blog musique (ça y est, c'est lancé, j'en parlais depuis des mois...) si tu veux à aller y faire un tour : http://www.dailymotion.com/video/x6bqvg_le-sudnino

Je continue, je suis en train de terminer un clip en animation d'une de mes chansons, je te le passerai en avant première Mr Président !

Écrit par : denis_m le song writer ! | 18 août 2008

fan de nino ferrer depuis toujours je me souviens avoir appris sa mort par un taratata en corse à 2 heures du matin....
depuis je chante ses titres au sein du groupe NINO MADI et l'arche de Noé... et ce n'est pas facile de "placer le groupe " mème en 2008 le dixième anniversaire de sa disparition...
TEDDY AU 0607511497

Écrit par : teddy | 14 octobre 2009

fan de nino ferrer depuis toujours je me souviens avoir appris sa mort par un taratata en corse à 2 heures du matin....
depuis je chante ses titres au sein du groupe NINO MADI et l'arche de Noé... et ce n'est pas facile de "placer le groupe " mème en 2008 le dixième anniversaire de sa disparition...
TEDDY AU 0607511497

Écrit par : teddy | 14 octobre 2009

je ne me souvenais pas de sa mort, on a pas bcp parlé de sa mort, c'est dommage, je l'aimais bien!!!

Écrit par : vaillant | 14 août 2011

Les commentaires sont fermés.