Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jeff Bodart... la fin d'un gangster. | Page d'accueil | Muzik'Elles (5): Amel Bent. »

25 juin 2008

Rit... un grand (mais personne ne le sait!)

Rit3.jpg
(Photo: Malou)

Rit est un grand. Cet homme orchestre marseillais est méconnu du grand public.

C’est injuste.

C’est la loi du marché, de l’industrie du disque, de la vie... bref, la faute à pas de chance.

S’il y a un artiste que je vous recommande d’écouter tout particulièrement, c’est bien lui.

Rit est un grand. Il ne faut pas passer à côté.

Rit2.jpg
(Photo: Malou)

Depuis quelques jours, j’ai installé sa musique (à écouter et éventuellement télécharger) dans la colonne de droite, chose que je ne fais jamais pour quiconque.

Pourquoi ai-je fait exception à la règle ? Parce que…

Rit est un grand.

Rit 1.jpg
(Photo: Malou)

sans tambour.jpgJ’ai connu Rit avec son deuxième album Sans tambour, ni trompette. Textes intéressants, mais musique trop dépouillé, trop minimaliste. Ce baladin manquait encore d’étoffe. Je présageais cependant qu’avec plus de moyens, Rit pourrait tout casser. Tranquillement, mais efficacement. J’avais hâte de retrouver " son goût mêlé, du reggae, du folk, du blues et de la chanson, au service d’un humanisme de rebelle zen ".

Quand j’ai reçu son Bric à Brac, j’ai été conquis immédiatement. Il était net que Rit avait progressé, qu’il était pétri de talent et qu’il fallait que cela se sache.

Ainsi quand je craque pour un artiste, je le rencontre. Je ne peux faire autrement.3700426904766.jpg

Comme mon emploi du temps est compliqué à gérer en ce moment, quand je viens à Paris, je tente de donner rendez-vous à plusieurs artistes dans le même coin.

Le 27 mai dernier, Arthur H m’ayant donné rendez-vous chez Universal, j’ai donc demandé à Rit de me rejoindre au café d’en face une heure plus tard. J’étais ravi de le choper au passage, car ce troubadour des temps nouveaux ne vient que très rarement dans la capitale…

Rit arrive, en jogging vert, la guitare à la main. Cool, zen. A l’image que je m’imaginais du personnage. Nous commandons du thé.

Rit4 vision trouble.jpg
(Photo: Vision trouble)

Je lui dis tout le bien que je pense de lui. Il me répond que son attachée de presse lui a parlé de ma bienveillance à l’égard des artistes. Je lui réponds que je ne suis pas tout le temps bienveillant. J’explique juste que je m’arrange pour ne rencontrer que des gens qui m’inspirent quelque chose de positif. Je m’aperçois en tentant une justification inutile que je suis un peu vexé. J’ai donc cette réputation-là. La bienveillance. Je décide finalement de le prendre comme un compliment.

J’interroge Rit sur son évolution.

-Ça fait presque 10 ans que j’écris des chansons. J’ai appris à écrire, puis à composer, puis à faire des concerts… j’ai fait cela dans cet ordre qui me parait logique. En ce moment, j’aimerais bien que ma situation évolue. Mon boulot, c’est d’aller de village en village, de colporter la bonne parole et le plaisir. Je suis comme un troubadour. Je constate un truc qui me chiffonne…Je suis plus connu par les professionnels que par le grand public. Il y a un problème quelque part…

J’acquiesce. Je ne trouve pas cela normal, parce que…

Rit est un grand.

Rit concert.jpg

-Au départ, je viens plutôt du rock… Led Zep, Hendrix, Red Hot… puis j’ai réellement découvert Bob Marley il y a une dizaine d’années. J’ai compris que l’on pouvait dire des choses énervées tout en étant cool, zen avec une belle mélodie, un beau message. Si le support est déjà très agréable, tu vas pouvoir écouter plus attentivement…

En discutant avec l’artiste, je comprends qu’il est dans une période charnière, qu’il souhaite que son travail soit reconnu à sa juste valeur.

-J’avais eu de très bonnes critiques pour mon précédent album. Ca met une petite pression pour le suivant. Bric à Brac, à mon avis, est moins mélancolique, moins dépouillé, moins sombre… De plus, nous avons eu plus de jours de studio. Cela permet des finitions de meilleure qualité.

Rit concert 2.jpg
(Photo: Caruel Baptiste)

Les textes de Rit ont la particularité d’être simple et de contenir un message, souvent contestataire… tout en douceur.

-J’ai un style très direct. Je ne me suis jamais considéré comme un poète. J’écris comme je parle. Je tente d’être le plus clair et le plus compréhensible possible. Il faut que ce soit mélodique, colorée, chantant... et que surtout, que mes chansons ne soient pas inutiles. Qu’elles disent quelque chose.

Rit a construit son répertoire au rythme d’une vie rétive depuis toujours à la hiérarchie et à l’autorité. Des chansons comme Robin des quoi ? (ma préférée) ou T’es qui toi ? sont de véritables charges sur la société dans laquelle nous vivons. Sans discours moraliste, sans démagogie… il fait juste des constats. C’est très fort, mais après tout…

Rit est un grand.

27.05.08 Rit 2.JPG

Et j’ai l’impression aussi qu’il est un homme libre, sans concessions.

-Je pars du principe qu’on à tous la liberté que l’on se donne. La liberté, c’est une clôture que l’on va installer, plus où moins largement. C’est quelque chose que l’on s’impose. Personnellement, très tôt, j’ai choisi de ne pas avoir de patrons, d’avoir le mode de vie que j’ai actuellement. Et je t’assure, si tu crois que c’est facile… Non, c’est dur. Très dur parfois.

Je ressens dans le regard de Rit un peu de dureté. Pas de la méchanceté, de la dureté. Même s’il sourit… Étrange mélange.

-Avec moi, je suis intraitable, c’est parfois très fatiguant d’être ainsi. J’ai plus de largesses avec les autres qu’avec moi-même. C’est pour ça que je travaille seul. Il m’arrive d’être très dur. Implacable, même parfois.

27.05.08 Rit 3.JPG

Le vrai prénom de Rit est Éric. Rit est donc un personnage. Un double de lui-même ?

-Il ne faut pas exagérer. Ça me permet juste d’avoir un garde fou. Le recul ne fait de mal à personne. Je ne sacralise surtout pas ma condition de chanteur. Au contraire, j’aurais tendance à la désacraliser. Dans la vie, je suis mon premier bouc émissaire et mon premier sujet de moqueries.

Ce que j’apprécie chez Rit, c’est qu’il ne manie pas du tout la langue de bois.

Ses collègues chanteurs en prennent pour leurs grades… écoutez ici sa participation au Fou du Roi sur France Inter, la reprise des Élucubrations d’Antoine…

27.05.08 Rit 4.JPG

Globalement, il n’aime pas certains artistes de la nouvelle scène française…

-T’as déjà écouté Bénabar ?

-Euh… non, pas souvent.

(Quel menteur ce Mandor !)

-Je respecte son art, mais quand tu écoutes une chanson, tu les as toutes entendues. Tu écoutes Renan Luce, pour moi, c’est super lisse. Il écrit bien le gars, mais il faut arrêter le côté super léché des choses pour absolument vendre. Renan Luce a un réel talent, je ne le conteste pas, mais c’est toujours les mêmes accroches de guitare, toujours les mêmes gimmicks de piano. C’est toujours pareil ! Je n’adhère pas. Par contre, un mec comme Erwan Séguillon du groupe Java, je l’admire vraiment. Il est un vrai poète, un génie de l’écriture. On fait tout un pataquès sur Raphaël, Cali et Bénabar… Ecoute Erwan, tu vas redécouvrir une manière d’écrire les choses.

Bon, puisqu’il à l’air bien parti, profitons-en. Le bienveillant que je suis lui demande ce qu’il pense de la condition d’artiste (le thé m’inspire de grandes questions…).

-Il faut arrêter de sacraliser les artistes. Il n’y a pas de métier qui est mieux que l’autre. Ce n’est pas parce qu’on est sous la lumière qu’on est différent. On est des saltimbanques, mais que faisons-nous ? On permet juste aux gens de se déconnecter pendant 5 minutes de leur condition métaphysique d’humain. Il faut arrêter le côté gros bizness ! C’est insupportable ! J’ai fait pas mal de premières parties de chanteurs " célèbres "… certains sont plus de la marchandise que des musiciens ou des chanteurs…

27.05.08 Rit 5.JPG

Marrant, je croyais Rit timide. Pas du tout.

-On dit ça souvent de moi. Rien n’est plus faux. Je suis plutôt réservé, en retrait, mais c’est parce que j’observe. Je suis un contemplatif de mes contemporains.

Nous terminons la discussion avec ses projets.

-J’en ai plus qu’avant, c’est certain. Je vais jouer avec des touaregs d’Algérie, comme je l’avais fait avec mon projet africain (l’album Voyageur, enregistré au Bénin en 2007, sous le nom de Jawa Rit… à voir là). Je vais aussi créer un conte pour enfants. Il y aussi de nombreux concerts en perspective…

A découvrir absolument parce que son disque réunissant du bricolage hip-hop blues, du folk balnéaire, des expériences dub et électro et son reggae des garrigues est magistral.

Ses textes ne le sont pas moins… magistraux.

C’est vraiment mon coup de cœur du moment parce que…

Rit est un grand.

(Son MySpace)

EDIT:
Et pour écouter le magazine de 2 minutes, tiré de cette interview... ça se passe ici (77FM).

Commentaires

Même gimmick de piano pour Renan Luce? Il n'y a pas de piano dans son orchestre!!
Tu dois te tromper d'auteur-compositeur-interprète.
Ce qui caractérise Renan Luce c'est justement la diversité de ses propositions poétiques et de sa musique.
Ecoute attentivement les 13 chansons de son album!
Mais sans rancune...

Écrit par : paul samson | 25 juin 2008

@Paul Samson: Sans rancune, d'autant plus que ce sont des propos de Rit et non de moi... (je retranscris toujours fidèlement les "dires" des artistes).

Écrit par : mandor, président de la FAPM | 25 juin 2008

Le "sans rancune" s'adresse bien sûr à Rit qui en effet est peut-être un futur grand s'il est capable de travail et d'exigence envers lui-même. (J'ai écouté ses 11 chansons et je les réécouterai sûrement)
Bravo pour l'interview

Écrit par : paul samson | 25 juin 2008

Moi aussi j'adore. Mais je ne partage pas son opinion sur Renan Luce, et je sais que toi non plus.
Au fait, combien mesure-t-il ce Rit ?

...désolé...

Écrit par : La Louve | 25 juin 2008

Mais ! Qu'est-ce le "Grand" et vous fichez à boire une tisane devant Mon Berlingo 2.0 HDi ? Mais on peut donc plus se garer peinard ici ? Non mais...

P.S. Je ne connaissais Rit, et c'est très cool !

Écrit par : merlinbreizh | 25 juin 2008

Musicalement c'est au top ! grand poète, très beaux jeux de mots (comme j'aime) et surtout, Dieu comme c'est devenu rare, une contestation poétique qui a des petits parfums d'ancien temps .... j'achète.

Écrit par : Fanny | 27 juin 2008

Les commentaires sont fermés.