Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« José Giovanni... une grande gueule! | Page d'accueil | Mary Dollinger... et Alain sont à Paris. »

18 avril 2008

Première rencontre avec... Mokaiesh.

1562423494.jpg

Hier soir, mes nouveaux amis de Spöka, (je n’en remets pas une couche parce que bon, quand même…) ont convié quelques journalistes blogueurs triés sur le volet (là, je vous assure, je me retiens de faire un mauvais jeu de mots !) pour une écoute du premier album du groupe de rock Mokaiesh.

J’ai le disque depuis déjà quelques semaines, je le connaissais donc bien, mais comme on m’avait promis qu’il y aurait de quoi étancher ma soif, je suis venu.

(Rhooo… vous ne me prenez pas au sérieux, là, quand même ?)

Ça, c’est passé au Truskel

Donc, il y avait, effectivement, de quoi faire plaisir aux gosiers des journalistes (tous des poivrots, comme de bien entendu !)

Nous étions une petite vingtaine (en comptant aussi quelques personnes de chez AZ/Universal). Bref, petit comité de gens bien sous tout rapport... (il m’a semblé en tout cas).

Voici quelques photos de l’endroit et des forces en présence…

1695778987.JPG
635226422.JPG
415031430.JPG
Au premier plan: Eric Langlois conversant avec Cyril Mokaiesh...

Pendant l’écoute, j’ai entendu des commentaires plutôt élogieux et un : « Quand même, ça ressemble à Noir Dez’ ! ».

Ah d’accord, c’est du rock français très énergique et poétique, avec une voix magnifique, donc forcément, hein, ça ressemble à Noir Désir.

Moi, depuis que j’ai entendu un journaliste (si, un vrai en plus !) dire, en écoutant un tube de Yannick Noah : « Purée, on dirait vraiment du Bob Marley ! ».

Va la manger ta purée et surtout, change de métier.

561191374.jpg

« On retrouve dans les chansons de Mokaiesh l'écho lointain, mais toujours vif du fameux diptyque rock de l'idole Ferré– Amour anarchie – (68). Comme Ferré, Cyril écrit avec la rage d'un fauve déchiquetant sa proie, étrillant cette langue française avec l'amour et le respect qu'on doit à ceux qui vous nourrissent. »

C’est ce qui est indiqué sur le MySpace du groupe.

Très d'accord, je suis.

 

Je vous propose de regarder une vidéo « non officielle », Va Savoir, en version acoustique… dans les loges de la Boule Noire.

 

 

Après l’écoute, je descends dans les sous-sols du bar avec 3 membres du groupe.

Cyril Mokaiesh, le chanteur, guitariste, auteur, compositeur… Éric Langlois, le batteur et Alban Seillé, le bassiste. Manquait Jan Pham Huu Tri, retenu je ne sais plus où…

Je fais une mini interview. Parce que je ne peux m’étaler une heure dans ce genre de contexte...

1640034097.JPG
De gauche à droite: Alban Seilié, Cyril Mokaiesh et Eric Langlois.

Cyril m’explique comment tout à débuté pour lui.

-J’ai eu la révélation que je pouvais écrire des textes, puis de la musique, puis chanter des chansons à l’âge de 17 ans. Il faut dire que mes premières émotions musicales dans la chanson française sont liées aux mots. Brel, Ferré, je les ai écoutés toute ma jeunesse. Ça m’a donné envie de couper court à ce que je faisais avant.

(Note de moi-même : Le jeune homme était bien parti pour faire une belle carrière de tennisman… je ne comprends pas pourquoi il ne souhaite pas en parler…)

1432082682.jpg

-C’était une transition adolescente, mais importante pour moi. J’ai commencé à enregistrer à 17 ans, puis de manière plus professionnelle à 19 ans. J’ai cherché des musiciens et je suis « tombé » sur Jan. Une vraie complicité musicale et humaine est née à ce moment-là. Jan m’a présenté Alban et le projet est devenu collectif. J’ai abandonné l’idée d’un projet solitaire. Éric est arrivé peu après. Il nous avait été vivement conseillé par pas mal de gens.

C’est ainsi que le poids des mots de Cyril s’équilibre avec un son porteur d'une même fougue, d'un même élan volontaire et frondeur.

Du culot et de l'érudition. Voilà ce qui saute aux yeux (et aux oreilles) en les écoutant.

À 22 ans, Mokaiesh  ne manque ni de l'un ni de l'autre.

J’ai comme la vague impression que tout va vite pour eux.

Éric répond :

-L’évolution a été très rapide, mais on a beaucoup bossé. Tu sais, chacun de nous avait commencé nos vies de musiciens avant d’intégrer le groupe et on a tous pas mal d’expériences. Nous ne sommes pas des débutants.

431262705.jpg
Cyril Mokaiesh

Ce dont je ne doute pas, car je trouve leur album très abouti. Je dois dire que je suis impressionné par la maturité de Cyril qui n’a que 22 ans. Il te raconte pourtant la vie, l’amour et la société avec une poésie à la fois sensible et réaliste.

-Je lis beaucoup de poésies, très peu de romans. La poésie me permet une ouverture. J’y vois ce que je veux. C’est ce que je tente d’exprimer dans ma musique et mes textes. Je ne veux rien de figé et d’instantané. Je souhaite atteindre un mélange d’images et de formes qui laissent l’imagination vagabonder.

Il y parvient.

Avant de nous séparer, je leur dis qu’il manquait un groupe comme le leur en France.

(Parce que, en ce qui me concerne, BB Brunes et consorts… ça ne me fait pas vibrer. Mokaiesh si.)

453033041.JPG

Je vais suivre leur carrière avec attention.

Ce soir, ils seront là.

570968758.jpg

Bonne occasion de les découvrir.

Allez, en attendant un vrai clip, je vous laisse avec un « live ».

Gilet pare-balles.

 

Commentaires

Oh mais c'est ce soir et à 2 minutes 30 de chez moi!!!!!!!!!!!!!
Sinon bonne fête toi!;)

Écrit par : E | 18 avril 2008

Ah la la je suis contente !! Moi non plus ils me font pas vibrer les nouveaux groupes de rock neuneu qui ressemble à de la pop neuneu. En plus il est beau ce garçon, je suis encore partie pour être amoureuse d'un chanteur, merci beaucoup.

Quant à la réflexion Bob Marley/Yannick Noah ... morte de rire ... limite si je préfère pas Yannick Noah à Bob Marley tellement ça m'énerve qu'on ne sache parler de Reggae sans parler de lui ...

Écrit par : Fanny | 18 avril 2008

@E: Et je présume que tu y es allée???
@Fanny: Moi, tu sais, si je peux te faire plaisir...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 20 avril 2008

Les commentaires sont fermés.