Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une Cascada de plaisir! | Page d'accueil | L... et un peu Babx! »

05 mars 2008

Staël... human pop!

1831114613.JPG

 Le groupe Staël, il est clair que je ne pouvais passer à côté… cela fait des mois que je reçois dans ma boite aux lettres différentes versions de leur premier album. Des CD 5 titres, d’autres complets, mais pas définitifs et encore des non mastérisés… bref, tout ça pour dire que la maison de disque semble croire à la destinée de Staël. Visiblement, elle mise sur eux.

 

Ce n’était pas la peine d’insister, moi, tout de suite, j’ai mis le premier envoi dans ma pile : « à traiter ». J’attendais juste la sortie officielle. Puis, pris par tout plein de trucs à faire, j’ai laissé passer la sortie. Alors, aujourd’hui, je me rattrape parce que cet album est beau.

 

Une collection de chansons passant volontiers du pastel d’une pop nerveuse ou d’une folk enflammée à l’esquisse d’une chanson simple, intense et dépouillée. On sent dans ce combo grenoblois une solide culture rock et un goût prononcé pour la littérature.

 

Une présentation de Staël s’impose :

C’est d’abord Yann Rambaud (chant-guitares et tous les textes), Julien Silvano (basse-guitares-harmonica), Marc Di Malta (batterie, guitares, Claviers) et Damien Monet (guitares, claviers, basse, chœurs).

982286356.JPG

J’ai rencontré le leader et créateur du groupe, il y a quelques semaines dans un hôtel de Belleville. J’ai habité longtemps dans ce quartier, je ne savais pas qu’il y avait un endroit comme ça Rue Louis Bonnet. On en apprend tous les jours.

Yann Rambaud est un type souriant. La tête bien faite et bien vissée sur les épaules. Humain, quoi. Normal.

Comme l’univers de Staël.

 

-J’ai été éducateur pendant 10 ans. J’ai bossé avec des cas sociaux, des gens dont le handicap était lourd, des prostitués, bref, pour beaucoup, des cabossés de la vie. Ces années ont une incidence évidente sur mes textes de chansons.

Yann a écrit un disque généreux, sincère et authentique. Il se refuse tout cynisme ou autre ironie facile…

-Sur le cynisme, on ne construit rien. Plus que la méchanceté ou d’autres défauts humains, le cynisme est en pole position du sale côté humain.

Bien sûr, expliqué ainsi, on pourrait penser que ce discours ressemble au message véhiculé par l’Ile aux enfants. Non, parce que la gravité est présente, les travers de l’Homme ne sont pas mis à la corbeille de l’indifférence. Avec la poésie, on peut dire beaucoup de choses. Cet album est léger, mais intense.

1244184030.JPG

Yann m’éclaire un peu plus.

 

-Un disque, il ne faut pas l’absorber à la première écoute. Il faut y revenir pour s’imprégner. C’est comme la nourriture, il ne faut pas que soit trop sirupeux, trop sucré. Si on a tout de suite le goût, on est vite écoeuré. Notre musique, nous souhaitons qu’elle se déguste pour aller jusqu’à l’âme. L’âme est toujours enfouie très loin, c’est donc un long parcours…

N’allez pas croire que ce disque est inaccessible. Cette pop simple et efficace touche au cœur sans qu’on s’en aperçoive tout de suite. Curieuse sensation, je vous assure.

1610221799.jpg

Staël cultive volontiers une finesse et une subtilité toute féminine. Et les femmes hantent d’ailleurs souvent jusqu’aux titres même des chansons : Héloïse, Anna relève-toi ou Magdalène et moi, Un bouquet de fleurs pour Lucy.

 

-Il y a une certaine féminité dans ce disque. On exprime notre fascination de la femme par son exploration. Et puis, il faut bien le dire les choses, les hommes sont en perte de repères. On ne sait plus comment se positionner. Ce sujet là, s’il n’est pas original, m’inspire beaucoup. Il me permet aussi de révéler la part de féminité qui est en moi.

Et comme une femme, il est très instinctif.

-C’est marrant que tu me dises ça, parce qu’effectivement, je travaille de manière très instinctive. Et puis je n’écris jamais le texte avant la musique. La musique va m’inspirer les mots. Je me laisse porter, absorber par elle.

1544231691.JPG

Je dis à Yann Rambaud que je trouve qu’il devrait écrire pour d’autres artistes. Je ne croyais pas si bien dire…

-J’en ai extrêmement envie aussi. Des gens de ma maison de disque m’ont dit qu’il y avait une pénurie d’auteurs en ce moment. Ils partent tous peu à peu et la nouvelle génération d’auteurs ne parvient pas à les remplacer complètement. Je vous assure, les éditeurs ont du mal à trouver des personnes qui sachent vraiment écrire des textes pour chansons. Moi, j’aimerais travailler avec quelqu’un, mais pour un album entier. Un peu comme le fait Benjamin Biolay.

Voilà, je ne vais pas faire un long discours sur ce groupe. Il me fait juste penser à un slogan très mitterrandien: La force tranquille.

Staël, c’est tout à fait ça.

 

Pour clore cette note, voici leur MySpace... allez, je vous laisse découvrir leur premier clip, La disgrâce.

 

Commentaires

Ah ! Elle arrive enfin ta note sur Staël ! D'abord un grand merci à toi de m'avoir offert l'album. Je connaissais déjà "La disgrâce" mais le reste de l'album m'a véritablement emballé.
Des textes touchants mais également un son et une production top. La prod du titre avec les samples indiens est excellentissime. Mes filles (oui je sais je parle encore d'elles, pfff...) adorent aussi et quand des gosses de 7 et 10 ans aiment des chansons, c'est bien signe qu'il y a du tube là dessous. Oui, moi aussi je peux être aussi enthousiaste que Mandor et alors ?

Écrit par : La Louve | 05 mars 2008

J'aime le clip, j'aime la voix, j'aime la musique. Poétique, c'est ds l'air du temps avec le printemps des poètes. C'est très sympa. Coup de cœur. Merci Mandor.

Écrit par : Nath | 05 mars 2008

Pour avoir eu la chance de les voir sur scène, je ne peux que recommander ...

(sinon, pour faire ma "chieuse", "la force tranquille", c'est de Léon Blum, honteusement repiqué par Séguéla pour le coller sur une image très "France de Vichy" ... Comme quoi, les extrêmes, c'est souvent payant! )

En tout cas, Staël, c'est du bon !

Écrit par : boronali | 05 mars 2008

@La Louve: Oui, mais, Olivier, tu as biberonné tes enfants à la belle chanson française, normal qu'elles soient réceptives à ce groupe...
@Nath: Content que ça te plaise. Je ne suis pas toujours sûr de mes choix, tu sais.
@boronali: Ah! Toi aussi tu apprécies? Je ne l'aurais pas parié... tu es un monsieur rock... (qui, donc, cache un coeur sensible.)
;o)

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 06 mars 2008

Faudrait que tu voies ma minable discothèque mon Mandor pour découvrir que je ne suis pas si rock que ça. Quitte à avoir une étiquette, celle de "eclectique" m'irait bien, vu que j'écoute absolument de tout. Sauf de la variété française ou internationale.

J'vais même te révéler un secret en plagiant le général de Gaulle (on est dans le ton là ...) : pour moi, après avoir bien étudié la question, il n'existe en fait que deux types de musique : la bonne et la mauvaise.

(j'écoute de façon très arbitraire la première catégorie)

Écrit par : boronali | 06 mars 2008

@Boronali: Tu ne peux pas t'imaginer à quel point je suis d'accord avec vous (toi et le général). Moi, je vais plus loin (mais personne ne comprend ce point de vue), on a même le droit d'écouter de la mauvaise musique, tant qu'on ne l'impose pas aux autres. (Intéressant ce débat qui va changer la face du monde!).

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 07 mars 2008

D'autant plus vrai que certaines personnes peuvent de façon indue considérer la bonne musique comme étant mauvaise ...

Écrit par : boronali | 07 mars 2008

Les commentaires sont fermés.