Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rodolphe Burger... l'homme blues! | Page d'accueil | Staël... human pop! »

04 mars 2008

Une Cascada de plaisir!

1713977531.jpg

Savez-vous faire le grand écart ?

Moi oui et j’adore ça !

Le grand écart rédactionnellement parlant, bien sûr.

Qui peut oser enchaîner deux notes aussi aux antipodes l’une de l’autre ?

De Rodolphe Burger à Cascada vous trouverez un isthme de Gibraltar informatif.

Bon, vous, je sais bien, vous ne connaissez même pas cette Allemande qui chante sur de la dance music depuis bientôt deux ans et qui cartonne dans toute l’Europe.

Mais, appelez vos petits frères et vos frangines adolescentes, voire vos enfants… (Oui, il y a des vieux croûtons comme moi qui passent ici, je suis au courant.), vous constaterez qu’ils connaissent.

Pour votre culture personnelle, voici son MySpace français.

1141471566.jpg

Donc, quand l’attachée de presse m’a proposé de rencontrer Cascada, je ne vous cache pas que j’ai hésité (au moins 2 secondes). Les puristes de la musique rock, pop, les amateurs de la jolie chanson française, les mélomanes de tout poil allaient m’assassiner (rien que ça !), c’était sûr !

Ce 30 janvier 2008 (je n’avais pas encore rasé mon bouc pour cause de carrière gigantesque dans le monde du 7eme art !), je débarque à l’hôtel Duret (décidément, c’est un endroit ou je rencontre des vedettes étrangères). Mince, ma traductrice n’est pas encore arrivée…

-‘tain, Marine, kess tu fous ????

-Ben, je n’ai que deux minutes de retard !

-Oui, mais ils sont en avance et m’ont déjà baragouiné des trucs dans une langue inconnue. J’ai rien compris…

-Euh... Mandor, ce n’est que de l’anglais !

-Ah, c’est de l’anglais ! Peuvent pas causer la France , comme tout le monde !

(NDLR : Aucune traductrice bénévole et sympathique (et jolie) n’a été maltraitée. Ce dialogue est un dialogue fictif écrit dans le seul but de vous faire sourire et je suis sûr que le but est atteint (comme une tarte) parce que l’humour déployé ici est absolument irrésistible.)

559042043.jpg

Donc, ce que je savais de Cascada.

C’est qu’en 2007, elle avait fait sensation avec deux singles : Miracle et Everytime we touch (cliquez sur les titres pour voir les vidéos).

Vous vous en souvenez, hein ?

Oui.

Merci d’être poli.

 

Ils s’étaient vendus à plus de 450.000 exemplaires et se sont classés respectivement nº 1 et nº 2 du Top Ifop (je mets au défi quiconque de vérifier cette info que j’ai piqué dans un argu envoyé par la maison de disque mais que je prends pour argent comptant parce que dans mon pays imaginaire, le marketing n’existe pas.) Son premier album a été couronné de succès puisque disque d’or il fut.

J’ajoute que Cascada a été récompensée aux World Music Award 2007 dans la catégorie Best selling artist from germany, ce qui en jette un max, avouez-le !

Que puis-je vous dire encore sur cette jeune allemande ?

Que je la rencontre, car elle sort son deuxième album.

Perfect Day, il s’appelle.

Et, il y a déjà un clip de son nouveau tube, What hurts the most, qui tourne partout.

 

 

J’ai fait une interview, peut-être faut-il que j’en parle.

Je ne sais pas.

J’ai un peu peur de vous bouleverser. Une crainte que vous regardiez le monde d’une autre manière. Telle n’est pas la vocation de ce blog… moi, je veux juste vous instruire, rien de plus.

Ahem…

Donc, je demande à Natalie Horler (c’est le nom de la chanteuse du groupe) pourquoi, elle se présente seule sur scène ou à la télé alors qu’il s’agit d’un trio.

(Étudiants en journalisme, prenez des notes, je vous prie. Admirez ce qu’est une interview rondement menée.)

 

-Il a été décidé que je sois la seule représentante du groupe Les autres ne montent pas sur scène. Manuel Reuter et Yann sont des producteurs dj’s… des hommes de l’ombre.

(La réponse est claire, nette, sans bavures. Je me prosterne devant tant de talent.)

A moi d’être à la hauteur des réponses.

1690910289.jpg

Je poursuis mon travail de journaliste d’investigation.

Je demande à Marine de lui traduire cette question essentielle. Se remet-elle de ce succès mondial et si soudain ?

(Non, je ne donne pas de conférences, ni de cours sur l’art d’interroger des artistes qui ont des choses à dire, je garde ça pour moi. Est-ce que quelqu’un a déjà donné la recette du Coca-Cola ? Non. Ben, là, c’est pareil…)

 

-Ca n’a pas été si immédiat que cela. Avant de se faire connaître, on a tourné 3 ans et demi. Il n’y a que depuis presque deux ans que l’on cartonne.

(Voilà par l’exemple une preuve qu’il faut tenir ses fiches à jour.)

Sinon, peut-elle me raconter son passé parce qu’au fond, personne ne sait rien sur elle.

Et c’est parfaitement dommageable pour la bonne marche du monde.

 

-J’ai grandi en Allemagne, mais de parents anglais. J’ai toujours aimé la musique. Je chantais dans la chorale de l’église puis dans les cocktails (Marine, tu es sûr qu’elle a bien dit « cocktails « ? Oui ? Ah bon !), ensuite, j’ai travaillé dans des studios et rencontré des dj’s et des producteurs. Le projet Cascada est né ainsi.

Quand je pense que j’allais m’apprêter à lire tout Schopenhauer ! Je me contente de demander à sa compatriote si elle ne souhaite pas sortir de la barque Cascada.

(Parfois, il faut prendre des risques, être insolent, mais toujours garder le sourire. Tout passe mieux en gardant un visage avenant. Notez, notez…)

 

-J’ai 26 ans, je suis encore jeune. Je n’ai pas encore de projets précis pour l’instant. Mais, dans 10 ans, si je continue de chanter, il est fort possible que je fasse quelque chose dans un registre différent.

Comme il faut bien l’interroger aussi sur la raison de notre entretien (le nouvel album, je le répète pour les lecteurs qui se seraient endormis… ce qui me paraîtrait complètement incompréhensible, vu l’intérêt de cette chronique.)

599532282.jpg

Donc, Natalie, concernant la sortie de ce deuxième disque, des pressions ?

(Je n’ai pas dit dépression).

 

-Ce n’est pas la peine de s’inquiéter. Ca ne sert à rien.

En effet.

Je ne sais plus quoi ajouter.

Tout a été dit.

1435662250.JPG

(Message personnel aux gens du forum de Cascada qui vont atterrir ici très vite : je ne me moque pas de votre artiste préféré, j’écris juste une note au second degré sur un journaliste (moi) qui n’a pas assuré un caramel et qui n’a proféré qu’un tissu de banalité confondante à une artiste disponible, fraîche, sympathique, à l’énergie contagieuse. Sa musique, vous l’avez compris, n’est pas ma tasse de thé, alors, très lâchement, je fais preuve d’ironie (et surtout de beaucoup d’auto-ironie). Ne soyez pas heurtés, je respecte tous les artistes. Il en faut pour tout le monde et ce n’est pas l’auteur de ce blog très varié qui vous dira le contraire…)

(Message personnel aux personnes de la maison de disque : idem que pour ceux du forum).

(Message personnel à la famille de la chanteuse du groupe Cascada : Ca va ? Vous allez bien ?)

Commentaires

Y a de la concurrence en cuissot tout de même.
On mange bien en Teutonnie.
ON y chante... ma foi, on y chante, c'est déjà ça.
Des bizettes, j'aime ta mine un peu... "je suis là, mais...je suis pas là"

Écrit par : Mélina LOUPIA | 04 mars 2008

Les photos sont confondantes de naturel...
... Et soudain jaillit, à point nommé, la photo mandorienne ;)

(cela dit, j'ai bien rigolé avec un bout de clip. clap !)

Écrit par : secondflore | 04 mars 2008

J'ai beaucoup ri, Mandor, tu te surpasses avec les jolies blondinettes ! Ceci dit, je crois que ma fille va aimer.

Écrit par : Nath | 04 mars 2008

C'es dur d'être méchant, hein ?.....

Écrit par : merlin | 04 mars 2008

Vous faites un bien beau métier Monsieur Mandor.. faut coucher pour être journaliste et interviewer de jolies allemandes blondes ???

Écrit par : fv | 04 mars 2008

Mandor,
Es war eine gute interview. Es war wunderbar.Deine Bouc macht mir sehr excitée. Ich liebe deine Sanyo und deine humour. Ich wolle eine natch mit dir passieren. Ich wolle sex mit dir haben.
Jawohl und viele küssen
(ouais j'ai fait huit ans d'allemand et même pas capable d'aligner une phrase correcte!)

Écrit par : Juju le pigiste | 04 mars 2008

:)

j'ai rien dit hein...

Écrit par : balbc FAPM | 04 mars 2008

La pochette perfect day, c'est une blague ?
Photoshop devrait être interdit des fois
(oui je sais c'est moi qui dit ça... tss...)
;)

moi non plus j'ai rien dit..
sinon ça va toi ? bise !

Écrit par : katy fapm | 04 mars 2008

Allez, une ch'tite poésie de Rilke pour ta cascadeuse de l'interview !

Sie haben alle müde Münde
und helle Seelen ohne Saum.
Und eine Sehnsucht (wie nach Sünde)
geht ihnen manchmal durch den Traum.

Fast gleichen sie einander alle;
in Gottes Gärten schweigen sie,
wie viele, viele Intervalle
in seiner Macht und Melodie.

Nur wenn sie ihre Flügel breiten,
sind sie die Wecker eines Winds:
als ginge Gott mit seinen weiten
Bildhauerhänden durch die Seiten
im dunklen Buch des Anbeginns

Je précise qu'aucun mot français n'a été maltraité.

Écrit par : Olivier Goujon | 05 mars 2008

Tu n'as pas de traductrice allemande?

( heu...désolée...pas trop de commentaires sur le reste de l'article, excepté que j'ai quand même pas mal souri !! )

Écrit par : Maud | 05 mars 2008

@Mélina Loupia: J'avais la mine que tu dis et ce n'était pas que de l'apparence.
;o)
@secondflore: Suis-je en train de déceler une pointe d'ironie? Ce clip, tu ne peux pas ne pas l'avoir aimé, hein? Tiens, au moment où j'écris ces lignes, je t'imagine danser sur Cascada devant ton poste de télévision...
@Nath: Il n' y a aucune second degré dans cette note. Non, non.
Ahem!
@merlin: Là, je suis au top de ma méchanceté! Tu as vu comme ça valse de tous les côtés? Impressionnant!
@fv: Non, m'sieur Vignale, pour interviewer de jolies allemandes blondes, il suffit juste de n'avoir aucune personnalité et d'accepter toutes sortes d'interviews... je suis moins sélectif que d'autres... hein, Fred?
@Juju le pigiste: J'ai pas tout compris, mais un peu quand même. Par exemple, j'ai complètement saisi que tu racontes beaucoup de conneries (mais elles m'ont fait sourire).
@balbc FAPM: Interdit de critiquer son président, de toute manière... on avait dit.
;o)
@Katy FAPM: Ca va très bien, petite grenouille. Et toi? (le à matelas?).
@Olivier Goujon: Le retour d'Olivier. J'ai bien rilke en lisant ce poème. (Manque un peu la traduction, quand même!)
@Maud: Je n'ai pas de traductrice allemande, parce qu'elle fait sa promo en anglais. (Voilà une réponse tout à fait passionnante.)

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 07 mars 2008

Les commentaires sont fermés.