Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Barbet Schroeder et Fernando Vallejo... | Page d'accueil | Juliette... le joyau de la chanson française! »

25 février 2008

Julien Jouanneau... un pigiste plein d'avenir!

312187781.jpg 
Julien Jouanneau, vous le connaissez peut-être sous le nom de Juju le pigiste. J’en ai déjà parlé ici, parce que je trouve ce jeune homme tout à fait intéressant et il a la faculté de me faire souvent sourire dans ses écrits.

(Même s’il m’énerve).

Lorsque je l’avais mandorisé, il avait émis la vague idée de faire éditer quelques-unes de ses chroniques publiées sur son blog, pour en faire un livre.

(Arf… proprement ridicule !)

À ce moment-là, je l’ai regardé avec beaucoup d’affection, en me disant : « oui, c’est ça bonhomme, moi, j’essaie de publier quelques-unes des miennes et je n’y parviens pas, alors pourquoi, toi, petit jeune, tu réussirais là ou j’ai lamentablement échoué? »

La réponse est simple. Parce qu’il a tenté, le salaud !

Confessions d’un pigiste, ça s’appelle.

Un livre drôle, au récit enlevé et palpitant.

Rien que ça !

 850960663.JPG

Photo: Benjamin Boccas (http://www.benjaminboccas.com/)

En plus, il m’annonce gaillardement (aucun respect pour les vieux schnocks !) que c’est en lisant cette note chez moi qu’il a eu l’idée de contacter Les éditions du Cygne.

(Le cuistre !)

L’est gonflé le Juju.

Dois-je lui rappeler que c’est moi l’ancien. Je devrais avoir une priorité à la publication.

Bon, pour lui montrer à quel point je suis grand seigneur, je lui propose une autre mandorisation.

(J’suis con, moi, parfois…)

Il me donne rendez-vous dans un bar de la rue Caulincourt, au Rêve.

Je connais bien cet établissement, Nicolas Rey m’y avait emmené après une mémorable interview très avinée… nous nous étions finis à la bière en regardant les filles passer.

Bref, rien que de pénétrer dans cet endroit, mon mal de tête est revenu.

Julien arrive à l’heure. Son petit sourire insolent et sa tête de Tintin qui aurait mangé du Brad Pitt m’incitent à repartir aussi sec. C’est qu’en plus, il a un physique de télé… il fait ça rien que pour me rendre jaloux. J’en suis sûr.

Il verra bien, lui, quand il aura 40 balais !

Oui, Juju, frime tant que tu peux encore avec ta ligne parfaite !

Pfff…

1062751169.JPG

Bref, ce qui est d’autant plus ennuyant, c’est que l’histoire de Damien Mordred (un clone de Juju), un jeune ambitieux (un clone de Juju) diplômé de « la prestigieuse Académie du journalisme », qui rentre provisoirement à Voilà Dimanche ! m’a conquis. J’aurais aimé pourtant en dire un maximum de mal.

Impossible n’est pas François, mais dans le cas présent si.

(Pour ceux qui débarquent, Mandor s’appelle en vrai François, d’où ce jeu de mots qui, je le présume, vous fait vous tordre de rire, HA  HA HA ! vous exclamez vous sans aucune retenue. Vous n’en pouvez plus! Si, je vous vois, là, à chercher votre respiration tellement vous trouvez mon humour hilarantissime.)

Ahem…

Donc, Voilà Dimanche !, c’est « LE journal people, actualités, économie, politique qui bâtit ou démolit les gens, les mord ou les caresse, les crucifie ou les ressuscite. Son directeur de la rédaction, le charismatique, tout-puissant et mystérieux Horenkryg, convoque le jeune journaliste pour une mission exclusive : il a trente jours pour rédiger l’article du siècle. En échange duquel il obtiendra le Graal journalistique : un poste permanent. »

Message personnel : Juju, tu ne veux quand même pas que je fasse d’effort pour que je raconte l’histoire. Des extraits de la quatrième de couv’, c’est largement suffisant, déjà que j’ai lu et apprécié ton livre, ne m’en demande pas trop, hein !

Je continue : « C’est le début d’un compte à rebours haletant et d’une quête singulière, cocasse, inspirée d’histoires vraies, entre désillusions et révélations, dans le monde extra (et ordinaire) du journalisme... »

Bon, puisqu’il faut que je fasse ma part de boulot, quand même, je sors mon Sanyo.

Oui, , j'ai une vieillerie de magnéto, ça tout le monde le sait, mais regardez le répertoire de Juju...

1388311270.JPG

Je lui demande si Damien Mordred, c’est un peu lui.

Message de nouveau personnel : Oui, tiens! Apprends un peu ton métier Juju et vois ce qu’est un journaliste d’investigation. Prends exemple sur moi. Une question comme ça, il fallait quand même y penser.

-A 80%, tout est basé sur des histoires réelles vécues au début de ma carrière. J’ai juste caricaturé et amplifié certaines situations. Damien Mordred est comme moi, nous sommes les Jean-Claude Dusse du journalisme. Moi, en vrai, je ne peux pas faire un reportage sans qu’il se passe quelque chose sortant de l’ordinaire.

Alors là, je dis HALTE! Une page culturelle s’impose (et qu’on ne vienne pas me dire qu’ici, on ne s’élève pas intellectuellement vers le haut).

Je dois clarifier la situation, car il y a dans cette phrase de Julien Jouanneau 3 personnages qu’il faut que je vous présente mieux..

1) Mordred :

1786473083.jpg

Dans la légende arthurienne, Mordred est le fils du Roi Arthur et de sa demi-sœur, Margawse, sœur de Morgane. Dans certains textes, il est le fils de Morgane la fée. Et bla-bla-bla et bla-bla-bla…Il devint un temps chevalier d'Arthur et participa à quelques joutes et tournois, qu'il perdit la plupart du temps. Il ne respectait d'ailleurs que très rarement les règles de courtoisie qui régissaient les tournois, ne faisant qu'augmenter sa réputation de chevalier traître et perfide. Il était fort libertin, et ne se privait pas de courtiser toutes les dames, même celles déjà mariées. Il était détesté par les autres chevaliers pour son caractère fourbe et sournois. Il tua Sir Lamorak, traîtreusement, alors que celui-ci se préparait à partir pour la Quête du Graal. Mordred blessa mortellement son père, le roi Arthur, lors de la bataille finale au Mont Badonicus pour le trône d'Albion. Celui-ci parviendra lui aussi à porter un coup fatal à son fils qui mourut après avoir dit ses "adieux" à sa mère.

(Wikipédia, on a beau dire que ce n’est pas fiable, n’empêche que je m’en sers pas mal et fort discrètement…)

2) Jean-Claude Dusse :

86421090.jpg

C’est un héros des temps modernes, véritable icône des années 80, il représente le looser, le vrai, comme on n'en fait plus !! Pourtant, c'est le maître en la matière : ses râteaux mémorables, ses répliques dignes d'Audiard, ses coups de guigne à rendre fou de jalousie le pire des Pierre Richard, j'en passe... Bref, le personnage le plus marrant des Bronzés.

(AlloCiné, on a beau dire qu’il y a vraiment trop de publicités, n’empêche que je m’en sers pas mal et fort discrètement…)

3) Julien JOUANNEAU :

1921476655.JPG

Il est né en 1980 à Sarrebourg. Diplômé de Sciences-Po Lyon, il est journaliste-pigiste (carte de presse 106785 !) pour plusieurs titres nationaux, après avoir collaboré avec Studio Magazine et Le Progrès. Passionné de cinéma et amoureux de son métier, il poursuit sa carrière coûte que coûte.

(La quatrième de couverture, on a beau dire que parfois elle est sans intérêt, n’empêche que dans le cas présent, je l’ai utilisé deux fois…)

Ça va, vous êtes toujours là ?

J’imagine que vous êtes scié de lire une telle chronique littéraire.

Si approfondie.

Notez que le maître veut en mettre plein la vue à l’élève.

1963107089.JPG

Je ne veux pas vous ennuyer plus longtemps avec ce monsieur Jouanneau, mais sachez que ses trois rêves les plus fous seraient que son livre devienne un film, d’écrire un scénario pour le cinéma, de devenir chroniqueur dans une émission de télé et de signer (enfin) un CDI dans un journal.

Je crois savoir que l'urgence est le dernier souhait.

Et vous, professionnels qui me lisez avec avidité chaque jour, vous seriez bien inspiré de lire le site officiel de Julien Jouanneau.

Parce que j’ai beau me moquer, il le vaut bien.

(Si vous voulez le croiser, il organise une séance de dédicaces demain mardi à partir de 19 h 30 au Rêve, 89 rue Caulaincourt, Paris 18eme, M°  Lamark Caulaincourt… Bon, moi demain, je tourne de nouvelles scènes du film. Si je suis libéré à temps, je passerai faire un coucou à cet énervant énergumène.)

Commentaires

Pas facile de te retrouver... tu avais disparu pour le profit d'un autre blog et google ne te trouvait plus... imagine l'angoisse ;o)
Bon, bref, revenons à nos Juju ! Bien ce jeune homme, bien ce blog, hâte de lire son livre. Je ris souvent à ses notes. Très souvent. Trop souvent ? Non je plaisante, blog TRES sympa ;o)

Écrit par : Nath | 25 février 2008

Merci président pout cette note très sympathique! :-))
Allez, file revoir Poussin et Bonneville. ;-)

Écrit par : juju | 25 février 2008

Que je suis soulagée de voir que tu n'es pas une véritable encyclopédie sur patte. Merci Mandor, marci d'avoir enfin révélé quelques'une de tes sources !

Juju le Pigiste, j'avais déjà souvent lu ses commentaires, et je ne me doutais pas qu'un si bel homme se cachait derrière !!

Et audacieux avec ça !! Il a tout pour réussir ma foi.

Alors que lui souhaiter si ce n'est que ses trois souhaits se réalisent !

Écrit par : Maud | 25 février 2008

@Nath: Oui, en effet, hier j'ai été victime d'un truc pas très clair...
@Juju: Mine de rien, ton cas m'a pris un sacré bout de temps... J'embrasse Poussin et Bonneville pour toi aujourd'hui.
@Maud: Tu as vu comme mes sources sont originales?
Et le Juju, il est pas si beau que ça, tu sais.
Ahem!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 26 février 2008

Bah comment ça on parle de Juju ici alors que j'en parle déjà chez moi!!!!
Pfff quel manque de personnalité ce Mandor!;)Bises quand même!:)

Écrit par : Elisabeth Robert | 27 février 2008

@Elisabeth Robert: Tu sais bien que je ne fais que copier sur les autres... ce blog n'a aucune personnalité de toute manière.
;o)

Écrit par : mandor, président de la FAPM | 27 février 2008

@Mandor: parfait, au moins tu l'assumes!
;)

Écrit par : Elisabeth Robert | 28 février 2008

Les commentaires sont fermés.