Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Henri Tachan... poète rebelle et éternel. | Page d'accueil | Didier Marouani... compositeur très spatial! »

04 janvier 2008

Antoine Dole... profession (h)auteur!

54b02f5331dd7182be25c56aa87ebcd0.jpg 
Avant-hier, j’ai rencontré Antoine Dole. Ce n’est pas la première fois que je m’entretiens avec lui d’un de ses livres. L’année dernière, c’était pour son recueil de nouvelles (enfin, pas vraiment des « nouvelles », mais le propos du jour n’est pas là...) : Les autopsies intimes.

Antoine est avec moi pour me parler de son premier roman publié dans une maison d’édition (parce qu’il en a d’autres qui traînent ici et là sur quelques sites Internet) : Je reviens de mourir.

60d3dded1f09c25b509542d80bb1b2da.jpg

Il me paraît plus calme, plus serein. Allez, j’ose… presque heureux.

Ce qui n’a pas toujours été le cas chez ce garçon.

Nous nous installons à la Villa Pereire (au même endroit qu’à cette occasion).

Une menthe à l’eau pour lui, un thé citron pour moi.

(Je signale au passage que je me calme nettement au niveau de la boisson euphorisante…)

(Enfin, juste l’après-midi.)

73fbe507385251ccbc4c3f5115900783.jpg

Nous parlons un peu de comment nous allons bien tous les deux et d’autres sujets plus confidentiels. Et puis, je sors mon Sanyo.

Antoine sourit. Il sait qu’à partir de ce moment-là, nous ne serons plus tout à fait naturels, mais que ça fait partie du jeu quand on rencontre Mandor.

Ce livre est un « conte défait ».

Il y a Marion, il y a Eve.

Marion aime Nicolas, jusqu’aux coups reçus, jusqu’aux « clients » qu’il la force à voir.

Eve est une dévoreuse d’homme (rencontrés sur Internet), jusqu’au jour où elle rencontre David. Un alter ego masculin.

Du destin de l’une dépendra la survie de l’autre… (Dixit la 4eme de couverture).

Bien sûr, c’est parfois violent, mais Antoine Dole n’en rajoute pas.

Écriture tout en parcimonie.

Prose simple, percutante et efficace… pas un mot de trop, pas de longueurs, du rythme et une diversité de style selon les personnages.

-Cette fois-ci, je me suis fait plaisir, beaucoup plus qu’avec Les autopsies intimes. Je me suis lâché en images et en métaphores.

Et notamment sur l’amour. J’ai hésité à vous donner quelques exemples, mais ce serait vous gâcher le plaisir.

Donc, je m’abstiens même si ça me démange.

776e751c182364592d863109f4391256.jpg

Antoine est un malin. Il nous balade.

Tant est si bien qu’il est extrêmement difficile d’évoquer ce roman, car il faut ménager le suspense, ne rien dévoiler, laisser la surprise aux lecteurs.

C’est un livre à clefs, un livre de perceptions et de fantasmes. Quelle est la vraie réalité de ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux ?

Un livre piège.

 

-Le point de départ de ce livre est venu d’une réflexion que je me suis posé à la fin d’une relation destructrice. Quelle question doit-on se poser ? Jusqu’où est-on capable d’aller par amour ? Ou bien: Jusqu’où la personne qui t’aime est capable de te laisser aller ? Mes deux héroïnes sont les pendants de ces deux questions. Marion est celle qui laisse l’autre décider et Eve, elle, décide de se poser ses propres limites.

Antoine Dole réfléchit puis reprend.

-C’est l’histoire de deux trajectoires. Deux jeunes femmes qui, à un moment de leur vie, sont liées par la notion d’incommunicabilité. Chacune en fait quelque chose de différent. Au final, elles aboutissent au même endroit.

9d802c339e8f63819733e039c4587eb3.jpg

S’il est effectivement beaucoup question d’incommunicabilité, ce livre résume aussi une certaine philosophie sur la misère amoureuse de notre temps.

f4bc882f1936cdef8f7e303307aee893.jpgPour tout dire, Antoine est un garçon un peu dur avec l’amour, un brin désillusionné. « On est une génération qui a peur de souffrir. » Il m’explique que les jeunes de son âge, ceux qu’ils fréquentent en tout cas, ont un regard peu positif à l’égard des grandes histoires d’amour et surtout du couple.

 

-Si je parle de prostitution au sens propre dans mon livre, ce n’est pas un hasard. Au fond, dans un couple, on est tous amené à se prostituer. Mentalement, en tout cas, pour être ce que l’autre demande.

Oui, le jeune Dole est radical, violent parfois, mais sensible, beaucoup.

Un mélange aussi détonant qu’étonnant.

(Formule facile, mais, dans le cas présent, très vraie !)

Il me confie qu’une jeune comédienne est intéressée « pour porter le projet d’une adaptation cinématographique »

Je ne donne pas son nom, parce qu’il m’a prié d’être une tombe.

Ce que je sais être.

Parfois.

1f2bd656c13ce5cc4c9761cf821c3101.jpg

Antoine file pour un autre rendez-vous. Il voit beaucoup de monde, car il fourmille de projet.

Un jeune homme dont je pressens que l’on n’a pas fini d’entendre parler.

Nous nous reverrons bientôt.

Pour son prochain livre, je pense.

794722f30172fdd2f3df092e691ec89c.jpg

J’aime bien mon rendez-vous annuel avec lui.

Pour finir, je vous rediffuse la bande-annonce de son livre…

Bande-annonce qui fait pas mal réagir chez les blogueurs littéraires (voir et aussi ici).

 

 

Ici, le MySpace d'Antoine...

Là, son blog de "critique littéraire".

Et enfin, l'article Strictement Confidentiel de Dahlia.

Commentaires

Je déteste ces écrivains talentueux qui prenaient des notes, planqués dans ma capuche, pendant que je vivais toutes ces dernières années.

(aucune réflexion sur mon nombril, merci, il va très trèès bien)

Le livre a l'air top. Tu en parles super bien.

Et là, ça y est, je me suis auto-saoulée à force de commentaires. Je pars en week-end. Tchuss

Écrit par : mesuline | 04 janvier 2008

Cher MAndor, si c'est un effet d'vot'bonté, rajoutez à vos résolutions 2008 de faire des liens qui s'ouvrent dans une autre fenêtre ... Z'ont pas l'option "_blank" chez hautetfort ?

Écrit par : boronali | 04 janvier 2008

La vache, mais il est beau comme un salaud! (je reviens faire un commentaire intelligent une fois que j'ai lu tout le post)

Écrit par : Dahlia | 04 janvier 2008

@Mesuline: Bon week-end (on s'en fout si je t'écris ça le dimanche alors que le WE est presque terminé). Mais reviens vite!
@Boronali: Je ne sais même pas de quoi tu parles. Option "blank"? Bon, je vais appeler ma hot line!
Bonne année à toi, mon voyou préféré.
@Dahlia: Quoi? Qu'apprends-je? Tu t'arrêtes au physique?
Je suis déçu là...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 06 janvier 2008

Je parlais du ...target="_blank" que l'on met dans les balises

Écrit par : boronali | 06 janvier 2008

Oué grave, d'autant plus que le bouquin d'Antoine est nul!

Non c'est faux, je l'ai lu en une journée, il est franchement réussi et y aura ma chronique dans Strictement Confidentiel dans la semaine, promis ;)

Écrit par : Dahlia | 07 janvier 2008

Je découvre ici le teaser du livre. J'adore cette nouvelle façon de promouvoir la littérature, de la sortir des sentiers balisés dans laquelle elle est trop souvent enfermée. Bravo à Antoine Dole pour cette initiative dont, auteur moi-même, je suis... déjà jaloux.

Écrit par : Laurent Terry | 07 janvier 2008

@Boronali: T'as pas un UPSA plutôt? Parce que tes histoires...
Pfff...
@Dahlia: Tu m'as fait peur! Connaissant ton tact habituel, j'ai cru à ta première phrase.
Je lirai ta chronique.
Promis!
;o)
@Laurent Terry: Pas mal du tout ton blog. Et bravo pour ton livre... je vais m'y intéresser de près. J'adore les thrillers!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 08 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.