Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Live in 77FM (Part two)... portfolio. | Page d'accueil | Lorie... machine de guerre attitude! »

27 novembre 2007

Dumas...

 

d190f5572126615d1f689c24e3ce753b.jpg
(Photo de Tshi Zerbia)

Hier soir, je suis allé à la Cigale applaudir Dumas.

Ça fait un petit moment que j’ai repéré ce génie de la scène québécoise.

(Ici, son MySpace).

Au départ, je vous avoue, j’étais un peu dubitatif sur sa création. Je ne suis pas rentré tout de suite dans son univers.

Et puis, ça m’a pris d’un coup, je suis tombé sous le charme de sa musique et de ses textes candides et charnels.

Ces deux premiers albums étaient un (habile) mélange de new wave, pop, rock, chanson et bidouillage électro parfois hypnotique.

78aa71e7dd75760df11404a92e6afb72.jpg

Hier soir, j’ai été comblé.

Quelle énergie, quel charisme ce gars là !

Je me rends compte que la Dumanie est née. Et n'a pas fini de déferler.

3202567cf8472d41a40f9c1ab9e57d92.jpg 
81958b13d3c7077332a63a7530eb87f9.jpg
(Photos de Martin Bureau)

En regardant ce jeune homme se donner au public avec tant de vigueur, je repense à l’interview qu’il m’a accordée dans l’après-midi.

Relax, gentil, un peu ému du concert du soir et calme.

Lent.

Non, ce n’est pas le même homme qui irradie sur la scène.

Les concerts transcendent les artistes.

Je l’ai remarqué si souvent…

98d1d018965cfd68fdd28f46cce692d2.jpg
(Photo de Martin Bureau)

Dans son pays, son troisième album, Fixer le temps, est déjà une référence. C’est un disque rempli de 5adf29f48963f3b6d1e2a33cce786366.jpgchansons folk et électriques dans le plus pur esprit anglo-saxon, mais également doté d’une écriture farouchement francophone. Dumas y signe textes et musiques et y propose un puissant déluge rock, des chevauchées harmoniques complètement effrénées.

Sa carrière a commencé en 2001, avec la sortie de son premier album éponyme, qui a révélé son univers original. Depuis, il n’a cessé de le travailler, creusant une veine chanson-pop originale et novatrice. Les nouveaux morceaux avec lesquels il revient, enregistrés en live, sonnent beaucoup plus rock que ces albums précédents. Il faut dire qu’il s’est entouré d'excellents musiciens - Jocelyn Tellier (guitare, tambourine), Carl Bastien (guitare, piano, orgue et tambourine), François Plante (basse) et Jean-Phi Goncalves (batterie).

Avec eux, il explore les différents sons qui l’ont influencé, notamment la musique des seventies, dont il s’est abreuvé en préparant l’album, mais aussi la pop des sixties. Certains titres rappellent U2, d’autres les Beach Boys. L’esprit de Radiohead habite certains accords. Dumas y parle de son rapport au temps, bien sûr, mais aussi de ses amours. Et surtout, il utilise sa voix comme un instrument à part entière, lançant sur les titres un doux air de liberté, dans lequel on se laisse volontiers inviter.

38b5fb88ee50d6e08c98ca8ae43b5665.jpg
(Photo de Martin Bureau)

Fixer le temps vient positionner Dumas dans une case à part dans le paysage musical québécois : un brillant auteur-compositeur-interprète, un artiste accompli et inventif, intègre et mature.

« 12 chansons, autant de tableaux impressionnistes, où le temps, thème récurrent, se fixe notamment dans des lieux de transit ; les avions, taxis ou aéroports. Après une importante période introspective d’écriture et de composition, il a eu envie d’expier le tout avec des musiciens galvanisés. » explique son site internet.

Il ajoute que « l’enregistrement, « live » en studio, s’est fait sur rubans comme on le faisait avant l’arrivée du numérique ». Résultat : une énergie pure, des ambiances fortes, un rock puissant et inspiré, de riches harmonies vocales et des envolées musicales audacieuses, presque épiques.

e7dba25ab5c1f6764dff0e30c48849da.jpg
(Photo de Martin Bureau)

Ce troisième album de Dumas est l’œuvre admirablement contemporaine d’un artiste accompli et inventif, intègre et mature.

Voyez son nouveau clip.

Je ne m'en lasse pas.

   

Il est évident qu’il va falloir compter sur cet artiste très longtemps.

J’espère, en tout cas.

68f9617f49b1aa62f0f9338761d1fd87.jpg

Commentaires

J'écoute son Myspace pendant que je lis ton article et commente... c'est bien, très bien même. J'aime beaucoup. Long chemin à ce Canadien !

Écrit par : Nath | 27 novembre 2007

Non seulement sa musique à l'air bien dynamique ( j'aime ce qui bouge moi ! ) mais en plus il a une belle gueule !!

Si j'avais habité dans le Val d'Oise, j't'aurais bien demandé de devenir ta stagiaire tiens !

Écrit par : Maud | 27 novembre 2007

J'adore Dumas. Tu rencontres tous les canadiens qui viennent à Paris ? ;-)

Écrit par : marsha fapm | 27 novembre 2007

Rencontre certainement changeante et intéressante ce gars-là !
J'aime aussi le clip !!

Et j'aime aussi les photos...!!! Ce Martin Bureau, c'est le gars qui peint aussi ?
bise clic

Écrit par : Katy fapminolta | 27 novembre 2007

Il faudrait que j'écoute plus car pour l'instant j'avoue que cela ne m'a pas séduit plus que ça...

Écrit par : Elisabeth Robert | 27 novembre 2007

@Nath: Lire en écoutant de la musique en rapport avec la note. Sacrée bonne idée!
@Maud: En même temps, c'est à Paris que je fais mes interviews.
;o)
@marsha fapm; Je préfère les canadiennes... pas forcément quand elle chante!
;o)
@Katy fapminolta: Je ne connais pas ce Bureau là. Désolé! J'étais sûr que le clip allait avoir tes faveurs...
@Elisabeth Robert: Je comprends. Sa musique n'est pas toujours évidente.

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 28 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.