Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Isild Le Besco... la femme porcelaine! | Page d'accueil | Lettre à Wrath... »

27 août 2007

Les inédits de l'été! (7): Christian Jacq.

03f61dcd5a0dd97c3020983fa5b0fc03.jpg 
Je vous préviens cette semaine sera très « littéraire » ici. Il y aura, au programme, trois premiers livres de cette rentrée 2007. J’ai choisi ceux de :

-Bertrand Guillot (Second Flore sur la blogosphère) Hors jeu.

-Alex D.Jestaire (que j’ai enfin rencontré lors d’une soirée épique !), pour son fameux Tourville (ma saga de l’été).

-Richard Andrieux (qui cartonne déjà en librairie) pour un très joli roman initiatique, José.

Ceux qui connaissent ce blog savent que je fréquente certains de ce trio.

Je rappelle juste que ceci n’est pas un blog professionnel, mais bien un blog personnel. Donc, je parle de ceux que j’aime (enfin, le plus souvent).

Ce qui n’empêche pas l’objectivité, soit dit en passant.

Aujourd’hui, je consacre un « inédit de l’été » à un romancier à succès.

Donc fort critiqué.

Christian Jacq.

Je l’ai rencontré le 18 janvier 2006 à l’Hôtel San Régis de Paris.

Cet auteur quasi mythique (pour beaucoup) ne donne des interviews qu’au compte-goutte.

Il déteste ça.

Voici l’article qui en a découlé :

ce62f70441d0f02fb960ad36ced75552.jpgQuand les deux passions absolues de Christian Jacq se croisent, le romancier mozartien et égyptologue écrit une saga musicale et spirituelle inspirée.

Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai jamais vu de ma vie une bibliothèque (normalement constituée) sans au moins un livre de Christian Jacq. Jamais. Adonnez-vous à cette expérience, vous serez dans l’obligation de reconnaître la véracité de mes propos… Waow ! Je vais donc rencontrer le seul français classé dans le top 15 mondial des auteurs les plus lus. Pour ceux qui vivaient sur la lune et qui viennent tout juste de revenir sur Terre, voici un récapitulatif des dix dernières années de la vie éditoriale de Christian Jacq… En 1995, il raconte la vie de Ramsès II (cinq volumes), en 2000, La Pierre de Lumière (quatre volumes), en 2002   La Reine Liberté   (trois volumes), l’ensemble de ces séries atteignant 23 millions d’exemplaires vendus à travers le monde (non, non, il n’y a pas de faute de frappe !).

En 2003 et 2004, la grande saga des Mystères d’Osiris gonflera ce chiffre.

Très franchement, quand même, je suis arrivé un chouia impressionné à la réception de l’hôtel...Un égyptologue, ce doit être quelqu’un de sérieux, lugubre, austère. De plus, l’homme est précédé d’une réputation de 694af38c209a15fed31187f861e6067e.jpgpersonnage mystérieux, peu enclin à la discussion avec les journalistes. « Il s’est fait avoir par beaucoup, il est donc devenu méfiant. À chaque fois qu’il se livre, ses propos sont déformés. On a raconté des choses parfois ignobles sur lui. » me dira une proche de l’auteur à succès. Soit. Je dois m’en tenir à évoquer uniquement sa nouvelle série romanesque en 4 volumes (dont le premier Le grand magicien est déjà sorti et dont le deuxième arrive le 27 février Le fils de lumière).

C’est un monsieur souriant, aux yeux pétillants de malice, qui s’approche de moi. Papotage quelques minutes autour d’une « cup of tea » avant de se lancer dans le vif du sujet.

ca1c1ff904d7e35915621636a8a01ad7.jpg
Christian Jacq a décidé de narrer les liens secrets que Mozart entretint avec la franc-maçonnerie et plus généralement, l’aventure spirituelle et la vie secrète de ce génie. Il s’est toujours senti très proche de Wolfgang.

-À 10 ans, sur le piano de ma grand-mère, je jouais déjà du Mozart, où plutôt, je le massacrais (rire). Une carrière de musicien m’aurait beaucoup attiré, mais c’est au moins sept heures de travail par jour et ces heures-là étaient occupées à la lecture et surtout à l’écriture…

8d72036ff175654bb0ceb88a8f62a58f.jpgPour lui, Mozart est un ami, presque un frère, quelqu’un qui lui parle, qui le touche comme aucun autre artiste. Il l’a accompagné dans son travail pratiquement tous les jours.

-Au cours de mes voyages en Égypte, il ne me quitte pas grâce à mon petit magnéto. L’un de mes plus grands rêves, c’est de voir jouer La Flûte enchantée dans le temple de Philae ou à Louxor. J’ai eu l’occasion d’en entendre une fois un extrait à l’entrée d’un temple égyptien, cela prenait tout son sens !

Le lien entre l’auteur et son sujet est très fort. Autant Christian Jacq fouille le passé, Mozart, lui, fouille les âmes… Le rapport est-il si anodin que cela ? 

-Dans mes livres sur l’Égypte, je n’aime pas faire l’inventaire des pieds de tables anciens, concernant 17232d09ba3ebfa54bb453a001573a56.jpgMozart, celui de ses manuscrits. C’est l’homme, son aventure intérieure qui m’intéresse. Comme lorsque j’écris sur un pharaon, je veux faire revivre les personnages. Là je voulais donner une vision inédite de Mozart. J’ai à peu près tout lu sur lui mais j’ai remarqué que sa vie spirituelle n’est jamais abordée en détail alors que cet aspect-là est tout sauf anecdotique.  

L’étude de Mozart est une passion de toute une vie. La méthode Jacq est celle du laboureur qui creuse son sillon lentement, du bénédictin qui passe sa vie sur ses notes. Comme il l’a fait pour l’Égypte, il a mis en fiches tout au long de sa vie ses lectures sur le musicien, en vérifiant chaque détail.

-C’était sans l’intention d’en faire un livre, juste pour mon plaisir. Ce personnage me captivait déjà beaucoup alors quand j’ai commencé à remarquer les racines avec l’Égypte, je me suis lancé dans l’aventure folle de raconter ce côté inconnu de la vie de Mozart, pourtant son engagement majeur.

f184d631a1b648ec40fde7bea13959d2.jpgVoici donc retracé dans ce premier volet le début de la vie de Joannes, Chrystomus, Wolfgang, Gottlieb Mozart. On le suit de Vienne à Prague, en passant par Milan et Paris. Avant d’être approché par les francs-maçons, on découvre un Mozart à la botte de son père Léopold  (son exigeant éducateur musical) composant sans cesse, se produisant dans différentes cours d’Europe, heureux, malheureux, acclamé ou en proie à l’indifférence… Il lutte contre l’insuccès, la jalousie, l’Église et le pouvoir pour enfin rencontrer l’homme providentiel : Thamos. Cet être imposant et mystérieux venu de Haute Égypte et chargé de retrouver « le grand magicien » (Mozart) afin de lui transmettre la sagesse d’Isis et le livre de Thot. Pendant la jeunesse du génial musicien, Thamos va le surveiller de très près, lui sauver la vie de nombreuses fois et enfin guider ses pas vers l’initiation maçonnique.

-Dans la Franc-maçonnerie de cette époque, il y a le mythe des supérieurs inconnus. Des initiés venus d’orient, porteurs d’une certaine connaissance et sagesse et qui ne se sont pas fait connaître comme tels. Ils étaient chargés de chercher des êtres extraordinaires, des grands créateurs, des grands artistes voire des grands hommes politiques. Pour moi, c’était le cas de Thamos.

Thamos, comte de Thèbes, est un personnage, non pas inventé, mais disons, deviné. Il concrétise l’apport de63ebe4e11b7d930652367a5524eb8a10.jpg l’Égypte ancienne dans la vie de Mozart, ainsi que ses liens réels avec la Franc-maçonnerie . Très jeune, le petit Wolfgang à eu des contacts avec divers Francs-maçons. Jusqu’à la commande réellement Franc-maçonne faite par le baron von Gebler. Il s’agit de Thamos, roi d’Egypte, que Christian Jacq envisage comme l’ancêtre de La Flûte enchantée.

-C’est vraiment après son initiation le 14 décembre 1784, à laquelle il s’est préparé 10 ans, qu’il écrira ses plus beaux concertos, opéras et ses symphonies les plus majestueuses.

Un des aspects les plus passionnants de cet ouvrage est sans nul doute la lutte fratricide à laquelle se sont livrés les différents (et nombreux) courants maçonniques. L’enfant prodige évolue dans ce milieu complexe, tout en trouvant l’énergie nécessaire de composer ses grands opéras (Cosi fan tutteLes Noces de Figaro) et d’échapper aux griffes de Joseph Anton, un policier méthodique qui lutte contre les sociétés secrètes. Passionnant. À la fin de l’entretien et micro coupé, Christian Jacq me dit très sérieusement :

-Croyez-moi si vous le voulez, mais j’ai écrit ses quatre ouvrages sans savoir qu’il y aurait des commémorations pour le 250e anniversaire de la naissance de Mozart. J’étais loin de m’imaginer qu’un tel chiffre se fêtait ! Vos confrères s’évertuent à ne pas me croire. Ils me traitent d’opportuniste. En France, vous savez, on n’aime pas les gens qui ont du succès et qui sont riches. Ça paraît louche.

Ah bon ?

Commentaires

Tout ce que tu racontes sur Monsieur Jacq est faux, et calomnieux.
C'est fou que des gens puissent te laisser dire ça.
Fais attention à toi, je suis un Jacqien énervé.
(Pardon, j'ai pas pu m'empêcher - tu peux virer mon commentaire si tu veux, y aura pas mort de gnome.)

Écrit par : Franswa P. | 27 août 2007

Il n'est pas soupçonné d'être membre d'une secte egyptophile le Jacq ?

(solidarité avec sieur Franswa .... aïe ! aïe !)

Écrit par : boronali | 27 août 2007

@Franswa P.: Que tu es con!
@boronali: Tu n'as pas tout à fait tort. Tapez sur un moteur de recherche pour vérifier...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 27 août 2007

Les commentaires sont fermés.