Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-06 | Page d'accueil | 2007-08 »

29 juillet 2007

Julie Zenatti ouvre-t-elle la boîte de Mandor?

 

5281ed8d3c1ccf23f434a246ee192f8a.jpg

Partout elle est, l’ex Fleur-de-Lys de Notre Dame de Paris ! Julie Zenatti envahit les écrans de télévisions depuis le début de l’été (de quoi ?). Interviewée par toutes les chaînes (voir son MySpace): hertziennes, du câble et du satellite. Elle est omniprésente dans les médias. Et principalement sur TF1 qui diffuse en boucle « Tango f33d2aa46d40c6c65a3e6a29a9f3c7bb.png(Princesse) »…Au départ, je pensais que cette chanson était, ce qu’on appelle communément, « le tube de l’été » de cette chaîne. Pas du tout. D’après ce que j’ai compris, TF1 aurait craqué sur le 4eme album de la demoiselle La boîte de Pandore (et non la boîte de Mandor… facile, je sais) et a décidé de la soutenir pour chaque nouveau single. Ceux qui n’aiment pas la Zenatti devront se faire une raison.a83ab39e12936d3cf0d634ece7a9788c.jpg

En tout cas, c’est très malin d’avoir choisi fin juillet pour sortir ce disque. Elle est donc la seule artiste de notre beau pays à faire de la promo en cette période estivale.

Moi, je l’aime bien. Enfin, parmi les chanteuses francophones à voix, c’est encore celle que je préfère. Jusqu’à présent, ses chansons trop à l’eau de rose ne me passionnaient pas outre mesure, mais je sentais qu’elle n’était pas qu’une « chanteuse pleureuse ». Dans son premier album Fragile, déjà, elle chantait en duo avec Passi, Les couloirs de la vie (qui n’est, rassurez-vous, pas ma référence absolue en matière de rap…).

Bref, son staff me donne rendez-vous avant-hier (vendredi), à 18h, dans un restaurant situé à proximité de la maison de la radio : Le Tournesol. J’arrive pile à l’heure. Son manager, Alain Hubert (accompagné notamment d’Olivier, l’attaché de presse Internet de Sony/BMG) m’accueille. Comme Julie Zenatti est déjà en train de répondre à une interview télé, ils me font patienter en m’offrant un verre de Coca Light (ce qui nous permet d’évoquer les différences entre le susnommé Coca Light et le Coca Zéro… avouez que, très rapidement, je sais tirer la conversation vers le haut !).

6195b1c2d0d7facbb3b4197a577ff046.jpg 
L’heure est venue de m’asseoir et de me présenter. Elle est tout à fait souriante et charmante.

Je lui demande si elle ne se lasse pas de passer ses journées à répondre aux mêmes questions (espérant ainsi qu’elle comprenne qu’avec moi, il va en être autrement…).

-Non, ce n’est pas agaçant parce que je parle de ce que j’aime. C’est à moi d’être inventive et créatrice au moment où je me retrouve devant quelqu’un. Je sais mettre en avant ce dont j’ai envie, c'est-à-dire, les collaborations et les gens talentueux qui ont bossé sur l’album.

791460604a12177e914e4407ab04595f.jpgLes collaborations sont justement celles de deux artistes importants de la scène rap française. MC Solaar a écrit le texte de la chanson La boîte de Pandore, Akhenaton, lui, a écrit et composé le meilleur titre (complètement hypnotique) du disque, Si le temps me le permettait. Notons la participation active d’un autre rappeur (ami d’Akhenaton) Sako

-Cet album est un mélange de mes influences musicales : pop, R’nB, variétés. J’ai demandé leur participation à ces trois rappeurs parce que ce sont de grands auteurs. Sois sûr que ce n’est pas dans le secret espoir de récupérer leur public. Je connais Claude (MC Solaar) et Akhenaton de puis longtemps. Cela fait longtemps qu’ils m’avaient promis de travailler avec moi. Je suis vraiment très, très satisfaite et heureuse du résultat.

Dans ce disque, elle se raconte plus, elle dévoile sa face cachée. Je lui demande s’il s’est déroulé un évènement particulier, un déclic pour qu’elle se lâche ainsi :

e5b5f4b150ba1a28f428a09c33fab6a8.jpg-J’ai fait 3 albums qui se sont tous vendus à plus de 200.000 exemplaires (double disque d’or), une tournée qui a bien fonctionné partout. Mon public connaissait mes chansons par cœur et m’a donné beaucoup, beaucoup d’amour. Au bout de cette tournée, je me suis sentie vide. Quand on vit un an uniquement sous la lumière, l’existence devient complètement irréelle. J’ai été  pouponnée constamment, on a fait attention à moi, je me suis laissée diriger sans cesse. Il y a de quoi être déconnecté de la réalité. J’ai eu la sensation de perdre mon autonomie et j’avais besoin de récupérer tout ça… Le fait de revenir à la vie normale et mon besoin de me redécouvrir m’ont ramené à la source de mes envies. En a résulté cette espèce de folie qui est très présente dans ce disque et le côté glamour non exploité par moi dans mon métier. Pour être claire, je me suis arrangée pour briser la barrière que j’avais entre la chanteuse et la femme. Le temps à tout simplement fait son travail… 1b368d959bfe80c8d775a196a7907761.jpg

Elle me précise qu’elle en avait aussi un peu marre de n’être considérée que comme une « chanteuse pleureuse » (expression utilisée pour la deuxième fois, merci, je suis au courant, c’est moi qui écrit ce texte !).

-Il faut dire qu’il est arrivé fréquemment que je tende le bâton pour me faire battre (Rires). Je suis un peu sado-maso… En me voyant à la télé, je me disais toujours que je chantais bien, certes, mais qu’il manquait quelque chose... De l’énergie, du lâcher prise, de la féminité et de la folie. J’ai rectifié le tir aujourd’hui, il me semble.

734db8c6694964b37383b01670e86671.jpgIl me semble aussi.

Avant que nous nous séparions, elle me demande si j’ai trouvé la chanson cachée. Je lui réponds que je n’ai pas cherché.

-Je vais te dire où tu peux la trouver. Juste avant la chanson n°1…

D’habitude, c’est loin derrière le dernier titre.

Quelle joueuse, cette Julie !

Et hop! Merci Olivier pour le cliché...
e2304852fdfa19273311f54652aa5484.jpg

Pour conclure, je conseille cet album à ceux qui apprécient les belles voix féminines et la mixité musicale. Il n’est cependant pas question que je fasse croire aux amateurs de rock qu’ils y trouveront leur compte. Mais, je vous assure, cette variété là est tout à fait digeste.

Encore une fois, je n’aurais pas dit ça de ses précédents albums…

P.S : Bon sang, Si le temps me le permettait… quelle superbe chanson !

27 juillet 2007

Marie-Anne Alizon... profession: voix.

db8c18f87ccfbac6c4646e2fd9f2797b.jpg 

Sans doute avez-vous compris que je suis fou de chanson française, toutes générations confondues. Mais mon plaisir absolu (professionnellement, j’entends), que ce soit pour mon journal ou pour mon blog, c’est de faire découvrir de nouveaux artistes. Ceux qui n’ont pas encore pignon sur rue. C’est le cas de cette charmante chanteuse qui vit à Strasbourg, Marie-Anne Alizon. Elle est connue en Alsace, certes mais elle mérite que la France la découvre également.

7f26c7752dce92cc1efecf3ef2f00664.gifD’abord, comment suis-je tombé sur son disque ? Son auteur compositeur, Richard Andrieux, que je connais un peu, m’a donné le disque récemment. Il est un artiste complet (musicien, chanteur) et sort d’ailleurs un livre très émouvant à la fin du mois d’août… je l’ai donc vu pas mal de fois ces derniers jours (je reparlerai ici, à la rentrée, de José, sorte de Petit Prince d'aujourd'hui).

Bref, je prends le disque de Marie-Anne poliment, en me disant, « bon, c’est un pote, voyons ça… » (Ce qui n’est pas une expression adéquate quand on parle d’un cd, je sais) .

J’écoute ce disque dans ma voiture. Je me surprends à rentrer rapidement dans cet univers très onirique avec des textes sensibles portée par une voix magnifique (dans l’émotion pure). Musique un peu bluesy, un peu trip hop, pop, électro, jazz (un mélange harmonieux, voire audacieux). Je me dis que, décidément, il y a bien des talents méconnus.

Je vous la fais courte mais après quelques coups de fil entre Marie-Anne et moi, nous calons une date pour se rencontrer à Paris.

C’était avant-hier, au Tramways de l’Est, sympathique brasserie en face de la gare de l’Est.

4247b41107863cb1da23300814f5ab29.jpg

Le feeling est immédiat. Pas seulement l’effet de la bière, non, une réelle connivence passe entre nous. Je sors mon fameux magnéto Sanyo (très décrié par mes moqueurs amis) et lui demande de me raconter ses débuts. Je ne sais rien d’elle ou pas grand-chose. Elle est comédienne (une des voix off d’Arte) et chante depuis 1994. C’est peu.

 

-Oui, en fait, j’ai deux casquettes. Je travaille avec ma voix parlée et avec ma voix chantée. Concernant la chanson, je suis autodidacte. J’ai étudié le piano étant petite fille et dès que j’ai su plaquer 3 accords, je me suis mise à chanter. Aujourd’hui, c’est mon métier…

Marie-Anne Alizon a commencé à faire des bals publics, des bals privés puis des pianos bars (plus jazz, là, avec un quartet). On apprend beaucoup à chanter dans des lieux  et des contextes variés… elle a même été soliste d’une grosse chorale franco-allemande de Gospel.

-Je suis une chanteuse de terrain. J’aime me qualifier ainsi. Je passe des 5 étoiles, à des festivals en passant par des « fêtes du Kouglof » dans un petit village…Très franchement, je prends du plaisir à chanter partout. L’éclectisme m’intéresse et me touche.

8e5500802aac91040837f7b82b2e2187.jpgSon premier disque solo (sans label, pour le moment) Aimer comme on se perd est une petite perle, fruit de la collaboration étroite entre Marie-Anne et Richard.

-Richard a écrit et composé tout l’album mais nous avons beaucoup travaillé ensemble. Nous sommes dans le même moule tous les deux et avons la même sensibilité. Je lui parlais de certains sujets qui me touchaient, il les mettait en forme. Richard est un vieux pote, il me connaît donc parfaitement. Je peux affirmer qu’il m’a bien cerné et ça m’impressionne par ce que c’est difficile pour un homme d’écrire pour une femme. Surtout que ce n’est pas mon homme et que je ne suis pas sa femme… notre relation est un peu maternelle/fraternelle. Richard Andrieux arrive sur ces entrefaites. Lui aussi, de passage à Paris, nous avons trouvé judicieux de nous réunir tous les trois. Les deux amis s’envoient quelques vannes bien senties.

C’est sûr, ils sont très proches.

861bf73c73e818058b91e52b4e94fc4b.jpg

La conversation continue…

J’apprends notamment que Marie-Anne a eu l‘opportunité d’offrir « en main propre » son disque à Sting (à qui elle rend hommage dans la chanson J’entends Roxanne au loin), qu’elle s’est retrouvée sur des scènes avec Didier Lockwood ou Diane Reeves, qu’elle cherche un tourneur pour la France et que son souhait actuel est de faire des premières parties d’artistes connus.

 

J’aime bien Marie-Anne. Je la trouve remarquable d’enthousiasme, de lucidité et d’espoir. Elle ne demande pas à être connue, juste reconnue. Pas carriériste pour un sou, mais amoureuse de la scène.

Talent et modestie. Mon cocktail préféré.

La prochaine fois que nous nous croiserons, je l’appellerai ainsi.

« Mon cocktail préféré »…
5acc99bc42e48874374bc748a89fb96f.jpg

Pour découvrir 4 chansons de l’album, voici son MySpace.

(Je conseille à tous les alcooliques (mondains ou pas) comme moi, d’écouter Les vapeurs assassines…)

Pour en savoir plus sur l’artiste, c’est ici que ça se passe

Pour commander le disque, cliquez là !

Et enfin, pour la contacter personnellement: ma.cayrouze@free.fr

Bonne découverte !

P.S : Quant à toi, Richard, je ne t’oublies pas.

10 juillet 2007

Boris Bergman... usine à tubes!

ddfef6439f4ddda8d5a581caf5fbfddd.gifJ’ai hésité et puis j’ai capitulé. Ecrire la biographie de Boris Bergman a été fait maintes fois et particulièrement bien sur ce site très intéressant (pour peu que vous aimiez la chanson française et que vous ne soyez pas choqué de comprendre où j'ai piqué la photo à gauche, là) mais aussi ici.

Alors, je ne m’y recolle pas.

Mais, juste, dire que c’est lui qui a écrit :

Rain and Tears (Aphrodite’s Child), Fio Maravilla (Nicoletta), Gaby, oh Gaby, Vertige de l’amour (Bashung), Tu peux préparer le café noir, Lèche botte blues (Eddy Mitchell), Dégriffe-moi (Diane Tell), Tétéoù (Lio), Pleurer les rivières (Viktor Lazlo), Chienne d’idée (Maxime Leforestier).

C’est idiot de citer seulement ces titres alors qu’il écrit depuis 1967 mais bon, il s’agit là de positionner le personnage. L’homme n’est pas un branque.

(D’ailleurs, voici tous les 45 tours de sa discographie. C’est assez marrant… et kitch parfois. Page 1 et page 2)

J’aime beaucoup ce qu’en dit le site de la Sacem  :89b0701fe15f03f8bed0bedb08db0249.jpg

« Depuis Boby Lapointe, aucun auteur de chansons n'avait autant joué avec les mots de par chez nous, au point d'en faire un style (pour ses admirateurs) ou un procédé (pour ses détracteurs), voire une école (Libé aurait pu lui verser des droits d'auteurs!), quoiqu'il en soit une griffe reconnaissable entre toutes, une langue bien à lui qui n'est pas aussi facile d'accès qu'on pourrait le croire et garde toujours ses codes secrets, ses tiroirs bien clos: l'homme, qui enregistra un jour un album intitulé... «Le tzigane et la fourmi», est un tendre, chez qui l'humour est à la fois une arme et une élégance -non initiés s'abstenir-.

Et si l'on chante du Bergman un peu comme on disait du Audiard, en guettant les bons mots au détour d'une réplique ou d'un couplet, ne nous fions pas aux apparences: un (jeu de) mots peut en cacher un autre chez ce gavroche rêvant toujours de la ligne bleue de la Paramount au pied de la Butte Montmartre , qui a concocté dans ses oeuvres un savant mélange d'humour slave, british et yiddish -the "Bergman's touch" en quelque sorte-, a fait swinguer le rock français comme personne. »

C’est justement au pied de la Butte Montmartre que Boris Bergman m’a invité à me rendre. Dans son antre. Un musée du cinéma. Rien de moins.

Cheveux hirsutes et clop au bec, Boris Bergman me fait visiter son appartement. Waow !

Pas mal du tout. Des affiches de vieux films et surtout une pièce entière avec des bobines de films d’antan dans des cartons individuels. Il m’explique que c’est le meilleur moyen pour empêcher l’humidité de faire son œuvre…

Très fier de sa collec’, il est intarissable pour me parler de telle ou telle oeuvre.

870dcf8a819bdbb72760702c5fddcae4.jpg

Ils s’échangent parfois des films avec Eddy Mitchell qui a la même passion que lui. Je lui demande s’il pourrait m’inviter un jour à mater Citizen Kane dans son salon (avec Eddy, de préférence). Il change de conversation. Peut-être ne m’a-t-il pas entendu…

(En vrai, jamais de la vie je taperais l’incruste ainsi. Z’êtes fou où quoi ?)

3a9db4495ee24fc969e1c72d22f127f2.jpg

Le truc bizarre, c’est que je viens causer chanson et que je me retrouve à évoquer les films de mon enfance. Selon Boris Bergman, de toute manière, ces deux arts sont liés :

-Je n’aurais jamais écrit les chansons qui figurent dans mon œuvre si je n’avais pas aimé ce cinéma là. J’ai même conçu souvent mes textes en pensant à un montage cinématographique. Et puis, je vais te dire, puisqu’on parle de mes influences, dans ma famille, au niveau de l’humour, j’avais au moins 3 Groucho Marx. Cet humour juif d’Europe Centrale m’a donné depuis tout petit le sens de l’absurde… 

Je précise que, s’il est né à Londres, les parents de Boris Bergman sont russes.

-Mes origines ont été dominantes dans ma façon d’aborder ma vie. Ce que je veux depuis toujours, c’est avoir plusieurs vies dans la même. Grâce à des révolutions et à des migrations diverses, je me suis retrouvé à parler une langue qui n’appartenait pas au pays dans lequel je suis né…

Plusieurs vies dans la même… c’est le moins que l’on puisse dire.

9ff3b811f80c0c79fbab48e7022bf0e1.jpg

Bergman est auteur de chansons, mais aussi écrivain, scénariste, réalisateur de courts-métrages et de clips ainsi que comédien. Tout est bien expliqué ici.

D’après ce que j’ai compris en l’écoutant, c’est qu’il souffre (sans l’avouer) de ne pas être considéré comme un intellectuel.

-Certains journalistes de ce que j’appelais « le triangle des bermudas », c'est-à-dire, des gens de chez 1151500dafd0eabde0b6ed9ef027e974.jpgTélérama, Libé et les Inrocks, m’ont un peu tué. Pour eux, j’étais l’auteur qui avait fait les vilaines chansons de Bashung. Pour les intégristes de Bashung, sa vie commence à partir de Play Blessures. Mais comme j’ai fait l’album Novices en 1989 (7 chansons en tout), ils sont bien emmerdés d’avouer que c’est le même homme qui a écrit « Gaby, Oh Gaby ! » et « Vertige de l’amour ».

Boris Bergman, me raconte longuement ses collaborations passées et celles à venir. Il me montre un texte à côté de son ordinateur.

3da27bb3ef808ef0820916ab4422b836.jpg
-C’est pour le chanteur Raphaël. Il a aimé ce que j’ai fait avec Gérard Manset et il veut absolument que je lui écrive quelques chansons pour son prochain album. Je dois lui en faire écouter deux cette semaine.

Je lui fais part de mon étonnement sur le fait que de gros tubes ont été composés par lui sans que personne ne le8f15c969bd1e5739299d4e0419953f5d.jpg sache vraiment. Je pense par exemple à Tu peux préparer le café noir et Lèche botte blues de notre ami Claude Moine

Il se marre.

-Ca vient de l’interprète qui ne s’en n’est jamais vanté… 

Et Bergman de me raconter quelques anecdotes sur certaines chansons.

5d64d933755fc13721c6bc5853b6a1b3.jpg-Comme je joue pas mal avec les mots et que j’aime les doubles sens… certaines chansons ne sont pas toujours comprises. Mon plus gros tubes actuel reste "Rain and Tears" interprété par les Aphrodite’s Child. Personne ne s’est aperçu que je raconte un trip à l’acide. Ca me fait bien marrer parfois d’entendre cette chanson à la radio.

Quel espiègle ce Boris !

Une heure trente à discuter, deux thés et 4 cigarettes fumées… je crois qu’il va falloir que je m’arrache. Je vais finir par réellement taper l’incruste.

Et ce n’est pas mon genre.

7616b458305482923398a0c88ae734ee.jpg

Mais être chez un dictionnaire vivant de la chanson et du cinéma, ce n’est pas tous les jours que ça m’arrive.

Il me raccompagne après m’avoir expliqué qu’il vient de s’acheter un ordinateur portable. Son premier. Il va passer de la machine à écrire (une vieille Remington) à un PC dernier cri…

-Je ne sais pas encore me servir d’Internet mais dès que je saurai,  j’irai voir ton blog.

Moralité : Boris Bergman est poli. Parce que j’imagine que venir lire les chroniques de Mandor est absolument une priorité pour tout le monde. Hein ?

P.S: Le Tout petit déjà de samedi... pourquoi pas Bashung? Du coup.

07 juillet 2007

Claude Lanzmann... enquêteur de l'horreur.

 

359b3670ca3c26add4c402ee97f40cc0.jpg

Ce Tout petit déjà, nous mène en février 1998. Le 3, Arte diffusait le soir même la première partie de Shoah. Très intéressé  par cette tragique période de l’histoire (pour différentes raisons personnelles), je me suis débrouillé pour obtenir un rendez-vous chez le très peu médiatique Claude Lanzmann.

J’ai beaucoup de respect pour cet homme.

Je ne suis pas le seul. Je sais.

303b391cd7dbcbe5ddf1360c0f24dcd4.jpg
Il fut un des organisateurs de la Résistance au lycée Blaise Pascal à Clermont-Ferrand en 1943. Il participa à la lutte clandestine, puis aux combats des maquis d'Auvergne. Il est Médaillé de la Résistance , Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, Docteur Philosophiæ Honoris causa de l'Université Hébraïque de Jérusalem, de l'Université d'Amsterdam, d'Adelphi University, USA.
26b713f262635b5330d29ffc50e36d12.jpg

Comme tout le monde, Shoah m’a marqué à vie.

Alors qu’il avait pour sujet le meurtre de sang-froid de 6 millions d’êtres humains, Claude Lanzmann refusa la dramatisation et le recours à la reconstitution historique et aux images d’archives. Shoah est une enquête auprès des survivants, bourreaux ou victimes, réalisée dans une Europe pacifiée depuis longtemps.
1b22d0b1d174f1c10fa8ba08da5f61b1.jpg

Cette distance historique et émotionnelle en fait une contribution majeure à la connaissance de l’élimination des juifs d’Europe.

Moi, je me souviens des images et des propos qui ouvrent ce film :

« On ne peut raconter ça. Personne ne peut se représenter ce qui s’est passé ici. Impossible. Et personne ne peut comprendre cela. Et moi-même aujourd’hui... Je ne crois pas que je suis ici. Non, cela, je ne peux pas le croire. » Simon Srebnik est revenu à Chelmno en Pologne, le premier lieu où les Allemands appliquèrent la « solution finale ».

On est saisi d’une horreur tragique qui ne nous quitte pas tout au long des neuf heures trente que dure le film.
7eca62a962e9e1175a1201d1c3b47146.jpg
Entre 1976 et 1981, trois cent cinquante heures de film ont été tournées. Durant dix campagnes de tournage, l’écrivain et cinéaste a méthodiquement suivi les traces de l’infamie, relevé les pièces à conviction, identifié les lieux et écouté victimes, criminels et témoins. Faisant taire sa douleur, l’enquêteur pose les questions qui font mal à ses interlocuteurs, à lui-même et aux spectateurs.
La vision de ce film est une épreuve, une expérience qui, même indirectement vécue, laisse des traces profondes.
bfa0f945dba5956e57e78728ed879837.jpg

Bien sûr, pour connaître le processus de l’immense massacre, il y avait le procès Eichmann et le livre de Hannah Arendt. Bien sûr, dès la fin des années 50, la plupart des adolescents avaient vu Nuit et Brouillard d’Alain Resnais.

Mais Lanzmann a préfèré susciter l’intelligence, la compréhension des choses plutôt que l’émotion.

Très fort.

01 juillet 2007

Bijou... les enfants du rock!

972e9d1f98abebefd6b4da7b1615fae3.jpg 
Un Tout Petit Déjà pour les vieux schnocks comme moi…

f01bf78edce5d48c0a7a213f1591ef9b.jpgSouvenez-vous… le groupe Bijou.

Fameux trio qui a débuté dans les années 70 et composé de Vincent Palmer à la guitare, Philippe Dauga à la basse et Dynamite à la batterie.

Assimilé au mouvement Mod (dans la lignée des Jam et des Who), mais aussi au nouveau rock français de l'époque avec Téléphone et Starshooter. Ils ont eu un succès d'estime auprès de la presse mais ils restent un groupe qui a laissé une trace à l'instar des légendaires Dogs.

9fda1e51cfc162f5a245d0c1b72dedc5.jpg
Leur album Danse avec moi sort chez Philips en 1977 avec une reprise rock de "La fille du Père Noël" de629971afdc14c4e2b8f4ec40d28aa292.jpg Jacques Dutronc. Serge Gainsbourg leur écrit alors "Betty Jane Rose". Ce dernier s'est d’ailleurs produit avec eux sur scène (avec une reprise de sa chanson "les papillons noirs") et cela a d'ailleurs amené le retour à la scène de celui-ci en 1979.

Deuxième album OK Carole en 1978 ; puis Pas dormir enregistré aux Etats-Unis en 1979. En 1980 c’est enfin le tube "Rock à la radio" sur l’album Jamais dompté. Le groupe se sépare en 1982 après un dernier album "Bijou bop" passé inaperçu.

ab0b47f6d7d3418476bc25a7f1f45ecc.jpg 
57c744ad8a47cb0542af8d4f6daa5cd8.jpgJ’ai rencontré les deux leaders du groupe le 22 décembre 1988 chez Polydor. Pour la sortie du single Lola (qui n’était pas, je vous l'assure, un hommage à mademoiselle 2luxe…). Cette première reformation était une tentative pour revenir sous les feux de la rampe.
Tentative avortée.

Il est extrêmement difficile pour un journaliste de rencontrer deux personnalités aussi fortes pour évoquer juste un single. Evidemment, nous avons beaucoup parlé du passé, de Gainsbourg, du rock d’aujourd’hui…etc.

Ce jour là, j’ai bien senti qu’ils jouaient beaucoup avec ce titre, Vincent Palmer et Philippe Dauga avaient envie de rencontrer de nouveau le succès.

0b73b7a5ac31e233d9ea73c2eff834fd.jpg

Palmer et Dauga étaient un peu désabusés. Déçus de la tournure des évènements.

e05895c2dcfd4a67e8728d885ef9577c.jpgIls ne croyaient pas un instant que Lola allait bouleversifier les foules.

Ce titre signé Jacques Duvall/Dauga et Palmer.

Pas une parfaite réussite.

Dans les années 2000, Philippe Dauga a reformé le groupe, un groupe en tout cas qui reprend le répertoire, aspire à retrouver l'esprit, et se nomme Bijou svp (= sans Vincent Palmer !).

45e1b79baf37bb73cdd07fcd7e89f590.jpg