Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-05 | Page d'accueil | 2007-07 »

29 juin 2007

Babx... un de mes élus "produit de l'année"!

a6735dda58e64965a0bae6e7980b54ba.jpg 

Hop là ! L’été est là, ce blog va tourner au ralenti… mais il ne s’arrêtera pas. Mon rythme quasi quotidien va se métamorphoser en un rythme plus raisonnable (encore non déterminé).

En attendant, je voulais vous parler d’un artiste que j’ai découvert il y a un an.

Babx.

Je le classe parmi mes 5 découvertes IMPORTANTES de cette année.

Avec Daphné, Constance Amiot, Fabien Martin et Pierre Lapointe

Voilà ce que j’en ai dit dans mon journal « gagne-pain » :
1c5601b6fe93bd19c1025994d22f105e.jpg

97d8f6aef70f9092e62215f76d29449b.jpgCertes, vous l’avez remarqué, j’étais fort enthousiaste. Je le suis toujours. Hier en bagnole, j’ai écouté de nouveau ce disque et je me suis dit qu’il fallait que je vous le fasse découvrir.

Son phrasé, la sonorité de sa voix, la musicalité de ses mélodies, ses textes… j’aime tout dans le travail de ce charismatique jeune homme.

Je me demande d’ailleurs, pourquoi je n’avais pas déjà écrit une note sur lui. Peut-être parce que ce blog a débuté en juillet dernier et que son album était sorti un mois plus tôt. Peut-être.

Ou alors, un acte manqué.

Je ne sais pas.

Quoiqu’il en soit, n’hésitez pas à le découvrir, si vous aimez la chanson française, je suis prêt à parier que vous ne serez pas déçu.
c041eb7ca5e574d4d2e917160131eef2.jpg

Jolie bouille, non ?

Si, en plus, vous avez la curiosité d’aller le voir sur scène, vous constaterez qu’il n’a rien à envier au plus grand.

J’veux dire, au plus grand d’avant.

Les Ferré (encore !), les Brel, les Barabara (j’ose la comparaison).

J’vais me faire engueuler par les puristes.

Pas grave.

412b13fdd2d0f5cd9b0e73222b737373.jpg

Tenez, pour juger par vous même. Il y a quatre extraits sur son MySpace...

 

J’attends avec impatience son deuxième album.

Juste pour conforter mon opinion.

Juste pour prendre du plaisir.

Juste, ça.

28 juin 2007

Corneille... fragile et intense!

31eddf2684a8fe51e25b8b4afd38cbc9.jpg
Le nouvel album de Corneille est en anglais. Entièrement.
The Birth of Cornelius devrait consacrer cet artiste rwandais sur la scène mondiale.
Normalement.
En tout cas, c’est le but.
Le son R&B/Pop de cet artiste fragile s’est équilibré pour aller vers un son soul purement analogique, organique. Ca sent bon l’essence old school 60’, 70’… et les amateurs de Stevie Wonderd’Al Green, des Isley Brothers ou de Sam Cooke ne seront pas dépaysés.
c8424186759e7f57b99c02c7e3dabc15.jpg

J’avais hâte de le rencontrer.

L’artiste, prudent, observe son interlocuteur, débite des banalités pendant quelques minutes. Dans ce salon cosy d’un grand hôtel parisien, je ne le sens pas très à l’aise. Il lui faut un moment pour comprendre que je viens « en ami », et là, du coup, il finit par se détendre. Le chanteur blessé se méfie encore du genre humain.

-Mais, vous savez, avec tout l’amour que j’ai reçu de mon public, je commence à changer d’avis. Je constate que les gens sont bons et ont un potentiel d’altruisme énorme. Ce n’est pas vrai que les gens se foutent de ce qu’il se passe à l’extérieur de leur foyer. C’est rassurant pour l’avenir. 

Mais le doute tenaille Corneille.

-Evidemment que je suis traumatisé mais la relation amoureuse que j’ai avec mon public est mon pansement. C’est pour cela que j’ai peur qu’il me quitte. On devient vraiment accro à ce genre d’amour. 

J’hésite à lui poser la question récurrente : pourquoi ce 3eme opus est-il en Anglais ?

Bon, je ne peux vraiment pas éluder ce côté là…

-Je me suis rendu compte qu’avec le succès, on peut très vite s’égarer du pur chemin de l’art et tomber dans une espèce de mécanique où on veut plaire à tout prix. Si j’avais pensé à ma carrière avant mon art, je me serais posé la question de la barrière de la langue, parce que je sais que beaucoup de gens sont attachés à l’aspect francophone de ma musique. Mais j’ai ignoré cette pression pour me donner le plus de liberté possible. J’aurais peut-être contenté certaines personnes mais j’aurais menti, à moi-même et au public. C’est pour cette raison que je me suis donné le droit de faire un album en anglais parce que ça faisait longtemps que j’avais envie de le faire. J’ai appris à aimer la musique avec des artistes anglo-saxons. J’ai écrit mes premiers textes en anglais. J’avais le même avantage que sur le premier album, avec cette impression de repartir à zéro. La musique, l’artiste sont les mêmes. Mais cet album est bien meilleur que les deux premiers. J’ai mûri.

1f8aea138f4ac386ea22124c4aeae581.jpg
Dans ce disque, il est principalement question d’amour. Oui, vous le savez, Corneille et fou de son épouse. Elle lui a inspiré une bonne partie de Birth Of Cornelius.

Il relate aussi la vulnérabilité sentimentale, évoque le racisme et sa crise identitaire et enfin, revient sur le succès et la célébrité.

c45546b85801d242a044b81ada1caa20.jpg-Avec le succès, beaucoup de choses deviennent fausses. Certaines personnes n’ont pas été vraies avec moi. Ma perception des choses et de moi-même était fausse. Ca va dans les deux sens. Il a fallu faire table rase. Je ne veux que de la vérité autour de moi.

Et toujours, la traditionnelle chanson sur le Rwanda.

-On va penser que c’est un thème récurrent, mais je le traite sous un angle complètement différent. Ce n’est pas un pays que je considère comme chez moi car j’en garde des souvenirs atroces. N’importe qui aurait vécu ce que j’ai vécu le comprendrait parfaitement. Plutôt que de rester dans une espèce d’hypocrisie qui partait d’une bonne intention mais qui n’était pas vraie, qui consistait à dire que je comptais y retourner, je préfère dire que je ne veux pas y retourner. C’est une certitude. Je changerai peut-être d’avis, mais je suis loin de la guérison.

La conversation dévie sur son histoire. Il n’évite pas le sujet.

Et il ne mâche pas ses mots. Etonnant pour un Corneille qu’on connaît modéré.

- A un moment, il a fallu que je sois honnête avec moi-même. J’ai de la rancœur, c’est indéniable. Si je rencontrais les gens qui ont assassiné ma famille, je ne sais pas le comportement que j’aurais. Je suis un être humain et mon sens moral n’est pas supérieur à celui d’un autre. On ne peut pas pardonner. J’ai choisi d’oublier pour arriver à continuer à vivre.

c5186b02cae60b57ec6d5f92c1415c75.jpg

A partir d’aujourd’hui, le chemin de Corneille se veut ouvert vers l’avenir. Son message est clair : « Toujours faire pencher la balance du côté de la vie ».

Avec cet album, il se lâche enfin...vraiment. Pas facile de se débarrasser de ses fantômes. Il est parvenu à zigouiller les ombres du passé.

The Birth of Cornelius sort lundi prochain. Le 2 juillet.

Pour bien  commencer l’été...

24 juin 2007

Daniel Balavoine (bis repetita)

Ce Tout petit déjà, je l'ai déjà publié en novembre 2006. Ici.

C'est aussi un peu une réponse à la question posée par mon amie Christine Spadaccini dans les commentaires de ma précédente note. Je cite: "Sinon, Mandor, je me demandais, si tu devais participer toi-même à un tel concours, avec toutes les photos you with a star que tu as, tu choisirais laquelle? Bonjour, le "dil'aime"!"

Sans aucune hésitation, celle-ci.

38e681ed8ebf1dab008dcc0123b6854e.jpg
 Parce que Daniel Balavoine était ma seule idole de jeunesse. On peut vraiment dire que j'étais fan. (Voyez, au passage le badge de lui que je portais. Ridicule mais j'avais 17 ans et (on n'est pas sérieux quand on à 17 ans, un beau soir, foin des bocks et de la limonade...)
Ce matin, en cherchant dans mes archives, je suis tombé sur ces quelques photos qu'il m'a signé (on n'est pas sérieux quand on a 17 ans...)
58b59384f4c001b2e74e5b0f42736aa2.jpg
8982839a80066e4249f12ab0022a240d.jpg
bdf486a73bfd1ce67169029ec0dd99c8.jpg
9911c76da36f6458cc1c33563d0090eb.jpg
Bon, au cas où vous ne l'auriez pas compris, mon prénom, dans la vraie vie, c'est François.
Ah bon?
Tiens!
Et voici donc, ce que je racontais dans ma note précédente sur lui:
medium_BAL_N_ET_B.jpg

Je me souviens qu’il était ma seule idole de jeunesse…

Je me souviens que j’aimais ses chansons autant que ses coups de gueule…

Je me souviens que j’avais des posters de lui dans ma chambre…

medium_db.jpgJe me souviens que mon premier disque de lui acheté par maman pour moi était "Le chanteur"...

Je me souviens que je connaissais son répertoire par cœur…

Je me souviens que je chantais devant la glace en l'imitant...

Je me souviens que je voulais lui ressembler…

Je me souviens qu’il était mon exemple…

Je me souviens que j’ai fréquenté (longtemps) sa sœur Claire à Paris…

Je me souviens que j’ai fréquenté (beaucoup) son frère Yves à Cayenne…

Je me souviens que je l’ai rencontré une seule fois, deux ans avant qu’il parte…

Je me souviens que j’attendais devant le Palais des Sports un jour de septembre 1984…

Je me souviens qu’il s’est arrêté devant moi en voiture et qu’il m’a dit de grimper à l’arrière…

Je me souviens qu’il m’a permis de rester avec lui dans la coulisse toute l’après-midi…

Je me souviens qu’il avait été charmant et disponible…medium_daniel4nb.jpg

Je me souviens que j’étais impressionné…

Je me souviens que nous avons fait beaucoup de photos…

Je me souviens que pendant son concert, quelqu’un m’a volé ma pellicule…

Je me souviens que je suis retourné le voir à l’issue de son spectacle…

Je me souviens qu’il s’est marré quand il m’a revu dans sa loge…

Je me souviens qu’il a bien voulu faire un dernier cliché…

Je me souviens que le 14 janvier 1986, j’étais triste…

Je me souviens que je faisais mon service militaire...

Je me souviens que je me suis retenu de pleurer mais que mes yeux brillaient…

Je me souviens que mon général de papa ne savait pas quelle attitude adopter envers moi...

Je me souviens qu'il m'a serré très fort contre lui...

Je me souviens qu'il a compris mon chagrin...

Je me souviens que le soir même, j’étais à la radio pour lui rendre un dernier hommage.

Daniel Balavoine, je continue à le chercher parmi les nouveaux venus de la chanson française… Pas trouvé !

Non, faut pas chercher… tout le monde est unique.

22 juin 2007

David Hallyday... met le turbo!

8267c85a57aa5e545b63e6e00a3278da.jpg 

David Hallyday, 20 ans de carrière, 9 albums. Ni un jeune premier, ni le premier venu. C’est le « fils de » le plus sympathique que compte notre beau pays. Son nouvel album est un retour aux sources. Plus loin, plus fort que le rock de papa.

3ed05ef4e93318aed6fde44cda98b6a6.jpgS’il a fait des concessions dans sa carrière française, David Hallyday est décidé à ne plus jouer le jeu. Il faudra désormais l’accepter tel qu’il est. Biberonnés aux sons des Rushs, Stevie Nicks, Genesis, Pink Floyd et autres U2, il est aujourd’hui résolument rock.

Le 1er juin 2004, deux jours avant son mariage, le « roi David » (comme le chantait sa maman en 1969) a dîné avec moi à l’hôtel Meurice. C’était pour la sortie de son précédent album Satellite

Extraits de la conversation :

- Tu aimes la solitude mais tu joues dans et pour des groupes. Paradoxal !

-Mais je suis paradoxal. J’ai besoin de tout pour être bien. Je ne peux pas être dans un système unique tout le temps sinon, je deviens fou. Je n’ai pas encore de base. J’aime bien les différences, je n’aime pas les habitudes.a2b8a612999f0e16c0538161ed1eeef9.jpg

-Dans de nombreux textes à toi sur tes derniers albums, tu sembles inquiet sur l’avenir des Hommes…

- Oui parce que j’ai deux enfants et qu’on vit dans un monde qui devient de plus en plus barge. Je me demande comment je vais faire pour qu’ils soient épargnés ? Je sais bien que c’est utopique parce que les gens deviennent cinglés.

-C’est un peu à la mode d’être rock, non ?

-Le rock ne se mesure pas au nombre de bracelets que tu as sur le bras. Etre rock c’est être à part, ne pas suivre les règles et rester intègre. Mon père vivait vraiment rock’n’roll. Ce n’était pas du chiqué, je peux te le dire.

Le reste évoquait principalement des textes de son précédent album.

898658c0156fcd2fd568be98c905ba05.jpg

Aujourd’hui David à 40 ans. Il a fait un album d’un homme de 40 ans.

Il est produit par Pierre Jaconelli… une référence.

On sait également que David a fait appel à Miossec, Monsieur Clement, Jean Patrick Capdevielle et Julie d’Aymé pour les textes...
4338ef9198b7e2a9e35afca4d8bd1e1e.jpg

Les commentaires sur le disque et les crédits, vous pouvez les trouver ici.

Hop ! 3 extraits sur son MySpace.

20 juin 2007

Amel Bent... artiste en pleine mutation!

da29b1f877fc6a87af670e0fdff7d28c.jpgAllez, un coup de pub… et je fais dans la variété aujourd’hui… ça faisait longtemps non, que je n’avais pas parlé d’une Chimène Badi, d’un Christophe Maé, d’un Christophe Willem, d'un Thierry Amiel ou d'un Emmanuel Moire...

Le 5 novembre 2004, dans les locaux de sa maison de disque BMG, je rencontrais Amel Bent.

A 19 ans, elle avait déjà tout d’une grande. Son premier album Jour d’été était un mélange de soul, de R’n B, teinté de variété classieuse.

Devant moi se tenait une jeune fille à la fois timide et assurée. Le mastering était en cours de finition, elle sortait85f0af5dff53d049d961436837be1e42.jpg tout juste du studio d’enregistrement. Nous avons écouté son disque ensemble. Devant moi, elle chantait, mimait les paroles, semblait impressionnée de s’entendre. Je lui en ai fait la remarque.

-Quand j’entends de la musique, quand je chante, je ne suis plus maîtresse de moi. Je rentre dans un état proche de la transe.

Comme elle le dit dans son premier single Ma philosophie (co-écrit avec Diam’s), viser la lune ne lui faisait pas peur.

- Il faut laisser l’artiste chanter comme il le sent, le laisser s’épanouir. Je fais des concessions sur des trucs tels que les photos, la promo, les interviews. La maison de disque connaît les rouages de l’industrie. Artistiquement, je gère, le reste  je ne veux pas m’en occuper !

6d9422a37dfd72e384f7026a91a11a74.jpgJe la devinais un peu effarouchée par le succès à venir. Elle jouait le jeu de la « gloire » avec parcimonie. Amel Bent, un peu mélancolique, semblait en retrait de ce tourbillon.

- J’avais un rêve, maintenant, je l’ai réalisé. Je n’en n’ai plus. C’est triste !

Il lui tardait de monter sur scène, sa passion absolue.

- J’ai tellement envie de concert, qu’il m’arrive d’aller dans des karaokés. Les gens hallucinent quand ils me voient. Après moi, personne n’ose plus chanter. Ca me fait rire ! Allez, il est 14 heures. J’ai faim.

Amel Bent, ce jour là, alors qu’elle n’avait encore aucun succès, m’a congédié sans aucune forme de procès. Elle m’a lancé un simple :

 -Et merci, c’était sympa ! J’ai de la chance, les gens sont gentils avec moi ! 

Oui, Amel... mais de toute façon, moi, je suis gentil avec tout le monde.

ce568d0b046bf7e829d807cde928d527.jpg
97f79617187ed6655ccba2fc1da0f744.jpgC’était il y a plus de deux ans… Depuis, une certaine presse et TF1 n’ont pas été très tendres avec elle.

Et elle s’est endurcie. Pour tenir le coup, certainement.

Tout ça pour dire que le deuxième album de cette chanteuse est sorti avant-hier…

A 20 ans ! est réalisé notamment par Kore et Volodia. Ont collaboré : Pascal Obispo, Lionel Florence ou bien encore Diam's sur trois titres, dont un duo.

Une artiste à fleur de peau avec une voix superbe. Mais, bon, cela reste de la variété R’n’B à la française. Rien de révolutionnaire en quelque sorte… un petit aperçu, ici, sur son MySpace officiel.

Au programme des jours qui arrivent: David Hallyday, MC Solaar, Boris Bergman (auteur de chansons) et Virginie Talavera...

15 juin 2007

Interview Jean d'Ormesson. Exit n°2

Et puis merci à Mry, Denis Mériaux, secondflore, TV 2 demain, Tatiana de RosnayFranswa P. (Strictement Confidentiel)Katy, Anne-Sophie Demonchy (la Lettrine), Frédéric Ploton, Christine SpadacciniChristophe Devé, Jevli, Koryfée, Bridget, CordéliaBalbc (FAPM), Magwann (FAPM), 4largo (FAPM) et bien sûr Benoît Luciani et Fishturn (qui sont sur le projet with bibi) pour avoir relayé l'information.
Et aussi les éditions Héloïse d'Ormesson qui ont bien joué le jeu.

00:35 Publié dans EXIT | Lien permanent | Commentaires (34)

13 juin 2007

Bernard Chambaz... écrivain voyageur et sportif!

 

04b5ff646a7f55d724d9d08f8d2966ab.jpg

Certes, Bernard Chambaz est romancier, poète, essayiste, enseigne l’histoire et a publié 27 livres. Ce n’est pas rien, mais le prix Goncourt du Premier roman (en 1993 pour L’arbre des vies) est surtout un cycliste émérite. A 58 ans, ce n’est pas rien non plus.

En 2003, il achève le Tour de France du centenaire de la Grande Boucle et en tire un livre : A mon tour. Chambaz récidive en faisant encore plus fort. En juin 2006, l’homme s’est attaqué à un autre grand tour mythique, le Tour d’Italie, le Giro. Le Giro de l’année de sa naissance : 1949. Ce même Giro du duel mythique Coppi-Bartali.

Blondin est mort, vive Chambaz !

de0ee5172dabfcb5040a4dac6cea9fd8.jpgBernard Chambaz nous propose dans Evviva l’Italia (éditons Panama) une balade littéraire palpitante, doublée d’une déclaration d’amour à l’Italie.

- Je suis fol amoureux de ce pays. J’y suis allé pour la première fois il y a 40 ans et je tente d’y retourner chaque année. Je connais mieux l’Italie que la France et je m’y sens plus à l’aise. J’aime la légèreté qui y règne. » 

Ce récit de voyage rend hommage à la culture, à la géographie, à la gastronomie, à la culture humaniste de ce pays.

-J’ai vécu, avec cette expérience, un des plus beaux moments de ma vie, un bonheur d’une formidable intensité. C’est un peu banal à dire, mais c’est un livre pour lequel j’ai une grande tendresse. 

b609edd733b5dbaa4fdfb1a046d8717f.jpg
En ce mercredi 6 juin, l’écrivain voyageur, installé devant moi dans un bar (en face de la mairie du 18e), n’hésite pas à comparer l’écriture et le cyclisme.

-Écrire, c’est comme pédaler. En vélo, on souffre beaucoup, mais on jubile de traverser de merveilleux paysages. Lorsque l’on écrit, il faut faire des efforts conséquents, mais on traverse aussi de somptueux paysages linguistiques…

Il faut avouer que Chambaz connaît bien les subtilités de la langue française.

-Je mets de la poésie dans tous mes livres… mais chez moi, elle ne se traduit pas forcément par des rimes, mais plutôt par des sons, des assonances particulières et des images. Si j’écris avec facilité, je suis très difficile avec moi-même quant au style. 

Avant de nous séparer, il m’implore presque de lire un livre : L’usage du monde par Nicolas Bouvier, « un des plus grands écrivains du XXe siècle ! » et me raconte aussi sa jeunesse dans une famille communiste.

D’ailleurs il est l’auteur d’un livre passionnant sur le journal L’Humanité.

cbd79db648c3ffded11245b92cd1be99.jpg

Le type est passionnant. Il me raconte un peu sa vie, moi la mienne.

Et pis voilà, c’est terminé, on se quitte.

Comme d’habitude.

Parfois, c'est frustrant.

08 juin 2007

Apéros à Volo!

1d1dd82965d26b097eab958da191b478.jpg 

Hier, l’opération promo idéale. Franchement, chapeau l’organisation !

Il s’agissait pour la maison de disque Opéra-Music (le label de music pas classic) de faire découvrir le nouvel album du groupe Volo.

Pour tout savoir sur ce duo: la page Wikipédia , leur MySpace et un site non-officiel bien ficelé.

Ce sont deux frères qui s’entendent à merveille et dont le charme opère dès qu’ils jouent ensemble. Les Volo chantent leurs histoires, leurs amours, leurs révoltes, leurs amitiés, leurs joies, leurs peines, leur vision de la politique et de la société, le tout ponctué d’humour.

C’est généreux et malin.

Dans leur deuxième vie parallèle, Frédo Volovitch est l’un des 5 membres des Wriggles (des allumés aux subtiles chansons à voir absolument sur scène) et son frère Olivier est à la régie générale du groupe lorsqu’ils sont en concert…

Bref, hier, quelques journalistes triés sur le volet, ont été conviés à ça :

1c7c2422ef94e69606446dd666c35ab3.jpg 
Alors, vous pensez bien… des artistes que j’aime, des cacahuètes et les boissons qui vont avec, je n’ai pas hésité très longtemps.
Je rappelle ici que j’ai un sacré esprit de sacrifice.
J’arrive le premier, comme d’habitude. Et je suis accueilli par l’attachée de presse, Marie-Claude, avec qui je travaille souvent. Elle me dirige illico vers une petite salle où je vois quelques tables attirantes, je ne sais pas pourquoi.
0fedf18095cab126c11f6559b259b448.jpg
dcba8a3467dc50a37c6d5f6ba494302d.jpg
d9e0c878fd1b70a063ded1976a0813f1.jpg
Puis, elle me présente les patrons du label, les très sympathiques Patrick Dahan (chez qui nous sommes, si j’ai
bien compris) et Stéphane Douzilly (le directeur artistique). Ce sont eux.
cebc560581132fcd83a62bca7cfeca4b.jpg
Ils me font visiter les studios dans lesquels leurs artistes enregistrent ou répètent… Je parle là des Joyeux Urbains, David Lafore et donc, Volo.
Ensuite, nous retournons dans la petite cour ou les deux frères Volovitch me sont présentés. Ils me posent quelques questions sur ce que je pense du disque et nous passons bien vite à autre chose. Ils ne sont pas du genre à s’épancher sur leur œuvre. Modestes les garçons.
Ils sont là avec leur verre de vin (oui, je cafte). Le gars au milieu n'est pas un troisième frère.
79cf95a96cee36c22aec509a40ccb253.jpg
Précisions : Frédo (à gauche) m’explique qu’il ne regarde jamais l’objectif quand il est un Volo et qu’il fait des
grimaces quand il est un des Wriggles. C’est une marque de fabrique… regardez la pochette du disque.
Ici, quelques fans (chanceuses) conviées par la production. Elles étaient peu nombreuses ces jeunes filles, mais visiblement conquises d’être là.
57c03855a70cd5672ca1b5524d44c1da.jpg
Nous avons eu le droit ensuite à un mini concert acoustique au premier étage de cet appartement géant. Public évidemment réceptif, à juste titre.
6c594c480e722d50fac9e94be5c2ca07.jpg
e8c13e7660bd14e515e3275532b8d8c7.jpg
Attention, révélation sur un pan de ma vie privée! Je suis allergique aux poils de chats. Or, il y avait un chat qui était au courant de mon problème et donc, qui a pris un malin plaisir à se frotter à moi durant le set. Il a fini par s’installer devant mes pieds, avec l’objectif évident de me faire éternuer.
J’en suis sûr.
Regardez comment il me nargue.
49c57eeb6f4a5ea2f04f67672b7e0967.jpg
Après la prestation lumineuse de nos deux artistes, on a bu un dernier coup (pour la route) et je suis rentré chez moi, ravi de cette soirée promotionnelle parfaitement réussie.
(Si vous aimez Volo et que vous souhaitez participer à ces « apéros », contactez-moi, je peux faire quelque chose pour vous.)

02 juin 2007

La Mano Negra... sueurs froides inutiles!

 

0e750ecb26389652c3f4a65d7e088803.jpg

Je vous le disais hier, mon Tout petit déjà du samedi a pour invité un défunt groupe que vous étiez nombreux à apprécier (et que, d’ailleurs, vous appréciez encore…).

La Mano Negra. Je ne vais pas ici vous retracer le parcours du groupe de Manu Chao et de sa bande parce que tout est bien expliqué ici.

9fb1490b2c551864e823b1a637e80006.jpgMais bon sang, les concerts de La Mano, rien vu d’aussi décapant (j’veux dire, à l’époque, dans les années 90).

Un jour le chef d’antenne de Top Music (à Strasbourg) me demande si je veux bien aller animer la rencontre FNAC qui a lieu incessamment avec La Mano Negra. Il s’agissait de faire la promo de leur dernier disque commun (et le dernier) Casa Babylon. J’accepte, mais à reculons.

 

-Ben, paraît qu’ils ne sont pas commodes en interview. Ils sont en perpétuelles représentations et se foutent souvent de la gueule de celui qui anime.

-Mandor, je t’ai choisi parce que tu m’as dit n’avoir peur de rien ni de personne.

Gloups !

J’avais entendu dire que Manu Chao n’aimait pas ce genre de prestation et qu’il le rendait bien aux personnes qu’il croisait dans ce genre de contexte. 4f42019422fe5f5079e8183ad18b2a09.jpg

Bon, après tout, relevons le défi.

En ce 18 mai 1994, je balise un peu dans la coulisse de la rencontre. Le groupe est déjà en retard d’une demi-heure et la salle est comble.

On m’annonce que ça y est, ils arrivent mais que Manu Chao a déjà envoyer valser un caméraman de FR3 Alsace qui filmait leur arrivée sans autorisation au RDC de la FNAC.

Re Gloups !

Et puis finalement, on leur a offert un p’tit godet avant de rentrer sur scène et ça c’est bien passé. Très bien même.

d700af41623006c22e79155652bc366c.jpg
Une ambiance de folie avec un public chaud chaud.
Il n’était pas prévu que Manu prenne sa guitare et chante avec ses comparses, mais ils l’ont fait quand même.
89435f55b4d2a63ecd0d7cfccd2c2447.jpg
Là, au premier plan, vous reconnaisez le batteur Santi Casariego, dit Santi. Depuis, l'homme a fait du chemin. Après avoir été directeur général de Mercury pour Universal France, il est depuis octobre 2006, directeur de Music One, le label musical de TF1.
1e6b5cbdf22698034dcd0a60230dfb4f.jpg
 J’ai eu le droit à quelques boutades pour amuser la galerie… rien d’insupportable.
Franchement, je suis ressorti de là épuisé, mais ravi.
2e3650dbebe8b27399c72522dd5910f4.jpg
J’ai même eu les félicitations du groupe à l’issue de la rencontre.
Je n’en étais pas peu fier.
7c7ab0dfea2d74a4bb66bbbb3887f484.jpg
Tout ceci s’est terminé avec bien d’autres godets dans les bureaux de la FNAC. 
Un Cuba Libre, ça vous dit? 
Quoi, là, maintenant, à cette heure matinale?
Même pas peur.
Euh... en fait si.
Hop! Un café.