Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« David Hallyday... met le turbo! | Page d'accueil | Corneille... fragile et intense! »

24 juin 2007

Daniel Balavoine (bis repetita)

Ce Tout petit déjà, je l'ai déjà publié en novembre 2006. Ici.

C'est aussi un peu une réponse à la question posée par mon amie Christine Spadaccini dans les commentaires de ma précédente note. Je cite: "Sinon, Mandor, je me demandais, si tu devais participer toi-même à un tel concours, avec toutes les photos you with a star que tu as, tu choisirais laquelle? Bonjour, le "dil'aime"!"

Sans aucune hésitation, celle-ci.

38e681ed8ebf1dab008dcc0123b6854e.jpg
 Parce que Daniel Balavoine était ma seule idole de jeunesse. On peut vraiment dire que j'étais fan. (Voyez, au passage le badge de lui que je portais. Ridicule mais j'avais 17 ans et (on n'est pas sérieux quand on à 17 ans, un beau soir, foin des bocks et de la limonade...)
Ce matin, en cherchant dans mes archives, je suis tombé sur ces quelques photos qu'il m'a signé (on n'est pas sérieux quand on a 17 ans...)
58b59384f4c001b2e74e5b0f42736aa2.jpg
8982839a80066e4249f12ab0022a240d.jpg
bdf486a73bfd1ce67169029ec0dd99c8.jpg
9911c76da36f6458cc1c33563d0090eb.jpg
Bon, au cas où vous ne l'auriez pas compris, mon prénom, dans la vraie vie, c'est François.
Ah bon?
Tiens!
Et voici donc, ce que je racontais dans ma note précédente sur lui:
medium_BAL_N_ET_B.jpg

Je me souviens qu’il était ma seule idole de jeunesse…

Je me souviens que j’aimais ses chansons autant que ses coups de gueule…

Je me souviens que j’avais des posters de lui dans ma chambre…

medium_db.jpgJe me souviens que mon premier disque de lui acheté par maman pour moi était "Le chanteur"...

Je me souviens que je connaissais son répertoire par cœur…

Je me souviens que je chantais devant la glace en l'imitant...

Je me souviens que je voulais lui ressembler…

Je me souviens qu’il était mon exemple…

Je me souviens que j’ai fréquenté (longtemps) sa sœur Claire à Paris…

Je me souviens que j’ai fréquenté (beaucoup) son frère Yves à Cayenne…

Je me souviens que je l’ai rencontré une seule fois, deux ans avant qu’il parte…

Je me souviens que j’attendais devant le Palais des Sports un jour de septembre 1984…

Je me souviens qu’il s’est arrêté devant moi en voiture et qu’il m’a dit de grimper à l’arrière…

Je me souviens qu’il m’a permis de rester avec lui dans la coulisse toute l’après-midi…

Je me souviens qu’il avait été charmant et disponible…medium_daniel4nb.jpg

Je me souviens que j’étais impressionné…

Je me souviens que nous avons fait beaucoup de photos…

Je me souviens que pendant son concert, quelqu’un m’a volé ma pellicule…

Je me souviens que je suis retourné le voir à l’issue de son spectacle…

Je me souviens qu’il s’est marré quand il m’a revu dans sa loge…

Je me souviens qu’il a bien voulu faire un dernier cliché…

Je me souviens que le 14 janvier 1986, j’étais triste…

Je me souviens que je faisais mon service militaire...

Je me souviens que je me suis retenu de pleurer mais que mes yeux brillaient…

Je me souviens que mon général de papa ne savait pas quelle attitude adopter envers moi...

Je me souviens qu'il m'a serré très fort contre lui...

Je me souviens qu'il a compris mon chagrin...

Je me souviens que le soir même, j’étais à la radio pour lui rendre un dernier hommage.

Daniel Balavoine, je continue à le chercher parmi les nouveaux venus de la chanson française… Pas trouvé !

Non, faut pas chercher… tout le monde est unique.

Commentaires

C'est malin, je suis en larmes.
La disparition de Balavoine, c'est toute une époque.
On croyait encore qu'on pouvait à l'occasion d'un truc de goden boys motorisés faire un peu de bien aux malheureux...
C'est parce que nous étions jeunes et candides ou que le monde, qui était déjà bien pourri, ne l'était pas autant qu'aujourd'hui ?

Bel hommage Mandor
sur un homme
dont il faut qu'on parle encor'

ps : je t'ai mis plein de tags ce matin sur mybloglog....
ne me frappe pas !

Écrit par : Cath | 24 juin 2007

Très émouvant hommage à un homme d'exception, qui a tatoué son empreinte indélébile dans tant d'esprits, dont le mien.
Je me souviens de ce jour de janvier 86, de retour de l'université. Je ne voulais pas y croire. Pas lui.
Je me souviens avoir haï la vie. Pas le droit de faire ça. Non, pas le droit.
Je me souviens avoir découpé tous les articles parlant de lui, ravivant sa présence à travers ces puzzles de papier, cherchant vainement à reconstruire ce que la vie avait détruit.
Je me souviens l'avoir écouté en boucle, seule dans ma chambre d'étudiante, refusant que cette voix qui me berçait ne soit plus. Conjurer le sort sur ma chaîne. Fuite illusoire devant la réalité.

Il nous a quittés, certes, mais il continue à vivre à travers ses oeuvres. Beaucoup de chanteurs ont investi la scène, depuis, mais aucun ne l'a remplacé.
Unique il était.
Unique il restera.
Et qu'étreinte soit l'anagramme d'éternité n'est pas un hasard : il est de ces êtres, rares, qui resteront pour l'éternité dans l'étreinte des mémoires.

Écrit par : Koryfée | 24 juin 2007

Bel hommage et comme toi, il est unique. Je revois souvent ce moment où il s'adresse à Mitterand à l'antenne. Il était grand et courageux... un homme authentique comme on en fait plus.

Écrit par : lOlA | 24 juin 2007

Je vote pour toi.

Écrit par : marsha | 24 juin 2007

je crois que j'étais un peu jeune (11 ans quand il est mort) pour apprécier vraiment ces chansons à ce moment-là. mais maintenant, j'aime beaucoup...

Écrit par : jevli | 25 juin 2007

@tous: Je n'ai pas envie d'en rajouter sur cette note. Je sais simplement qu'il a touché pas mal de personnes et qu'il n'est pas encore totalement oublié. Mais, bon, la vie passe...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 25 juin 2007

Je mes souviens que la première parodie que j'ai imaginée était sur l'air de "mon fils, ma bataille" et j'avais 8 ans. Mes parents s'en souviennent encore... Quand on rêve de Pestacle, y'a pas meilleur public que ses parents...
Je me souviens surtout d'une conversation tardive dans un resto chinois avec toi...

Écrit par : La Louve | 25 juin 2007

C'était un type bien, Balavoine et j'aimais bien ses chansons. Jolie note.

Écrit par : Nathalie | 25 juin 2007

Je me souviens de lui aussi. Pas comme toi bien sûr. Mais tout de même, c'est con la vie...
Biz président

Écrit par : Benoît FAPM | 25 juin 2007

je cours dans l'allee centrale de bercy
dans le noir
Il vient d'entrer sur scene, il chante Lucie.
ça me transporte.
j'ai 17 ans, c'est mon premier concert .
ce sera son dernier.

Écrit par : Cécile | 25 juin 2007

Jolis toi et choix, François, et merci de ta rép! K.

Écrit par : Kiki | 30 juin 2007

La disparisiton de mon héros (lui que ne les aimait pas) cette année noire a vu la candeur de mes 20 ans s'évanouir comme un cataclysme emportant mon désir d'être comme lui :
généreuse et rebelle

Écrit par : Guylène | 29 juillet 2007

bonsoir

merci pour ce texte magnifique et ce bel hommage à Daniel qui me manque toujours autant.
Me permets tu de le publier sur mon blog avec deux de tes photos (celle où il pose avec toi et un des autographes)

merci de ta réponse

je te laisse l'adresse : http://balavoine52.skyblog.com
tu peux me laisser une trace de ton passage ca me fera plaisir

Écrit par : veronique | 05 janvier 2008

@Véronique: Je viens d'aller voir ton blog. J'ai vu des photos inédites étonnantes. Moi qui croyais tout avoir vu sur lui...
Vas-y. Publie ce que tu veux, sans restriction.
Et bonne année!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 05 janvier 2008

J'avais à peine six ans quand il a disparu... Je me souviens du clip "l'Aziza". J'ai grandi avec ses chansons... Entre 15 et 20 ans, je me suis intéressé au personnage, ses coups de gueule, son engagement.
Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé ses mélodies, sa voix.
J'aime le revoir à la télé, l'écouter à la radio.
On a passé trois jours à l'Océan avec ma fiancée, et le dernier jour, on était à Biarritz.
J'ai reconnu la plage où l'on voit Balavoine dans le reportage "Les Enfants du Rock", l'hôtel du palais, où il donne cette interview, près de la piscine. L'église St Eugénie, où a eu lieu ses obsèques.
Devant sa tombe, au cimetière Ranquine, j'ai eu un sentiment de gachis... Perdre la vie si jeune, si brutalement. Je pense à sa famille, ses enfants, son fils, qu'il a à peine connu.
Balavoine est mort pour ses idées, et je trouve admirable ce qu'il a fait au Mali.
Personne ne s'est engagé sur le terrain comme lui... A part Coluche peut être.
Mais quand je vois les Restos du Coeur aujourd'hui, cela ne me plaît pas... Car je vois des artistes, venir chanter sur scène, plus pour se faire de la pub, pour leur promo, que pour défendre une idée, une cause...

Écrit par : Ari | 25 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.