Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Apéros à Volo! | Page d'accueil | Interview Jean d'Ormesson. Exit n°2 »

13 juin 2007

Bernard Chambaz... écrivain voyageur et sportif!

 

04b5ff646a7f55d724d9d08f8d2966ab.jpg

Certes, Bernard Chambaz est romancier, poète, essayiste, enseigne l’histoire et a publié 27 livres. Ce n’est pas rien, mais le prix Goncourt du Premier roman (en 1993 pour L’arbre des vies) est surtout un cycliste émérite. A 58 ans, ce n’est pas rien non plus.

En 2003, il achève le Tour de France du centenaire de la Grande Boucle et en tire un livre : A mon tour. Chambaz récidive en faisant encore plus fort. En juin 2006, l’homme s’est attaqué à un autre grand tour mythique, le Tour d’Italie, le Giro. Le Giro de l’année de sa naissance : 1949. Ce même Giro du duel mythique Coppi-Bartali.

Blondin est mort, vive Chambaz !

de0ee5172dabfcb5040a4dac6cea9fd8.jpgBernard Chambaz nous propose dans Evviva l’Italia (éditons Panama) une balade littéraire palpitante, doublée d’une déclaration d’amour à l’Italie.

- Je suis fol amoureux de ce pays. J’y suis allé pour la première fois il y a 40 ans et je tente d’y retourner chaque année. Je connais mieux l’Italie que la France et je m’y sens plus à l’aise. J’aime la légèreté qui y règne. » 

Ce récit de voyage rend hommage à la culture, à la géographie, à la gastronomie, à la culture humaniste de ce pays.

-J’ai vécu, avec cette expérience, un des plus beaux moments de ma vie, un bonheur d’une formidable intensité. C’est un peu banal à dire, mais c’est un livre pour lequel j’ai une grande tendresse. 

b609edd733b5dbaa4fdfb1a046d8717f.jpg
En ce mercredi 6 juin, l’écrivain voyageur, installé devant moi dans un bar (en face de la mairie du 18e), n’hésite pas à comparer l’écriture et le cyclisme.

-Écrire, c’est comme pédaler. En vélo, on souffre beaucoup, mais on jubile de traverser de merveilleux paysages. Lorsque l’on écrit, il faut faire des efforts conséquents, mais on traverse aussi de somptueux paysages linguistiques…

Il faut avouer que Chambaz connaît bien les subtilités de la langue française.

-Je mets de la poésie dans tous mes livres… mais chez moi, elle ne se traduit pas forcément par des rimes, mais plutôt par des sons, des assonances particulières et des images. Si j’écris avec facilité, je suis très difficile avec moi-même quant au style. 

Avant de nous séparer, il m’implore presque de lire un livre : L’usage du monde par Nicolas Bouvier, « un des plus grands écrivains du XXe siècle ! » et me raconte aussi sa jeunesse dans une famille communiste.

D’ailleurs il est l’auteur d’un livre passionnant sur le journal L’Humanité.

cbd79db648c3ffded11245b92cd1be99.jpg

Le type est passionnant. Il me raconte un peu sa vie, moi la mienne.

Et pis voilà, c’est terminé, on se quitte.

Comme d’habitude.

Parfois, c'est frustrant.

Commentaires

."..comme une eau le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. Puis se retire… " Nicolas Bouvier, L’usage du monde, un de mes livres de chevet, j'ai donc ça en commun avec monsieur Chambaz alors, ça et l'Italie, mi piace bene, questo scrittore!

Écrit par : Kiki | 13 juin 2007

Réponse au dernier message : "mes" femmes, comme tu dis, sont cachées entre les lignes de mes poèmes ;o) Faut chercher ! Les autres, les femmes, elles sont noyées sous la saison des pluies et ça tombe dru !

Écrit par : Nathalie | 13 juin 2007

@Kiki: Ca ne m'étonne pas que tu aimes ce livre... tes goûts sont exquis.
@Nathalie: Je vais bien les chercher alors.
;o)

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 14 juin 2007

Dis, Mandor, je lis dans le blog-it express que le prochain EXIT est pour vendredi. Certes, on approche, on approche, mais je suis gravement en manque, droguée que je suis à votre EPO. En tant que Président, tu ne pourrais pas faire voter une loi instaurant 7 vendredis par semaine ? Cher adorable vénérable génial inégalable irremplaçable chaleureux merveilleux (quoi, je vais être accusée de corruption ? Euh...) tu pourrais peut-être réunir le conseil des ministres de la FAPM en urgence aujourd'hui et faire abroger cette loi ? Je veux ma dose !

Signée : koryfée-délinquante

Écrit par : koryfée | 14 juin 2007

@Koryfée: Tu l'as, ta dose...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 16 juin 2007

Les commentaires sont fermés.