Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« TEASING part four (invité n°2) | Page d'accueil | Dominique A... la chanson prend de la (h)auteur! »

21 mai 2007

Guillaume Musso... profession: page turner!

medium_musso_1.jpgJe viens de finir le nouveau Guillaume Musso : Parce que je t’aime.

Il m’énerve ce type.

C’est le quatrième roman que je lis de lui, donc la totale (mon journal me demande d’écrire une critique sur chacune de ses sorties… je suis donc devenu un spécialiste de l’œuvre Mussoïenne…).

A chaque fois, l’auteur me captive. À chaque page.

Dans les pays anglo-saxons, on appelle ça un « page turner ».

-J’écris les livres que j’aimerais lire. Il faut que le lecteur vibre, pleure, rit, qu’il ait peur avec les medium_musso_sauve_moi.jpgpersonnages. J’écris donc de façon haletante, avec une tension qui doit imprégner le bouquin. 

Et ça marche diablement. Bien sûr, j’en entends qui crient à l’imposture.

Musso n’est pas Maupassant !

Qui a dit le contraire ?

medium_seras_tu_la.jpgNi Apollinaire !

A d’autres.

Je ne suis pas Albert Londres.

Mais Guillaume Musso est un phénomène… Ce jeune homme de 32 ans vend aujourd'hui autant de livres qu'Anna Gavalda, Bernard Werber ou Amélie Nothomb.

Plus de deux millions de livres vendus. Ce n’est pas un gage de qualité, certes, mais bon… respect quand même.

Après Et après (2004), Sauve-moi (2005) et Seras-tu là ? (2006), il vient de publier son quatrième titre (qui s’arrache déjà comme des petits pains !)

medium_parce_que_je_t_aime_1.gifL’intrigue de Parce que je t’aime est, comme toujours, habile et haletante.

Une fillette de cinq ans a disparu dans un centre commercial de Los Angeles. Le couple que formaient ses parents n'a pas résisté au drame, ils se sont séparés. Cinq ans plus tard, la fillette réapparaît à l'endroit même où elle avait mystérieusement disparue. Que s'est-il passé ? Où était-elle ? Avec qui ? Pourquoi est-elle revenue ?

Voilà, vous êtes déjà happé, magnétisé par l’histoire. C’est agaçant de savoir que l’on se fait balader, et pourtant, la redoutable mécanique de Guillaume Musso ne vous lâche plus.

-Sous des abords ludiques et légers, tous mes romans abordent, en toile de fond, des thèmes plus profonds. Le surnaturel, le mystère, le thriller, ne sont en fait que des prétextes pour évoquer d’autres grandes questions. Dans ce livre, j’aborde le thème de la résilience, cette capacité psychologique à résister à l’adversité, à surmonter les épreuves pour en ressortir parfois plus solide. medium_Et_apres.jpg

Guillaume Musso est traduit en 22 langues et la moitié de ses romans sont en cours d’adaptation au cinéma.

-Le tournage de Et après… débutera cet été à New York. On parle d’un très beau casting : Romain Duris, John Malkovich et Evangeline Lilly, l’héroïne de la série Lost. Seras-tu là ? va également devenir un long métrage puisque les droits du livre ont été vendus à Christian Fechner et plusieurs producteurs s’intéressent à Sauve-moi.

Marc Lévy n’a qu’à bien se tenir !

84b3c05ce7fae73d7f530630b4ab358a.jpgAllez, hop! Une ch'tite photo...

Oui, alors là, j'avoue, on fait une pause de chez pause.

Dans un bureau de chez XO Editions.

Parfaitement naturel...

medium_Musso_2.2.jpgCe qui passionne le plus Musso: « Les relations entre les gens, les sentiments, le sens que l’on donne à sa vie… ». Il pointe du doigt des questions universelles. La vie, la mort, l’amour, le destin, le hasard… ça intéresse tout le monde, non ?

Bon, en plus, dans la vie, l'homme est humble doublé d'un parfait gentil.

Il écrit des livres pour passionner le lecteur, simplement.

En langage cinématographique.

Ce n'est pas un crime, quand même...

 

Commentaires

Difficile d'entrer dans une librairie sans avoir le regard happé par un de ses livres, en effet. Présent partout. Et pourtant, je dois avouer ne pas avoir encore succombé à l'appel de sa plume. Voilà qui, au regard de cette présente note, ne saurait tarder. Donc je le note illico presto sur ma liste.

Je sens que je vais commencer par le petit dernier au regard du thème abordé. La résilience ou "l'art de naviguer dans les torrents", théorie très intéressante dont Boris Cyrulnik a livré des études passionnantes et pleines d'espoir. En effet, rien n'est plus salvateur en soi quand on est un "éclopé de la vie" que de savoir qu'il n'y a pas de fatalité, que non seulement on peut guérir de ses blessures mais en ressortir grandi, mieux armé. Ce qu'en d'autres termes, Nietzsche exprimait dans le Crépuscule des idoles avec cet aphorisme : "A l'école de guerre de la vie, tout ce qui ne m'a pas tué m'a rendu plus fort".

Etre résilient ne signifie pas être invulnérable, certes, car personne ne l'est, mais apprendre à résister aux traumatismes, en faisant appel à la confiance enfouie en chacun de nous et qui tarde parfois à s’exprimer…

Écrit par : koryfée | 21 mai 2007

@Koryfée: Je ne voulais pas faire une note trop longue (on me fait ce genre de reproche), donc, j'ai beaucoup élagué. C'est amusant que tu cites Boris car lui même dit:
"Depuis longtemps, je lis avec intérêt les ouvrages de Boris Cyrulnick dont le message et le credo -rien n'est définitivement joué-imprègnent cette histoire et certains de ces personnages."
Ta comparaison était donc judicieuse (ce dont je ne doute jamais!)

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 21 mai 2007

Alors ce Guillaume Musso a tout pour me plaire et mon désir de le lire n'en est que plus grand ! J'ai dévoré tous les ouvrages de Boris Cyrulnik et suis très très réceptive à ses analyses. Un grand coup de pied donné à la théorie selon laquelle "tout se joue avant six ans". Un immense souffle d'espoir.
Quant aux reproches qui te sont adressés (longueur des notes, visage dévoilé ou non, etc.), comme dirait Cocteau : " ce que les autres te reprochent, cultive-le, c'est toi !". Donc suis ton instinct, tes envies, ce que tu désires TOI ( dit Koryfée, qui devrait commencer par appliquer à elle-même les conseils qu'elle donne, très sensible au regard et au jugement des autres elle aussi...)


Signé : koryfeé-une-blogomandorécidiviste :-)

Écrit par : koryfée | 21 mai 2007

Une amie m'a prêtée "Sauve moi". Je l'ai dévoré en à peine 48h. J'ai l'impression que Guillaume Musso est un auteur très critiqué tout comme Marc Lévy...
Ses histoires font rêver d'un côté je crois. Et c'est ça que j'aime.

Dorothée, rêveuse qui a passé son week-end devant la trilogie des Sissi et Angélique...

Écrit par : Dorothée, cheerleader de l'International FAPM | 21 mai 2007

Encors un nouveau titre à découvrir... et très bientôt je pourrais enfin trouver tous les livres dont tu parles en librairie car ici, ce n'est pas génial, des librairies, il n'y en a qu'une et... le choix n'est pas varié.
Retour en métropole (sniff) pour très très bientôt.

Écrit par : Nathalie | 21 mai 2007

Jamais lu Guillaume mais peut-être bien que j'y glisserai mon Musso un de ces 4, si quelqu'un me le prête comme à Dorothée ou si je remets la main sur ma carte de biblio! Ah, ça y est, je sais, c'est toi ou Koryfée qui me le prêterez quand je passerai à Panam!

Écrit par : Kiki | 21 mai 2007

D'accord avec Dorothée, j'ai lu avec plaisir les 2 premiers et me demande pourquoi les auteurs dits "populaires", à succès, sont toujours aussi critiqués. Il existe beaucoup de genres différents en littérature, on peut tous les apprécier pour des raisons tout aussi différentes non ? Et si Musso ou Lévy amène les Français à lire davantage et à y reprendre goût, c'est plutôt honorable tout compte fait...
Le thème sous-jacent de ce 4ème roman a piqué ma curiosité en tout cas ;-) !

Écrit par : Bridget | 22 mai 2007

@Koryfée : Je suis pareil que toi. Je n’applique que très peu ce que je conseille aux autres. Concernant les reproches que l’ont me fait, ils sont raisonnables alors j’arrive encore à les supporter.
;o)
@Dorothée, cheerleader d’International FAPM : Houlà, week-end passionnant !
Je te taquine, toi, ma Dorothée rêveuse préférée...
@Nathalie : Retour définitif en métropole ??? Ou provisoire ? (J’espère pour toi).
@Kiki : Chouette, Kiki in Paname ! Vite ? Très vite, hein ? Musso sera dans mon sac, promis, mais mon amitié sera dans mon cœur (vite un Kleenex, tellement c’est beau ce que je viens d’écrire !)
@Bridget: Tu as raison. Moi, personnellement, mon métier m'incite (m'oblige) à lire des styles littéraires différents. Parfois, les fins lettrés m'emmerdent prodigieusement et les "conteurs" me passionnent. Parfois aussi le contraire... il ne s'agirait pas non plus que je devienne démago (Deux Magots)...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 22 mai 2007

Quand je viendra je te dira, promis, mais c'est pas encore demain bientôt, enfin faut voir, ché pas trop encore! Tu me gardes aussi le Kleenex, hein, mouillé des larmes d'émotion de Mandor, un vrai collector... Bon, faut que j'arrête avec ça, mon frère me honnit depuis que j'ai raconté à ma nièce qu'il fallait qu'elle arrête de pleurer parce que son Kleenex était déjà trop plein de larmes et que les suivantes allaient tomber par terre et que ça rendrait triste la maman-larmes de voir tous ses bébés-larmes se casser la gueule parce que le Kleenex était déjà trop mouillé et qu'accessoirement c'était le dernier du paquet...! Ca a marché, la mioche s'est arrêtée de pleurer illico mais depuis elle refuse de jeter ses mouchoirs sales parce que dans chacun il y a une famille-larmes... Oups, j'en ai encore trop fait mais moi je la trouve sympa, sa chambre pleine de vieux mouchoirs!

Écrit par : Kiki | 22 mai 2007

Lu un sur quatre, "Sauve moi"... beaucoup aimé...

Écrit par : Frogita | 22 mai 2007

Euh, faut pas déconner, là. Musso, OK, c'est un tout petit peu moins pire que Marc Lévy, mais appeler ça de la littérature, c'est comme dire que les paiers à lettre Diddle sont des oeuvres d'art. Gala aussi se vend super bien. Et il en sort un chaque semaine. C'est pas du grand bel art littéraire, ça?

Écrit par : Arlette | 22 mai 2007

euh comme Arlette!!! c'est pas un crime d'écrire des livres qui se vendent et tant mieux pour lui, mais de là a les lire!!! un ça va, deux, c'est moyen, trois c'est l'ennui assuré.

sincérement il existe tellement de jeunes auteurs à découvrir, plus difficile à lire peut-être, mais nettement plus interessants.

Écrit par : cécile | 22 mai 2007

Euh comme Arlette et Cécile, mais effectivement tous les goûts sont dans la nature... enfin quand même, les commentaires sont très consensuels, il y a tant de monde que ça qui lit Musso et Lévy?

Écrit par : pandora | 22 mai 2007

Est-ce que tu sais ce que c'est que la jalousie ? oui ? Et bien c'est ce que je vis en lisant ces lignes !!!
Bouhouhouhouhouhouhouhouhou !!!
Ben moi, j'en ai bien vendu, euh, 257, peut-être même 362... va savoir, avec des chiffres astronomique comme ça !!!
Pfff, allez, j'vais boire un coup ;-)

Écrit par : Benoît, membre de la FAPM | 22 mai 2007

@Kiki : Toujours aussi fine… et raconteuse d’histoire émouvante.
@Frogita : Il n’y a pas de mal à se faire du bien.
(Très intelligente remarque, je sais.)
@Arlette : J’ai bien expliqué dans ma note ce que je pensais de son écriture… mais il faut admettre qu’il sait captiver ses lecteurs. C’est indéniable.
@Cécile : Oui, certes, mais si nous envisagions la possibilité que chacun puisse avoir ses propres goûts et qu’aimer aussi ce genre de bouquin ne soit pas déshonorant. Personnellement, ça ne me dérange pas de lire ce genre de roman de temps en temps.
Mais, évidemment, pas que.
@Pandora : Ils sont plus nombreux à lire Lévy ou Musso que Sollers, c’est sûr. Encore une fois, je ne dis pas que c’est un gage de qualité suprême. Loin de là… mais ça me révolte que l’on se moque des gens qui lisent ces ouvrages là.
@Benoît, membre de la FAPM : À la tienne, alors ! (Et à demain !)
Tu en as vendu plus que ça, faux modeste !

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 22 mai 2007

Aucune moquerie dans mes propos, pourquoi cette révolte? Je suis simplement étonnée du peu de commentaires contradictoires...

Écrit par : pandora | 22 mai 2007

@pandora: Oui, enfin, le mot "révolte" est un peu fort. (Il était très tard lorsque j'ai répondu et j'étais très fatigué). Ce n'est pas contre toi Pandora, c'est juste qu'il est toujours facile de tirer sur des ambulances avec véhémence. Evidemment que l'on peut critiquer négativement ces gros vendeurs à la plume facile mais au style et au ton ordinaire. Mon propos est de dire qu'à partir du moment où des lecteurs y trouvent du plaisir, c'est bien qu'ils existent (aussi).

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 23 mai 2007

J'étais en train de lire "La maison du retour" (Jean-Paul Kauffmann) lorsque quelqu'un m'a donné "Et après". Je n'ai pas eu envie de le lire jusqu'à ce que j'aie lu un passage dans La maison du retour où Kauffmann parle de ce genre de livre et comment les romans l'ont sauvé pendant sa captivité au Liban, et parfois plus que la littérature véritable.

Écrit par : marsha | 23 mai 2007

Pas de probleme Mandor :), et j'avais bien perçu la nuance dans ta note. Et bravo pour l'article mérité!

Écrit par : pandora | 23 mai 2007

Cher Mandor, en disant "ça ne me dérange pas de lire...(de la daube)", tu as tout dit, là.Ben, oui, mon vieux. C'est ton METIER. Donc, tant qu'à faire, puisque t'es OBLIGE de lire, autant que ce soit facile, et pas trop chamboulant.
Nous, le public, on lit pour le plaisir.
Alors, oui, moi, ça ne me dérange pas de manger des haricots verts en conserve, parce que je suis un petit peu obligée, souvent, de temps en temps. Mais quand je veux me faire plaisir, c'est pas ça que je choisis. Ni que je recommande. A être un peu trop lisse, et ne vouloir fâcher personne, on finirait par perdre sa crédibilité. Et son sexappeal bloggesque.

Écrit par : Arlette | 24 mai 2007

@Marsha: J'ai lu aussi "La maison du retour"... Très émouvant.
@Pandora: Merci mademoiselle (ou madame???)
@Arlette: Dis donc, ma vieille (puisque mon vieux, je suis), je dis ce que je veux sur ce blog qui, je le rappelle, n'est pas un blog de critiques de livres. Je ne me revendique pas comme tel ici. Je n'ordonne pas à ce qu'on suive mes recommandations. Je m'en fous, tu sais. Il y a suffisamment de blogs littéraires "sérieux" et parfois un peu chiants (il faut bien le dire) qui semblent détenir la bonne parole pour ne pas perdre du temps ici. Ce blog est léger, je l'ai voulu ainsi. Quant à ma crédibilité, je ne la cherche pas ici (dans ce monde virtuel), je la cherche ailleurs. Là, juste je m'amuse en en me prenant pas au sérieux.
Ce n'est pas un péché.
Et vive Guillaume Musso, si je veux!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 24 mai 2007

Ah tiens, motivation supplémentaire pour le lire, alors... Depuis le temps que j'ai "et après" dans ma bibliothèque... !!!! Merci pour "page turner", que je ne connaissais pas... :)

Écrit par : k'tastrof | 27 mai 2007

@k'tastrof: Je ne te voyais plus, je pensais que tu ne m'aimais plus...
;o)

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 28 mai 2007

Je viens pour te dire que j'ai lu "Et après" ce week-end et ce livre m'a vraiment parlé puisque, très jeune, j'ai failli de noyer après être tombée dans un lac - une expérience que je ne recommande pas avant d'apprendre à nager ;-). Cette expérience me hante toujours. Je comprends bien les sentiments dans ce livre. On n'a pas besoin des mots fleurissants...pas ceux qui ont vécu cela, de toute façon.

Donc, merci encore, Mandor. Je ne doute pas pour un instant ta crédibilité.

Écrit par : marsha | 30 mai 2007

@Marsha: C'est très gentil ce que tu me dis là...
Sais-tu que j'aime beaucoup ce que tu fais? Un blog entièrement consacré au vin... Si ce n'est pas une riche idée...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 30 mai 2007

Mandor>Merci pour ton encouragement à propos de mon blog. J'écris n'importe quoi puisque le vin n'est pas mon métier et il est difficile de parler d'un seul sujet. Néamoins, j'apprécie la découverte d'un bon vin - l'épiphanie au-dela le 6 janvier...

Écrit par : marsha | 30 mai 2007

Les commentaires sont fermés.