Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Monsieur Z... un Zorro dévoilé! | Page d'accueil | Christophe Willem fout le souk près de chez moi! »

12 avril 2007

Mark Maggiori... artiste en tous genres!

medium_V86_Livres_Mark_Maggiori_Photo_1_.JPG 

Tiens, voilà encore un artiste qui a accepté de me rencontrer uniquement pour mon blog (et non pour mon journal tiré à 150.000 exemplaires). C’est idiot mais ça continue à me faire plaisir. Merci à son attachée de presse Valentine, qui n’y est certainement pas pour rien.

(Valentine, tu es la meilleure. Et puis, au final, j’ai réussi quand même à le placer dans le journal. D’une pierre, deux coups !).

Mark Maggiori vient de sortir son premier roman chez Hugo et Cie.

Helmet Boy.

Mark Maggiori est connu d’un certain public.

Celui qui aime le rock « néo métal ».

medium_Maggiori_2_Pleymo.2.jpgMark Maggiori est le leader du groupe Pleymo.

Les djeuns adorent. Plus de 300.000 exemplaires vendus pour le dernier, Alphabet prison.

Mais de Pleymo, nous ne parlerons pas car c’est l’auteur de romans qui accepte de passer un moment avec moi.

Et moi, je ne suis pas du tout du genre à mélanger les genres.

Mais alors, pas du tout.

Hum !

En plus Mark Maggiori, il est aussi peintre, graphiste et réalisateur de clips. Il vient de tourner un court métrage aux Etats-Unis intitulé Thelma. Il travaille à l'écriture de deux longs-métrages.

Bref, il touche à tout avec un certain talent (ou un talent certain, comme vous voulez).medium_Maggiori_1_Cameera.2.jpg

La terrasse d’un bar de Pigalle ( La Fourmi ), le 3 avril dernier, en fin d’après-midi. Rue des Martyrs.

Un Coca Light pour lui, une bière pour moi.(C’est la big teuf avec les rockeurs d’aujourd’hui !)

Mark est souriant et calme. Rien à voir avec les clips que j’ai visionné sur leur site officiel.

Je commence mon interview, tranquillement, avec tout le professionnalisme qui me caractérise (amen !) :

medium_V86_Livres_Mark_Maggiori_cover_.JPG-Helmet Boy est l’histoire d’un adolescent en quête de personnalité, pris dans l’engrenage de la violence urbaine. Pour s’intégrer, ton héros a eu un destin très noir…

-La noirceur ressort beaucoup dans toutes mes créations. C’est toujours plus riche de chercher ce que l’on a, au fond de nous, dans ce registre là. Pour écrire ce livre, je suis parti du concept du dernier album de Pleymo dont le thème récurrent est l’adolescence et plus particulièrement les ados qui sont influencés et influençables. J’ai vu un documentaire sur les enfants tueurs en Colombie, ça m’a tellement choqué que j’ai medium_1162369271.jpgdécidé de m’en inspirer. Mais c’est aussi un roman sur la beauté et l’apparence. J’ai été très marqué par Mort à Venise de Visconti.

- Tu décris l’ennui de la jeunesse des banlieues de Los Angeles dans les années 80.

- J’ai bouffé de la culture américaine  à 95% quand j’étais petit. J’étais, moi aussi, un skateur fou qui se cherchait. D’un certain côté, Helmet Boy me ressemble et je connais quelques aspects de l’univers que je décris. Pas tout, évidemment…

- Chanteur, réalisateur de clips et de courts métrages, peintre, graphiste et aujourd’hui romancier. Il te faut manier tous les arts ?

- Je tente de trouver un point central à tous ces médiums. Au bout de toutes ces activités, il y a la volonté de raconter des histoires. Je tisse tranquillement ma toile d’araignée. Un jour tout se rejoindra.

medium_Maggiori_au_bar.JPG

J'aime bien cette photo prise sur le vif lors de l'entretien.

Bref...

Mark Maggiori n’est pas avare de confidences. Il me parle de sa jeunesse qui s’enfuit. (Il va avoir 30 ans le 16 juin prochain. Moi, 10 de plus 4 jours après lui… je dis ça, je dis rien…)

-Je suis tout juste entrain d’accepter ça. Il y a une phase intéressante à partir de maintenant… la maturité ouvre les yeux, je t’assure. Jamais plus je ne commettrai les mêmes erreurs que par le passé.

medium_V86_Livres_Mark_Maggiori_Photo_2_.JPGJe reste interloqué. Fait-il référence à ce que l’on dit de lui sur Internet ?

-À l’époque où j’avais fait mon site avec mon boulot personnel, je me suis fait atomiser. Je vais mettre 10 ans à effacer ça. Sur Internet, quand il y a des gens qui décident de te faire du mal, ils se regroupent facilement. Le côté caché est radical. Tu ne peux pas t’adresser aux gens, ni te défendre. J’ai pris le parti de ne pas me défendre et de laisser faire. Ca m’a fait très mal et en même temps, comme il y avait de la vérité, ça m’a fait du bien.

Il s’interrompt quelques secondes, boit une gorgée et poursuit :

-En fait, j’ai emprunté des raccourcis pour arriver à quelque chose qui m’est important et cher. M'inspirer fortement des autres était pour moi une façon de travailler car je n’étais pas à maturité artistique. J’avais peut-être un manque de confiance. C’est très dur de lâcher ce que l’on a vraiment en soi. J’ai appris aujourd’hui que ça ne sert à rien de faire comme untel ou untel…medium_e6_s_pleymo_1.jpg

Autre gorgée. Le sujet lui tient à cœur. Je pense qu’il sait qu’à chaque fois qu’il rencontre un journaliste, le journaliste a tapé son nom sur Google… Ça me rend ce garçon terriblement sympathique. Je préfère les failles des gens que les qualités, parfois…

-Je ne cache plus que je suis en psychanalyse depuis 2 ans. Après cette histoire d’Internet, j’ai eu envie de mettre à jour mon inconscient. Je me suis rendu compte que tout ce qu’on fait est connecté à des moments de notre vie.

Je dévie la conversation sur les blogs. Aime-t-il ce moyen de communication ? Ses fans seraient heureux qu’ils se confient dans un tel espace.

-J’ai du mal à parler de moi au quotidien. Je suis solitaire, un peu secret même. Je suis marié à une femme qui est l’inverse de moi, très sociable. Moi, j’aime raconter de la fiction… mon quotidien, je le garde pour moi.

medium_Maggiori_et_Mandor.JPG

Il a raison au fond… Est-ce que c’est bien de se dévoiler, comme ça, sur un blog ?

Ne devrions-nous pas réinventer nos vies.

Je ne sais pas.

Je m’interroge.

Mais  JE est un autre.

( ??? vite un café !)

Quoi qu'il en soit, le roman de Mark Maggiori est une fable noire, mélancolique et violente.

Ce destin d’enfants sans repères ni barrières, sans foi ni loi, pris au piège d’une histoire trop grande pour eux prend bien aux tripes.

Une pathétique et terrifiante descente aux enfers.

Ça secoue pas mal le cœur aussi.

Et l’auteur prouve que la vie n’est pas que belle.

Je le croyais pourtant…

Commentaires

Café Fourmi, hier, j'ai quelques souvenirs tapis dans ce coin... M'avait l'air sympa, cette interview en terrasse... Et un p'tit noir, un, msieur Mandor! Alors kom ça, t'es un autre? Ben moi qui suis la plus fière, je me prends pour moi! ;-) Trop fort, ce Brel, je te l'dis, voilà, tu sais ce que j'écoute en écrivant ces lignes! A bientôt, signé: la cigale!

Écrit par : Kiki | 12 avril 2007

Ciel, la palette de cet artiste comporte décidément toutes les nuances chromatiques ! Une fourmi non avare de confidences en tout cas. Je le découvre seulement à la faveur de ton article, pas assez djeune Koryfée sans doute -eh, je te bats, Mandor, car si nous sommes du même millésime (un grand cru, of course !) , je passe ce cap dans une semaine pile aujourd'hui ... "Omaïgod" écrirait Yansor :)))
Et encore du coca light ! Décidément, c'est la boisson culte des chanteurs du moment. La tortue, Mark Maggiori. Figure-toi que j'ai aperçu placardé sur tous les murs du métro la femme chocolahhhhhhhhhhh (si j'ai un faible pour cet élixir cacaoté ? Comment l'avez-vous deviné ? Me serais-je trahie à l'insu de mon plein gré ? Koryfée-sa-Virenque) louant cette boisson. Et d'avoir une illumination (si, si, cela m'arrive) : pour fuir l'administration, il me suffit de suivre la voie de ma voix. Je vais me lancer dans la chanson et investir dans une société de parapluies en parallèle (c'est le double effet Kiss(euh Koryfée)-cool : un je chante, deux il pleut.) En effet, je bois moi aussi du coca light, donc pourquoi attendre davantage avant de me lancer dans la chanson ? Compositeurs et auteurs, si vous m'entendez ! :))))
Signé : koryfée-des-siennes

PS : ravie que l'angine batte en retraite, le cas échéant, Koryfée l'aurait menacée de coups de baguette !
PPS : ciel, je ne sais décidément pas faire court...

Écrit par : Koryfée | 12 avril 2007

Bon si personne le fait je me lance: je vais poser la question polémique. Question qui va te prouver que je suis journaliste, question la plus importante après "sommes nous seuls dans l'univers?": est-ce que tu passes tes cafés en notes de frais???? Moi pigiste je ne le fais pas, sauf une fois pour une interview où j'en ai eu pour 15 euros!! Ce qui m'a surpris, c'est que les personnalités dans la plupart des cas, payaient le café, sympas au fond :-).

Écrit par : Juju le pigiste | 12 avril 2007

Continue de tâtonner, c'est sympa ce nouveau style.
Quant à ton interview... il m'a l'air bien sympatique de Monsieur. J'crois que je vais lire son bouquin.
Merci à toi, ô Mandor pour nous faire découvrir, parfois (point trop de compliments, hein, c'est pas bon), des trucs nouveaux ;o)

Écrit par : Nathalie | 12 avril 2007

Ah la vache, j'avais pas lu le post express !
T'as une angine ? Pas drôle, hein ? Hihihihi moi je n'attrape rien de tout ça ici, sur mon île ;o) Mais ça fait chi... car j'adorerais voir le show case de Christophe, m... !

Écrit par : Nathalie | 12 avril 2007

@Kiki : chère Cigale, écrire en écoutant Brel, je n’y parviendrais pas… j’écouterais et n’arriverais pas à me concentrer. Mais je suis un garçon, c’est vrai. Une seule activité à la fois…
@Koryfée : Tu es sûre que tu veux vraiment te lancer dans la chanson ? cela dit, je n’ai t’ai jamais entendu chanter, mais d’après ce que tu en dis… mieux vaut peut-être que tu te lances dans la littérature (avec tout ce que tu as dans tes tiroirs…)
@Juju le pigiste : Bon, je réponds à cette (im)pertinente question. Je paie avec mes propres deniers les cafés, bières, verres de vin rouge (liste non exhaustive) que je bois avec les artistes. Note de frais, dans mes rêves. Mais je ne laisse personne payer les consommations, je ne sais pas pourquoi… ça me gêne.
(Et je te crois. Je sais que tu es vraiment pigiste).
@Nathalie : Oh, si, tu peux continuer les compliments, je ne m’en lasse jamais… Euh… moi, il faut que j’arrête de cliquer sur ton lien, j’ai du mal à en sortir après. Je ne comprends pas pourquoi…

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 13 avril 2007

(Rapport au post-it du jour)
C'est un nouveau concept intéressant, ça - le "people de proximité" ! ;-))

Écrit par : secondflore | 13 avril 2007

@secondflore: Tu peux à présent lire mon chef d'oeuvre du jour. Il raconte justement ce fameux concept (à developper car c'est pratique pour rentrer chez soi après quelques verres...)

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 13 avril 2007

Beaucoup de personnes considèrent confondent expérience et erreur.
C'est pas moi qui l'ai dit,c'est Wilde.

Écrit par : Stef | 15 février 2012

Les commentaires sont fermés.