Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nuit Noah. | Page d'accueil | Gérard Delteil... et les coulisses du pouvoir! »

20 mars 2007

Shirley sans Dino...

 

medium_shirley_tete.jpg
-Ca t’intéresse, coco, de rencontrer Shirley et Dino ?

Je réponds à mon rédac-chef que ce duo n’est pas ma tasse de thé. Ils sont sympathiques, mais je suis allergique à leur humour. Pas moyen de sourire en regardant leurs prestations. Ils sont à la limite de m’insupporter.

Mais au fond, toutes les rencontres m’intéressent, alors j’accepte.

medium_Shirley_20_20Dino.jpgRendez-vous est pris la semaine dernière chez Maxim’s (mazette !) avec les rois du rire du moment, Corinne et Gilles Bénizio, alias Shirley et Dino. Donc.

Un duo révélé au grand public par de nombreux passages dans "le plus grand cabaret du monde" de Patrick Sébastien (pas Mandorisé exprès là!).

Première déception, Corinne est seule. « On se partage la promo, ça n’arrête pas en ce moment ! ».

En fait, elle m’avouera plus tard que son mari est plus introverti qu’elle. « Je n’aime pas beaucoup les interviews non plus. Je rechigne toujours, mais quand j’y suis, je suis contente ». Je me dis que tout ça commence bien.

Mais allons-y pour le portrait demandé.
medium_shirley_2.jpg

Popularisée depuis seulement cinq ans, voilà déjà bien longtemps que Shirley et Dino présentent divers spectacles tous plus ambitieux les uns que les autres, notamment avec la troupe Achille Tonic. « Grâce à Patrick, nous sommes connus nationalement, mais pendant 20 ans, on a appris notre métier. Aujourd’hui, on est capable de faire ce qu’on fait sur scène : improviser, parler aux gens, rire même parfois avec eux. On a appris à donner et aussi à recevoir.» medium_shir52.jpg

C'est sur les bancs de la fac de Censier à Paris que Corinne et Gilles se sont rencontrés. Non seulement, cette école de théâtre permettra à Gilles de le libérer d'un boulot dans les télécommunications, mais elle lui donnera aussi l'occasion d'enlever la belle Corinne de son domicile parental. Ils se marièrent en 1985 et eurent beaucoup de spectacles.

Très vite, ils rejoignent Ariane Mnouchkine au cours d'un stage qui les marquera et qui sera à la base du duo. « C’est elle qui nous a conseillé de nous remettre en question tous les soirs, faire comme si c’était le premier jour ». De salles de spectacles à bistrots du coin, ils connaissent le succès d'un jour et surtout une galère qui les contraint à travailler dans des chantiers de peinture pour lui et dans un hôtel pour elle. Mais ils ont foi dans leur duo et finissent par grappiller un à un les échelons du succès. « Nous on est vraiment parti de zéro. On ne connaissait personne et venions d’un milieu modeste. Lors de notre première tournée dans les campings et dans les bars, on était les plus heureux du monde».

Corinne veut absolument me convaincre qu’ils se moquent de la célébrité. « Pour moi, ça ne veut rien dire. On est dans un monde aujourd’hui ou on aime ce qui brille. La Jet Set est partout. Ça ne veut rien dire ! Humainement, ça ne remplit personne tout ça ! La seule fois où l’on a accepté c’était à la Première d’Alain Delon à Marigny. Nous y sommes allés pour le remercier de nous prêter la salle ses jours de relâche. Résultat on se retrouve dans les pages « people » de Paris Match ! Tout ce qu’on déteste. Il y a des gens pour qui c’est faire l’artiste qui est important, pour nous, c’est de l’être sur scène, concrètement. On aime le vrai bonheur, les enfants, la famille, les amis avec qui on aime rigoler… Le reste, je vous vous dire (elle me touche la main et me regarde droit dans les yeux), ça fait pas bander ! »

medium_shirlay_1.jpg

Sur scène, Corinne est écuyère, ventriloque, musicienne, danseuse, magicienne, chanteuse, devant moi, une femme normale. Évidemment, mais Shirley lui colle tellement à la peau : « On va abandonner un jour ces costumes encombrants. On va refaire des spectacles ou nous serons d’autres personnages. On l’a déjà medium_Cabaret-paradis.jpgfait avant ».  Ses exemples d’artistes sont bien sûr ceux du music-hall, ceux qui endossaient des personnages : « Si je vous parle de Mac Roney, Gérard Séty ou Serge Davy, ça ne vous parlera pas, bien sûr ! »  Quand j’évoque le cinéma, elle s’exalte. « Je suis fan du cinéma noir américain des années 30, et encore plus du cinéma italien des années 60».  Je pose deux trois questions sur leur film sorti l’année dernière : Cabaret Paradis. Échec cuisant. Shirley explique qu’ils ont certainement fait des erreurs mais ne s’étale pas sur la question.

 

On parlerait bien des heures mais le temps est compté. 30 minutes pile poil. « Je suis désolé, je dois rejoindre Dino. Euh ! Gilles. »

On frise la schizophrénie… Au revoir Shirley. Euh ! Corinne.

P.S : Ce soir mon copain Laurent Madiot est au Café de la Danse. Venez nombreux !!!

Nous boirons un coup à la santé du chanteur !

medium_VISUCAF.jpg

Il y a quelques jours, j’ai organisé un jeu-concours pour gagner des places et des disques.

Voici ceux qui ont joué le jeu (c'est-à-dire écrire une note après avoir reçu et écouté le disque).

Merci à :

Ferdie

Christine

Bridget

Et Benoît

(Il en manque une. Hum hum !)

Commentaires

A ce soir ;)

Écrit par : Tybo | 20 mars 2007

Alors ? T'as encore trouvé personne pour me remplacer ce soir ?...

Écrit par : Fishturn | 20 mars 2007

@Fishturn: 'spèce de lâcheur! Depuis que tu es artiste maudit (oui, ta video du jour en témoigne), pour te sortir, faut se lever tôt (expression non adéquate). C'est fini les p'tites soirées simples entre deux potes qui vont voir un concert et qui s'en jettent quelques unes après (des bières, of course!)? Faut qu'j'm'inscrive sur une liste?

Écrit par : mandor, président de la FAPM | 20 mars 2007

oui OK j'ai compris! je me bouge fissa fissa :)

Écrit par : Dorothée, cheerleader de l'Interbational FAPM | 20 mars 2007

J'remplacerais bien l'Fish si j'étions point coinçée, loin, dans la...neige. Tu parles d'un premier jour de printemps! Applaudis Laurent et ses acolytes pour moi, d'ac?

Écrit par : Kiki | 20 mars 2007

Moi non plus je ne suis pas spécialement fan de leur duo mais je leur reconnais une simplicité qui fait plaisir à voir.
Je les ai vu quand ils étaient avec la troupe Achille Tonic. Spectacle + repas sour un chapiteau dans un coin de Paris le tout pour 30 francs, c'est vraiment l'amour du métier qui les poussait (et les pousse toujours) et moi j'aime ça.

Écrit par : 4largo | 20 mars 2007

@Kiki: Dommage. Fort dommage! Nous boirons un godet avec une pensée pour la femme bloquée dans la neige.
@4 largo: Tu es Achille Tonic? Moi, plutôt Gin du même nom...
Sinon, pour le reste, tu as raison.
@Tybo: Yeah men!
@Dorothée, cheerleader de l'International FAPM: Il n'y a pas le feu mademoiselle. Tu as autres choses à penser en ce moment. Bises à toi.

Écrit par : mandor, président de la FAPM | 20 mars 2007

J'aime bien...

Bien que je trouve que la notoriété ne leurs va pas du tout...

Shirley me fait rire... Moins Dino, mais...

J'aime bien...

C'est bien de rire... Rions ensemble...

Bonne soirée à tous...

Écrit par : Un ange passe... | 20 mars 2007

Bien aimé aussi leur participation au conte "Le soldat rose", ça m'a permis de les découvrir autrrement... Petite préférence pour Shirley aussi dans leur duo !

Bon concert Mandor, après avoir découvert l'artiste made in studio, on a vraiment envie de le rencontrer sur scène :-) !

Écrit par : bridget | 20 mars 2007

@un ange passe: Merci.
@bridget: S'il passe par chez toi... préviens moi!

Écrit par : mandor, président de la FAPM | 21 mars 2007

Les commentaires sont fermés.