Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La société du spectacle selon Jean-Marie Catonné! | Page d'accueil | Mylène Demongeot... Hommage de la France! »

07 mars 2007

Martin Monestier... écrivain de l'étrange!

 

medium_PICT1812.JPG

Je ne sais pas vous, mais moi j’adore l’émission de Paris Première, Ca balance pas mal à Paris.

Pour ses chroniqueurs principalement.

Et les trois que je prends un malin (voire malsain) plaisir à voir tirer à bout portant sur presque tout ce qui bouge, sont Philippe Tesson, Eric Naulleau et celui qui tient quasi systématiquement le rôle du "très méchant", Martin Monestier.

C’est dans son appartement (cossu, mais loué) que je suis allé, peu rassuré, le mardi 20 février dernier, à l’occasion de la sortie de son livre Les monstres (paru aux Editions Cherche Midi).

medium_V83_Livres_Martin_Monestier_cover_.jpg30 ans après sa première version, le grand prêtre des faits divers, l’encyclopédiste du bizarre, propose une édition revue et largement augmentée de cette étonnante galerie « d’hommes différents ».

Il y a, dans cet ouvrage, des pages comiques, terribles, repoussantes ou séduisantes, alternance de contemplation pénible ou admirative.

-L’individu, en général, ne supporte pas une atteinte à l’intégrité de son corps et chacun a sa limite de l’inacceptable. C’est pour cette raison que ce livre dérange et fascine à la fois.

Martin Monestier explore toujours des univers décalés, surréalistes parfois, sans jamais verser dans l’écueil de la vulgarité.

-Mes livres sont des enquêtes longues, avec un style alerte, une information toutes les deux lignes, des intertitres qui aident à la lecture… Je suis mon propre archiviste-concepteur-metteur en page. Je fais tout de A à Z.

medium_PICT1813.JPG

Je lui demande pourquoi il s’est spécialisé dans les thèmes si peu ragoûtants comme le crachat, les excréments ou les monstres…

-Je cherchais moi-même depuis l’âge de 25 ans des documents qui parlaient de ses thèmes parce qu’ils font aussi partie de la vie quotidienne et qu’ils m’intéressaient vraiment. J’ai une nature qui tend vers l’exhaustivité, donc j’ai eu le besoin intense de posséder la totalité des informations. Les sujets dont je parle ne sont pas excentrés, ils sont juste ignorés. Mes choix d’enquêtes doivent répondre à 3 critères fondamentaux. Être pris depuis les origines, dans toutes les civilisations et sur tous les continents, avoir une actualité aujourd’hui et un devenir demain.

Etait-il impératif de compléter cette « histoire encyclopédique des phénomènes humains » ?

-Une fois qu’un sujet est publié, je ne renonce jamais à eux et je continue à engranger les informations dessus. Concernant les monstres, en 30 ans, j’ai reçu et recueilli beaucoup d’autres documents inédits et mon écriture a évolué. L’idée de me replonger dans cet univers vient peut-être d’un désir d’exorciser des psychoses, des déséquilibres, des réflexions confuses sur la vie, la mort, l’amour.

medium_PICT1816.JPG

Dans chacun de ses livres, il y a l’embryon d’un autre. Quel est donc le lien entre ses 40 ouvrages?

-Même s’il faut relativiser c’est quand même la mort et la conviction que l’humanité est mauvaise.

Sympa la vision de la vie!

Pas positive, mais réaliste.

Nous parlons de sa franchise et de sa dureté à Ca balance pas mal à Paris.

-Je ne peux admettre qu’une idée ou qu’un point de vue ne puisse avoir qu’une face. Ca me choque, alors, je regarde derrière les cartes… ça devient une seconde nature. Dans Ca balance pas mal à Paris, je me suis fait en 4 ans et demi beaucoup plus d’ennemis rédhibitoires que pendant 40 ans de vie professionnelle et journalistique. Certains de l’équipe me haïssent,  par exemple. A commencer par Pierre Lescure et aussi Elisabeth Quin. Je me demande si je vais rester encore longtemps…

medium_PICT1815.JPG

Je lui fais remarquer qu’il y  a une différence ENORME entre le brave homme, accueillant, sympathique, courtois et prévenant que j’ai devant moi et l’image que j’en avais en le regardant à la télé.

 

-C’est tout mon problème et en plus, je ne m’en fous même pas. Vous savez, en vrai, je suis un sentimental. Je suis catastrophé quand les gens me détestent. Parce que moi, ce n’est pas que l’on ne m’aime pas, on me déteste. C’est pire. Je provoque les extrêmes. Pas de tiédeur dans mes relations…

Nous faisons quelques photos (beaucoup en fait) de lui à son bureau (bordélique).

Martin Monestier obéit stoïquement à tout ce que je lui demande (mais, je reste raisonnable, vous me connaissez).

Ca ne l’énerve même pas.

medium_Copie_de_PICT1818.JPG

Ensuite, il me propose d’aller boire un coup ensemble dans le bar d’en bas.

J’accepte avec plaisir.

La conversation devient plus intime et serait hors sujet ici.

Monestier raconte facilement des pans de sa vie privée.

J’en suis étonné.

J’ai découvert un grand écorché vif.

Mais ce nounours-là, on peut le caresser.

Il ne mord pas si on le respecte.

medium_PICT1814.JPG

Il me pose beaucoup de questions sur moi, d’où je viens, mon parcours…etc.

Très curieux et ouvert.

Remarquez, il faut l’être pour écrire ce qu’il écrit.

En partant, je me dis que, décidément, ce métier m’apprend à me méfier des apparences.

On se trompe toujours sur ce que sont réellement les gens.

Toujours.

Commentaires

Oui, ça aussi je l'ai déjà appris, se méfier des apparences! Mais n'est ce pas là le métier: douter? Par exemple, je me pose une question qui me taraude: qu'est-ce que c'est que cette lampe sur son bureau? Où est passé l'abat jour?? Peut-être lui as tu demandé! En espérant qu'il ne le mette pas sur sa tête et qu'il se regarde dans le miroir passé 23h! :-)

Écrit par : Juju le pigiste | 07 mars 2007

Flûte, t'es trop rusé, toi, moi qui comptais te faire avaler mes appats rances, comme ça, ni une ni deux! ;-)

Écrit par : Coco Charnel | 07 mars 2007

Memento mori Mandor. Qui fera un papier sur toi ce jour là ? Vu qu'il n'aura ni ton style ni ton talent, je suggére que tu le prépare toi même, je le posterai ici pour toi un samedi.

Moi je suis plus mauvais que l'humanité.

Écrit par : Tobi le blo-blo-clown | 07 mars 2007

J’apprécie aussi pas mal cette émission même si j’avoue que la formule "tout livre" qui l’a précédée présentée par Michel Field ("Field dans ta chambre") me semblait de loin la meilleure émission du genre que j’ai jamais vue à la télé. Maintenant je suis un peu moins assidu.
Pour les chroniqueurs j’aime bien Monestier de par ses goûts étranges et excentriques mais en littérature j’ai l’impression qu’il apprécie davantage les policiers et les chroniques sociologiques que la littérature générale (pour ne pas dire la "grande"…) Je suis étonné d’apprendre qu’il aurait pour ennemie Elisabette Quin dont la verve vraiment magnifique pourrait convaincre un fan de Van Damme d’aller voir un film d’auteur coréen en V.0
C’est clair que les chroniqueurs un peu rentre-dedans, les anti-Michel Drucker, sont beaucoup plus marrants que les autres. Dans l’ancienne formule j’aimais beaucoup la redoutable Constance Chaillet (il me semble ne pas l’avoir revue récemment ?) qui avait une manière extraordinaire de parler des livres (une manière littéraire à vrai dire) et à qui je suis reconnaissant d’avoir découvert le génial Tom Robbins. Philippe Sollers doit la haïr encore aujourd’hui :-))

Ecrire des livres sur les crachats je trouve ça assez… fascinant. Ca me fait beaucoup penser à David Lynch quand il explique comment il observe avec émerveillement la texture de petits animaux morts :-)

P.S : Personnellement j’envisage d’écrire une encyclopédie des crottes de nez. Je manque de pièces d’archives et je cherche des donateurs (les crottes de nez de Henri IV sont très recherchées. Surtout collées sous un bureau Louis XV)

Écrit par : Max | 07 mars 2007

@Juju le pigiste: Effectivement, en tant que journaliste d'investigation ultra pointilleux, j'aurais dû poser la question. Faute professionnelle. Dont acte!
@Coco Charnel: Parfois, dans certains cas, je peux devenir aveugle...
Si je veux.
@Tobi le blo-blo clown: J'e étais sûr. Tu veux me voir déjà dans une boite bien close et moi, bien sous-terre.
Quand je pense que j'ai cru que tu étais un ami. J'avais donc bien raison de conclure ainsi ma note... CQFD!
@Max: Belle analyse!
Sinon, je crois que Constance a été remerciée. Dommage, effectivement.
Tu veux le tel de Monestier pour tes petites crottes de nez?
Je pense qu'il y a quelques lignes sur la question dans son livre sur "les excréments". Vérifie avant de te lancer dans ce magnifique projet éditorial...

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 08 mars 2007

Pour les crottes de nez je déconnais :-)))
Mais c'est un sujet très intéressant à creuser d'un point de vue théorique (toutes ces choses qui font dire Beurk...)

Écrit par : Max | 08 mars 2007

Les commentaires sont fermés.