Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Lettre à Michel Delpech... | Page d'accueil | Décapage... et Jean-Baptiste Gendarme! »

13 février 2007

Pierre Barouh... l'artiste voyageur!

medium_V82_Musique_Pierre_Barouh_photo_2_.JPG
Aller chez Pierre Barouh, c’est se rendre chez un monument de la chanson française.

medium_anouk67.jpgIl est l’auteur de chansons popularisées par Yves Montand (La bicyclette), Françoise Hardy (Des ronds dans l’eau) et les films de Claude Lelouch (Un homme et une femme).

« Comme l’eau, dabada, bada », c’est lui

Il a aussi joué dans le film (photo). Il était le mari d'Anouk Aimé.

Mais c’est aussi rencontrer le premier “Sambassadeur” en France de la chanson brésilienne. Il a adapté en français, les chansons de Vinicius de Moraes et Tom Jobim (Ce n’est que de l’eau camarade) ou de Chico Buarque (La nuit des masques).

Pour moi, amoureux de la belle chanson française, son titre de gloire le plus important est celui-ci : Barouh est le créateur du label Saravah. Il en assurait la direction artistique et y a accueilli puis révélé : Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, David Mc Neil, Jean-Roger Caussimon, L’Art Ensemble of Chicago, Steve Lacy, Richard Galliano,…

Il a aussi donné crédibilité et lisibilité aux musiques du monde.

medium_barouep.jpgJe ne savais donc plus avec qui j’avais rendez-vous jeudi dernier (le 8 février).

Le chanteur, l’auteur, l’éditeur, le directeur artistique, le cinéaste, l’homme des voyages et des rencontres ?

 Je plaisante. C’était le chanteur qui m’intéressait puisqu’il a sorti son 10e album Daltonien le 9 février.

Je trouve enfin la petite rue située derrière le Panthéon. Je suis en avance donc j’attends non loin en fumant un clope et en regardant passer les jeunes demoiselles.

Malheureusement, elles sont emmitouflées.medium_barouh_pier_lepollen_101b.jpg

J’adore l’été.

Je vois passer Pierre Barouh devant moi, le visage fermé, avec un sac plastique Prisu ou Monop, je ne sais plus bien. Par respect, je ne me signale pas. Les artistes préfèrent se montrer sous leur meilleur jour.

Allez, Mandor, plus que 10 minutes et tu pourras te montrer.

« Ding Dong », ne fait pas la sonnette.

J’entends Barouh chanter dans le couloir une des chansons qui figure sur son disque : Titine

Un visage jovial, quasi enfantin, ouvre la porte. Son large sourire, absent tout à l’heure, me rassure. Si je connais parfaitement sa carrière, après tout, je ne sais rien de son caractère et de sa personnalité.

medium_barouh_pier_saudade_101b.jpgL'endroit est gigantesque, le charme suranné des vieilles maisons remplies de souvenirs. Des disques, des cassettes vidéo traînent un peu partout. Le maître des lieux m’emmène dans sa cuisine où déjeunent 4 personnes. Des amis musiciens. Tout le monde très charmant. Je comprends qu’ils enregistrent un disque pour Saravah dès le lendemain… Pierre me présente aussi l’accueillante (et fort charmante) Maïa, sa fille (dont la maman me semble être japonaise) puis me propose d’admirer son jardin aux gigantesques bambous. Impressionnant !

Nous finissons par nous installer dans le salon.

medium_PICT1656.2.JPG

D’abord, je l’interroge sur sa non popularité française. Beaucoup connaît son nom, mais au fond, on ne sait rien de lui.

-Je suis en cause. J’ai trop aimé la chanson pour devenir chanteur. Je n’ai jamais eu d’agent, ni d’impresario. Je n’ai aucun sens de la carrière. Je ne sollicite jamais, mais je me rends disponible. Et puis, il y a une ambiguïté par rapport à mon parcours. Peu de temps après les chansons d’Un homme et une femme, paradoxalement, moi j’ouvrais la porte à des gens qui symbolisaient la subversion totale. Higelin, Fontaine, Caussimon… Cela a créé une espèce de confusion avec les médias.

medium_barouh.2.jpgIl réfléchit. Puis reprends.

-Je n’y peux rien, j’ai toujours été plus disponible à la reconnaissance du talent des autres qu’à la mienne. Ça se prononce par un prosélytisme qui est très chiant pour ceux qui m’entourent.

Pierre Barouh est plus aimé au Québec, au Brésil, au Japon qu’en France… Blessure ?

- La France est un pays que j’adore pour pleins de raisons. On peut y vivre des amitiés qui s’étalent sur une vie, c’est remarquable. Mais mon pays me rend parfois en colère, car la tricherie y est institutionnelle. Je n’ai donc jamais pu rester plus de 4 mois en France, parce que la colère, c’est bien quand elle reste positive. Je cherche l’équilibre entre l’enthousiasme et la colère, je pars, je medium_barouhsc06.3.jpgreviens, je pars, je reviens… et tout se passe bien. La France et moi avons donc des relations prudentes.

Je me mets soudain à éternuer.

Une crise d’atchoum.

-Vous avez un chat ?

-Oui. Il dort, juste derrière vous. Vous êtes allergique ?

-Euh, oui, un peu. Atchiiiiiii !

En fait, je suis très allergique aux poils de chat. Pierre Barouh me raconte que quelqu’un de sa famille a le même problème, mais qu’aujourd’hui, elle s’y fait.

Bon, je continue.

Je lui dit que je trouve formidable que Saravah perdure avec les années. L’année dernière, Pierre Barouh a fêté medium_Les-annees-Saravah.jpgles 40 ans d’existence de la maison de disque.

-Quand je parle du temps aujourd’hui, ça prend un parfum un peu nécrologique. J’ai un théâtre qui porte mon nom en Vendée, je reçois des coups de fil de gens qui veulent écrire un livre ou tourner un film sur ma vie… Je me dis qu’il faut que je fasse gaffe en traversant. J’ai l’impression de glisser petit à petit de ce ghetto de l’utopie dans lequel on m’a toujours enfermé à celui du mythe.

-Atchiiiiiiiii ! Pardon. Vous pensez que l’on finira par reconnaître enfin votre talent. Atchiiiii !

-Vous voulez un mouchoir ?

-Non, ça ira. Snif !

-Vous savez, je suis sûr que mon statut d’auteur finira par être mis en valeur. Serais-je encore là ? Ça, par contre, ce n’est pas évident.

-A 72 ans, vous êtes encore bon pied bon œil, là !

-De toute manière, je ne connais qu’une mort, c’est celle de la curiosité. Si on perd sa faculté d’émerveillement, on peut être mort à 12 ans.

-Vous avez raison. Atchiiiii !

medium_V82_Musique_Pierre_Barouh_cover_.JPGNous parlons de son disque… 16 chansons imprégnées de ses voyages, de ses préoccupations écologiques et de ses obsessions artistiques.

-Il y aussi un hommage à Billie Holyday, une reprise de Caussimon et une adaptation de A.C Jobim… Pour moi, ce disque est le plus riche que je ’n’ai jamais fait. J’interroge la création, ma mémoire et je sonde notre avenir.

-Il paraît que vous avez du mal à écrire. Atchiiiiiiiiii !

-Je fais sortir le chat, si vous voulez.

Je regarde le félin qui se love contre mon pantalon.

-Non, ça ira. Atchiiii !

-Mon imagination est très pauvre comparée au terrain imaginatif sur lequel m’entraînent les contraintes que je m’impose pour écrire. Plus je passe du temps sur une chanson, plus à la sortie, les gens qui medium_hp_pierre_barouh_55430.jpgl’écoutent ont l’impression que je l’ai écrite en 3 minutes. C’est ça la vraie élégance…qu’on ne sente pas l’effort.

-Et dites moi... Atchiiiiiii ! Pourquoi ne posez-vous jamais vos valises ?

-Depuis ma jeunesse, je n’ai qu’un but : témoigner du monde qui m’entoure et faire circuler les émotions avec des images et des mots. Sur mon passeport, je rêve de marquer « promeneur ». À la place, il y a « auteur ». Les deux faces de ma vie…

A ce stade, je n’en peux plus. Après les éternuements, vient une difficulté à respirer.

Il faut que je m’en aille.

Pierre Barouh, quant à lui, me montre ses archives. Une nouvelle version de A bicyclette qu’il a écrite pour un ami. La vidéo de sa fille sur scène. Trente minutes.

En temps normal, je serais heureux de partager ce moment privilégié avec lui, mais là, je commence à souffrir.

Je n’aime pas ça.

Ne pas pouvoir respirer.

Heureusement, ma précieuse Ventoline est toujours à portée de main.
medium_PICT1655.2.JPG

Je prétexte une corvée à faire et je fuis le grand homme.

Je le regrette, mais pas moyen de faire autrement.

-Atchiiiiiiiiiiiiiii ! Et merci pour l’accueil.

Demain, jour de la Saint Valentin … Pierre Barouh sera en concert.

Là, juste en dessous, pour en savoir plus.

medium_PICT1654.JPG

Commentaires

Pourquoi c'est pas le même félin sur la pochette de l'album et celle du concert? Je trouve que la minette tricolore avait plus sa place sur l'album...daltonien tandis que l'européen se mariait idéalement avec l'Européen, non? Sinon, chat va toi, tu te sens un poil mieux? At'chiverderci!

Écrit par : Carla Bruti | 13 février 2007

Alors là... je dois dire que je ne connaissais pas ce monsieur. Merci président de me l'avoir fait découvrir ;-)

Écrit par : Julien | 13 février 2007

Alors là... je dois dire que je ne connaissais pas ce monsieur non plus. Merci vénéré président de me l'avoir fait découvrir.

Avec mes plus admiratives salutations et mes plus plates léchouilles soumises, a votre service, entierement dévoué, a plat, tout a plat et sincerement rampant.

Écrit par : Fishturn FAPM perturbateur | 13 février 2007

PS : Je suis ici pour foutre le bordel, pour ceux qui auraient pas compris...Rien de personnel.

Écrit par : Fishturn FAPM perturbateur | 13 février 2007

Moi non plus je connaissais pas mais maintenant que Fishturn est passé, j'ai plus de scrupule à l'avouer !

Sinon Fishturn, pas la peine de te justifier, on sait bien que tu fais de la lèche à Mandor parce que c'est le président. Pour ta demande chez Ben, je vais voir ce que je peux faire mais je te promets rien :-)

Écrit par : 4largo | 13 février 2007

Encore 2-3 chats, et il pouvait se faire un pantalon assorti à son gilet...

Écrit par : pandora | 13 février 2007

"Sambassadeur" : jolie trouvaille !

Écrit par : Francis | 13 février 2007

J'aime bien le "j'ai des relations prudentes avec la France"...

Eh 4Largo, c'est quoi le truc que t'a demandé Fishturn chez Ben ??? Y a baleine sous gravillon ???!!!

Écrit par : Benoît, membre de la FAPM | 14 février 2007

@Carla Bruti: Kiki, je t'ai reconnu...
@Julien: Mais c'est mon devoir d'informé. Hum!
@Fishturn, FAPM perturbateur: Moqueur va! Tu sais que j'adore quand tu fous le boxon ici!!!
@4 largo: Le Fishturn, faire de la lèche... C'est qu'il aura changé le gaillard!
@Pandora: Oh, bonjour toi! De retour ici??? Ca fait plaisir.
@Francis: N'est-ce pas!
@Benoît, membre de la FAPM: Ca va les messages persos!
C'est la succursale du poisson qui tourne ici?
Oui.
Ah bon!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 14 février 2007

Cela fait un petit moment que je te lis, mais je pense que c'est la 1ère fois que je laisse un post, il doit y avoir 2 pandora!

Écrit par : pandora | 15 février 2007

@Pandora bis: Ben mince! Et comment que je fais pour m'y retrouver moi!!! Pas de lien sur un blog en plus. Scrongneugneu!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 15 février 2007

je signerai pandora bis, je n'ai pas de blog, à bientôt qd même :)

Écrit par : pandora | 15 février 2007

bonjour, pierre barouh est tres certainemant quelqu'un que j'apprécie, je l'ai apprécié à la morvient cet été néanmoins ce que je n'ai pas apprécié et cela perdure, c'est la manière dont est traité l'incident survenu sur le parking de la morvient où j'y ai laissé 1100 euros et l'entrée en plus! j'essaie depuis cet été d éclaircir ce différent en vendée, la soirée saravah m'a couté bien chère pour être assise sur des bans et diner dans des assiettes en carton! je suis artiste mais j'aime bien payer pour ce que cela vaut, malheureusement aucun interlocuteur de la soirée ne fait preuve de tact et de franchise dans cette affaire! à transmettre à pierre barouh merci

Écrit par : ailedange | 26 février 2007

en attendant je n'ai pas eu le temps de corriger les fautes d'ortographe mais ça ne fait rien je vais en écrire une chanson on on on

Écrit par : ailedange | 26 février 2007

en attendant je n'ai pas eu le temps de corriger les fautes d'ortographe mais ça ne fait rien je vais en écrire une chanson on on on

Écrit par : ailedange | 26 février 2007

en attendant je n'ai pas eu le temps de corriger les fautes d'ortographe mais ça ne fait rien je vais en écrire une chanson on on on

Écrit par : ailedange | 26 février 2007

Les commentaires sont fermés.