Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Philippe Delerm... Tel père, tel fils! | Page d'accueil | Jean-Paul Dubois... écrivain solitaire! »

12 janvier 2007

Laurent Baffie... le sniper du PAF!

medium_500a9859afad565ca8d91d3b6a9d3c63.jpgChoper Baffie pour une interview, c’est plus difficile que prendre un rendez-vous avec un ministre. L’homme est très occupé. Deux semaines d’attente plus deux heures de retard le jour J.

Enervé, je rejoins l’insolent sur la terrasse du café Trocadéro

Et j'en profite pour me dire que, quand même, le réchauffement de la planète et tout et tout, ce n’est pas de la blague. S’installer en chemise sur une terrasse au mois de janvier. Même si j'ai le sang chaud, il y a un problème quelque part, non ?

Laurent Baffie fait un peu la gueule. Je sens que ça va être la joie.

Il m’accueille en me lançant : «Après vous, j’vais chez le dentiste. Je déteste grave ». Bon, pour medium_laurent-baffie-thierry-ardisson.jpgle retard, je l’engueulerai une autre fois. Je lui pardonne cet affront (merde, je suis quand même le président de la FAPM!!! Ce n'est pas rien!) parce que je l’aime bien et pour tout dire, je ne souhaite pas être la victime de ses joutes verbales. Il n’a peur de rien ni de personne, en tout cas en présence d’une caméra. « Moi je préfère taper sur les forts et les puissants que sur les faibles. Bon, c’est vrai qu’il y a des proies faciles et il m’arrive d’en profiter. » Il se souvient de la défunte émission Tout le monde en parle. Il tapait sur les Devier-Joncourt, Ophélie Winter ou autres vedettes de la télé réalités par exemple. « Ils étaient des bons clients. Il y avait du grain à moudre ». Comme disait Oscar Wilde : « Je résiste à tout sauf à la tentation».

medium_ahEujO2CJKb_Jav1tHqOi20FOuFQIEto01A9.jpgCe clown triste « je suis ascendant Buster Keaton, comme signe » casse avec aisance des écrivains, journalistes, hommes politiques ou artistes plus habitués à une certaine déférence. « L’impolitesse et l’insolence sont aussi des vecteurs de communication. » Le dérapage n’est d’ailleurs jamais loin : « Il fallait aller très très vite dans cette émission et moi j’essayais d’aller encore plus vite que ceux qui vont vite. Je devais trouver la réplique la plus drôle dans le délai le plus court possible. Je fonctionnais au réflexe alors je ne contrôlais pas toujours tout. » Mais en fait, il est courtois, gentil même.medium_009701_28302_2.jpg

Il m’explique qu’il est plutôt timide en société. « Les gens pensent que je suis une vraie terreur dans la vie. C’est tout le contraire. Mes caméras cachées ont donné une image de moi complètement faussées. Mais j’assume parfaitement. Au moins, on ne m’emmerdent pas méchamment dans la rue ».

Et effectivement, je vois des gens s’arrêter, le dévisager, le prendre en photo avec un téléphone portable, lui parler. Nous sommes parfois interrompus par quelques demandes d’autographes. Il s’exécute avec un bon mot et en esquissant l’ombre d’un sourire.

Qu’il abandonne sitôt les gens repartis.

medium_livre_baffie.jpgBaffie ne sourit pas beaucoup, certes, mais c’est parce qu’il est comme ça. Pas envie de faire semblant.

Je lui parle de son livre sorti l’année dernière… Une version écrite de ses propos tenus à Tout le monde en parle était elle bien nécessaire ? « Je voulais fixer dans le temps quelque chose de très éphémère. Ca fait des années que je fais ça et ce n’est sur aucun support. Ca ne donne pas à mes vannes une dimension littéraire mais ça les fait exister un peu plus. » Et l’incroyable, c’est que ça fonctionne, même sans les images. Comme le dit Thierry Ardisson dans la préface : « Laurent Baffie et le seul sniper du PAF, les autres essaient. »

Nous parlons aussi de son émission de télé Ding Dong que Paris Première à choisi de ne pas reconduire… il m’avoue qu’il s’est sans doute trompé de concept. Ca n’a pas l’air de l’abattre. Il prépare un prochain film et une nouvelle pièce de théâtre…Pleins de projets et le vent en poupe !

medium_Sans_titre-Numerisation-01.10.jpg

A l’issue de notre entretien, il me demande. « Vous avez peur du dentiste vous ? ». Je lui réponds que oui. Et aussi de l’avion. « On a les mêmes trouilles tous les deux alors ! ». Puis, il me regarde et ajoute. « Je pensais que ça allait me gonfler cet interview, surtout quand je vous ai vu arriver un peu miné. Mais non...ça va. Pas trop chiant !»

Je prends le « pas trop chiant » comme un sacré compliment.

Je sais, je ne suis pas difficile.

Commentaires

Il me faisait rire dans TLEP mais j'ai toujours eu cette sensation du mec blasé, triste, qui se raccroche à une branche pour faire rire la galerie.

Écrit par : Dorothée, executive cheerleader of the International FAPM | 12 janvier 2007

Huhuhu tentative de déstabilisation finale ;)
Hey mais sur la photo, baffie n'est pas en T shirt !

Écrit par : Tybo | 12 janvier 2007

L'est pas si méchant alors !

Et toi, tu t'es pas un peu dégonflé pour le coup de deux heures de retard ? mouhahahaha !

Écrit par : 4largo | 12 janvier 2007

D'accord avec 4Largo Président : "muscle ton jeu" ;-) Une bonne baffe à Baffie (oh, quel humour).
Je l'aime bien moi aussi le bougre. Tu attends toujours sa méchanceté et il a la délicatesse de ne pas te décevoir. Il remplit bien le contrat.
Bon mec

Écrit par : Benoît, membre de la FAPM | 12 janvier 2007

@Dorothée, executive cheerleader of the International FAPM:
Blasé et triste, je ne pense pas, mais mélancolique, certainement.
@Tybo: Oui... il est moins con que moi. Qui va se choper une bronchite la semaine prochaine?
@4largo: Ouais, le Mandor, il est courageux mais pas téméraire... En même temps, il s'est quand même pas mal excusé avant que je branchasse mon magnétophone.
@Benoît, membre de la FAPM: Bonne analyse!

Écrit par : Mandor, président de la FAPM International | 14 janvier 2007

Les commentaires sont fermés.