Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Au bar avec... Bénabar! | Page d'accueil | Mabrouck Rachedi... auteur très urbain! »

01 décembre 2006

Edouard Baer... et François Rollin!

medium_BAER.jpg

Aujourd’hui, focus sur les spectacles d’Edouard Baer.

medium_dvd.jpgVient de sortir en DVD cette semaine La folle et véritable vie de Luigi Prizzoti.

C’est un spectacle de music-hall. C'est-à-dire qu'il y a de la musique (un grand orchestre de 5 musiciens avec leurs instruments) et beaucoup d’artistes iconoclastes et inventifs sur scène. Du monde qui chante, qui joue la comédie. Luigi Prizzoti c'est Edouard Baer, un maître improvisateur surdoué. Il signe, entre autres, un numéro mémorable d’imitateur pitoyable. Calembours indigestes et gags éculés (comme je les affectionne particulièrement), mais avec classe. Du grand art ! A ses côtés, on retrouve notamment l’immense Jean Rochefort dans un numéro de mime décalé.

Qui est Luigi Prizzoti ? D'où vient-il ? Pourquoi ce nom italien ? En 1h30 de folie, une succession de tableaux joués, chantés, mimés ou pourquoi pas jonglés par Edouard et tout une troupe très hétéroclite, ils vont tenter de répondre à ces questions et raconter le destin d'un homme méconnu et génial. Une délicieuse atmosphère de folie kitsch et baroque habite ce spectacle décidément inclassable.

medium_baer_rollin.jpgCe n’est pas la première fois qu’Edouard Baer monte sur scène pour un spectacle entre impros et numéros absurdes. Pendant longtemps, le dimanche soir au Théâtre du Rond-Point à Paris, se tenait un rendez-vous sacré : Le Grand Mezze, un show chaque fois différent (par ses participants, ses thématiques, sa construction…) et orchestré par Baer et son compère es humour François Rollin (le fameux Professeur Rollin, lui-même !)

A la sortie du DVD, en avril 2004, j’avais rencontré les deux lascars (le 30 mars 2004 à « En Cabine », une boite de production). J’étais un peu traqueur, vous pensez, deux fous fieffés de la sorte…

Mais Baer et Rollin en version promo sont des enfants sages. Enfin presque.

Voici mon article d’alors et la photo Mandorienne réalisée par un photographe pro, venu pour l’occasion.

Le DVD est encore en vente et ça vaut le coup d’œil, croyez-moi.

medium_Baer_et_Rollin_edited.jpg
« Eludons d’abord la grande question : Un Mezze est un ensemble de hors d’œuvre différents déposés sur une table. Les gens se servent en s’aidant de la pita libanaise. Hum ! Le tout est arrosé d’Arak (vin distillé aromatisé à l’anis). Hips !

medium_le_grandmezze.jpg« Le grand Mezze » version Baer et Rollin, c’est du pareil au même. Une scène, des artistes de sensibilités différentes : poète, fou, déjanté, sexy, décalé, nul, bon, hilarant, triste…Avec chacun son univers. Le DVD est un concentré de 210 minutes de saveurs variés et toujours pimentés composés de ces « mezzeurs ». Chefs d’orchestre : Baer et Rollin, les Marx Brothers moins deux personnes. Bon appétit !

Edouard Baer : Tu veux un Malabar ?

Mandor : Jamais pendant le service.

E B: Tu écoutes Bénabar ?

Mandor : Bon, sérieusement... Ca vous a paru comme une évidence de travailler ensemble ?

E.B : Non parce que nous n’étions pas forcément ami avant. Nous sommes devenus copains en travaillant. Mon amitié pour François est née de l’admiration.

Mandor: Chacun de vous est le souffre douleur de l’autre à un moment. Pas de problème d’ego sur scène ?medium_portrait_rollin_3.jpg

François Rollin : C’est agréable pour moi de travailler avec quelqu’un qui n’a jamais l’idée de tirer la couverture un peu plus fort. On ne se sent jamais menacé l’un par l’autre.

Mandor : vous êtes amoureux ou quoi ?

E.B : On se titille quand même un peu. Il y a une rivalité mais elle est si complice…

Mandor : Vous vous expliquez le carton du « grand Mezze » ?

F.R : Ce qui touche le spectateur, c’est le décloisonnement. Le grand Mezze est ouvert à tous. Tout le monde ne peut pas y aller, mais n’importe qui peut y aller.

E.B : À tous moments, il y a de la surprise. Ca créé de l’énergie, un danger mais aussi un enthousiasme et un bon esprit qui se ressent dans la salle et sur scène.

medium_baer_pensif.jpgMandor : François Rollin, vous pouvez me chanter « les nénés de ma nana, les tétés de ta tata, les lolos de ma Lola… » ?

(Baer est mort de rire, Rollin ne comprend pas.)

E.B : Tu sais au début du DVD, je raconte que je t’ai découvert dans les cabarets dans les années 50 en train de chanter ça ! C‘est vrai que je t’ai sorti du ruisseau.

F.R : (Haussant les épaules) N’importe quoi ! Vous feriez mieux de dire à vos lecteurs que le « Grand Mezze » reviendra bientôt ! »

Commentaires

faut que j'envoie immédiatement le lien de ta note à un fâââââân!!! je ne connais pas l'acteur sur les planches mais quand j'entends son nom, je pense systématiquement à son monologue dans Asterix: Mission Cléôpatre et il est excellentissime!!

Écrit par : Dorothée | 01 décembre 2006

C'est moi la fan en question...

Écrit par : Mlle E | 01 décembre 2006

@Dorothée: Merci de me ramener du monde ;o)
@Mlle E: Bonjour fan en question. J'ai fait un tour chez toi. Il y fait bon, j'y reviendrai.

Écrit par : Mandor | 02 décembre 2006

je suis fn moi aussi. des 2

Écrit par : wictoria | 24 juillet 2007

fAn... Sniff je ne les ai jamais vu en vrai. Mais bon...je ne saurai de toute manière pas quoi leur dire

Écrit par : wictoria | 24 juillet 2007

>Et dire qu'aujourd'hui ils sont fâchés... Tu peux rien faire pour eux ?

Écrit par : Vinvin | 24 juillet 2007

@wictoria: Je vais te dire un truc. Moi, quand je rencontre des artistes dans le contexte professionnel, rien, mais alors rien ni personne ne me fait peur. Par contre, si j'en rencontre en "civil", sans micro, je suis paumé. Je ne sais pas quoi dire, non plus...
@Vinvin: Ah bon, ils sont fâchés? Je ne savais pas. C'est con.
Sinon, il n'y a ni l'un ni l'autre dans ton classement... Rollin, pour moi est un des plus brillants "comiques" de ces dernières années. Sachant ce que tu fais, tu ne dois pas détester. N'est-ce pas?

Écrit par : Mandor, président de la FAPM | 24 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.