Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Alain Souchon, l'ultra moderne chanteur... | Page d'accueil | Thierry Amiel... et un peu Laurent Madiot! »

03 novembre 2006

Frédéric Ploton, auteur multi-fonctions...

medium_31.10.06_avec_Frederic_Ploton_1_.2.JPG

Autant le préciser tout de suite… c’est le deuxième blogueur que je rencontre en une semaine (après le très sympathique Aymeric Patricot). Bon, ils sont tous les deux écrivains donc il n’y a aucune raison que je ne les Mandorise pas. Aucune.

Par exemple, je suis tenté d’écrire une note sur un autre blogueur « littéraire » qu’il m’arrive de croiser volontairement mais je m’abstiens. Pourquoi ? Parce que prixdeflore2006 n’a pas encore sorti d’ouvrage imprimé sur du papier (ça s’appelle un livre). C’est dégueulasse de le laisser, comme ça, sur le trottoir, seul et désoeuvré (ah bon?) car il n’est pas moins intéressant, simplement, je me suis juré de ne pas tenir un endroit du genre « les blogueurs parlent aux blogueurs et s’autocongratulent ».

Pour que je me targue d’une note (essentielle ?), il me faut un disque ou un livre comme prétexte. Je ne désespère pas, pour prixdeflore2006, ça ne devrait pas tarder…

Avec Frédéric Ploton, en matière d’ouvrage, j’ai le choix. Je peux même dire que je suis un peu paumé dans ce que ce garçon propose.

medium_parfum.jpgD’abord, comment j’ai connu Frédéric ?

Je suis tombé sur son blog il y a quelques mois. Il racontait le lancement de son premier roman Son parfum, (sorti chez Ramsay) et les affres d’un écrivain « débutant » dans le milieu hostile de l’édition… J’aimais bien suivre ses aventures. Petit à petit, je m’apercevais que l’homme était un stakhanoviste de l’écriture. Au fil des jours, il avouait avec timidité les autres ouvrages qu’il avait publiés naguère et qu’il continuait à sortir régulièrement. Ce presque quadra (dans deux ans je crois) n’était donc point un écrivain « débutant ». C’est sa carrière de  romancier qui débutait, pas celle qui consiste à écrire. Et bien écrire, en plus.

Donc, à la force de le lire, le Ploton avait fini par m’intriguer (déjà qu’il ne m’en faut pas des masses). Hop là ! Un mail pour lui expliquer qui j’étais, ce que je voulais et combien j’étais prêt à le payer pour qu’il accepte un rendez-vous et le tour fut joué. (Euh, non, en fait, je ne lui ai pas proposé d’argent. ‘Suis pas Crésus moi!)

Nous parvenons avec difficulté à caler un rendez-vous pour le mardi 31 octobre (oui, nous avons tous les deux des agendas de ministre). Il me propose de nous voir au café des Editeurs, café branchouille et littéraire de la capitale. Moi, ça ne me dérange pas ces lieux là. J’aime bien même, lorsqu’il s’agit de ne pas y passer sa vie.

medium_fredopale2.2.jpgFrédéric Ploton arrive à l’heure (parisienne : 10mn en retard) mais je m’en fous parce qu’en l’attendant, j’ai écouté les conversations, contemplé (parfois avec ostentation) les gens et fini par me laisser aller à quelques pensées profondes ou indigentes, c’est selon.

Nous nous reconnaissons aisément, c’est d’ailleurs plus facile pour moi que pour lui… quoique. Un type qui lève le bras en souriant à son arrivée ne peut pas être totalement un étranger. Nous nous auto jaugeons (jolie formule !) et rapidement, je mets mon magnéto en route. Oui, c’est du boulot les amis !

Il prend un Perrier et moi un café, c’est dire si nous sommes partis sur de solides bases de personnes sérieuses et incorruptibles.

Je lui explique que, longtemps, je n’ai rien compris à ce qu’il faisait exactement étant donné le nombre élevé d’ouvrages qu’il a écrit et édité. Ca me l’a d’ailleurs rendu sympathique. Un tel touche à tout ne peut être qu’un type ouvert et curieux des autres. Pour comprendre, il faut connaître un peu son parcours.

-De 1996 à 2003 j’étais responsable éditorial de plein de sites différents. Certains consacrés à medium_Guide_des_rencontres.jpgl’informatique puis je suis passé à Allo Ciné  et aussi, pendant 3 ans, Club Internet… C’est d’ailleurs grâce à son portail dans lequel il y avait un pôle « rencontres » que j’ai pu écrire mon premier livre Le guide des rencontres sur Internet.

Avec Frédéric Ploton, toute expérience finit en livre… (Non, j’exagère mais disons que rien ne se perd, tout peut éventuellement se rentabiliser.)

Mais l’homme est un solitaire. Il aime son indépendance et veut qu’on lui foute la paix.

-Toutes mes expériences professionnelles sur Internet ainsi que dans la presse écrite m’ont bien vite convaincu que je n’étais pas fait pour le salariat.

medium_sieste.jpgPendant notre conversation, une femme élégante s’approche de nous et n’hésite pas un instant à nous interrompre. Elle s’adresse à Frédéric.

-Je vous écoute depuis un moment et vous m’intéressez.

Gasp !

Est-il entrain de se faire brancher de manière franche et déterminée ?

-Je peux m’installer avec vous ?

Je réponds que je suis en pleine interview et que si elle veut, je lui prête mon invité une fois que j’en aurais medium_pates.jpgterminé avec lui…

-Ah bon ?

Elle semble carrément surprise que je ne lui donne pas la permission de prendre place à nos côtés. Elle dit à Frédéric Ploton.

-Bon, ben, tout à l’heure… On se voit après alors ?

Le monsieur est poli. Et puis, il n’a surtout pas le choix.

J’essaie de me concentrer sur ce que nous disions... Merde, j’ai perdu le fil. C’est Frédéric qui poursuit. Il m’explique pourquoi il publie tant et dans des directions souvent opposées. (Effectivement, ne cherchez  pas le rapport entre La saga des pâtes, le Petit manuel de la siestologie et Préservatif, mode d’emploi).

medium_pre.jpg-Je vais être franc. Je suis un des rares auteurs en France qui vit de sa plume. Moi, pour gagner ma vie, je prends un peu tout ce qui se présente. En fait, mon seul vrai souci en tant qu’auteur est d’arriver avec le bon projet, au bon moment, avec le bon éditeur. Trouver la bonne oreille pour les projets que je trouve intéressants n’est pas une sinécure, crois moi.

Oui, ben, on se tutoie. Et alors ?

Frédéric Ploton sait bien que parler ainsi va énerver l’intelligentsia. Mais il semble motivé pour casser l’idée selon laquelle écrire un livre n’est qu’un métier, un pur produit intellectuel, une œuvre d’art qui éventuellement pourrait se vendre.

-L’édition en France crève de ne pas considérer le livre comme un produit. Par ma démarche, je prouve et assume le contraire.

medium_frederic-ploton.jpgEt toc ! Dans les dents !

Un serveur arrive avec deux coupes de champagne. Nous regardons la quadra. Oui, évidemment, c’est elle. Du coup, elle revient nous voir. Et papote, papote, nous raconte sa vie, son mari qui fait je ne sais plus quoi mais qu’elle désire aider en lui faisant de la pub.

Je n’en peux plus mais reste courtois. Je ne sais pas pourquoi, ce jour là, ce grain de sable dans la mécanique m’a emmerdé. Je devais être de mauvais poil. Je lui demande de nous laisser tranquille encore un quart d’heure...

Cet ultimatum semble lui convenir.

Inutile de vous dire que je ne suis plus dans le truc.

L’auteur multi cartes si. Impressionnant. Il me raconte (et je le crois parce que ça se voit) qu’il est heureux même s’il travaille de 15 à 20 heures par jour et que surtout, il n’a jamais été aussi libre.

-J’ai une liberté de mouvement, une liberté d’action, une liberté financière relative parce que j’arrive à me nourrir, une liberté de support, de ton… pourquoi, je me priverais ?

Oui, pourquoi ?

Je ne sais trop quoi penser d’un personnage comme lui et je n'aime pas ne pas cerner les gens.

Auteur, directeur de collection, il fait aussi du packaging éditorial (le packaging éditorial est à l’édition ce que les boites de prods sont à la télé…). Il me parait un bulldozer prêt à tout casser, en même temps, quand je le regarde évoluer devant moi, je sens qu’il a du cœur, qu’il a en lui une vraie générosité.

 

Ou alors, c’est un renard. Un rusé de chez rusé. Je ne le connais pas assez pour bien déterminer sa mentalité mais il m’inspire de la sympathie.

Je sens cet auteur (capable d’aborder n’importe quel sujet pour gagner sa vie) honnête.

Au fond, nous en sommes tous là quand même. Gagner notre vie avec nos talents respectifs.

medium_sex.jpgNous terminons notre conversation en évoquant ses deux récents ouvrages. So Sex, le Kama sutra d’aujourd’hui (au Seuil) un livre co écrit avec Brigitte Lahaye. Il a été son chroniqueur dans l’émission qu’elle anime sur RMC Infos. Il lui a proposé, elle a accepté. Pas plus compliqué que cela. Comme l’indique la 4eme de couverture : medium_ploton_et_Lahaye.jpg

« Il y a dans cet ouvrage 4 tests, 160 questions très personnelles pour déterminer le profil sexuel de votre couple, 18 programmes sensuels qui viennent répondre de manière précise à vos besoins et 69 positions et pratiques érotiques retenues pour votre plaisir par Brigitte Lahaye. »

medium_fuite.jpgEt puis, il sort aussi son Guide de la fuite (éditions de l’Hèbe).

-Je donne les clefs à la fois très pratiques mais aussi philosophiques sur la nécessité dans notre société de fuir. On a besoin d’ « échappement » au sens presque hydraulique du terme.

Le temps passe, je sens la mystérieuse et champagnisée femme qui trépigne à la table à côté. Je décide d’obtempérer devant la tigresse. Je sors mon appareil pour faire les photos. Je vois Frédéric qui en fait de même. Le coquin connaît mon blog. Il joue à l’arroseur arrosé. Je lui précise un peu affolé que je souhaite garder l’anonymat. Il le sait. « T’inquiètes pas ! »

Résultat, ici.

medium_31.10.06_Frederic_Ploton_avec_Mandor_.JPG

La photo de Frédéric et Mandor est prise par l’intrigante. Autant qu’elle me rende ce petit service.

Je remercie Frédéric Ploton et le laisse aux griffes de l’intruse.

Je continuerai à suivre les pérégrinations de cet homme là. Il est déterminé et talentueux, bref, il ira loin.

J’ai du flair… vous verrez.

P.S : Ceci n’a rien à voir mais j’écrivais hier que j’allais voir le soir même le concert de François Hadji-Lazaro au Café de la danse. Je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai eu l’imbécile idée de m’y rendre avec Fishturn

Je l’appelle, il refuse.

« Pas envie de voir du monde Mandor. Fais pas chier avec tes conneries de concerts. On est serré comme des patates et j’aime pas ça. Faire comme tout le monde, être debout, taper dans les mains m’ennuie profondément, d’ailleurs, tu vois, je suis las en ce moment. T’as vu l’état du monde ? Société de merde...»

Et patati et patata. 

Parfois, ce mec m’exaspère.

Mais j’ai une sacrée force de persuasion et il finit par céder.

On boit une bière rue de Lappe avant le concert. 50 cl ou 25cl ? On a pris 50cl. Non, je dis ça, parfois, les détails ont de l’importance. Là, je ne crois pas mais j’ai une frénésie d’écriture à laquelle je ne peux rien donc je raconte.

On passe devant la salle. C’est blindé. Une queue digne de celle que l’on trouvait devant les boulangeries à l’époque de l’union soviétique.

On se regarde.

Et mon concert de l’ex Garçon boucher s’est transformé en un plan restau.

Besoin de refaire ce putain de monde qui tourne bizarrement.

Et c’est curieux, j’ai mal au crâne ce matin.

 

PS (bis): Je viens de m'apercevoir que Fishturn a évoqué notre soirée d'hier... Je vous mets le lien quand même ici mais bon... j'hésite, il y a un passage que je n'aime pas.

QU'EST CE QU'ELLE A LA COULEUR DE MA BAGNOLE!!!

Commentaires

Il a un peu des faux airs de Ralph Fiennes, non?
Et la question qui intrige la lectrice que je suis : et alors il s'est passé quoi avec la quadra après???

Écrit par : Frogita | 03 novembre 2006

Frogita a raison !
Quelque soit la sympathique sensibilité qui ressort de ce papier, après ce teasing éhonté hier, je ne commenterai pas tant que je n'aurai pas la suite de ce feuilleton pétillant...
(Donc à très bientôt ;-))

Écrit par : secondflore | 03 novembre 2006

@Frogita: Je ne m'intéresse pas à la vie privée des gens!
;o)
Mais ça m'intrigue aussi.
@secondflore: va falloir que je prenne l'habitude de ne plus t'appeler prixdeflore2006 toi!
A changement de blog, changement d'identité. 'tain, ça devient compliqué tout ça!
Pour en savoir plus sur l'aventure Ploton/quadra beurée, demandez à l'intéressé sur son blog...
Euh... après, vous pouvez revenir ici me raconter.
@Frédéric Ploton: Il s'est passé quoi après?

Écrit par : Mandor | 03 novembre 2006

trés bô gosse en tout cas.
ok je sais, la sortie se trouve par là !

Écrit par : cordelia666 | 03 novembre 2006

Mon dieu mais tu veux me faire passer pour qui en m'attribuant des propos aussi ras de planché ? Sinon c'est assez drôle cette franchise de Ploton "En fait, mon seul vrai souci en tant qu’auteur est d’arriver avec le bon projet, au bon moment, avec le bon éditeur. "...De l'oportunisme dur de dur ou de l'ironie modeste ??

Écrit par : Fishturn | 03 novembre 2006

@Cordelia: Oui, pas mal, mais bon, il y a mieux!
signé: un mec pas du tout jaloux.
@Fishturn:Ce qui est certain, et j'espère que cela se sent dans ma note, c'est que Ploton à deux côtés biens distincts...
Mais l'homme, en général, est paradoxale.
Oui, je sais, tu vas apprécier cette pensée profonde pas du tout banale.

Écrit par : Mandor | 04 novembre 2006

Je suis ravie que tu sois passé par chez moi (blog) car c'est un vrai plaisir de te lire :-)

Écrit par : TheCélinette | 06 novembre 2006

@TheCélinette: Je te retourne le compliment...

Écrit par : Mandor | 06 novembre 2006

J'aime bien :) merci !

Écrit par : Les délicieuses | 25 novembre 2012

Particulièrement apprécié le livre intitulé Sex Toys de la collection Tous Nus ! aux éditions Tana.

Écrit par : Margaux | 30 mai 2013

Les commentaires sont fermés.