Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Soirée des 10 ans d'Atmosphériques | Page d'accueil | Tété... en concert, en disque, en blog! »

28 septembre 2006

Soirée Décapage décapante!

medium_Decapge.jpgAprès le concert de Laurent Madiot au Set de la Butte (dont je parlais ici il y a quelques jours), je suis passé voir mes « amis » de la revue littéraire « reconnue d’inutilité publique » Décapage. Bon, j’ai mis entre guillemet le mot ami parce que, quand même, il ne faut pas exagérer, je ne les connais pas très bien, par exemple, nous n’avons pas gardé les vaches ensemble. Je les apprécie beaucoup, ça, c’est une certitude. Le rédacteur en chef de ce magazine « décapant » est le monsieur là, à droite. Jean-Baptiste Gendarme. Ce jeune homme charmant (et par ailleurs auteur de medium_Jean-Baptiste_Gendarme.JPGdeux bons livres que je n’ai pas lu donc, je peux me permettre de vous en parler, je suis journaliste je vous rappelle…) mène son équipe avec brio, efficacité et humour (d’après mes sources qui ne sont pas très fiables mais je fais comme si). Donc, à l’occasion de la sortie du numéro 29, JB (et son équipe) a voulu fêter comme il se doit cet évènement interplanétaire (mais que vont-ils organiser pour le n°30 ?).

Ca s’est passé au K1ze (15 rue Gaillon dans le 2eme à Paris). Je suis arrivé vers 23 heures et il y avait encore du beau monde. Le gratin de la jeune littérature française était là. Celui qui n’est pas encore très connu (je veux dire le gratin) mais qui est bourré de talent, les salauds (là medium_Regis_de_Moreira_et_Guillaume_Tavard.JPGce sont les auteurs)! Eux par exemple, à gauche, Régis de Sa Moreira (dont mon article sur son livre Le Libraire est dans ma sélection de livres.) et Guillaume Tavard (qui tient un verre de jus de pomme, très certainement.). Alors, voilà, ça papotte, ça discutaille la bavette, ça s’auto congratule, ça se critique, ça échange des idées, ça rit, ça ra Bernard… bref, ça vit ! Jean-Baptiste a rempli mon verre de vin alors que je ne lui avais rien demandé, j’avais juste tendu mon verre en le regardant avec des yeux de cocker. Evidemment, j’ai croisé quelques attachées de presses et quelques éditeurs. Là, à droite, c’est le boss des éditions Le Dilettante, medium_Dominique_Gaultier.JPGDominique Gaultier. Je lui explique que je veux le prendre en photo pour mon blog, il accepte, tout sourire, et quand je veux lui montrer le résultat, il m’assène un « j’m’en fous ! » de derrière les fagots. Etant un être très sensible, je tente de me réfugier en pleurs dans les bras de Philippe Jaenada et Christophe Paviot ( à gauche). Philippe a sorti un Kleenex et medium_Philippe_Jaenada_et_Christophe_Paviot.JPGm’a mouché en me disant : « Allez, souffle ! Et ne pleurs pas, petit ! La vie est rude, le chemin sinueux, il faut être fort. » Rasséréné, je me dirige vers le bar pour réfléchir sur le sens de la vie.

Et puis, JB Gendarme s’approche de moi en me tendant une feuille de papier. Il me demande de parler ici du Prix 15 minutes plus tard. Comme, je suis un peu crevé là, je vous fais illico un copié collé piqué sur le blog de Décapage. C’est un peu long mais très instructif .

 

 

Le voici :

 

Tout savoir sur le prix du 15 minutes plus tard

Le K1ze (café parisien) et décapage s’associent pour créer un prix littéraire : “le k1ze minutes plus tard”.

“le k1ze minutes plus tard” sera remis au K1ze, 15 rue Gaillon (Paris 2), 15 minutes après l’annonce du lauréat du prix Goncourt qui se remet par tradition juste en face, chez Drouant.

Quelle est la composition finale du jury ?
Emmanuel Adely, David Foenkinos, Philippe Jaenada, Serge Joncour, Xabi Molia (voir photo à medium_Xabi_Molia.JPGgauche, il était là aussi hier soir !)  Régis de Sá Moreira, Guillaume Tavard,

Que des hommes !
Ca s’est fait comme ça. Pour ce premier jury, on a souhaité s’entourer des gens qui nous avaient soutenus spontanément quand la revue n’était pas encore vraiment au point. Mais puisque nous voulons un jury tournant, on veillera à ce qu’il y ait plus de femmes l’an prochain.

Quel genre de livre sera récompensé ?
À priori, un roman français, publié en septembre 2006. Ou des nouvelles. Pas d’essai, ni de biographie, ni de document.

En quoi consiste le prix ?
L’enjeu du prix réside dans la possibilité de trouver un roman qui saura fédérer les membres du jury. Ils sont écrivains et ont été rassemblés à l’initiative de la revue décapage. C’est un détail qui a son importance. Dans les autres prix, les jurys se forment et se déforment selon les affinités. Pour « le 15 minutes plus tard » nous réunissons des auteurs qui n’ont ni les mêmes goûts, ni les mêmes attentes. On a regardé la liste des auteurs qui avait participé à la revue et on s’est rendu compte qu’il y avait parfois une grande différence entre eux. Que ce soit dans leur travail où dans leur façon d’appréhender la littérature. Et pourtant, ça ne nous empêchait pas d’aimer leurs livres. On s’est dit qu’il était possible qu’ils tombent d’accord sur un livre. C’est le pari qu’on s’est fixé.

Qui choisit les livres en compétition et y a-t-il un nombre d’ouvrages limite ?
Les livres sont choisis par les membres du jury, sous la bienveillance de l’équipe de décapage. C’est-à-dire qu’on va veiller à ce que les membres du jury s’intéressent aux livres de jeunes auteurs. Des livres dont on n’a pas forcément parlé. Chaque membre proposera deux ou trois coups de cœur. À partir de cette liste nous établirons la première liste du prix. Entre 12 et 15 livres seront sans doute retenus.

Vous n’avez pas peur de passer pour l’anti-Goncourt ?
Non. « Le 15 minutes plus tard » n’a rien d’un anti-Goncourt. C’est un nouveau prix à part qui ne s’oppose à rien, ni à personne. Nous organisions une soirée à chaque sortie de numéro au K1ze, un bar qui se trouve juste en face Drouant. C’est comme ça que nous est venue l’idée. On souhaite juste profiter de la présence des journalistes sur place pour annoncer notre lauréat. Entre-nous, si on remet notre prix 15 minutes après la Palme d’or de Cannes, les gens diraient qu’on n’est pas bien malin. Et ils n’auraient pas tort. Contre ça : 15 minutes après le Goncourt nous paraît un bon compromis.

Que gagnera le lauréat ?
La Maison Veuve Clicquot Ponsardin offrira un magnum de Brut Carte Jaune en étui Ice Jacket (étui néoprène permettant de conserver le champagne déjà rafraîchi pendant deux heures, avec sa poignée en cuir pour le service...). Veuve Clicquot ne prévoit pas de soutenir la littérature, mais ils ont décidé « de participer pour l’audace que représente ce prix en marge des Prix. ». Et l’hôtel de luxe Sezz offrira une nuit dans l’une de ses chambres conçue par l’une des têtes d’affiche du design français : Christophe Pillet.

medium_Le_boss_et_deux_auteurs.JPG

Juste au dessus... 2 membres du jury et JB qui ont l'air de diablement réfléchir... Voici donc la première sélection que ce dernier m’a filé hier. (‘tain, faut que je recopie tout !)

Itinéraire Spiritueux, Gérard Oberlé, Grasset

Chaos de famille, Franz Bartelt, Gallimard, La Noire

Rhésus, Héléna Marienské, P.O.L.

Impasse, d’Antoine Choplin, La fosse aux ours

Le Patrimoine de l’Humanité, Nicolas Beaujon, Le Dilettante

La vie est un miracle, Laurent Marty, Le Cherche Midi

Ce qui est perdu, Vincent Delecroix, Gallimard

Contour du jour qui vient, Leonora Miano, Plon

Dans le foule, Laurent Mauvignier, Minuit

Marge brute, laurent Quintreau, Denoël

Le cri, Laurent Graff, Le Dilettante

Les îles éparses, Jean-Louis Magnan, Verticales

Ars Grammatica, David Bessis, Allia

Trans, Pavel Hak, Le Seuil

 

La prochaine liste sera établie le 20 octobre. Evidemment, je vous tiens au courant !

Sans rire, c’est bien ce qu’ils font dans Décapage. Pour vous procurer cette revue, c’est par ici

P.S: Et j'ai même rencontré des blogueurs que je lis dont Prix de Flore 2006. C'était sympa toutes ces billevesées sur la blogosphère... ça nous a fait du bien de le dire.

Commentaires

et notre photo? moi qui m'etais faites à l'idée

Écrit par : Oohhoh | 28 septembre 2006

@Oohhoh: Ben, c'est à dire qu'elle n'avantageait personne. Moi, je m'en fous, je me noircis mais les zots... J'ai eu pitié!

Écrit par : Mandor | 28 septembre 2006

allez balance pas de pitié pr croissants on etait tous d accord..

Écrit par : Ohoh | 28 septembre 2006

@Ohoh: Je t'assure en grand, la photo n'est pas belle, elle n'ajoute rien à ma note et c'est le troisième protagoniste qui ferme les yeux. Je ne vois pas l'intérêt!

Écrit par : Mandor | 28 septembre 2006

Souvent, dans ces soirées, je mandor, mais là ce furent de belles rencontres. vivifiantes.
Bonne suite !

(PS : promis, je ne fais pas exprès de saboter les photos... ;-)

Écrit par : prixdeflore2006 | 28 septembre 2006

@prixdeflore2006: Salut saboteur! Tu n'as pas honte de fermer les yeux sur les photos??? Sans rire, j'étais bien content de tailler la bavette avec vous 2. Bon, mon histoire de rester anonyme commence à partir en eau de boudin, là, si je commence à rencontrer d'autres blogueurs, même sans le faire exprès.

Écrit par : Mandor | 29 septembre 2006

Ca y est! Encore un qui se la pète.

Écrit par : Anonyme | 29 septembre 2006

Je suis un de ceux dont vous parlez dans cette note. Ca m'a bien fait marrer votre vision des choses de la soirée. J'en ai profité pour faire un rapide tour de votre blog et je le trouve très sympathique. Une certaine ironie et auto dérision qui me plaisent bien.

Écrit par : L'écrivain mystère | 29 septembre 2006

@Anonyme: Je me la pète? Ce n'est un trait de mon caractère le plus visible à l'oeil nu mais peut-être, je ne sais pas, je ne me rends pas compte...
@L'écrivain mystère: Mais vous êtes qui vous? Pas gentil de faire le mystérieux... sinon, merci pour votre vision de mon blog qui est assez proche de ce que je veux montrer.

Écrit par : Mandor | 29 septembre 2006

A ce soir Mandor :P

Écrit par : Tybo | 29 septembre 2006

@Tybo: Oui, oui, c'est ça... à ce soir... ;o)

Écrit par : Mandor | 29 septembre 2006

"Bon, je ferme les yeux, pour cette fois-ci..."
Quant à l'anonymat, s'il passe octobre c'est un exploit ! ;-))

Écrit par : prixdeflore2006 | 29 septembre 2006

Il n'y a pas moyen de gagner un Magnum autrement ? :(

Écrit par : lola | 29 septembre 2006

@prixdeflore2006: J'ai pris la ferme décision de m'y tenir... J'ai aussi mes raisons de me "cacher". Sinon, on boit un coup ensemble, un de ces jours?
@Lola: Non, pas à ma connaissance. Remarque, si tu vas au cinéma, un Magnum, c'est moins cher.
Hum!
Le pire, c'est que j'ai réfléchi pour trouver un truc marrant à dire. Je n'ai trouvé que ça, je remets ma tête dans le sable...

Écrit par : Mandor | 29 septembre 2006

autruche va ! :o)

Écrit par : lola | 29 septembre 2006

Amusant de lire ce commentaire juste après avoir vu ta photo deux notes plus haut ;-)
Et pour un verre, avec plaisir - je signe les yeux fermés !
A bientôt

Écrit par : prixdeflore2006 | 01 octobre 2006

@prixdeflore2006: C'est là que l'on voit que l'homme n'est qu'un incroyable paradoxe... Et pour le verre, on se contacte très vite!

Écrit par : Mandor | 01 octobre 2006

Les commentaires sont fermés.