Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Renaud... entre liberté et libations. | Page d'accueil | Soirée des 10 ans d'Atmosphériques »

20 septembre 2006

Vincent Delerm, le bobo chanteur...

 

medium_V74_Musique_Vincent_Delerm_photo_1_Aglae_Bory_.JPG

Le titre, c’est juste pour faire un mauvais jeu de mot et rendre hommage à la chanson de Renaud, dont je parle, ci après…

Hier soir, donc, je mate la télé et vois Vincent Delerm se faire « moquer » gentiment par la bande à Ruquier… Il est décrit comme un gars qui parle lentement, chanteur pour « intellos », négatif dans ses propos, pas très « cool » et se tenant mal à la télé. Ca m’énerve un peu mais je constate aussi que se dégagent des commentaires une certaine tendresse et un attachement pour le personnage. Le type décrit ne ressemble pas vraiment à celui medium_Restau_la_lubie.JPGavec qui j’ai partagé un coca light (c’était trop délire !) la semaine dernière (mardi 12 septembre) au bar « La Lubie » à Paris, en face de sa maison de disque tôt Ou tard…). Je suis curieux de le rencontrer parce que je ne parviens pas à me faire une opinion sur lui. Humainement, je veux dire. J’arrive un peu en avance, lui et son attachée de presse, pile à l’heure. Anne-Marie nous laisse seuls (mais pas désoeuvrés) et la souriante patronne du troquet nous installe au fond de la salle. Il est sympathique, enlève ses lunettes, comme pour mieux écouter, ne pas se laisser distraire par la vie qui bouge autour de nous. C’est idiot de le dire mais Vincent Delerm est « normal ». Pas d’esbroufe, chaleureux, attentionné, poli. Le cerveau non pollué par le succès. D’ailleurs je lui fais remarquer sa simplicité :

medium_Delerm_aglae_400.jpg-D’abord, ce n’est pas le genre de la maison d’être imbu. Et puis, aussi, tu n’as pas intérêt à faire le malin avec ton public. Les gens qui viennent me voir en concert ou qui achètent mes disques, je les considère pour la plupart comme des potes, comme des proches qui m’ont vu grandir. Ils sont comme moi. Un jour, ils peuvent me dire : « Dis donc, tu as bien changé, tu as pris le melon… » Je vais te dire franchement, je me demande si on appartient pas au public. C’est un peu fort mais c’est ça.

Il est clair que la génération montante de la chanson française a du recul sur la notoriété, le vedettariat et le star system. Ils ne sont pas dupes. Je fais observer à Vincent Delerm qu’ils regardent avec prudence, voire avec détachement, l’engouement qu’ils suscitent.

-C’est un peu vrai, avec des gens comme Jeanne (Cherhal) et Bruno (Bénabar), on parle souvent de ça. medium_12.09.06_Vincent_Delerm_1_edited.JPGPlus jeunes, nous avons certainement rêvé que ça se passe bien pour nous mais ce qu’on vit aujourd’hui reste un rêve éveillé. C’est spectaculaire! Un courant global qui a porté plusieurs personnes en même temps. D’autres générations avant nous auraient mérités d’avoir ce courant. »

Nous parlons du journal pour lequel je travaille. Il me dit qu’il le lit fréquemment et qu’il connaît bien mon nom et ma plume. Que voulez-vous ? Je suis flatté. Un chanteur en état de marche, fidèle lecteur… Allons, allons, je finis par me dire qu’il me brosse dans le sens du poil mais je ne vois pas bien pourquoi il ferait cela. Pas l’air hypocrite le gars. Et lui, de me citer un de mes articles écrit il y a deux ans. Je suis sur le popotin. J’en profite pour lui demander ce qu’il pense de ce qui est écrit sur lui dans la presse.

-Comme tu ne peux pas faire l’unanimité, satisfaire tout le monde, je tente de me préserver de la lecture des papiers sur moi. Qu’ils soient excellents ou horribles d’ailleurs. Les uns te poussent à penser que tu es le roi du monde et les autres que tu es une sous-merde. Mais au final, quoiqu’ils disent, c’est un luxe que les journalistes parlent de ton album.

medium_delermPiqures390.2.jpgJustement parlons en de cet album (ma vraie critique est dans With the stars 3eme partie) réalisé par Peter Von Poehl, (dont le disque perso Going to where the tea trees are est une petite merveille).Vincent Delerm et son acolyte nous offre un disque à l’atmosphère nouvelle, entre légèreté et profondeur, moins de ritournelles tressautantes mais toujours des mélodies douces-amères et des petits portraits au fusain, drames en esquisses délicates et chromos rétros des bonheurs passés et surtout désormais présents. Je vous rassure Vincent s’est soigné, il ne parle plus à des photos de comédiennes, cesse de fantasmer sur les filles de 1973 et ne caresse plus des chiens dégueulasses… Non, le jeune Vincent a grandi. Quant au « name dropping », il a calmé ses ardeurs :

-Mon évolution logique était d’arrêter d’utiliser les noms propres. A force d’entendre les gens m’en parler, ça a fini par me dégoûter. Bon, j’en ai laissé quelques uns, histoire de dire à mon public : « Coucou, je suis encore là… moi et mes pianos voix, ma hantise du temps qui passe et les noms de tennis women… »  »

Pendant la conversation, mon magnéto s’arrête. Sans me demander, Vincent Delerm retourne la cassette et il medium_Delerm_aglae2_400.jpgpoursuit.

-Au début je voulais carrément restreindre le piano mais Peter m’a dit non. Le piano reste présent mais on va l’utiliser autrement. Et puis, je chante un peu plus que dans les deux précédents albums…

Oui, il est devenu un crooner. Pas trop excité tout de même, il ne faut pas exagérer. Delerm fils a gardé intact son art de l’ellipse et du suggéré. C’est sa grande force et son talent immuable mais de là à le traiter d’intello, le pas a été allégrement franchit par medium_20050719_vincent_20delerm_04.jpgbeaucoup. Son œil malicieux frise.

-Quand les gens qui ne sont pas venus me voir en concert et qui ne connaissent pas mon répertoire me catalogue, c’est dans la case étudiant, intello, arts et essais, avec sa veste rouge. Je suis un peu ça mais tellement plus encore.

Et être cité dans la chanson de Renaud comme le chanteur indispensable des bobos, il réagit comment le medium_12.09.06_Vincent_Delerm_2_edited.JPGprincipal concerné ?

-Si je ne connaissais pas du tout Renaud et que je ne sache pas qu’il m’aime bien, j’aurais peut-être vécu la chanson autrement. C’est la première personne de cette génération de chanteur qui a parlé de mon premier album, un matin à la radio. Ca m’avait fait hyper plaisir. Renaud m’a fait lire le texte de Les bobos lors de la soirée hommage à Ingrid Betancourt. Et puis, sincèrement, à 15 ans, je n’aurais jamais imaginé un truc comme ça. Etre nommé dans une chanson de Renaud. Mince !

medium_j_cherhal_leau_192.2.jpgLe temps passe et soudain je m’aperçois que l’heure est presque arrivée à son terme. Je lui demande s’il est pressé. Non. Bon, on continue alors. L’est sympathique ce jeune homme ! L’interview terminé, séance photo Mandorienne. On se « shoote » mutuellement. Marrant ! Il me demande ensuite si je veux aller avec lui à la maison de disque. J’accepte et j’ai bien fait. Nous tombons sur Jeanne Cherhal… J’aime beaucoup Jeanne Cherhal. Et son album à venir L’eau (23 octobre) me laisse pantois d’admiration pour la belle. Elle, y a pas ! Faut que je la connaisse mieux. Fascinante.

Commentaires

j'ai hate d'écouter son nouvel album! jeanne cherhal aussi d'ailleurs, tu me mets l'eau à la bouche là :-)
(en ce moment c'est élodie frégé en boucle)

Écrit par : kaféine - Pink Bubble | 20 septembre 2006

@kaféine: Il est évident que nous avons exactement les mêmes goûts en matière de chanson française en tout cas... Tes choix sur ton blog en témoignent...
Non mais le nouveau Jeanne Cherhal, une tuerie! (comme disent les djeuns!)

Écrit par : Mandor | 20 septembre 2006

Une tuerie ? C'est du punk ?

Écrit par : Fishturn | 20 septembre 2006

@Fishturn: Ha ha!

Écrit par : Mandor | 20 septembre 2006

Cher Mandor, bien le Bon Soir !

Un type bien, simple et plein de talent ce Man...Vincent Delerm ! Bien sur, en plus sobre !
Mandor c'est aussi tout ca mais avec le gout du Bourgone en plus ! lol
Votre article et de tres bonne lecture et je vois vos blogfans, fishturn de Paris et Monique de Reims vous lires !
bien 13/20, encore un effort et ?
Bonsoir à vous !
Cher Manlerm !

Écrit par : James - C2V | 20 septembre 2006

Jeux de mots maître Capello !!

Écrit par : Fishturn | 21 septembre 2006

@James: Non mais dis moi franchement, tu fumes quoi?
@Fishturn: Alors, ces histoires de bannières???

Écrit par : Mandor | 21 septembre 2006

ces personnes là sont mieux sur scène ; vraiment

Écrit par : missparker | 21 septembre 2006

@Miss Parker: C'est vrai, ils assurent grave. Je ne suis pas loin de penser comme toi...

Écrit par : Mandor | 22 septembre 2006

j'aime bien le "enlève ses lunettes pour mieux écouter" (ça sonne très léon Zitrone)

(je viens de finir la lecture de ta note). donc, je connais son nom mais pas du tout ses chansons.
trombine de jeune fiston prodige, mais je préfère MAM quand même :-)
quoi? obsédée moi?

Écrit par : Dorothée | 22 septembre 2006

@Dorothée: Reviens vite ici, dans ma prochaine note, il y aura plein de beaux mecs...

Écrit par : Mandor | 22 septembre 2006

ouais je sens le plan marketing fumeux à 100km à la ronde. pr les beaux mecs, ils st chez moi :)
mais je reviendrai c'est sûr beaux mecs ou non

Écrit par : Dorothée | 22 septembre 2006

Pour l'avoir vu pour la deuxième fois en concert la semaine dernière (la première c'était en 2002). J'ai eu un immense plaisir à partager ce moment de musique.
Je garde dans ma boite à souvenir son regard dont émane pour moi une malice et une vraie douceur, et les portraits de son amoureuse ...

Écrit par : TheCélinette | 06 novembre 2006

Les commentaires sont fermés.