Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le bon Oxmo Puccino... | Page d'accueil | Jérôme Attal, l'homme séduction... »

07 août 2006

Olivia Ruiz et Mandor craque...

medium_olivia_1_.2.jpgLu sur le site d’RFI : « La "Femme Chocolat" s'apprête à aller à la rencontre de ces rythmes et de cette langue qu'elle chérit tant ! Olivia Ruiz passera en effet le mois de septembre en Amérique Latine, où elle présentera son rock mâtiné de sonorités hispanisantes, tziganes et jazzy. Elle se produira, comme d'habitude, en anglais, français et espagnol. Du 2 au 8 septembre, elle traversera l'Argentine, s'arrêtant à Buenos Aires, Bahia Blanca, Rosario et Cordoba avant de s'envoler pour une date à Montevideo, en Uruguay, le 12 du mois. Elle conclura cette tournée par quatre concerts au Chili, du 20 au 23, à Santiago, Conception, Valparaiso et Valdivia. » medium_olivia_2_netb_.2.jpg

Voilà notre petite souris qui s’exporte bientôt dans de lointaines contrées… C’est mérité !

J’ai découvert la miss en regardant la Star Ac’ 1 (comme tout le monde). Elle évoluait dans cette sphère cathodique avec curiosité et originalité. Bon sang, dans le château, elle portait un T-shirt des Têtes Raides (elle en parle tout le temps dans les interviews) ! Il fallait donc mater la donzelle avec intérêt… Olivia Ruiz est devenue depuis une des valeurs sûres de la chanson française d’aujourd’hui. Je l’avais loupé lors de la sortie de son premier disque extra Star’Ac J’aime pas l’amour, pas question de la rater pour celle de La femme chocolat l’année dernière (voir photo et mon article dans « With the stars, 1ere partie »). Le 20 octobre 2005, je rencontre Olivia Ruiz chez Universal, à 11h du mat. J’arrive complètement décalqué, la fête de la veille ayant eu raison de ma tête. J’ai le cerveau en bouillie et je me permets de demander à Carine (attachée de presse bienveillante de chez Polydor) de se débrouiller par tous les moyens pour me trouver un aspirine (sous peine de décès fulgurant). On m’installe dans une grande salle et j’attends la belle mais surtout mon médoc salvateur. C’est lui qui arrive en premier. A peine terminé d’effervescer, je l’avale cul sec ! Olivia arrive, resplendissante, simple et fraîche (elle). La demoiselle me demande si elle peut cloper, ce que j’accepte avec écoeurement mais politesse. La fumée dans mon état… Beurk ! Et l’on commence à causer:

1) De son enfance : « J’ai été élevée dans un café par mes grands-parents maternels et les deux frères de maman. Les vieux qui jouaient à la belotte, Tonton André qui était un tombeur de nanas, tout ça, c’est du vécu. (cf : J’traîne des pieds). Cette période de ma vie a forgé ma personnalité. Ce côté très indépendant, très jeune et en même temps très sociable, cette tendresse particulière que j’ai  pour toutes les générations me vient de là. »

2) De ses doutes : « Je suis quelqu’un de très angoissée et dans le doute perpétuel. En même temps, je ne m’autorise pas dans les moments de création et de production de perdre du temps avec ce travers là. Je le garde pour la maison et mes proches. »

3) De ses névroses : « J’aime bien rire de mes défauts et de mes pires névroses, de prendre les détails et les exacerber. C’est ma manière à moi de mieux en rire. »medium_olivia_3.jpg

 

Olivia Ruiz est délicieuse, rieuse, un brin coquine. Je vais essayer de ne pas tomber amoureux. Ils ont de la chance les Alain Cluzeau (réalisateur de Bénabar, Thomas Fersen, Paris Combo, Bertrand Belin…) et Mathias Malzieu (chanteur de Dionysos et écrivain) d’avoir réalisé avec elle, en toute intimité, ce disque croustillant. Les textes évoquent désormais ses aspirations, ce qu'elle a vécu et ce qu'il peut désormais arriver dans sa vie. Elle confie aussi sa fierté pour son sang mêlé, elle, la Française née de parents immigrés espagnols (cf. la chanson Quijote). Christian Olivier des Têtes Raides chante avec elle en duo un texte qui évoque les secrets de famille Non-dits. Christophe Mali de Tryo lui offre Cabaret Blanc, un magnifique hommage adressé à ce père chanteur de bal. « Quand je pense que papa a essayé de me dissuader de faire ce métier professionnellement. Il me disait : « Ma chérie, ce métier n’est pas pour toi. Que vas-tu faire dans ce monde de fou ou les gens sont sans scrupule ? Toi qui es si gentille et si pure, tu vas te faire croquer ». Aujourd’hui, il est fier de moi et vient de temps en temps chanter avec moi sur scène. » Il y aussi Juliette, La petite voleuse,  Chet, Vitrier et Néry, Je te quitte, les parrains de toujours. Et puis, Mathias Malzieu. Le co-réalisateur qui se métamorphose parfois en auteur, signant trois titres de l'album dont La Femme Chocolat. Un casting qui frisouille la perfection : « Je pense être medium_20050821-olivia-ruiz-2004.jpgquelqu’un de fédérateur et de doué dans les rapports humains. J’arrive à convaincre qui je veux à coup d’amour ! » Oh ! Mon Olivia, je ne t’aime pas… Convainc moi, convainc moi ! Sans blague,  je suis simplement content de la présence de cette mutine lutine dans le royaume de la chanson. Son souffle nouveau fait du bien medium_0015.2.jpgpar où elle chante…

Quand je l’ai embrassé en partant, j’ai trouvé qu’elle sentait bon et que sa peau était douce. Ne pas défaillir Mandor… Non, surtout ne pas.  

(Là, à gauche, Olivia se colle à moi... Normal. Charme irrésistible!)

 

Liens :

 

www.olivia-ruiz.com  

www.rfimusique.com

Commentaires

Salut à toi Ô mon idole de toujours. De retour de vacances, me voici de retour à Paris, je m'empresse donc de consulter ton blog. Loin de moi l'idée de me comporter en "rédac chef" néanmoins l'idée de te proposer un sujet à traiter dans un prochain article me titille...
Tu pourrais l'intituler "Mandor, coeur d'artichaut ?" Ta rencontre avec Olivia Ruiz me rappelle un article sur Zazie ou bien encore une interview dans une divine radio avec celle qui partage maintenant la vie de Gad Elmaleh...
Alors Mandor... Coeur d'artichaut ?

Écrit par : La Louve | 08 août 2006

Ouais, toi tu sais bien que la liste n'est pas exhaustive...
Je suis étonné que tu te souviennes de la passion que j'avais (que j'ai encore) pour Aurélie Dupont? Une heure avec elle, mais c'était un peu comme passer une heure au paradis, non?
Toi, de l'autre côté de la vitre, tu nous regardais jalousement, hein, c'est ça? L'élève à aujourd'hui dépassé le maître, et quand j'entends ta voix à la radio, je me dis que tu as fait un sacré parcours... Tiens, je vais faire un portrait de toi dans la rubrique "Les amis de Mandor", car tu es un fidèle parmi les fidèles. Tu veux bien que je te présente à la face du monde?

Écrit par : Mandor | 08 août 2006

voilà j'avais le premier album et aujourd'hui je viens de prendre le deuxième.... juré que c'est vrai

Écrit par : missparker | 08 août 2006

euh juste comme ça la louve tu avais un autre pseudo d 'animal avant???

Écrit par : missparker | 08 août 2006

Ah beh quand on vient lire les commentaires on a comme l'impression de s'inviter impoliment au milieu d'un pot de retrouvailles de vieux potes...c'est très gênant...Pour le coup je file à l'anglaise tient...
Pis j'avais rien d'intelligent à dire, à part "j'aime bien Olivia Ruiz"
ça c'était juste pour battre le record du message le plus inutile et le plus creux de toute l'histoire de la blogosphere. Un challenge perso dont je souhaitais faire profiter Mandor.

Écrit par : Fishturn | 09 août 2006

"Merci d'aimer Olivia!"
Et ce remerciement, Fishturn, peut-il remporter la palme de la réponse la plus ridicule et sans intérêt de toute l'histoire de l'humanité mondiale et universelle?

Écrit par : Mandor | 09 août 2006

Mon cher Mandor quand tu évoques mon "sacré parcours" il na faut rien exagérer, çà ne reste que de la radio. "Cé pô nous qu'on est les stars". Mais je sais bien que malgré beaucoup d'efforts, je n'arriverai jamais à être plus modeste que toi. Et ce n'est pas Fishturn qui dira le contraire.

Écrit par : La Louve | 09 août 2006

Et les mecs, arrêtez avec cette histoire de modestie! Je ne suis qu'un fieffé vantard. Discret mais quand même vantard. La Louve! Tu pourrais répondre à la question que te pose Miss Parker. Tu es pourtant un galant homme...

Écrit par : Mandor | 09 août 2006

Ca y est, i' r'commence "Discret mais quand même vantard"
même quand il essaie de dire "Je suis un fieffé vantard" ça fait encore modeste. Rien à faire, s'en est désolant, cette modestie résignée lui sert de foi ma parole, c'est le ciment de sa nature !
C'est pas comme ça que tu va atteindre un niveau Morandini moi je te le dis. Pis tiens en parlant de ça, je viens de me rendre compte que l'animal aussi il a un blog : http://morandini.canalblog.com/
j'ai rien dit...

Écrit par : Fishturn | 09 août 2006

Effectivement Mandor, je suis un galant homme. Pour répondre à missparker, avant j'étais louveteau mais depuis j'ai grandit et changé de sexe... Ce pseudo vient simplement du sobriquet dont je suis affublé par mes chers collègues facétieux... La raison ? Mon patronyme qui s'en rapproche, tout simplement. Voilà, çà calme... adieu fantasmes...Et non, je ne me transforme pas quand vient la pleine lune (quoique...), je ne suis pas bestial quand arrive minuit (quoique...), non, il ne m'arrive jamais de hurler pour faire peur aux passants (quoique...). Voilà, je viens moi aussi de prouver que je peux envoyer des commentaires dénués d'intérêt.

Écrit par : La Louve | 09 août 2006

Morandini, Mandordinon...
Putain, celle là, je ne sais pas d'où elle sort, mais elle est d'une finesse exquise (une finesse exquise???)

Écrit par : Mandor | 09 août 2006

J'étais rétive et agacée, au bord de faiblir quand j'ai entendu La femme chocolat, maintenant je suis cuite, ce petit con m'a convaincue, à la bourre je vais aller me l'acheter cet album, et puis Olivia Ruiz avec son petit accent elle me rappelle une blonde gitane adorée, la petite Cathy Claret, rien que pour ça ...

Écrit par : Barbarian | 10 août 2006

Barbarian, le petit con te promet que tu passeras un bon moment à l'écoute de son disque. Du coup, je vais m'intéresser à Cathy Claret.

Écrit par : Mandor | 10 août 2006

je l'avais aussi rencontrée juste avant les victoires l'année dernière, j'en garde un souvenir formidable.
j'ai adoré dès le chateau et la sortie du 1er album :-)

Écrit par : kaféine - Pink Bubble | 13 août 2006

olivia je l'aime, j'aime son accent qui ressemble au mien et surtout son titre 'j'traine des pieds", ...merci ma belle pour ton naturel ! (oh ça rime :-) )

bruine

Écrit par : BRUINE | 29 août 2006

Les commentaires sont fermés.