Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Murat emmuré... | Page d'accueil | Pierre Lapointe ou le moderne anachronique... »

11 juillet 2006

Fabien Martin, un être à part...

medium_Fabien_Martin_photo_3_edited.JPGJe viens de lire le blog très intéressant du chanteur Fabien Martin. C’est amusant car il rejoint les propos de ma précédente note sur le comportement de Zinedine Zidane. Fabien Martin est un jeune artiste qui « fabrique » (parce que très artisanalement) une œuvre émouvante et puissante. Ca fait longtemps qu’un chanteur ne m’a pas touché ainsi et j’ai d’ailleurs un peu de mal à en expliquer les raisons. Son deuxième album Comme un seul homme sort le 18 septembre prochain. Je tenais absolument à le rencontrer 1) dans le but d’écrire un article 2) pour lui témoigner toute mon admiration. (A ce propos, la déontologie professionnelle des journalistes implique une certaine neutralité dans leurs articles et devant les personnes interrogées. Moi, quand j’aime, je dis. Point barre.) Le 12 juin dernier, j’ai rendez-vous avec lui chez ULM/Universal. L’attachée de presse (salut Myriam !) nous installe sur une terrasse ensoleillée à souhait. Je lui parle de son blog (le mien n’existait pas encore). Mine de rien, on apprend beaucoup sur la personnalité de quelqu’un en lisant ses propos (ça frise l’euphémisme, là !). Jetez-y un coup d’œil ! Je vous assure, il écrit sur lui, sa vie, ses concerts mais il « philosophe » aussi pas mal avec humour, ironie et pertinence. « Ce qui me fait marrer c’est comment les gens atterrissent sur mon blog. Dans les stats, je vois les référents. Certains tapent mon nom sur Google, mais d’autres arrivent chez moi par hasard en ayant écrit des trucs comme « les yeux qui coulent » ou « chanteur+cortisone ». J’ai effectivement raconté dans une note mon allergie au pollen...» On est peu de chose… Plus sérieusement, Fabien Martin enregistre des albums exigeants mais très abordables, accessibles à tous (pour peu qu’on aime le bel ouvrage). « De toute façon, le fait d’aimer un album tout de suite n’est pas une garantie pour l’aimer à vie. C’est comme avec une fille. Ce n’est pas parce que l’on a un coup de foudre avec elle que ça va durer longtemps. ». Alors, oui, pour ceux qui ne connaissent pas bien l’univers de cet artiste, je propose d’écouter deux à trois fois son nouveau disque avant de se faire une idée réelle de son talent. Il a le sens de la mélodie accrocheuse (bien qu’elle ne soit pas linéaire) et des paroles qui ne peuvent laisser indifférent. La première fois que j’ai écouté son premier opus Ever Everest, j’avais déjà été saisi par sa voix, à la fois ténébreuse et aérienne, selon les moments. Dans son dernier bébé, Fabien Martin a su créer sa Foule sentimentale à lui. Toute une vie, une sacrée chanson générationnelle sur l’enlisement des consciences : « On se pose tous de nombreuses questions sur la vie, sur comment combattre les injustices, sur la meilleure manière d’aider son prochain mais on ne sait pas comment réagir. Alors, j’écris des chansons juste pour montrer la situation, le désengagement politique et plus généralement la désillusion de notre génération. » Le garçon mérite d’être reconnu par ses pairs et surtout par un public plus large. Je vous le medium_0023_edited.jpgrépète, ce type là à un truc en plus que les autres, mais, je ne sais pas quoi. Peut-être que j’en ai ras le bol d’entendre des chansons lisses, sans aspérité, sans saveur et que là, c’est exactement le contraire… Oui, peut-être bien que j’aime les chanteurs qui livrent leurs fêlures sans honte mais avec pudeur. Et peut-être que je sens que mes fêlures à moi sont proches des siennes. Je ne sais pas. En tout cas, quand dans La grande aventure il chante: « La vie cette jungle/ Nous aiguille, nous épingle/ Dans les allées et les aléas/ Moi je fléchis, je flanche/ Je m’accroche aux branches/ Je m’éloigne de lianes en lianes… » et plus loin  « La peur de l’éboulis/ La mélancolie/ Toutes ces choses qui nous empêchent/ Allons ! Que l’on se hâte/ De jeter à terre/ tout ce bordel qu’on a dans la tête ». J’applaudis des deux mains. Clap Clap ! Prochainement, je livrerai dans « With the stars (2006) 3eme partie » mon article plus formel et détaillé de l’album Comme un seul homme. Demain, je rencontre un autre chanteur, québécois celui-ci : Pierre Lapointe. Je l’ai vu au Café de la Danse il y a quelques semaines et il m’avait vraiment charmé. L’album La forêt des mal-aimés qui sortira le 11 septembre prochain (hum! Quelle date curieuse!) est très surprenant car son univers est déjanté et mystérieux. J’ai hâte d’en savoir plus sur lui. Mais bon, Fabien, c’est bien toi le meilleur !

(Pas mal la photo que j'ai prise après l'entretien! Le soleil dans les yeux et la main sur le genou droit, c'est une bonne idée, non? C'est beau et naturel.)

 

Dernière minute:

Je viens de recevoir ce mail. Je suis démasqué (gasp!) mais j'ai enlevé ma vraie identité. Et j'ai rectifié la date de sortie de son disque...

 

Salut Mandor

 Merci pour ce post plus que sympathique envers                
 ma modeste personne.                
 Tu es bien … ?                
 Bon, sinon, info ultra importante, l'album               
 sort le 18 septembre et non plus le 21 aout.               
  Bon à savoir.  Merci encore.                
  A +                
  Fabien Martin           

Liens:

http://fabienmartin.artistes.universalmusic.fr 

http://fabienmartin.blog.lemonde.fr 

http://myspace.com/fabienmartin        

Commentaires

J'ai lu votre commentaire avec intérêt concernant l'album de Fabien Martin "Ever Everest". Comme vous je suis touchée par son univers.

J'ai écouté un extrait du deuxième album sur son site "Comme un seul homme" encore une fois je suis séduite par ces belles paroles, sa voix ainsi que la musique.

Vivement le 2e album.

Écrit par : Jacqueline | 18 juillet 2006

Les commentaires sont fermés.