Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 novembre 2019

Mathieu Saïkaly : interview pour Quatre murs blancs

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

(Photos : Aline Deschamps)

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorDans le deuxième album de Mathieu Saïkaly, Quatre murs blancs, « l’artiste questionne la place des illusions dans une vie et dans les relations, la recherche de la vérité, la confrontation avec les autres et avec soi-même. Un peu à la manière de tableaux. Son écriture est influencée par le courant impressionniste. Le plus important pour lui est de saisir la subtilité d’une émotion, d’une pensée ou d’une situation, plutôt que de raconter une histoire avec un début, un milieu, une fin. » Voilà ce qu’on apprend du dossier de presse. Le site indiemusic a poussé encore plus loin l’analyse : « L’histoire sous-jacente de Quatre murs blancs est celle d’un isolement volontaire. Celui, concret, de l’artiste face au doute, aux repères de plus en plus indéfinis de la communication grâce à l’art, pouvant rapidement conduire au déséquilibre moral. Mais plus que tout, celui, intérieur, de la solitude propice à la création, tandis que l’on s’éloigne du genre humain pour mieux se confronter à ses propres capacités. » Pas mieux.

L’album (que vous pouvez écouter ici) m’a transporté du début à la fin et m’a fait me questionner sur ma propre existence.

Le 21 octobre, j’ai donné rendez-vous à ce jeune homme qui m’intrigue depuis longtemps et je n’ai pas été déçu du voyage. Il a été souvent intérieur, donc pas toujours facile à décrypter. C’est aussi le charme de mon métier...

Sa page Facebook.

Biographie officielle :mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Mathieu Saïkaly est né le 8 mars 1993 à Avon (77) d’un père libanais et d’une mère française née de parents italiens. Il passe sa jeunesse en région parisienne mais aussi en Chine lors de l’adolescence, avant de revenir en Île-de-France.

C’est à 9 ans qu’il commence la guitare. Dès 2010, Mathieu Saïkaly lance sa chaîne YouTube, MathPlup (cette chaîne aujourd’hui compte plus de 30 000 abonnés). Il y poste des reprises, des compositions et quelques expérimentations musicales.

En 2013, après une licence d’anglais, il décide de « prendre un an pour la musique », en parallèle il continue de prendre des cours d’Art Dramatique au conservatoire du 20e arrondissement.

Sur les conseils de ses amis, il décide de s’inscrire à la Nouvelle Star. Il remporte l’émission en février 2014 et signe chez Polydor / Universal.

D’août 2014 à juin 2015, il participe et conçoit avec l’écrivain Nicolas Rey une chronique hebdomadaire de 10 minutes sur France Inter dans l'émission de Pascale Clark, A'live sous le nom Les Garçons Manqués. Nicolas lit des extraits de textes, de lui-même ou de différents auteurs, et Mathieu Saïkaly chante des extraits de chansons : ils alternent à la manière d’un ping-pong.

En juillet 2016, Mathieu Saïkaly incarne un petit rôle dans le film, Jusqu’à la garde, de Xavier Legrand, sorti en Février 2018.

D’octobre 2014 à février 2017, Les Garçons Manqués interprètent un premier spectacle intitulé Et vivre était sublime. Ce spectacle remporte le Prix du public Avignon Off 2015 dans la catégorie « conte, poésie, lecture ».
Depuis mars 2017, ils jouent un deuxième spectacle des Garçons Manqués, Des Nouvelles De l’Amour.

Il sort son premier album en août 2015 intitulé A Million Particles qui cumule aujourd’hui plus de 4 millions d’écoutes sur Spotify.

En 2016, il quitte Polydor pour fonder son propre label Double Oxalis afin d’enregistrer son nouvel album Quatre Murs Blancs (L’autre Distribution / Idol).

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorLe disque (argumentaire de presse officiel):

Quatre murs blancs est un parcours d’indépendant pour Mathieu Saïkaly. À 23 ans, un an après la sortie de son premier album chez Polydor / Universal, le jeune parisien prend la décision de poursuivre son aventure sur son propre label, Double Oxalis, seul garant de son intégrité artistique. De cet engagement personnel lui vient en composant, l’idée d’un album en deux phases : le premier chapitre sera en français, le second en anglais.

Touche-à-tout insatiable aperçu à la radio, au théâtre (Les garçons manqués avec Nicolas Rey), à la télévision et au cinéma, le doux poète Saïkaly aime à peindre les émotions parfois complexes de l’humain à travers ses propres spectres. Ses douze titres qui touchent aux émotions universelles, traversées de joie, de peur, de doute et de courage en sont la preuve. Transpercé par la question universelle de l’amour autant que par la quête d’une vérité essentielle, Saïkaly se met à nu dans cet exercice courageux et salutaire, à l’instar de sa pochette le dévoilant de dos, au milieu d’une pièce minimaliste, apaisante et minérale.

Ce second album traduit une renaissance, un retour à l'essentiel, la promesse d’un voyage et d’une ouverture non plus vers soi mais au monde. Avec Quatre murs blancs, Saïkaly va de l’avant et vogue vers son futur. Un projet entier, empreint de poésie, de douceur, de sagesse et d’une quête de vérité enfin comblée.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

(Photo : Aline Deschamps)

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorInterview :

Quitter un gros label pour monter le sien plus « discret », c’est un sacré risque, non ?

Au début, il y a le plaisir de l’idée, mais quand tu commences à mettre les mains dans le cambouis, c’est là que tu mesures l’ampleur du projet. C’est du travail qui ne comprend plus uniquement la musique. Il y a aussi beaucoup d’administratifs. De plus, j’ai beaucoup investi dans le label. Je n’ai fait que ça d’ailleurs. Dans 6 mois, je te dirai si j’ai bien fait ou pas (rires).

Ton label s’appelle Double Oxalis. Après quelques recherches, j’ai découvert qu’un Oxalis est une plante qui ressemble à un trèfle. C’est pour te porter bonheur ?

Je ne l’ai pas fait exprès, mais c’est peut-être inconscient.

Ces dernières années, est-ce que l’on peut dire que tu as un peu ramé ?

En 2016, ça a été un peu chaotique chez Polydor. Quand Vincent Bolloré a repris la tête de Vivendi, (Universal appartient à ce grand groupe), il y a eu de nombreux changements d’équipes. Mon directeur artistique, grâce à qui j’avais pu faire mon premier album, a été licencié à ce moment-là. Il était pourtant formidable. Pendant un an, pour moi, ça a été marécageux. Je ne savais plus pourquoi j’étais là. A un moment, on a décidé d’arrêter parce que je ne faisais plus partie de leur « politique ». Même s’il n’y avait pas de problèmes majeurs entre nous, nos états d’esprits n’étaient pas très compatibles.

Clip de "Jeux d'ombres", extrait de l'album Quatre murs blancs

Qu’est ce qui fait l’originalité de tes chansons ?

J’essaie de rester sincère au maximum. Je recherche et explore sans cesse. Je ne reste jamais dans quelque chose qui a déjà été fait. Je ne veux mettre aucune barrière. Juste, je mets à plat ce que je ressens et je construis autour de ça.

Tu veux donc que ça parte toujours de quelque chose qui soit véridique.

Oui, il faut que l’émotion que j’avais à la base ne soit pas amoindrie par le processus de construction de la chanson jusqu’à son aboutissement. Dans ce chemin, il y a plein de pièges dans lequel tu peux tomber. Le passage en studio en est un. J’essaie de conserver l’émotion le plus possible.

Pour cela, il faut savoir s’entourer ?

Il faut bien choisir son entourage professionnel. C’est très important d’avoir une pleine confiance envers les gens avec lesquels tu travailles. Leurs propositions peuvent déclencher quelque chose en moi qui me fasse réfléchir.

Clip de "Je ne me souviens de rien", extrait de l'album Quatre murs blancs

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorIl y a deux visages chez Saïkali ?

J’ai différentes faces dans mon expression artistique. Comme mon projet avec l’écrivain Nicolas Rey, Les Garçons Manqués, le prouve. Je fais des reprises très joyeuses et spontanées et parfois très profondes et intimes. Je prends beaucoup de plaisir à explorer ces deux aspects-là de ma personnalité.

Dans ton disque Quatre murs blancs, c’est la deuxième face qui est mise en avant.

Dans ma vie, il y a eu différents drames qui se sont enchaînés, donc, mes textes ont été largement influencés par ce que je vivais.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Nicolas Rey et Mathieu Saïkaly, Les Garçons Manqués. 

Ce disque est une renaissance ?

Renaissance est le mot juste. C’est vraiment ça. J’ai aperçu un horizon et j’ai décidé de m’en approcher au maximum. Avant je parlais de tout sans vraiment synthétiser ce que je voulais dire. Ca partait dans tous les sens. Dans ce disque, en termes de musique et de texte, j’ai eu moins peur de me montrer et j’ai su comment m’abandonner. Du coup, c’est moi à 100%.

Les chansons ont été écrites de 2016 à fin 2017. Tu es déjà passé à autre chose dans ta tête ?

Je t’avoue que je ne suis plus du tout dans le même état d’esprit, mais c’est facile de me remettre dedans pour la scène ou la promo. Dès que j’en reparle, l’histoire revient et je ne fais pas semblant.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandorTu t’es mis à nu, non seulement dans tes textes, mais aussi sur la pochette. Ce n’est pas innocent.

J’avais cette image de moi en tête depuis longtemps et j’ai fini par assumer le truc. Je suis nu et je propose de me mettre à nu dans mes textes. Ça se tient. Dans ce nouveau disque, je m’interroge sur ce qu’est la nature d’une vérité. Quelle la profondeur d’une vérité ? Comment cette profondeur s’exprime ? Peut-elle être pure ? Peut-on détacher la vérité des illusions ? Les zones d’ombres que l’on a en soi, peuvent-elles devenir pures ? J’évoque le cœur humain avec toutes ses contradictions et ses paradoxes.

Ta musique et tes textes sont exigeants, mais abordables. C’est rare.

J’espère même qu’ils sont populaires. S’il y a une vraie recherche, je t’assure qu’on n’a pas besoin d’avoir une culture incroyable pour écouter mes chansons. J’ai fait en sorte de toucher au cœur et à l’âme.

Ta voix n’est pas forcément mise en avant. Elle est presque au même niveau que la musique.

C’est volontaire. En France, culturellement, la voix est mise en avant. Dans la musicalité que j’ai explorée, je voulais qu’elles ne soient pas ensemble. Je ne veux pas que l’on s’attache spécialement aux paroles, mais à l’ensemble de la musique. Quand la compréhension n’est pas directe, c’est l’émotion qui ressort avant tout.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu chantes en français, en anglais et parfois dans les deux langues dans la même chanson.

Je ne suis pas allé chercher les mêmes émotions en anglais qu’en français. Ce sont deux chapitres différents.

Tu parles anglais depuis l’âge de 6 ans.

Mon père est libanais. Ses frères et sœurs sont allés aux Etats-Unis au moment de la guerre, du coup, je parle en anglais à mes cousins qui sont nés là-bas. C’est aussi une langue que j’ai étudié à la fac. La littérature, je l’ai abordé en lisant des livres en anglais. J’ai une passion absolue pour cette langue.

Clip de "Mama oh I swear", extrait de l'album Quatre murs blancs

Mais tu as lu aussi des classiques en français ? mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor (Photo à droite : José Cañavate Comellas)

Oui, évidemment. J’ai lu Camus, Céline, Albert Cohen en français.

Comme Bertrand Belin ou Dominique A, tu n’as pas envie d’écrire un roman ?

C’est marrant que tu me parles de ça, parce que j’en ai parlé récemment à Nicolas Rey. J’ai écrit une nouvelle. C’est quelque chose qui m’intéresse à fond, mais je n’ose pas m’y plonger complètement. Avec une chanson, il faut exprimer beaucoup avec peu de mots, et avec un livre, tu peux passer quatre pages sur un détail. C’est l’exact opposé. J’adore, mais je ne sais pas si j’en serais capable. Il m’arrive d’écrire sans contrainte d’espace, mais il faut que j’y travaille encore.

mathieu saïkali,quatre murs blancs,interview,mandor

Après l'interview, le 21 octobre 2019.

10 novembre 2019

I Muvrini : interview de Jean-François Bernardini pour Portu in core

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

(Photo : Gypsy Flores)

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandorI Muvrini est un groupe corse fondé par Alain et Jean-François Bernardini à la fin des années 70. Il oscille entre chants traditionnels corses, musique du monde et variété. Véritable référence de la musique corse, le groupe s'est produit sur les plus grandes scènes françaises - de l'Olympia à Bercy en passant par le Trianon - et comptabilise huit disques d'or et deux Victoires de la Musique.

I Muvrini revient avec un nouvel album, Portu in core (Columbia - Sony Music) : un album pour chanter dans la tempête, accorder les consciences, élever les voix. Le leader du groupe, Jean-François Bernardini (déjà mandorisé ici en 2012), sort parallément un livre, L’autre enquête Corse, le trauma Corsica-France (éditions L'aube). L’occasion était belle de se rencontrer une nouvelle fois. C’est ce que nous avons fait le 23 octobre dernier dans une salle de sa maison de disque, Sony. Dans cette interview, il est question notamment de création, de violence et de non-violence… et de la musique d’aujourd’hui.

Vous pouvez écouter le disque Porto in core, par exemple ici.

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

(Photo : Philippe Dutoit)

Argumentaire de presse : i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

Avoir le peuple dans la voix, le chant d’un ruisseau, le port d’attache, la flamme et la force des vivants. Entre urgence et espoir, I Muvrini nous proposent leur nouvel album Portu in core (port d’attache).

Ainsi, ils annoncent la couleur: l’âme arc-en-ciel. Chanter dans la tempête. Accorder les consciences. Elever les voix. Debout les cœurs. Notre maison, la Terre brûle : mieux vaut ne pas en parler? - Alors chantons.

Dans le son de leurs langues, I Muvrini interrogent, bousculent, et se frottent au réel. Ni donneurs de leçons, ni prophètes du désespoir, ils donnent du sens en réinventant leur musique et leur rôle d’artiste.

Il y a ainsi des horizons que les chansons ont l’audace d’ouvrir, pour dialoguer à l’oreille du monde. Le raffinement et l'insolence poétiques d’I Muvrini viennent claquer à nos fenêtres, danser sous nos yeux, attiser nos courages. Comme le chant des baleines, qui s’entendent et se comprennent d’un bout de la planète à l’autre, rien n’est plus universel que ce grain de singularité que les mouflons de Corsica sculptent dans une musique entre Terre, Mer et Ciel.

Ce nouvel album est rock, poétique, electro, pop, blues, chanson, musique du monde, corse… I Muvrini refusent de « chanter en rond ».

Mais surtout, entre port d’attache et planète, ils chantent: pour que change le goût et le cap du monde. Ils nous invitent à faire le cercle dans un nouveau village. Un paese novu.

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

(Photo : Philippe Dutoit)

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandorInterview :

Portu In Core est le 17e album studio. Ça commence à devenir une sacrée œuvre !

Nous sommes assez prolifiques. Nous sortons un album par an ou un tous les deux ans. Nous avons une capacité à nous renouveler et à créer qui est un signe de bonne santé.

Vos thèmes sont souvent les mêmes : les droits de l’homme, l’écologie, l’humanité… Est-ce facile de se renouveler quand on a autant d’albums à son actif ?

Un album, c’est un voyage. Etre artiste, c’est voyager dans le temps. Parfois, c’est la tempête, parfois il fait nuit, parfois il fait sombre, parfois il y a de l’espoir. Ce qui est clair, c’est que tout ce qui est autour de nous se renouvelle, forcément, nous nous renouvelons nous aussi. Dans notre itinéraire, s’il y a une force, c’est cette capacité à réinventer. Il suffit de se connecter au monde tel qu’il nous interroge aujourd’hui.

Est-ce que votre curiosité est parfois altérée ?

Non, elle n’est jamais en berne. Si c’était le cas, cette aventure I Muvrini n’aurait pas le droit d’exister. Notre curiosité n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. On n’a jamais été aussi juste dans notre capacité à mêler notre musique aux problématiques du monde et aux sonx de l’époque. Nous avons un public de plus en plus large qui perçoit notre musique, nos engagements, nos implications, nos volontés d’être transformant dans le monde tel qu’il est.

Clip de "En 2043" extrait de l'album Portu in core.

Transformer le monde, est-ce le rôle principal d’un artiste ?

Oui. Un artiste n’a pas de recette, il a un guide. Et le guide, c’est sa sensibilité. Avec sa sensibilité, il est comme un mineur dans le tunnel. Il a une lampe sur le front et il avance avec ça. Nous, nous avons cette lumière intérieure.

I Muvrini arrive toujours à avoir un son moderne. Comment faites-vous ?

En studio, nous sommes en perpétuel recherches de sons, de timbres, de mélodies et de rythmiques. Le travail en studio nous enthousiasme tellement qu’il pourrait presque nous suffire. C’est un travail exaltant de trouver les ingrédients pour que cela sonne le mieux possible. On est dans une quête de mixages métissés. Nous n’avons pas peur des sons d’aujourd’hui. Les loops électroniques nous séduisent comme peut nous séduire une voix d’un berger. Il y a différentes ondes et vibrations qui nous parviennent, nous les utilisons. C’est notre façon d’être moderne aujourd’hui.

Depuis le début de l’interview, vous dites « nous » et jamais « je », alors que vous êtes le maitre d’œuvre principal.

Pour moi « nous » n’est pas un élément de langage. Je sais très bien qu’un groupe n’existe que parce qu’il y a une confiance, une énergie qui circule, des talents qui s’additionnent… c’est ça qui fait notre force. Après, c’est comme dans un organe humain. Si je vous demande ce qu’il y a de plus important entre le cœur et les poumons, vous répondez quoi ? Je fais ma part, mais si le cœur ne bat pas, ça dysfonctionne. J’emmène le premier jet, mais si le premier jet est tout seul, il est bien orphelin. On donne tous le maximum de ce que l’on peut donner. Mon travail de capitaine de cordée, je le fais plus intensément que jamais, avec plus de conscience que jamais, grâce à tous les membres du groupe. On est tous là au service d’un projet, l’aventure I Muvrini… et c’est aventure est plus forte que nous.

Tournée 2019.

En 17 albums, le monde a changé en pire. Faire de la musique peut-il l’embellir et changer des choses ?

Si j’avais le sentiment de faire de la musique uniquement décorative, je resterais chez moi cueillir des olives ou apprendre des chansons aux enfants. Le monde a une phase d’ombre, mais il a aussi un visage qui est enchanteur et fantastique. C’est celui-là que nous cultivons. Comment on trouve le passage de la ligne entre la fragilité en la force ? C’est ce que nous cherchons. Beaucoup ont le sentiment que tout s’écroule, je préfère avoir le sentiment que tout est possible.

Sur quel progrès les êtres humains devraient se pencher ?

C’est un progrès éthique. Il y a une possibilité de célébrer la noblesse, les valeurs, la nature profonde de l’être humain. On essaie de nous faire croire que l’homme est violent par nature et qu’il est égoïste. Ce n’est pas vrai. C’est contre nature. Aujourd’hui, les neurosciences prouvent que l’être humain est un être de compassion, d’altruisme, d’empathie, de partage et d’égalité. C’est ça notre nature, mais nous en sommes détournés en permanence.

Vous voulez dire qu’on veut nous « désempathiser » ?

C’est exactement ça. On nous demande de nous occuper que de soi. Il faut devenir un tueur pour être le premier. C’est un monde qui à l’arrogance de nous refaire l’âme, c’est-à-dire de malmener ce que nous avons d’essentiel. A nous de résister. Je suis prêt à vendre mon âme, mais pas à n’importe qui, ni à n’importe quoi.

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

(Photo : Pierre Michelangeli)

Est-ce que plus on est engagé, moins on est artiste ?

Je me dis toujours que si le livre que tu veux lire n’existe pas, il faut l'écrire soi-même. Mais, on me dit souvent de m’occuper de ma carrière plutôt que de m’engager humainement pour différentes causes. Pourtant, I Muvrini a un devoir : être sur scène avec le peuple, nourrir, porter le pain pour le cœur et l’âme. Je sais que les vents sont souvent contraires, mais je peux vous dire qu’en vivant de l’intérieur ce que nous vivons, tant au niveau de la scène, qu’au niveau des centaines de conférences sur la non-violence que je peux donner avec l’ONG Umani, il y a des chantiers d’espoir incroyables. Ce qui est beau, c’est que même quand l’être humain à une âme abîmée, il est très facile de le transformer. Encore faut-il prendre le temps d’aller semer dans ce jardin-là, celui du bien commun. La plus grande qualité de l’âme humaine, c’est qu’elle a une grande capacité à se transformer pour le positif qui est insoupçonnable.

Je reviens à cette notion d’être artiste. Les artistes ont-ils une mission ? Si oui, laquelle ?

Est-ce que notre mission n’est pas de donner la meilleure nourriture à chacun ? C’est sur scène, mais c’est aussi en dehors de la scène. Il ne faut pas se contenter de donner son opinion sur le monde, ça chacun peut le faire, il faut aussi incarner quelque chose. Aller ensemencer la non-violence dans les collèges, les lycées, les universités, les prisons et auprès du grand public, c’est important. Qui investit dans la non-violence alors que c’est le paradigme de l’avenir ? Nous sommes dans un monde où la violence nous intoxique au quotidien. Violence verbale, comportementale, mentale. Cela nous prépare une société dont personne n’a envie. Je le répète, la violence nous met hors de notre nature. Hors de notre équipement de base biologique. La violence est une violation de notre nature, mais nous sommes tous intoxiqués. Il faut faire ce travail de detox et dire « tu as le droit à mieux ! »

Est-ce que le problème n’est pas que la violence est devenue télégénique ?

Si. Vous appuyez sur le bon point. La violence est partout. Dans les médias, dans les films, dans les jeux vidéo, dans la publicité. Si, aujourd’hui, j’avais agressé une grand-mère dans Paris, je serais à la une dès ce soir. Par contre, je sors un album et un livre et je ne vais pas être à la une. Avec la vulgarité, le mal et la violence, vous trouvez une place incroyable sur la médiasphère. Si la violence était aussi efficace pour renverser la justice et le mensonge, je ne crois pas qu’elle aurait toute cette publicité. Par contre, elle est très efficace pour enterrer les vraies causes, pour tuer les causes nobles, pour abîmer les hommes, donc pour nous vouer à l’échec. C’est pour ça qu’il faut se vacciner de ce poison.

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

Parce que vous ne vous contentez pas de l’a chanter, quand I Muvrini évoque la non-violence sur scène, du coup, les gens comprennent de quoi vous parlez.

C’est tout à fait ça. La non-violence est nos semailles quotidiennes. Depuis 2011, j’ai donné plus de 450 conférences. Je vous assure, quand je rentre chez moi, je suis milliardaire. C’est comme si j’avais reçu un disque d’or.

Qu’est-ce que cela vous apporte, à vous, Jean-François Bernardini ?

C’est exaltant. Une conférence dans un lycée où il y a 500 élèves qui écoutent, ne touchent pas à leur portable pendant deux heures, débattent et réagissent à cette problématique, c’est quelque chose qui me bouleverse. C’est là que l’on comprend qu’il faut juste expliquer des choses et donner la parole à ces gamins.

Paradoxalement, j’ai remarqué que la non-violence ne fait pas l’objet de chansons spécifiques dans votre répertoire ?

Parce qu’elle est transversale à tous les autres thèmes. Non-violence et écologie, non-violence et économie, non-violence et amour, non-violence et empathie. C’est partout. L’Homme est extrêmement violent avec la planète, avec les animaux, avec la façon dont il communique… pour que l’on change de paradigme, il suffit juste que l’on dise oui à notre nature.

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

Pendant l'interview...

L’artiste répond avec quoi aux problèmes du monde ?

Pas avec des armes, ni avec des slogans. Il répond avec de la beauté. Comment transformer ce négatif, comment l’éclairer et lui donner du sens ? Chaque artiste devrait se poser cette question. La pathogénèse (désigne le ou les processus responsable(s) du déclenchement et du développement d'une maladie donnée. On l'utilise aussi pour désigner les évènements ayant conduit à l'apparition d'une maladie et le déroulement de cette dernière), on nous l’a vend tous les jours, mais la salutogenèse (liée au « sens de la cohérence ». Une personne « cohérente » perçoit les événements comme compréhensibles, maîtrisables et significatifs), on ne nous en parle pas. Nous, nous disons qu’elle peut exister. Qu’est-ce qui font les conditions de la bonne santé de quelqu’un ? Comprendre ton monde, savoir que tu peux le transformer et savoir que ce que tu fais à un sens.

Que pensez-vous de la musique d’aujourd’hui ?

Nous sommes passés de la case « musique » à la case « divertissement ». Plus il y a de vide et de superficiel et mieux ça va. Tout le monde se réfugient dans la sphère privée et racontent sa petite histoire d’amour. Est-ce que ça suffit au peuple ? Je suis sûr que non. Il cherche autre chose, une vraie nourriture. Celle qui te met debout et qui éclaire.

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

Après l'interview, le 23 octobre 2019, dans les locaux de Sony.

Sinon, Jean-François Bernardini vient de sortir un livre...

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

i muvrini,jean-françois bernardini,portu in core,l'autre enquête corse,interview,mandor

04 novembre 2019

Dave : interview pour Souviens-toi d'aimer

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

Sans renier « Vanina » ou « Du côté de chez Swann », Dave s’immisce dans un chemin plus personnel, voire risqué, avec son nouvel album, Souviens toi d’aimer, une phrase de l'abbé Pierre que le formidable interprète décline en 12 chansons. C'est Renaud qui est à l'origine de ce beau projet.

C’est un album très intime, un album de chansons françaises. Avec des textes de qualité signé Patrick Loiseau… et Renaud pour une chanson. Du sur-mesure.

Dave a toujours été un chanteur respectable, mais à partir d’aujourd’hui, avec ce très joli album, plus personne ne pourra en douter.

J’ai rencontré Dave dans sa loge de Vivement Dimanche, dont il était l’invité le 21 octobre dernier. C’était la troisième fois que je l’interviewais et, comme d’habitude, il a été drôle, souriant et très sympathique. J’en connais qui n’ont pas la même carrière et qui se prennent beaucoup plus au sérieux…

Sa page officielle Facebook.

Pour écouter l'album Souviens-toi d'aimer, c'est là!

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandorBiographie officielle (par Patrice Demailly) :

Il y a l'homme. Populaire, récréatif, fin gourmet, spontané, sourire accroché à son accent hollandais et bonne humeur pétaradante. Un client idéal pour intervieweur allergique aux réponses cadrées. Parce que Dave a le sens de la formule, l'art de la digression savoureuse ou la phrase-sentence autant percutante qu'inattendue. Joueur souvent, gentiment railleur parfois, vif toujours, et même délicieusement intraitable envers lui-même. Son solide capitale sympathie s'est naturellement propagé sur l'écran cathodique : animateur d'émissions (Salut les chouchous, Domino Day, Du côté de chez Dave), commentateur caustique pour l'Eurovision, membre du jury de La France a un incroyable talent... Le plus français des Néerlandais fait en quelque sorte un peu partie de la famille.

Il y a le chanteur. Populaire (bis), entertainer, armé de chansons inscrites dans l'inconscient collectif et contagieuses (faut-il encore vraiment citer « Vanina », « Du côté de chez Swann », « Est-ce par hasard », « Mon cœur est malade » ou « Dansez maintenant » ?), voix immédiatement identifiable et longévité exemplaire. Son terrain de jeu privilégié, c'est la scène. Qu'il arpente en respectant ces quatre principes chevillés à son corps volcan : émotion, folie, générosité, humour. Ne pas s'attendre avec lui à ce que le spectacle ronronne. Ne pas s'attendre, non plus, à ce qu'il chante à l'économie.

D'un point de vue discographique, il s'était fait plus rare ces derniers temps. Hormis un disque de ses chansons revisitées à la sauce soul-Motown en 2011, il faut remonter treize ans en arrière pour trouver la trace de titres originaux (Tout le plaisir a été pour moi). Ce qui a impulsé cet album, c'est une rencontre inopinée. Dave se produit alors à l'auditorium du Thor, près de l'Isle-sur-la-Sorgue, au profit de l'association des chiens-guide pour enfants aveugles. Dans la salle, le chanteur Renaud s'est déplacé en voisin. Il est scotché par l'énergie et les facéties décomplexées de son aîné. En loge, il lui glisse : « Tu es un clown musical ». Les deux hommes, dont les résidences secondaires sont à proximité, se rapprochent, échangent, sympathisent. Autre point commun entre eux, Thierry Geoffroy, ami très proche du chanteur au bandana rouge et co-compositeur du morceau « Dernier Regard » pour Dave en 1990. Il fait entendre à Renaud « La fille aux deux papas ». Chanson sur l'homoparentalité, écrite par Patrick Loiseau, parolier attitré et compagnon de Dave, à la demande de Marc-Olivier Fogiel. Sujet sociétal. Sujet engagé. Sujet clivant… Renaud craque pour ce titre et décide, dans la foulée, de produire l'album. Son offrande ne s'arrête pas là puisque il glisse aussi un texte sensible et aux éclats brisés (« Une femme qui s'en va »).

Le disque (par Patrice Demailly:daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

Dave retourne donc au charbon de la nouveauté et pète le feu. Lui le fougueux des planches se réhabitue à la moquette des studios. Direction le mythique ICP à Bruxelles sous la houlette de Thierry Geoffroy - réalisation et arrangements - et du réputé Phil Delire (Thiéfaine, Noir Désir, Bashung, Renaud) au mixage. Du panache, de la délicatesse, de la conviction. Pas besoin chez lui de baisser de tonalité. Dave chante comme aux premiers jours les mots de Patrick Loiseau. Leur belle complicité se dessine même pour la première fois sous la forme d'un duo (« Deux moitiés d'une même orange »). Paroles aux effets miroir, paroles célébrant l'évidence de l'alchimie (Désir, attirance et osmose / Où est la raison dans tout ça / En tout cas tu m'accorderas / Que la vie a bien fait les choses). La voix très pure embrasse le souvenir. Souvenir de l'ultime départ de sa mère dans une version ici magnifiée par un écrin de cordes (« Dernier regard »). Souvenir d'amis disparus, emportés par la maladie de l'amour (« Sous quel arc en ciel »). Souvenir d'une époque bénie et insouciante sur une mélodie de Gilbert Montagné (« La nostalgie sera toujours ce qu'elle est »). Thierry Geoffroy ne s'enferme jamais dans l'immobilisme et dresse un écrin musical aussi classieux qu'audacieux (« Inséparés », épique et accrocheur). Il y aussi une chanson sur les morsures du temps qui passe (« Quittons-nous bon amants »), une autre sur la fatalité de la mort (« Plus libre que l'air »), des manifestes pour la pensée positive (« Pas à l'abri », « Souviens-toi d'aimer ») et un titre qui rappelle par sa thématique le « Par amour par pitié » de Sylvie Vartan (« L'inventaire »). Cette percée aux émotions diffuses prend une allure de conquête. Dave a un incroyable talent. Celui de surprendre et d'emballer dans un même élan.

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandorInterview :

La dernière fois que je vous ai interviewé, c’était en 2006, pour l’album Tout le plaisir a été pour moi. Avec ce nouveau, Souviens-toi d’aimer, j’ai l’impression que ce sont les deux disques les plus intimes de votre carrière…

Vous avez raison. Dans les deux albums, ce sont des textes très profonds signés de Patrick Loiseau, mon compagnon. C’est donc presque autobiographique. Il est la plume, normal pour quelqu’un qui s’appelle Loiseau, et moi je suis son porte-parole, en quelque sorte. Les chansons parlent de nous puisque nous avons une vie commune de bientôt un demi-siècle. Pour vous donner un exemple très précis, la chanson « Quittons-nous bons amants », je lui ai demandé de changer un peu la fin parce qu’elle finissait mal. Parfois, je lui suggère des modifications, mais très rarement.

Souviens-toi d’aimer est un album d’auteur ?

Oui, j’insiste là-dessus. C’est un album d’auteur et pas de parolier. Je ne suis que le transmetteur de ses textes. Par contre, je ne renie pas l’importance de chansons comme « Du côté de chez Swann » ou même « Vanina », c’est important que des chansons populaires existent. Elles font du bien aux gens. Ce n’est pas très important ce que ces chansons racontent, mais tout le monde s’en souvient des décennies après. Il doit bien y avoir une raison.

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

En 2006, pour l'album Tout le plaisir a été pour moi.

C’est quoi pour vous, une chanson à texte ?

Un poème avec de la musique. Les chansons comme « Vanina », « Est-ce par hasard » ou « Danser maintenant », c’est juste la rencontre entre des sons, des paroles et des notes.

C’est difficile de faire des chansons « populaires ». J’ai beaucoup d’admiration pour ceux qui y parviennent.

Vous avez raison parce que c’est compliqué de faire simple et efficace. Mais, à mon âge je ressens le besoin de chanter d’autres sortes de chansons. Continuer à faire chanteur pour minettes, ce serait pathétique.

Je vous ai entendu dire sur France Culture, toujours sous forme de clin d’œil, que ce disque était enfin « celui de la maturité ».

A 75 ans, il serait temps. A mon âge, on n’est pas mûr, on est plutôt blet (rires). Pendant longtemps, on ne se voit pas trop vieillir. Comme les cocus, nous sommes les derniers au courant qu’on est vieux. Bref, aujourd’hui, je ne cherche plus le tube. Je cherche à faire un bel album. Bon, si je veux être tout à fait franc avec vous, les gens de mon âge rêvent tous de répéter ce qu’a fait Henri Salvador avec son album, Chambre avec vue, dans lequel il y avait le magnifique « Jardin d’hiver ». Personne ne cracherait sur deux millions d’albums vendus (rires).

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

Dave et Renaud cet été sur l'Isle-sur-la-Sorgue.

Parlons de Renaud (mandorisé là). Renaud qui produit Dave, ça en a surpris plus d’un !

C’est rare qu’un chanteur donne de l’argent à un autre artiste pour faire un disque, surtout quand ils appartiennent à deux mondes aussi différents. Ma rencontre avec lui, on dirait un film de Lelouch. Il y a tellement de hasards…

Racontez-nous alors.

Renaud s’est installé sur l'Isle-sur-la-Sorgue il y a 30 ans, moi, il y a 24 ans. Thierry Geoffroy, qui a composé 8 chansons dans cet album, s’est installé à 7 kilomètres de là, il y a quelques années. Sa femme, qui est hollandaise, à vue dans la presse que j’allais faire un concert philanthropique au profit des chiens guides pour les enfants aveugles. Elle a demandé à la bande à Renaud de venir avec elle me voir. C’était il y a 4 ans. Quand Renaud m’a vu sur scène, il a compris que je n’étais plus un chanteur à minettes. On est devenu copains et il a décidé de produire mon album. C’est vraiment une histoire vauclusienne.

Sans lui, réellement, cet album n’aurait pas vu le jour ?

Si, mais pas dans des conditions si optimales. Enregistrer aux studios de l’ICP à Bruxelles, avoir 40 cordes, ça coûte les yeux de la tête. Je vous avoue que si j’étais une maison de disque, je n’engagerais certainement pas un chanteur septuagénaire. Dans les radios, on passe rarement des chanteurs qui ont plus de 60 ans. Heureusement qu’il y a la télé. Là, je suis plutôt le bienvenu.

"La fille aux deux papas". 

Vous êtes un bon client et vous ne vous interdisez rien. Même pas les gros mots.

Patrick Loiseau m’a expliqué mon problème avec ça. Pour moi, les gros mots sortent facilement, parce qu’ils ne sont pas dans ma langue natale. Quand à huit ans, on t’ordonne de ne plus dire tel ou tel mot, tu t’en souviens à vie, donc tu ne le dit plus. Mais les gros mots français pour moi, c’est comme l’argent du Monopoly. Ce n’est pas sérieux de dire bite, couille… parce que ce n’est pas ma langue. En Hollandais, je n’oserais jamais le dire.

Pourquoi chantez-vous encore ?

Quand on a travaillé toute sa vie à la chaine, on est content que ça s’arrête. On a envie de profiter de sa retraite. Mais un artiste doit toujours avoir des projets. S’il n’a pas de projets, il n’est plus artiste. Je cite avec regret mon amie Annie Cordy qui a décidé d’arrêter le métier. C’est normal, elle a 91 ans, mais elle va moins bien. Quand elle me voit à la télé en ce moment, elle me demande si je ne suis pas fatigué, je lui réponds que je n’ai pas le temps d’être fatigué.

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

En 2011, après le tournage de l'émission de France  2, CD'Aujourd'hui, pour son album Blue Eyed Soul.

Pourquoi avoir choisi de chanter à Bobino le 18 novembre prochain?

Parce que mes chansons sont de plus en plus Rive Gauche. Le plus difficile sera de trouver comment chanter mes nouveaux titres en calant aussi les anciennes que le public attend. L’ordre d’un tour de chant est très important.

Vous vous mettez en danger ?

Je n’aime pas les artistes qui disent cela. Se mettre en danger, c’est partir chanter au Kurdistan, ce n’est pas avoir un problème de set list.

Audio de "Inséparés".

Vous qui avez tout connu dans ce métier. Aujourd’hui, êtes-vous satisfait de votre sort professionnel.

Oui. Je serais gonflé de dire le contraire. Je n’ai qu’un regret. C’est que je n’ai pas eu l’occasion de porter la chanson ailleurs que dans les pays francophones.

Pourquoi ?

Parce que je n’en ai jamais eu le temps. Comme j’ai la chance de parler plusieurs langues, j’aurais bien aimé être ambassadeur de la chanson française dans les pays anglo-saxons.

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

Après l'interview, le 21 octobre 2019.

daave,souviens toi d'aimer,interview,mandor

02 novembre 2019

Lise Martin : interview pour Persona

61892194_2578429432169619_3723682086662438912_n (2).jpg

(Photos : Paul Rousteau)

IMG_4746.jpgNeuf ans après Gare des Silences, son premier EP, et cinq ans après Déments-Songes, son double album, voici le nouvel album de Lise Martin, Persona. Comme l’indique mieux que je ne pourrais le faire Flavie Gibral dans le magazine Hexagone : « Lise Martin prouve qu’il est possible de composer des mémoires intimes et poétiques, et de livrer avec légèreté un esprit gémissant en proie aux longs ennuis. La nature, le vent, le soleil, éléments éternels, viennent vivifier une poétique qui fuit justement la trivialité. »

J’aime Lise Martin (déjà mandorisée là en 2016) parce que c’est une grande voix au service de grands textes, le tout sur des mélodies délicates et particulièrement efficaces. Et parce qu’elle parvient à rester lumineuse malgré le sombre qui est en elle.

De passage express à Paris (pour faire la première partie d’Alex Beaupain dans le cadre du Festi’Val de Marne), nous nous sommes donné rendez-vous en terrasse d’un bar des Halles, le 19 octobre dernier.

Mini biographie officielle (la complète est ici):

La voix de Lise Martin semble avoir traversé le temps, et vient, avec puissance et douceur, faire vibrer les cordes sensibles. Les chansons qu’elle écrit et compose naissent là où la chanson à texte rencontre la musique folk, et de ce mariage nait un style musical à la fois original et familier où l’on devine tour à tour les influences de Barbara, Joan Baez ou Léonard Cohen. Lise présente aujourd’hui son nouvel album, Persona. Ce mot latin désignait le masque de l’acteur du théâtre antique au travers duquel (per) passe le son (sona). Dans les chansons de cet album, Lise interroge la partie visible et audible du rôle que chacun joue pour trouver sa place dans ce monde, explorant les fêlures, les espoirs, les engagements et les joies de différents moments de la vie.

Son site officiel.

Pour acheter les disques de Lise Martin

Pour écouter l'album Persona.

L’album (argumentaire de presse officiel) :61588163_10161799734035076_984226910185717760_n.jpg

Le mot persona vient du latin per-sonare : parler à travers, et désignait le masque des acteurs de théâtre qui avait pour fonction de leur donner l'apparence du personnage qu'ils interprétaient, tout en permettant  à leurs voix de porter suffisamment loin pour être audibles des spectateurs. Dans sa psychologie analytique, Carl Gustav Jung a repris ce mot pour désigner la part de la personnalité qui organise le rapport de l'individu à la société, c’est à dire la façon dont chacun doit plus ou moins se couler dans un personnage socialement prédéfini pour répondre aux exigences de la vie en société. La persona donne à tout sujet social une triple possibilité de jeu : « apparaître sous tel ou tel jour », « se cacher derrière tel ou tel masque », « se construire un visage et un comportement pour s'en faire un rempart » (Dialogue du moi et de l'inconscient). Nous prenons un visage de circonstance, nous jouons un rôle social, nous nous différencions par un titre (docteur, professeur, maître, colonel, etc.), autant d'effets de cette fonction psychique que la persona recouvre. S'adapter à la société (« faire sa place au soleil ») est une nécessité qui remplit toute la première partie de la vie humaine. Cette tâche d'intégration sociale oblige à cacher des pans entiers de la vie intérieure et à laisser en friche une partie des possibilités créatrices de l'individu. Mais selon Jung, la finalité de la vie psychique est de pouvoir ensuite, dans la seconde partie de la vie, dépasser cette adaptation pour  aller « à la découverte de son âme ».

IMG_4749.jpg

(Photo : Paul Rousteau)

IMG_4608 (2).jpgInterview :

A la fin de ta première mandorisation, tu m’as affirmé que le prochain album allait être plus simple, moins produit que ton premier disque, Déments Songes. Es-tu toujours d’accord avec tes propos de 2016 ?

(Rires) Pas du tout. A ce moment-là, j’étais partie pour faire un disque sobre, guitare-voix, mais après ma rencontre avec Daniel Mizrahi, qui a arrangé et réalisé l’album, il m’a emmené dans une autre direction…

C’était l’homme de la situation pour ce nouvel album ?IMG_4748.jpg

Pour une fois, j’ai fait le test de me laisser guider et c’était très intéressant pour moi qui avait l’habitude de tout gérer. De toute façon, comme j’ai eu un bébé, je ne pouvais pas tout gérer. J’avais aussi envie de voir ce que quelqu’un d’autre pouvait apporter à ma musique parce que lorsque je travaillais seule, je n’avais pas de recul. Je suis vraiment contente du résultat. Daniel a tout de suite compris ma musique, donc je savais qu’il n’allait pas m’emmener dans une direction qui ne me conviendrait pas. Il était toujours à l’écoute de ce que pouvais faire comme remarque.

Teaser Persona (1).

Cet album me parait plus autobiographique que le précédent, non ? 69426024_2700023900057664_490346181277253632_n.jpg

J’ai un angle d’approche différent. Il y a beaucoup de chansons qui ont un départ autobiographique, d’autres sont des histoires que l’on m’a racontées ou des choses dont je me sens proche émotionnellement. J’ai aussi peut-être évolué dans ma façon de m’exprimer.

Qu’interroges-tu dans Persona ?

J’interroge les différents masques que je porte, celui de chanteuse-interprète, celui d’auteure, mais aussi et surtout celui de femme, et j’essaie aussi de regarder au-delà des apparences, pour tenter de voir quels sont les masques qui protègent et sont donc indispensables, et quels sont ceux qui cachent et font obstacle à la rencontre.

Teaser Persona (2).

Quand je dis que c’est plus personnel, c’est par exemple quand tu évoques l’aide aux personnes âgées dans « J’ai reçu ».

Dans cet album, finalement, tu as raison, je me livre tout de même plus. Je crois que dans Déments Songes, il y avait plus de pudeur.

J’ai trouvé à la fois très intéressant et très surprenant que pour parler de ta grossesse, qui est quelque chose d'intime, tu aies choisi une chanson de Rémo Gary, « Je rebondis ».

C’est Rémo qui m’a proposé ce texte il y a plusieurs années. J’ai eu un coup de foudre pour ses mots, mais je n’avais pas encore vécu cette expérience. Ce texte m’a réellement bouleversé, mais j’ai mis du temps à le mettre en musique parce que j’ai été intimidée. C’était un peu avant que je tombe enceinte. Quand je l’ai été, chanter cette chanson m’a rendu heureuse comme rarement. J’ai pu transmettre quelque chose que je vivais.

"Je rebondis". Concert du 04:04:2019 au Zèbre de Belleville. Images et montage: Morgan Eloy.

"Si quelque chose craque". Concert du 04:04:2019 au Zèbre de Belleville. Images et montage: Morgan Eloy.

Dans « Si quelque chose craque », tu racontes l’histoire d’une femme qui doute beaucoup d’elle. Est-ce ton cas?

C’est une chanson que j’ai commencé il y a longtemps et que j’ai fini récemment tant le sujet était complexe pour moi. Je m’y livre beaucoup plus que dans aucune autre chanson. J’ai essayé de mettre des mots sur quelque chose que je ressens parfois quand je regarde ce monde qui ne va pas bien. Quand je me vois dans ce monde, je me demande comment je me positionne ? Quel choix je fais ? Quel acte je pose ? C’est vertigineux parce qu’on ne peut pas être bien dans un monde comme ça. 

Tu es plus fragile que l’image que tu présentes aux gens ?

J’admets de ne pas être uniquement la femme forte que je montre.

IMG_4747.jpg

(Photo : Paul Rousteau)

Je fais un lien entre « Si quelque chose craque » et « A zéro ». Pour être bien, faut-il repartir à zéro, faire table rase du passé ?

J’ai souvent eu envie de repartir à zéro face à des situations que j’estimais trop compliquées à gérer. Finalement, je crois qu’on ne fait jamais complètement table rase du passé. Cette chanson, c’était l’idée de s’alléger, l’idée de se défaire de ce qui est inutile et superflu, comme je le dis dans la chanson, « de ce qui fige les contours ».

As-tu écrit ces nouvelles chansons avant d’être enceinte ?

Oui. Ces chansons font partie d’un processus de quelques années qui ont précédé le fait d’être mère. Devenir mère est arrivée parce que je me suis sentie enfin prête pour ça… après avoir fait un bon ménage dans ma vie et dans ma tête.

Comment fait-on ce ménage ?

J’ai fait un jeûne d’une semaine, puis je me suis rasée les cheveux et je suis partie sur le chemin de Compostelle. J’ai cherché à être en cohérence avec mes opinions. Si je n’ai pas tout effacé de ma mémoire pendant cette période-là, ça m’a permis de repartir à zéro.

Lise Martin par Christian Arnaud.jpg

Au Festival Ta Parole 2019

(Photo : Christian Arnaud)

Quitter Paris a dû également t’aider dans ce processus.

Bien sûr. Je suis désormais installée à la campagne. J’ai un jardin que je cultive moi-même. J’ai grandi à la campagne, mes parents avaient une ferme, donc j’ai envie d’être de nouveau plus proche de la terre. J’adorais me promener dans les champs, aller m’asseoir sous les arbres. Aujourd’hui je me dis que l’on met en danger toute cette beauté. Je trouve que nous sommes allés très loin dans l’horreur dans la manière dont on traite la terre et les animaux. Et les humains aussi.

Tu ne vas arrêter ton métier pour autant j’espère ?

Non, pas du tout. J’aime mon métier et j’ai envie de le continuer. Par contre, comme je me sens un plus en cohérence avec ce que je voulais, il y a quelque chose d’apaisée en moi et je pense que ça devrait se sentir dans les nouvelles chansons que je suis en train d’écrire.

LISE MARTIN- Photo David Desreumaux .jpg

(Photo : David Desreumaux/Hexagone)

Tu as écrit une chanson d’amour que je qualifierais de « modérée », « Tes ailes ».

(Rires) C’est pour dire : « Je suis là, mais je ne peux pas te porter. Je ne suis pas tes ailes. Ton bonheur et ta joie ne dépendent pas de moi ». C’est marrant parce que beaucoup de femmes se sont reconnues dans cette chanson. Cela dit, les hommes aussi peuvent penser cela.

J’ai l’impression qu’il y a plus d’espoir dans l’album Persona que dans Déments Songes.

C’est absolument vrai. Si mon album est jaune, ce n’est pas le fruit du hasard. Cette couleur représente ce qu’il y a à l’intérieur du disque. Je le voulais lumineux parce qu’il est significatif d’un pas vers l’apaisement et la joie.

Tu te rends compte que ton nom commence à devenir important dans la chanson d’aujourd’hui ?

Ce que je constate, c’est qu’il y a des choses qui ont évolué pour moi. J’ai beaucoup de retour de gens qui sont touchés par ma voix et par mes textes et ça me plait parce que je chante vraiment pour partager avec le public. J’ai à cœur d’évoluer et de donner le meilleur de moi-même.

72699539_389670755041231_6552900550617202688_n.jpg

TIOU © David Desreumaux
Corentin Grellier @Marie-Sonia Jouanneau
Lise Martin © David Desreumaux

Tu viens d’être labellisée par le Réseau chanson Occitanie (dont les objectifs sont les suivants : le repérage d’artistes du territoire régional, le soutien pour leur développement et leur diffusion, l’accompagnement vers les professionnels, la coopération et l’échange d’informations entre membres du réseau.) Ça te fait quoi ?

Ça fait plaisir, d’autant que je suis nouvellement toulousaine, donc je me sens vraiment bien accueillie là-bas. Ça va me permettre une nouvelle visibilité que je n’avais pas jusqu’à présent et aussi de rencontrer les professionnels de ce réseau. Il y a à la fois une aide financière et une aide de développement de projet. Avec les deux autres labellisés, Tiou et Corentin Grellier, nous avons rendez-vous le 30 novembre à Montpellier pour exprimer nos besoins et essayer de voir comment mettre quelque chose en place pour qu’ils puissent nous aider dans nos directions respectives.

74836798_10162254214760398_2960625015600447488_n.jpg

Lise Martin en première partie d'Alex Beaupain, le 19 octobre 2019, au Théâtre Antoine Vitez d'Ivry-sur-Seine.

Tu es contente de ton sort dans la chanson ?

C’est toujours un peu difficile quand on n’est plus vraiment nouvelle et pas encore complètement installée.

C’est-à-dire ?

Quand on débute, beaucoup nous soutiennent parce qu’on est débutant, et quand on est installé, c’est plus facile. Mais il y a un entre-deux dans lequel je me trouve actuellement. Du coup, je ne sais pas toujours par quel bout prendre les choses pour continuer à évoluer et être présente, mais je reste confiante. Je travaille sans cesse. Il faut de la ténacité dans ce métier. Et j’en ai.

Martin-Lise-Vander-Valentin-presque-un-cri-chansons-de-vladimir-vissotsky-carrée.jpgTu continues tes spectacles avec Valentin Vander autour de Vladimir Vyssotski ? (Poète, comédien, chanteur et compositeur russe, Vladimir Vyssotki a tourné dans une trentaine de films et écrit près de 800 chansons en URSS. Malgré une œuvre sans cesse censurée par le régime soviétique, son histoire est celle d’une voix, celle d’un peuple qui n’a jamais cessé de l’aimer.)

Oui parce que c’est une collaboration très constructive et enrichissante. C’est un vrai plaisir de travailler avec Valentin. Ce spectacle va tourner longtemps parce que le répertoire de Vyssotski ne deviendra jamais obsolète. C’est important de faire entendre ses textes qui sont particulièrement puissants, intemporels, universels et très humains. Il est possible même qu’on ajoute d’autres traductions au fur et à mesure. Cela s’est très bien passé quand on a joué à Barjac. Pas mal de professionnels ont beaucoup apprécié. Là, nous sommes en train d’organiser les dates pour 2020.  

Lise Martin et Valentin Vander dans "Chanson pour l'ami" de Vladimir Vissotsky. Chanson issue du spectacle "Presque un cri".

Lise Martin et Valentin Vander dans "La lettre" de Vladimir Vissotsky. Chanson issue du spectacle "Presque un cri".

Tu as toujours plein d’activités musicales différentes à plusieurs. Ça fait du bien de partager ?

Après la sortie de mon premier album, j’ai pu vivre uniquement de la musique. Avant, j’avais toujours un petit boulot à côté. Grâce à l’intermittence, ça m’a libéré du temps pour participer à plein d’autres projets. Je trouve ça important de partager avec d’autres artistes, ça nous permet de ne pas rester dans nos propres univers et d’enrichir nos répertoires personnels. J’aime beaucoup travailler avec d’autres artistes. J’ai l’impression de grandir un peu plus à chaque fois.

IMG_4612.jpg

Après l'interview, le 19 octobre 2019.

31 octobre 2019

LMZG - Lamuzgueule : interview de Charlot Beretta pour Swingocracy

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

LMZG - LAMUZGUEULE est l'un des groupes phare de la scène electro swing européenne avec + 300 concerts en 6 ans dans toute l’Europe, de Prague à Londres, et de Rome à Berlin.

Le groupe mélange l'universalité du swing avec les beats & bass d'une électro puissante et pointue. Son objectif : fédérer dans la danse avec une musique intemporelle et addictive qui réunit toutes les générations !

Des textes en anglais et en français, chantés ou rappés, par un duo à la Bonnie and Clyde (Déborah Reboul alias Lizzie Ivy et Romain Deschamps alias Charlot Beretta) accompagné par un saxophoniste survolté et un pianiste bondissant qui s’enflamment, en passant par les mashups des samples d’un multi instrumentiste qui assure la basse, les synthés basses et les machines.

Précisons, et c'est important, que leur 4e album, Swingocracy (que vous pouvez écouter là) est un disque uniquement composé de reprises, mais que les trois premiers ne contiennent que des titres originaux écrits et composés par Charlot Beretta. Je ne voudrais que l'on pense que LMZG n'est qu'un groupe spécialisé dans les chansons des autres. J'ai conscience que cette mandorisation pourrait le laisser croire...

Leur site officiel.

Leur page Facebook officielle.

Le 19 octobre dernier, j’ai retrouvé le chanteur et auteur-compositeur du groupe, Charlot Beretta, dans un bar de Pigalle.

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

(Photo : Stéphane Lagarde)

Mini biographie officielle :

Entre clash électronique et flash-back : swing, funk ou hip hop, mais aussi des cuivres et un piano cabaret, LMZG se joue des époques et des styles. Le groupe cartonne sur les scènes du monde entier grâce à sa vision de la french touch et d’un live déchainé et souriant. Si vous les cherchez chez votre disquaire ils seront classés entre Caravan Palace (mandorisés ici) et Deluxe, dans une musique fédératrice et positive.

Après des tournées françaises et européennes, ainsi que leur présence sur les meilleures compilations aux côtés de stars du genre (sur le label Wagram) ils s’imposent comme une révélation à ne pas manquer !

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandorL’album Swingocracy (par Charlot Beretta lui-même) :

Pourquoi ce nom ? Nous avons imaginé un monde de paillettes et casquettes, gouverné par une femme, présidente des Etats "Funky" où les postes de radios transforment instantanément les airs connus et toutes les musiques que vous connaissez dans un swing dynamité ou un hiphop électronique ! Voilà donc un album de covers : des reprises que nous avons arrangées, mélangées avec des cuivres, des pianos cabaret et du vieux Rhum que l'on servait sous la prohibition. Des grands tubes et pas seulement. Cet Album est la concrétisation de plus d’un an de travail, de collaborations, de répétitions et reflète le plaisir et l'énergie de nos concerts et de l'univers musical développé tout au long de cette année d’aventures.

Il vient compléter Zoologic notre précédent  album de compositions originales ! Cette année, en tournée nous défendrons les 2 albums. Pourquoi se priver !

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandorInterview :

Comment est né LMZG ?

En 2011, j’ai rencontré à la fac un copain qui faisait du banjo. Nous avons commencé à écrire des chansons. Lui est parti ailleurs pour travailler, du coup, je me suis entouré de musiciens que l’on a rencontré dans des jams. On a décidé de monter ce projet et très vite, nous avons sorti un premier album, Radio Béret et Disco Zina en 2011. Ça a tout de suite bien pris dans le milieu electro swing qui était en train d’exploser avec le premier disque de Caravan Palace. Nous avons beaucoup tourné en Europe de l’Est avant de démarrer en France. Là-bas, ce qui leur plaisait, c’était de chanter en français. Ils aimaient aussi notre accent quand on chantait nos refrains en anglais. Pour eux, c’est la French Touch.

Vous n’étiez pas prophète en votre pays.

Ni dans notre ville, Grenoble, qui était il y a 10 ans une ville très reggae et très hip-hop.

Vous avez sorti ensuite un deuxième album, Bada Boom Boom Swing.

Il a été très bien accueilli, même par le public français. On a été l’un des « albums indispensables » du magazine Francofans. Depuis ce disque, en 2014, nous faisons 40 à 50 dates par an.

On vous a beaucoup vu dans des festivals, et pas des moindres.

En 5 ans, on a fait 300 dates dont d’énormes festivals comme le Montreux Jazz Festival ou le Fusion Festival… Depuis un an, on essaie de jouer aussi beaucoup pour les SMAC (Scènes de Musiques Actuelles) et ça marche bien. Je prends autant de plaisir sur les petites scènes que sur les grosses, même si j’ai plus le trac dans les petites parce qu’on voit plus les gens.

Lean On x DANCE x Magic Key (Major Lazer Dj Snake / Justice / One T Cool T).

Pourquoi, chantez-vous en anglais et en français ? lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

C’est simple. Moi, je préfère chanter en français et Lizzie Ivy préfère en anglais. On ne se prive pas de ce que l’on a envie de faire.

J’ai remarqué que vous chantiez toujours en duo. Vous n’aimeriez pas parfois sortir de ce schéma et chanter des chansons en solo ?

Pour le prochain disque, on pense à modifier la chose. Une chanson plus féminine pour Lizzie et une chanson plus adaptée pour moi. Cela pourra optimiser les propositions artistiques.

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

Sur scène, la chanteuse du groupe, Déborah Reboul, dite Lizzie Ivy. 

Depuis 2011, vous n’avez jamais arrêté, il me semble.

C’est sûrement parce que j’ai un peu la peur de la pause. S’il y a une année sans album, je me demande ce qu’il va se passer. Aura-t-on autant de concerts ? C’est sur la scène que je vis.

Sans scène, tu as l’impression de ne pas exister ?

Je ne sais pas. J’en parlerai à mon psy (rires). En tout cas, c’est certainement là que je me sens le mieux.

Havana x Sweet Dreams - (Camila Cabello / Eurythmics).

La scène de l’electro swing est une famille ?

Nous nous connaissons tous, hormis les plus réputés de ce genre musical, Caravan Palace et Parov Stelar. Ils sont très sympas, mais ils ne se mélangent pas aux autres. Les groupes comme nous, il y en a quatre en France, on se connait et on travaille souvent ensemble. On essaye de développer la scène electro swing d’aujourd’hui parce qu’elle a besoin de se développer. Elle est jeune, elle n’a que 10 ans, mais elle a un public en demande.

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

En septembre dernier, concert en Russie pour présenter Swingocracy.

Qu’est-ce que le public aime dans cette musique ?

Le fantasme des années 30 et la prohibition. Les gens viennent parfois costumés et dansent sur un son à la fois vintage et moderne.

Vous-mêmes, vous avez influencé des danseurs grâce à votre vidéo « Gangsta’s Paradise ».

C’était notre première reprise et elle a été streamée plus de 400 000 fois par le milieu de la danse. Il y a plein de vidéos qui circulent sur Facebook où on voit des danseurs faire leur chorégraphie sur nos chansons.

GANGSTA'S PARADISE - COOLIO & STEVIE WONDER.

Avec Swingocracy, n'êtes vous pas allés dans la facilité en enregistrant uniquement des reprises ?

(Photo : Stéphane Lagarde).

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandorÇa n’a justement pas été simple du tout. Ce sont des morceaux que les gens connaissent très bien et nous, nous souhaitions qu’ils ne soient pas reconnaissables de manière évidente. Nous avons donc tout réorchestré et arrangé avec des cuivres, des beats électroniques, des claviers… On a pas mal de bon retour. Je t’avoue aussi qu’avec ce disque de covers, on espère être connus d’un plus large public encore.

C’était un peu stratégique ?

Un peu, mais on avait aussi le besoin de faire une pause dans la composition pour prendre plus de temps pour le prochain album qui sortira en 2020 ou 2021.

Je crois savoir qu’à la base Swingocracy aurait dû être un album avec des mashups (style consistant à mélanger deux, voire plusieurs titres en une seule piste).

On n’a pas pu le faire en disque à cause des droits, mais on peut les retrouver en vidéos sur notre chaîne YouTube. Il y a par exemple la chanson de Stromae « Alors on danse » mashupé avec Black Eyed Peas, « Let’s Get It Started ».

Alors on Danse x Let’s Get it Started - LMZG (Stromae / Black Eyed Peas).

C’est quoi les problèmes de droit avec les mashups ?

Tous les artistes n’ont pas envie de se mélanger entre eux. Obtenir des autorisations pour des covers est beaucoup plus simple.

C’est compliqué de reprendre des tubes planétaires comme « Umbrella », « Lady Marmelade » ou « Bad Romance » ? On paye ?

On ne paye pas. On fait ce que l’on veut à partir du moment où on garde la grille d’accords et que l’on ne modifie pas le texte. Tous les revenus, sauf les royalties, reviennent aux artistes. Le but n’était pas de gagner de l’argent sur le travail d’autres artistes. En réarrangeant et réorchestrant toutes ces chansons, nous avons identifié plus clairement le style que l’on voudrait faire sur le prochain album de compositions. Il risque d’être plus pop, plus cuivré et plus hip-hop dans la rythmique. On gardera quand même nos samples de swing.

J'ai remarqué que vous avez une sérieuse fan base.

En streaming, nous avons 30 000 auditeurs mensuels, ce qui n’est pas ridicule pour un groupe en développement. Nous avons aussi 12 000 fans sur les réseaux sociaux. On essaie de développer cette partie là de la promotion parce que ça fait partie du travail actuel d’un artiste ou de son équipe.

lmzg,lamuzgueule,romain deschamps,charlot beretta,swingocracy,interview,mandor

Avec Romain Deschamps dit Charlot Beretta, après l'interview, le 19 octobre 2019.

30 octobre 2019

Da Silva : interview pour Au revoir chagrin

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

(Photos : Richard Dumas)

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor« Pour son septième album, Da Silva nous entraîne dans une odyssée inédite et métissée. Des rythmes reggae aux accents pop en passant par le tempo de la valse, Au revoir chagrin s’écoute comme un voyage audacieux à travers les genres », nous prévient l’argumentaire de presse. En tout cas, il est clair qu’avec ce nouveau disque, Da Silva part à la recherche d’une émotion lointaine, presque fantasmée que l’auditeur prend en pleine tronche. Tronche de vie. « Pour cet album, j'étais à la recherche de la première émotion que j'ai ressentie quand j'ai écouté The Cure à 13 ans. Cette même émotion qui peut provoquer la première belle cuite, le premier baiser réussi ou le premier sentiment vraiment amoureux, celui qui fait peur. J'espère que ce sentiment sera partagé » explique l’artiste. Da Silva, qui a quitté la pop pour revenir à la chanson, nous emporte avec ses histoires pas banales racontées avec une écriture moins frontale, mais toujours aussi esthétique. L’homme a un indéniable savoir-faire (qu’il conteste). Je n’en ai jamais douté, mais cet album le prouve une ultime fois, Da Silva est un auteur-compositeur-interprète d’exception.

Sa page Facebook.

Son site officiel.

Le 23 septembre dernier, nous nous sommes retrouvés pour une seconde mandorisation (la première est à lire ici). Comme l’homme dit ce qu’il pense, sans filtre, cela donne une interview pas piquée des hannetons.

Biographie officielle :da silva,au revoir chagrin,interview,mandor(Photos : Richard Dumas) 

En 2019, il y a ce drôle de mot qui pourrait résumer la situation de Da Silva. Apatride. Apatride dans un paysage musical du XXIe siècle où l’homme se sent forcément trop à l’étroit. Parce que les frontières, il s’en fiche. Parce que les étiquettes, les castes, les classes, il déteste – même s’il semble évident qu’il appartient à une lignée qui irait de Charles Aznavour à Daniel Darc (pour résumer). Depuis son apparition sur le devant de la scène en 2004 – et très vite tout en haut de l’affiche (le single décisif « L’indécision » sur l’album Décembre en été) –, l’homme a emprunté les directions qui l’ont souvent mené là où personne ne l’attendait. Car entre deux albums studio, les succès et les tournées, il a écrit pour les enfants (cinq livres CD à ce jour), mis son talent de compositeur, auteur et producteur au service des autres (ici Soprano, là Jenifer), assouvi ses passions (pour la photographie, pour le théâtre, entre autres), cultivé des amitiés – et peut-être quelques inimitiés aussi. Alors, forcément, il semble loin le temps des premiers tâtonnements, des premiers pas, des premiers enregistrements, des premières aventures, du rock déglingué de Punishment Park, de la pop ourlée de Venus Coma, de l’electro ouatée de Mitsu. ll semble loin le temps de l’adolescence à Nevers pour ce Rennais d’adoption qui ne prend jamais rien pour acquis. Qui, plus que certains, accepte de se remettre en question. De se mettre en danger. De tout balayer d’un revers de main pour tout recommencer.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandorLe disque (que vous pouvez écouter ici):

Il en a été ainsi à l’heure d’imaginer ce septième album, mais son premier pour le label AT(h)OME. Da Silva a fait table rase de son passé (plus ou moins) récent. Pour ce disque qu’il a un instant pensé enregistrer à Cuba, il a choisi comme fil conducteur de ne pas en avoir. Il rêvait surtout “de bordel, de désordre ”.

Dans ce disque, il a renoué avec ces premiers vertiges, en essayant d’être le moins professionnel possible, en redevenant un débutant « qui fait un peu n’importe quoi ». Mais qui finit par le faire bien – et c’est bien là l’essentiel –, grâce à une écriture décomplexée, grâce à une certaine négligence qui mène parfois à l’excellence. Derrière une pochette en guise d’hommage à la bande originale de Five Days From Home signée Bill Conti, Au revoir chagrin– clin d’œil au magnifique roman de Françoise Sagan ? – dévoile dix chansons (et ici, ce n’est pas un mot à prendre à la légère) aux personnalités bien trempées. Des chansons qui flirtent avec la pop (« S’agapo »), le reggae (« Le Garçon »), la valse (« Rien »), prennent un accent brésilien (« Loin ») ou mariachi (« À l’endroit de la douleur »). Des chansons où l’on croit apercevoir les silhouettes de Tom Waits, Jean-Louis Murat et Brigitte Fontaine, où l’esprit du label Saravah semble s’être glissé dans les silences, où l’on croise Sylvie Hoarau de Brigitte ou Hakim Hamadouche, un proche du regretté Rachid Taha. Épris comme jamais de cette liberté qui lui colle pourtant à la peau comme ces tatouages qu’il affectionne, entouré d’une garde rapprochée – Nicolas Fiszman à basse, aux guitares et coréalisateur du disque, Denis Benarosh à batterie, Reyn Ouwehand aux claviers, Olivier Bodson aux cuivres –, Da Silva a pris ses responsabilités pour imaginer un album exotique et métissé, une invitation à un voyage musical et mélodique « loin du monde » tel qu’on le connait aujourd’hui. Un voyage pour lequel on se contentera de prendre un aller simple.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

(Photo : Richard Dumas)

da silva,au revoir chagrin,interview,mandorInterview :

Est-ce qu’au bout de 7 albums, on considère qu’on a bâti une œuvre ?

Je ne pense pas du tout en ces termes-là. Il y a des gens qui ont fait un album et c’est un chef d’œuvre. Une œuvre, ça peut même être juste une chanson. Ne pas en faire une deuxième, qu’est-ce que ça peut faire ? Une fois que tu as été touché par la grâce…

C’est quoi être touché par la grâce pour un créateur de chansons ?

C’est de créer une chanson incroyable qui a un caractère minuscule permettant de rentrer dans quelque chose de gigantesque et ainsi, toucher à l’universel. La grâce, c’est aussi quand la musique vous touche à des endroits auxquels vous ne vous attendiez pas.

Toi, tu as été touché par la grâce.

Non, je ne crois pas.

D’album en album, tu surprends toujours.

Ne pas être là où l’on m’attend est le but que je veux atteindre. Ce disque, je le voulais épicé et métissé. Je voulais créer aussi un joyeux bordel. J’ai passé beaucoup de temps à faire des albums dans lesquels je rangeais bien mes chansons. Tout allait dans le même sens et je me suis lassé de ça parce que ça m’a demandé beaucoup de travail.

Le clip de "Le garçon".

La composition, c’est facile ou difficile pour toi ?

La musique, c’est quelque chose de difficile. Souvent, je me dis : « A quoi bon faire ceci ou cela ? Ça a déjà été fait.» « A quoi bon faire ça comme ça ? » « Est-ce que là, je délivre assez d’émotions ? ». Faire de la musique comme ça, c’est facile, mais dès que l’on sait que l’on va devoir la figer sur un disque, là, ça devient plus compliqué.

Pourquoi faire de la musique alors ?

Parce que j’en ai besoin. Je fais de la musique depuis que je suis enfant. Même si je m’adonne aussi à la peinture et au théâtre, c’est un moyen d’expression dont je ne peux plus me passer.

Fabriquer des chansons, c’est un art ou un moyen d’expression ?

C’est un moyen d’expression qui est important et qui fait du bien à notre société. Une société sans musique serait insupportable. De manière générale, la culture est fondamentale dans ma vie. Il faut bien que toutes les idées que j’ai dans mon imaginaire finissent par sortir.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

Da Silva dédicace son disque...

Ton imaginaire est constamment en fonction ?

Oui, au point de m’empêcher de dormir. L’imaginaire, c’est fantastique, mais ça va dans un sens comme dans l’autre. On ne décide ni quand il se met en marche, ni quand il s’arrête.

C’est problématique d’avoir le cerveau en fusion perpétuellement ?

Oui. C’est difficile pour moi d’être présent dans la société. D’être présent à table et tenir tout le repas en étant concentré, pour moi c’est dur. Je n’arrive pas à m’accrocher à un sujet et à m’y tenir. Souvent, dans une conversation avec quelqu’un, j’ai des absences. Avec le temps, je me sens de plus en plus sauvage… et ça me convient bien. En cela, les réseaux sociaux m’ont fait beaucoup de bien. On peut communiquer avec les gens sans avoir besoin de se retrouver tous ensemble.

Les gens t’ennuient un peu ?

Non, le problème vient de moi. Quand je suis dans une période de peinture ou d’écriture de chansons, je n’ai pas le désir de faire autre chose que ça.

Tu t’ennuies quand tu ne crées pas ?

J’aime bien l’ennuie et j’aime bien m’ennuyer. Mon cerveau est comme un volcan en éruption, alors quand je m’ennuie, il me laisse un peu en paix. C’est un moment d’accalmie très appréciable.

Je ne sais pas comment tu fais pour t’ennuyer. Entre toutes tes activités et ce qui est mis à notre disposition pour se distraire (les réseaux sociaux, Netflix et compagnie)…

En ce moment, c’est sûr, on s’accoutume assez bien du médiocre. C’est comme si on mange tous les jours, toute la journée, notre palais ne va plus être apte à reconnaître le salé du sucré. Si on mange moins, en ciblant plus les aliments, le salé devient hyper salé et le sucré hyper sucré. Tous les parfums reviennent. Bref, si on part dans une frénésie de consommation, de contenus, d’images, de musiques, de clips, d’informations, on n’est plus du tout exigeant. On gobe tout ! Je crois qu’il faut essayer de digérer ce que l’on consomme avant d’entasser. Attention, je me mets dans le lot. Je suis addict à peu près à tout. Je me suis fait avoir comme les autres.

Dire que l’on s’ennuie, ça peut signifier qu’on est seul, abandonné de tous.

C’est effectivement mal vu dans la société de dire que l’on s’ennuie. Ce n’est pas classe du tout. « Oh ! Le pauvre, il s’ennuie, il est seul ! » Je le répète, c’est très important l’ennui. L’ennui, c’est par cet endroit que tout arrive, que tout passe.

Clip de "Loin".

Dans ta chanson « Loin », tu chantes qu’il faut prendre le temps de respirer et de désobéir.

Je crois que la société telle que nous la connaissons est terminée. Notre époque est finie, usée, vieille, sur les rotules. Ça va continuer ainsi parce qu’il y a trop de choses qui sont entreprises. Le monde qui fonctionne sur le modèle économique d’aujourd’hui va droit dans le mur. Ce modèle a tout usé. Les hommes, la nature et le climat. Ce modèle a même usé l’extravagance. On ne peut plus en rajouter. La coupe est pleine. Pour s’en sortir, il faudrait au minimum ralentir. Mais on ne ralentira pas.

Ce monde a usé Da Silva ?

Je ne suis pas indemne. Je ne sors pas de la vie quotidienne sans prendre des coups. Je suis comme tout le monde. J’ai quand même un endroit où je peux me réfugier, c’est la création, l’imaginaire. Je peux être dans une espèce de bulle ou les choses m’atteignent moins.

Dans « Au revoir chagrin », tu expliques que tu es moins malheureux qu’avant.

J’arrive désormais à être heureux avec des choses minuscules. Je suis heureux d’avoir Tom Waits sur ma platine, je suis heureux de m’être couché tard et d’avoir profité de la nuit et de son calme, je suis heureux d’attendre un peu sans rien faire, je suis heureux de me retrouver parfois. Notre société hurle en permanence, c’est terrifiant. Le bonheur, lui, se cache dans des trucs minuscules. Il est là, mais il est difficile de l’apercevoir. Je le vois mieux aujourd’hui.

Audio de "3 fois rien".

Dans « 3 fois rien » tu expliques que, désormais, il va falloir te prendre tel que tu es. Tu ne feras plus aucun effort.

Dans tous mes albums, j’ai toujours eu une chanson un peu comme ça. J’ai toujours fait un portrait de moi qui rappelle qu’il ne faut pas compter sur moi pour essayer de plaire, sinon je n’en serais pas où j’en suis aujourd’hui. Si j’avais accepté toutes les concessions, j’aurais eu une autre carrière commerciale. En tout cas, je suis très fier de mon chemin.

Que représente un nouveau disque pour toi ?

Chaque nouveau disque est en rapport avec un moment de sa vie. C’est même plus que ça. C’est un moment de sa vie qu’on a envie d’éclairer. Actuellement, j’ai envie d’éclairer des moments plus doux, joyeux, chatoyants… et un peu plus décadent aussi, dans certaines chansons. Je n’ai pas éclairé qu’une seule partie de moi-même, donc je montre un éventail un peu plus large. Je pense que mon public habituel me découvrira autrement.

La sortie d’un disque aujourd’hui, c’est important ?

C’est absolument un non-évènement. Je me demande à quoi ça sert, mais je continue quand même à en sortir.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

Da Silva en concert :

04/02 : PARIS (75) La Maroquinerie
11/03 : TOULOUSE (31) Le Rex
12/03 : BORDEAUX (33) Salle du Grand Parc
26/03 : CANTELEU (76) Espace Culturel François Mitterand
27/03 : CHELLES (77) Les Cuizines
13/05 : LYON (69) Festival Changez d’Air
03/11 : EPINAL (88) La Louvière
04/11 : EPINAL (88) La Louvière
Et d autres dates à venir ...

Tu es connu de tous les gens du métier, de beaucoup d’artistes, mais tu n’es pas un chanteur dit « populaire ».

Je ne suis connu que des gens qui s’intéressent à la musique, mais pas du tout du public. Si vous parlez aux gens de Da Silva, ça leur rappelle plus une entreprise de bâtiment ou un carreleur qu’un chanteur français. Je ne suis jamais à la télévision parce qu’on ne m’y invite pas. Tant pis si j’ai fait 7 albums, si j’ai écrit plus de 200 chansons pour les autres dont de nombreux tubes, notamment pour Soprano, Elsa, Hélène Ségara, Enrico Macias, Julie Zenatti, Superbus ou Jenifer, si j’ai écrit 6 livres pour enfants chez Actes Sud Junior, si j’ai joué un spectacle jeune public au Festival d’Avignon qui a été complet tous les soir, si j’ai composé deux BO de films, si je fais de la peinture qui se vend très bien, même à l’étranger…

C’est incompréhensible que tu ne sois pas plus médiatisé.

Je ne suis pas du tout en colère de cette situation. Je suis juste connu d’un certain public de fidèles qui me suit. Ces fidèles sont peu nombreux. Ma vie n’intéresse pas les grands médias peut-être parce que je ne sais pas être totalement consensuel. Ou alors, je n’ai pas la tête de l’emploi. Je suis peut-être trop moche.

N’importe quoi !

Si. Les chanteurs qui passent à la télé, ce sont de beaux gars et de belles filles. Sache en tout cas, que ça ne me fait pas de peine.

Heureusement, les gens du métier te font confiance.

De ce côté-là, ça va. Ils me demandent des textes pour des artistes. Ça me fait travailler et vivre. Je trouve même que certaines personnes du métier prennent soin de moi. Ils doivent reconnaître que ce que je fais n’est pas si mal. Je ne remercierai jamais assez ceux qui me permettent de pratiquer ma passion et ceux qui m’accompagnent, comme mes tourneurs et mes maisons de disque successives. J’ai une chance incroyable parce que je sais bien que je ne suis pas grand-chose dans l’économie de tout ça, mais on me permet de continuer à faire des concerts, à monter des projets de plus en plus fous. Certains sont socio-éducatifs. Je vais dans les collèges, dans les lycées, dans les prisons… Je vais partout où je peux me rendre utile, où je peux créer du lien, où je peux réfléchir autrement et ça c’est très important.

Considères-tu avoir un savoir-faire pour écrire des chansons ?

C’est exactement le contraire. Je suis souvent un type un peu dépassé. Les chansons me tombent sur la tête. Je ne maîtrise rien. Non, vraiment, je n’ai pas trop de savoir-faire. Je ne suis pas un mec qui se met à la table et qui buche des heures. Je ne sais pas faire ça.

Ça vient comment alors ?

Par excitations frénétiques.

Je ne comprends pas.

C’est comme les excitations que tu peux avoir quand tu es maniaco-dépressif. Les moments d’excitations extrêmes te font produire, produire, produire sans t’arrêter.

Tu as donc l’impression de ne pas faire d’efforts ?

Je fais des efforts tout le temps. Plus les années passent, plus j’ai l’impression de m’éloigner du monde réel et du quotidien, donc je fais des efforts pour rester un peu les pieds sur terre. Je fais même beaucoup d’efforts, mais en faisant en sorte d’avoir la politesse et l’élégance pour que ça ne se voie pas. L’effort, c’est beau quand ça ne se voit pas.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

(Photo : Richard Dumas)

La musique, ce n’est pas un travail?

Non, c’est une passion. J’essaie de transmettre des émotions, de communiquer. Communiquer ce que je ressens. Ca jaillit !

Tu es un instinctif alors ?

Oui. Mais je réfléchis aussi sur le monde. Je ne suis pas un penseur, mais je passe beaucoup de temps à penser à notre société, en tant que citoyen. Je passe beaucoup de temps à lire et à analyser ce qui est en train de se passer dans ce monde.

Que penses-tu des hommes ?

Ils sont fantastiques, même s’il y a aussi de vrais salauds. On fait avec tout ça puisqu’on sait bien qu’on est tous monstrueux. En tout cas, il y a une part de monstruosité chez tout le monde. On avoue ou on n’avoue pas, mais on cache tous des trucs démentiels.

Tu veux dire que si on gratte chez qui que ce soit, on y trouve du pas très bon ?

Pourquoi gratter ? Qu’est-ce que tu me racontes ? Tu ne la vois pas la monstruosité chez les gens quand tu observes bien ?

Pas toujours. Avec l’âge qui avance, es-tu devenu plus calme ?

Oui. C’était nécessaire sinon j’y serais passé.

La création t’a sauvé ?

Elle m’a sauvé autant qu’elle m’a abîmé. Tu ne traverses pas des heures et des heures à créer dans différents domaines sans dommages. Tu as laissé un peu de toi quand même.

A quoi bon tout ça ?

Je suis né et, comme tout le monde, je vais mourir. Entre temps, il a fallu que je m’exprime, alors je m’exprime.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

Après l'interview, le 23 septembre 2019.

da silva,au revoir chagrin,interview,mandor

28 octobre 2019

Marie Sigal : interview pour l'EP Les géraniums

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

(Photo : Lionel Pesqué)

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandorMarie Sigal « modèle une musique plus que singulière qui doit autant à Debussy qu’à James Blake, en passant par Feu ! Chatterton. De ce bouquet d’influences s’élèvent des chansons au charme étrange et contagieux, qui revendiquent le goût des mots en décloisonnant les genres » explique l’argumentaire de presse. Il poursuit : « Ces petites constructions de rêves, portées avec passion, créent de la beauté dans les recoins les plus inattendus. Marie Sigal explore les contraires et les entrechoque. S’emparant parfois de thèmes aux limites du malaise pour mieux les sublimer, elle nous embarque entre cimes et abîmes, dans des mélodies vives et enivrantes. » 

Je ne connaissais pas Marie Sigal, mais quand j’ai reçu son EP, j’ai été surpris par l’originalité de ses chansons. Un peu de Christine and the Queens et un peu de… je ne sais pas. D’elle-même. Mais j’ai été conquis.

Son site internet.

Sa page Facebook.

Pour écouter l'EP.

C’est dans un bar de la Gare Saint-Lazare que nous nous sommes donné rendez-vous, le 15 octobre dernier pour une première mandorisation.

Biographie officielle :marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

Marie Sigal est chanteuse-pianiste et auteure-compositrice-interprète. Après une formation classique en conservatoires, elle crée un projet éponyme de chanson et de pop qui l’amène à sortir trois disques (2011, 2014 et 2019) et à se produire en France et à l’étranger.

C’est aux Etats-Unis que Marie Sigal vient chercher l’inspiration pour son dernier EP, Les géraniums, composé intégralement en français. En résidence américaine, elle se reconnecte à ses racines, écoute et lis en français, comme une plongée en soi. Une langue révélée à elle-même. Marie participe à des projets aux esthétiques diverses : BO du documentaire Arte Brice (réalisation : Sandrine Mörch) primé au festival de Deauville Green Awards en 2017 ; diverses bandes originales pour compagnies de danse – compagnie Myriam Naisy et Parascom notamment – et de théâtre ; Trio Tenza (world music) ; lectures musicales auprès d’écrivains et de poètes français et américains…

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandorInvestie dans la transmission de sa passion, Marie Sigal mène régulièrement des actions culturelles et pédagogiques.

Découvrez tous ses projets parallèles sur le site www.lacanopeedemariesigal.com

Le projet Marie Sigal parcourt les scènes : Trois baudets (Paris), Virginia Center of Creative Arts (USA), L’appart (Bangkok), Festival de Marrakech, Fondation Boris Vian (Eus), Forum Léo Ferré (Ivry), Festival Détours de chant (Toulouse), Pause Guitare (Albi), Festival de Carcassonne, Voix de femmes (Maury), Palais des rois de Majorque (Perpignan)… Et les premières parties: Barbara Carlotti, Thomas Fersen, Peter Van Poehl, Elysian Fields, Nosfell, Florent Marchet, Coming Soon, Daphné

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

(Photo : Lionel Pesqué)

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandorInterview :

Ton dernier album, The Nature Of, date d’il y a cinq ans et tu chantais en langue anglaise. Tu es partie aux Etats-Unis et tu reviens avec un EP en français. C’est étrange.

Je suis très paradoxale. J’ai gagné un concours qui offrait une résidence aux Etats-Unis. Je suis arrivée dans ce pays pour vivre mon « american dream ». Là-bas, j’ai composé quasiment un album. Je ne vivais qu’avec des artistes américains et au bout d’un moment, j’ai voulu me reconnecter à mes racines. J’ai commencé à réécouter les Rita Mitsouko, à beaucoup écouter Gainsbourg, Bashung, Feu ! Chatterton, Christine and the Queens, beaucoup de rap français, j’en passe et des meilleurs. Mes collègues américains ne connaissaient rien de ce que j’écoutais. La seule artiste française qui est connue, c’est Edith Piaf. Dans l’avion du retour, je me suis dit qu’il fallait que mon album soit en français parce que c’était mes racines et que c’était ce que j’étais. Il fallait que j’arrête de penser et parler une autre culture que la mienne.

Tu évoques Christine and the Queens. Le premier titre de ton EP, « Beauté » m’a fait penser à son univers. A tort ou à raison ?

A raison tort (rires). Parce que c’est complètement inconscient. Je ne suis pas fan de tout, mais elle m’a nourri avec sa nouvelle manière de placer le français sur une musique très anglo-saxonne.

Selon toi, ta musique est anglo-saxonne?

Je ne sais pas quoi répondre à cette question. Je suis musicienne, alors je ne cherche pas à faire de la musique française. « Wagon-lit » et « Vapeurs », c’est un peu de la musique de film. Ce ne sont pas des chansons traditionnelles, en tout cas. « Géranium » est très connotée Gainsbourg, je trouve. « Le bât blesse », ce serait plutôt Bashung. C’est encore un EP sous influence. Pour l’album, j’essaie de sortir de mes influences.

Clip de "Les géraniums".

Tu es une vraie musicienne. Tu as fait les Conservatoires de Bordeaux et de Toulouse.marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

J’ai commencé le piano à 5 ans, mais je suis rentrée très tard au Conservatoire. J’ai bossé cet instrument comme une folle de 16 à 19 ans. J’ai aussi suivi des cours de chant, mais je n’ai pas poussé les études jusqu’au bout parce que je n’avais pas envie de faire du lyrique. J’étais passionnée de musique baroque. Toujours aujourd’hui d’ailleurs. J’ai aussi beaucoup chanté de chant sacré.

Tu as quitté le Conservatoire un peu fâchée. Pourquoi ?

Le classique ne me correspondait pas, l’institution était trop lourde, il y avait trop de concours, de compétitions et j’avais des besoins créatifs et de liberté. J’avais des projets avec la danse, le théâtre, le documentaire, avec de la pop, de la musique contemporaine…

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

(Photo : Lionel Pesqué)

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandorTu as aussi fait des études de psychologie avec succès. A tel point que c’était ton premier métier. Ça te sert dans la musique ?

Oh que oui ! Ça m’a permis d’être dans l’empathie et l’amour de l’humain. La musique c’est un média dont je me sers pour me connaitre, pour connaitre les autres, pour parler à mes contemporains. Etre musicien, c’est être humain. On peut parler avec ou sans mots. Avant, je ne disais pas que j’étais psychologue, mais aujourd’hui, je vois du lien avec tout mon parcours. Je me sers aussi de la psycho dans mes relations avec mes équipes, avec les autres musiciens, avec les professionnels. Ça me permet de comprendre beaucoup de choses et de sortir d’éventuelles situations conflictuelles. Beaucoup d’artistes, s’ils ne sont pas psy, ont une connaissance de l’humain et sont ultra sensibles. Tu lis Bob Dylan ou Patti Smith, tu te dis qu’ils ont passé leur vie à lire celle des autres dans les cafés, les lieux publics, les livres et les rencontres.

Un artiste doit être très observateur du monde qui l’entoure.

Tout à fait. D’ailleurs, j’ai le secret espoir d’écrire un jour une chanson personnelle qui devienne universelle, avec des mots simples, et qui touchent des tonnes de gens.

Clip de "Le bât blesse".

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandorPour le moment, tes textes peuvent avoir des doubles lectures. C’est le cas de « Le bât blesse » par exemple.

C’est pour ça que j’aime Bashung et ses auteurs, à commencer par Jean Fauque. Je peux aussi aimer de la variété comme ont pu en faire des Michel Berger ou des Daniel Balavoine. Bref, « Le bât blesse » est une chanson très interne, qui est partie de loin pour moi. J’ai touché des choses pas forcément faciles, alors j’ai eu besoin d’une couverture qui m’enrobe. La poésie est une belle couverture. J’aime qu’un texte ait plusieurs facettes et que chacun y puise ce qu’il veut, ce qu’il ressent.

Dans tes clips et sur la pochette, tu te montres très sensuelle.

Ce disque est une première étape. Ce n’est pas très joli comme expression, mais c’est comme si j’enlevais des couches d’oignon. Il fallait que je me retrouve un peu à poil. J’étais quelqu’un de très complexée et ce projet me permet de me mettre en lumière et de mettre en lumière mes recoins les plus inattendus. Me mettre en maillot de bain sur la pochette de mon disque et me montrer en lingerie dans un clip un peu érotique, je n’en reviens toujours pas. Je crois que j'aime avant tout sortir de ma zone de confort et jouer avec les codes et les genres. Ce projet me permet de libérer la féminité mais aussi la masculinité que j'ai en moi.

Sur scène, il y a beaucoup de corporalité, avec la danse notamment.

Je danse beaucoup sur scène. Il n’y a pas de vraie chorégraphie, c’est plutôt du lâcher-prise avec mon corps.

Tu règles des choses avec cet EP ?

Oui. Je n’ai jamais été aussi bien dans ma peau qu’aujourd’hui. Ça me soigne et ça me fait du bien de sortir ces choses-là. Je sens que la légèreté arrive et ça me procure un bien fou.

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

(Photo : Lionel Pesqué)

Tes musiques sont plutôt tristes et contemplatives. Dans l’album, il y aura aussi de la légèreté dans la musique ?

Oui, car j’adore la musique dansante. Je t’assure qu’avec l’album à venir, je vais sortir de mes habitudes. Je me reproche quelque chose. Mes productions discographiques ne dégagent pas l’énergie scénique. Comme je suis très perfectionniste, j’ai tendance à aplanir. Je mets un peu de pastel un peu partout, alors que sur scène, je suis plus rauque et rock, plus énergique en tout cas. 

Il est fini cet album ?

Presque. Il manque deux chansons. J’ai les textes, mais pas encore les musiques. Il me manque aussi du financement. Nous allons donc faire appel à un financement participatif. J’aimerais que l’album sorte début 2020.

Clip de "Beauté".  

« “Beauté”, c’est un clip en noir et blanc à la peau nue. J’y utilise mon corps comme une pièce vivante de musée : il est mouvant et soumis au sombre, au cadre, aux aspérités, à un désir de libération. Ce corps est vulnérable, imparfait, vivace, et c’est ça qui le rend beau, je crois. J’ai coréalisé le clip avec Lionel Pesqué, car outre le fait que j’admire son travail depuis des années, il est photographe avant d’être vidéaste. Je voulais un regard neuf, plus cru et esthétique, inspiré du photomontage, notamment de La jetée de Chris Marker. Nous avons tourné le clip en deux heures, un matin au réveil, sans maquillage, sans artifice ni superflu. C’était assez pulsionnel. Juste ma musique, le corps, et nos regards comme alliés. Joakim Coutouly est venu sublimer le tout par son montage rythmé et sensible. » (explications du clip données à Longueur d'ondes

Tu te sens plus chanteuse que musicienne ?

Chanteuse, c’est être musicienne et poète. Pour moi, tout est musique. Les gens qui parlent dans ce bar, le son des enfants, les verres qui s’entrechoquent… c’est de la musique tout ça.

Donc, je suis chanteur aussi ?

Oui, bien sûr. D’ailleurs, je donne des stages pour prouver aux gens qu’ils ont tous le droit de chanter. Dans le dernier stage, j’avais une fille qui n’était pas une chanteuse à voix, elle a chanté trois notes et elle nous a fait pleurer. Elle est arrivée tellement chargée sur scène que l’émotion a débordée.

J’ai remarqué que tu chantais différemment selon les chansons.

Tu me fais penser à une scène en studio avec Olivier Cussac, mon coréalisateur. Il n’arrêtait pas de me dire que j’étais en train de lui faire une autre voix. Mais moi j’adore ça. Je suis un peu une chanteuse caméléon. Je chante différemment selon la langue, les genres de musique ou les projets.

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

Release party au Warlus, le 25 octobre 2019. (Photo de Mandor)

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

Release party au Warlus, le 25 octobre 2019. Avec ses choristes féminines d'un soir… (Photo de Mandor)

Tu joues avec trois musiciens sur scène et sur l’EP. Des jazzeux.

Il y a Noam Lerville à la guitare, Philippe Burneau aux claviers et à la basse et Théo Glass à la batterie. Ce sont de vrais instrumentistes et j’aime leur liberté et leurs propositions. Je précise que ces musiciens ont un vrai attrait pour le texte et pour la chanson.

Toi qui viens du classique, tu aimes le jazz ?

C’est justement parce que je viens du classique que j’aime le jazz. Ça m’emporte ailleurs sans que je ne maîtrise rien et c’est le contraire du classique. Mais je t’avoue que je suis moins fan de la musique que de la pratique. J’adore improviser parce que ça me met en danger.

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

Olivier Cussac, Marie Sigal et Philippe Waterballs au Studio Condorcet.

Vous vous êtes bien trouvés avec Olivier Cussac.

Il vient du classique, du jazz, du rock, de la musique de film. Il touche à tout. Je me suis beaucoup retrouvée dans ses différentes facettes. Ensemble, on a pu aller partout.

Parlons littérature. Tu lis beaucoup ?

Oui. Surtout de la poésie.

J’ai vu une photo de toi avec des livres dont un d’Andrée Chédid.

J’adore cette poétesse. C’est simple, mais profond et intime. Je trouve que les mots, on se les enlève du corps. Je n’aime pas trop la poésie romantique, je préfère la poésie contemporaine. J’aime aussi les Haïkus. J’en lis beaucoup, partout. Un livre de poésie ou d’Haïkus on peut le prendre dans n’importe quel sens et à n’importe quel moment. J'aime cette liberté.

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

Après l'interview, le 15 octobre 2019.

marie sigal,les géraniums,ep,la centrifugeuse,interview,mandor

27 octobre 2019

Boucan (Mathias Imbert, Brunoï Zarn et Piero Pépin): Interview pour Déborder

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

(Photo : Anna Mano)

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandorTrois musiciens iconoclastes venant d’univers différents se sont réunis pour proposer un disque au métissage musical impressionnant. C’est certain, Mathias Imbert, déjà mandorisé là en 2007, là en 2016 et en 2018 avec Bancal Chéri (contrebasse et chant), Brunoï Zarn (guitares, banjo et chant) et Piero Pépin (trompette) n’aiment pas cloisonner. Ils s’amusent à bousculer les lignes et sauter de case en case. Tant mieux ! Boucan, c’est donc le nom de ce trio infernal, ne vient pas de sortir le disque le plus populaire qui soit (sortir de la route n’est pas en France signe de succès annoncé), mais certainement le plus intéressant musicalement de ces derniers mois.

Vous pouvez écouter l'album Déborder ici.

Leur page Facebook.

Leur site officiel.

Le 15 octobre dernier, j’ai rencontré ces trois musiciens hors pairs dans un café parisien.

Biographie officielle par DC SHELL :boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

On est prévenus dès le titre de l’album : Déborder. Ça va déborder. Déborder des vases clos et étanches où, séparément, macéraient le rock, la poésie, le jazz, le punk, la vie, et le reste. Car Boucan brasse tout cela dans un bordel inspiré, jouissif et iconoclaste. Un boucan, au départ, désignait un lieu de débauche. Et ce Boucan-ci est un putain de trio. Un ménage à trois accouplant, sous le maquereautage génial de John Parish, un lutin punk facétieux malmenant une contrebasse plus grande que lui, Mathias Imbert (Jim Murple Memorial, De Rien et Imbert Imbert) – un colosse aux doigts de fée prolongés d’une guitare ou d’un banjo, patibulaire mais presque, Brunoï Zarn (Le Roi Nu, Kestekop, Double Hapax) – et un spectre solaire bien embouché d’une trompette, Piero Pépin (Le Tigre des Platanes). A la voix, c’est tantôt l’un, l’autre, ou le troisième larron en foire, voire les trois à la fois en un tohu-bohu d’hurluberlus emboucanés.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandorUne palanquée de décennies plus tard, les vrais héritiers de « Sandinista », c’est finalement… EUX, ces francs-tireurs partisans des marges urbaines !
Boucan, et leur brûlot trempé de gazoil clandestin, d’hymnes despérados à la fraternité des dépossédés, d’instant-chronicles surréalistes qui suintent d’une humanité franche, d’hymnes de ramblas à pochards paumés…
Composition du stupéfiant : une base mixte, dosant le bluegrass, Ferré, les chants de matelots, John Lee Hooker et le Grand Serge. Filtrée au zéphyr du Wild West. Frappée au tamis surréaliste.
Distillée au soleil du Deep South.
Les additions d’ingrédients sont dispensées à l’humeur, pas de formatage, pas de calibrage ici, juste de la pulsion chaleureuse, de l’intuitif, du charnel, du passionnel.
La contrebasse de marlou swingue, le bugle miaule, le banjo rattle furieusement et les choeurs punkifient dans une furia de chansons néo-réalistes, cinglées par une ironie de bon aloi et parfumée au sang des poètes…
Boucan, les Dos Passos de la Zone Perdue !

« Ce premier album restera l’un des plus étonnants de l’été. » fff TELERAMA

« Boucan a vraiment son propre son. » JOHN PARISH

« Ce premier album ne ressemble à aucun autre. » ROCK & FOLK

« On dit que le calme peut annoncer une tempête et c’est bien ici le cas. » FRANCOFANS

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

(Photo : Anna Mano)

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandorInterview :

Vous vous êtes rencontrés il y a 3 ans, mais tout à fait par le fruit du hasard.

Brunoï Zarn : Après un vernissage, il y a eu une soirée où tous les musiciens présents ont fait un bœuf. Nous étions une vingtaine, mais nous trois, nous avons décidé de nous revoir. On avait compris que ça collait bien entre nous. C’est ce qu’on a fait trois fois et on a décidé de monter le groupe Boucan.

Mathias Imbert : A la fin de cette fameuse soirée, c’est Piero, que je connaissais déjà un peu, qui m’a dit qu’il fallait faire quelque chose avec ce guitariste, Brunoï. C’est le son que nous avions tous les trois qui collait bien entre nous. Dès la première répétition, on a eu la confirmation que nous étions faits pour jouer ensemble.

Piero Pépin : Brunoï est venu me voir ce soir-là et il m’a dit un truc génial : « j’ai fait des morceaux pour guitare et trompette, mais je ne connais pas de trompettiste. » J’ai trouvé ça formidable, donc on a tenté le truc.

Clip officiel de "Déborder". Images, Montage : Yaka. Regard chorégraphique : Patricia Ferrara. Décors : Anna Mano. Musique : Boucan. Avec l'aimable participation de Thierry "Le Druide" Giralt dit Gisto, Anna Mano et Keramsi

Le style musical… les styles musicaux, devrais-je dire, vous les avez trouvé dès le départ ?

Brunoï Zarn : Ça s’est fait naturellement. On vient de styles différents, mais nous avons une culture similaire et surtout, nous sommes très ouverts et curieux. Mathias vient de la chanson, mais il fait aussi du rock, Piero vient du jazz, mais il était batteur dans un groupe punk rock et moi je viens du rock’n roll, mais j’ai joué bien d’autres choses.

Mathias Imbert : Et une amitié est arrivée sans crier garde.

Piero Pépin : Tout de suite les grands mots ! (rires.)

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

(Photo : Anna Mano)

Les journalistes tentent toujours de décrire votre style : jazz, jazz fusion, punk, rock…

Brunoï Zarn : Nous n’avons aucune barrière.

Mathias Imbert : Effectivement, nous n’avons pas envie de nous laisser envahir par les barrières. Mais pour le site de notre tourneur, il a fallu que l’on trouve une définition de ce que fait Boucan. On a trouvé : poésie rock-jazz-folk.

Un peu free jazz aussi, non ?

Piero Pépin : Un très bon ami musicien m’a fait cette réflexion un jour : « free jazz, ça ne veut rien dire parce que si le jazz n’est pas free, ce n’est pas du jazz ». Le jazz est forcément quelque chose de libre. Cela dit, avec Boucan, je n’ai pas l’impression que l’on fait du free jazz.

Brunoï Zarn : Comme on ne fait pas du punk, ce sont juste des accroches pour construire notre musique.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

(Photo : Anna Mano)

En tout cas, ça donne une musique libre et indomptable, je trouve.

Mathias Imbert : La construction d’une chanson peut être très établie : intro, couplet, refrain. Nous avons voulu sortir de ce systématisme. Sortir des cadres peut aussi surprendre l’auditeur au point de le perdre. La plupart des gens préfèrent se retrouver dans ce qu’ils connaissent déjà. Comme la musique expérimentale alimente notre univers, les surprises que nous apportons peuvent éventuellement effrayer.

Piéro Pépin : On a demandé toute sa vie à Nino Ferrer de chanter « Le téléfon » et « Les cornichons », alors qu’il a créé des chansons magnifiques. Il a fait des disques splendides qu’il ne vendait pas. Il a fini par se foutre en l’air.

J’aime bien l’idée que vous décloisonniez la musique. En France, on n’aime pas trop ça…

Brunoï Zarn : En France, des gens qui décloisonnent, il y en a plein et depuis longtemps. Mais on ne les entend pas. Je pense à Jean-François Pauvros ou à la contrebassiste Joëlle Léandre.

Mathias Imbert : Non, mais là, tu parles de musiciens qui sont cloisonnés dans leur style. Joëlle fait de l’improvisation expérimentale, mais finalement, ça recloisonne.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

Boucan, comme le dit un journaliste, « c’est un bordel inspiré et iconoclaste » ?

Piero Pépin : Ca nous va très bien.

Vous parvenez à écrire et composer facilement ensemble ?

Brunoï Zarn : Il y a des chansons qui figurent sur l’album qui sont arrivées dès les premières répétitions. Nous ne nous sommes jamais dit qu’on allait faire du jazz ou du rock… on ne se disait rien de tout cela. Je le répète, tout s’est fait naturellement.

Aucune prise de tête ?

Mathias Imbert : de temps en temps, Piero voulait mettre le B après le C alors que moi, je préfèrerais avoir le A à ce moment-là.

Brunoï Zarn : Oui, mais après, il y a Mathias qui ramène un texte et du coup, il faut mettre le C à la place du B et là… Sans rire, on travaille ensemble. On ne s’interdit rien et il n’y a pas de chef. Il y a une direction artistique, mais qui nous appartient.

Mathias Imbert : C’est une entité.

Clip de "Etrangler" par David Vallet (Scopitone Is Not Dead).

Les textes chantés par Brunoï sont de Brunoï et ceux chantés par Mathias sont de Mathias.

Mathias Imbert : C’est parce qu’on n’arrive pas à écrire ensemble. J’ai aussi essayé avec l’autre groupe dont je fais partie, Bancal Chéri, mais je n’y arrive pas. Je suis très personnel dans l’écriture. Je prends un certain plaisir à essayer de sortir des mots qui viennent de mon moi profond.

Mathias, tu écris de la même façon pour Boucan et pour Imbert Imbert ?

Mathias Imbert : Non, pas du tout. Avec Boucan, nous questionnons plus la construction d’une chanson. Avec Imbert Imbert, je trouve un intérêt à trouver une construction qui reste une chanson originale, certes, mais qui est plus « normale »… et qui me fait rester dans les clous. Avec Boucan, c’est le contraire. Je me demande à quel point un instrumental peut être considérée comme une chanson à part entière. A partir de combien de mots, une musique devient une chanson ? Dans « Etrangler », une chanson écrite par Brunoï, il n’y a que cinq mots. Est-ce déjà une chanson à texte ? Ça m’intéresse vraiment d’avoir la réponse, mais c’est difficile.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

Brunoï Zarn, Piero Pépin et Mathias Imbert aux Rockfield Studios.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

Aux Rockfield Studios, John Parish et Boucan.

John Parish dit qu’il n’a jamais entendu la musique que vous jouez ailleurs. C’est un sacré compliment, je trouve.

Brunoï Zarn : Ça nous a confirmé dans l’idée qu’on a bien fait de créer ce groupe.

J’ai lu quelque part qu’il a juste mis en lumière le foisonnement de vos idées ?

Brunoï Zarn : Il nous a complètement accompagné, sans essayer de prendre la main sur notre musique. Il a beaucoup de talent et de savoir-faire.

John Parish is talking about the recording of "Déborder", fist album of Boucan.

Ça fait du bien un regard extérieur ?

Mathias Imbert : Surtout un regard de cette qualité. Franchement, il a respecté notre travail. Ce qui nous a fait du bien, c’était une approbation de la part d’un magicien comme lui. Quand il te dit : « celle-là, elle est bonne », tu ne discutes pas.

Piero Pépin : Comme vient de dire Bruno, il a apporté son savoir-faire en termes d’expériences, de matériels et d’écoute. On a enregistré dans des conditions magnifiques dans des studios de légende au Pays de Galles, les Rockfield Studios, qui ont accueilli Queen, Dr. Feelgood, Motörhead, Iggy Pop, Bashung et tellement d’autres. Je te prie de croire que quand on joue là, on ne fait pas les malins.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

Pendant l'interview...

Vous avez ressenti les ombres tutélaires de ces artistes au-dessus de vos têtes ?

Mathias Imbert : Moi, je ne sens pas ce genre de choses, mais Piero et Brunoï oui.

Brunoï Zarn : Tu es avec John Parish dans un lieu qui a été important pour l’histoire du rock. Les propriétaires du studio te racontent des anecdotes avec des Jimi Hendrix, des Freddy Mercury ou des gens de cet acabit, ça ne peut pas te laisser indifférent.

Piero Pépin : Je suis comme toi Brunoï. J’ai pensé à tous les artistes qui étaient passés avant nous. C’est vertigineux.

Octobre 2018. Boucan au Rockfield Studio (Pays de Galles) pour l'enregistrement de leur 1er album. John Parish à la production.

Il parait que John Parish écoute toujours le tout, jamais la voix seul ou tel instrument seul…

Mathias Imbert : Même dans le mix, c’était intéressant de le voir bosser. Je n’avais jamais vu ça. Il travaille comme un instrumentiste. Il fait tourner la bande du début à la fin. Pendant une heure et demie, il travaille et ensuite il nous dit : « un truc comme ça, ça vous irez ? » Après il enregistre.

Il n’y a rien de numérique dans votre disque.

Mathias Imbert : John Parish ne travaille qu’en analogique.

Piero Pépin : C’est une manière de travailler à l’ancienne stupéfiante et d’une redoutable efficacité.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

A l'issue de l'interview, le 15 octobre 2019.

boucan,mathias imbert,brunoi zarn,piero pépin,déborder,interview,mandor

25 octobre 2019

Robi : interview pour Traverse

robi,traverse,fraca,interview,mandor

(c) Marikel Lahana

« Pour signer ce troisième album attendu, Robi a pris le temps. Celui de chercher sans se précipiter, de questionner pour mieux créer, d’attendre de se reconnecter à sa plus profonde nécessité. Traverse témoigne aujourd’hui d’un chemin » explique le dossier de presse. Le Mandor que je suis avait beaucoup apprécié ses précédents chemins, celui de son premier album L’hiver et la joie et celui de La cavale. Cette fois-ci, poursuit le dossier de presse, « Robi nous offre avec cet album accueillant et solaire une forme de memento mori qui semble nous dire : buvons, dansons à chaque seconde que la mort n’aura pas. Avec Traverse, sa musique reflète plus que jamais la femme, la mère, l’artiste qu’elle est aujourd’hui, engagée sur un chemin qui s’affirme, d’album en album, n’être résolument que le sien. L’élégance. »

Vous pouvez écouter l'album ici.

Le 30 septembre dernier, Robi m’a donné rendez-vous sur une terrasse d’un hôtel de Pigalle pour une troisième mandorisation.

robi,traverse,fraca,interview,mandorBiographie officielle (légèrement écourtée):

(c) Marian Adreani

Robi ressemble tout entière à sa musique, à moins que ce ne soit l’inverse. L’une et l’autre sont éprises de franchise et d’absolu, puisant leur force dans leurs contradictions intimes. Avec ce troisième album, Traverse, elle chante l’été en réponse à l’hiver d’autrefois, cherchant désormais moins le contraste et le tranchant que l’équilibre et l’harmonie.

Robi n’a jamais su faire semblant. Elle n’est pas de ces artistes qui se plient aux modes de l’instant mais de ceux qui suivent leur instinct profond, traquant sans relâche les vérités les plus nues. Habile à faire sonner les espaces entre les mots, elle scrute ses propres failles avec une lucidité implacable pour mieux parler aux nôtres. Préférant faire siens les moyens dont elle dispose plutôt que de se plier aux codes d’une industrie volontiers frileuse, elle s’inscrit dans une famille musicale où partage est le maître mot : qu’elle réalise des clips pour elle-même ou pour d’autres (Superbravo, Maud Lübeck, Maissiat), prête son tube « On ne meurt plus d’amour » à la revue du cabaret Madame Arthur ou fonde avec Emilie Marsh et Katel le label 100% féminin FRACA !!!.

La presse a cherché des filiations du côté de Joy Division, Portishead, Bashung, Barbara ou encore Dominique A – lequel lui apporte très tôt son soutien en l’invitant à assurer ses premières parties, puis en lui prêtant sa voix pour chanter « Ma route » en duo. L’hiver et la joie, son premier album, remporte en 2014 le prix Georges-Moustaki couronnant un premier album indépendant. L’année suivante, La Cavale surprend par son choix radical de tourner le dos à une formule familière (textes scandés, motifs répétés) pour s’aventurer sur d’autres terres musicales : impact mois frontal, écriture plus ample, constructions plus complexes mettant en relief un chant de plus en plus affirmé. Un album salué comme plus abouti et personnel encore que son prédécesseur.

L’album (argumentaire de presse) :robi,traverse,fraca,interview,mandor

Si l’on retrouve intactes les obsessions de toujours (le passage du temps, la mort inéluctable, la solitude inhérente à l’être humain) et la densité de l’écriture poétique de Robi, quelque chose a changé. La noirceur inquiète cède ici la place à une lumière nouvelle. Une forme d’acceptation : l’apaisement de ceux qui ont douté, tâtonné, scruté les gouffres et frôlé les abîmes pour commencer enfin à se trouver. Une manière de victoire sur les manques, les angoisses, la dureté de l’existence. La mort nous attend au bout du parcours, mais il y a tant de choses à goûter dans l’intervalle : l’éblouissement d’une vague et le plaisir des sens (« C’est dire le bonheur »), l’âge accueilli comme un cadeau précieux à l’approche de la quarantaine (« La bienvenue »). Et quand Robi s’adresse à ses deux enfants pour leur confier les âpres vérités de ce monde, c’est avec une infinie bienveillance (« Le soleil hélas »). Même quand les sujets sont graves, elle les regarde enfin sans peur.

Épaulée par Auden qui l’aide à donner corps à ces dix morceaux, elle poursuit sa quête de l’émotion la plus vraie, du mot le plus juste et de la mélodie la plus immédiate, parant sa musique d’une gamme de couleurs nouvelles, de la légèreté sautillante d’une comptine macabre (« La belle ronde ») à l’émotion d’une poignante confession (« Ma déconvenue »). La mer, le soleil, le voyage s’invitent et imprègnent les textures électros, puisant dans la terre et l’eau d’une enfance et d’une adolescence vécues entre Afrique, Calédonie et Réunion : sonorités fluides et aquatiques, rythmiques évoquant le battement étouffé d’un cœur plus serein ou de sa petite musique première. Ce périple comme chemin vers soi et vers l’autre. D’autres collaborateurs viennent d’ailleurs lui donner la main : Katel qui réalise « Impatience et paresse », Valentin Durup et Hervé qui arrangent respectivement « Chambre d’embarquement » et « Traverse », lui même co-écrit avec Mélanie Isaac.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

(c) Marikel Lahana

robi,traverse,fraca,interview,mandorInterview :

Ce troisième album me semble te retrouver plus apaisée…

Dans les deux premiers disques, j’étais dans quelque chose de l’ordre de la colère et de la rage. J’ai l’impression que je cherchais à en découdre. Ce troisième est peut-être celui de la maturité.

Je n’aurais jamais osé prononcer cette phrase.

C’est pourtant vrai. Je cherche moins à me battre. Aujourd’hui, je cherche plus à englober, à comprendre, à réfléchir et aussi plus à me donner. Dans un premier album, il y a toujours quelque chose de très cathartique, quelque chose que l’on porte en soi, souvent depuis l’adolescence. Je crois que j’ai dégueulé des choses très enfouies et de très intimes. Ensuite, on devient ce que l’on fait. Je suis enfin devenue chanteuse quand j’ai retrouvé le désir et une forme d’innocence.

Il s’est passé quatre ans entre ton album La cavale et celui-ci. C’est long, non ?

J’ai écrit un troisième album assez rapidement, puis je l’ai jeté à la poubelle en totalité. J’avais l’impression d’être dans la démarche de faire un troisième album. C’est la plus mauvaise raison pour faire un album. Je n’avais pas de raison concrète de m’exprimer. Pour avoir quelque chose à dire à dire d’essentiel, il faut vivre.

Aujourd’hui, j’imagine que tu n’as plus le même regard sur le monde et sur toi.

C’est tout à fait cela. J’avais aussi besoin de déconstruire quelque chose pour ne pas éternellement écrire le même album et creuser les mêmes sillons. Je refuse de me laisser enfermer dans une ornière. Je suis de nouveau dans l’envie.

Clip de "Le soleil hélas".

"Tourné chez elle à La Réunion, "Le soleil Hélas" , une ballade, à la manière d'un « dark zouk » , entre joie et nostalgie, entre électro et béguine, fait le lien entre hier, aujourd’hui et demain. Une adresse en filigrane à ses enfants, une réflexion en demi teinte sur la vie, sa puissance et son intrinsèque solitude. Un voyage mental et sensuel dans l’espace et le temps, de l’évocation de ses lointains ailleurs à celui de maintenant : son adolescence réunionnaise après une enfance en Afrique ( Nigéria, Sénégal, Madagascar),  partie le jour de ses 18 ans en direction de ses rêves, Paris. Il s'y dit l'horizon fini et infini de l'Homme."

Quand as-tu senti que le moment était arrivé de revenir ? robi,traverse,fraca,interview,mandor

Quand la musique est revenue en moi. Et elle est revenue quand j'ai  renoncé. A un moment, dans mon corps, je me suis dit que je pouvais vivre sans la musique. Donc, ce qui est venu derrière, c’était du désir, pas du volontarisme.

Il est écrit dans la bio que tu « scrutes tes propres failles pour parler de celles des autres ».

On ne parle jamais que de soi et de son rapport au monde. Quand on parle de l’intime, on va vers l’universel. Il n’y a rien de plus relié à l’universel que l’extrême intimité.

« Bienvenue » et « Le soleil est là » sont des chansons dans lesquelles tu t’adresses à tes enfant.

Je m’adresse à mes enfants, mais aussi à celle que j’étais et à celle qui est en devenir Ce n’est pas que ma jeunesse est finie, mais je suis à un moment de passage. Il y a quelque chose qui ne m’appartient plus. Je passe le relais. Je le ressens très fort. Dans la vitalité de mes enfants, je sens que c’est leur monde à présent. C’est beau. Grandir, vieillir, c’est apprendre à mourir. C’est un renoncement à son propre ego. Aujourd’hui, j’accompagne la colère de mes enfants, plus du tout la mienne.

Dans ce disque, il y a de l’espoir.

Dans mes morceaux que l’on m’a dits « sombre », j’y voyais une rage de vivre, quelque chose d’extrêmement vivant dans ce rapport contrasté à la mort. Je trouve qu’on oublie trop souvent que l’on va mourir. Pour moi, c’est une source d’énergie et de joie.

Clip de "C'est dire le bonheur", un titre entre lumière et nostalgie qui énonce la foi de ROBI en la parole comme sixième sens. Une parole de chaire et de vibration, qui contient en elle même tous les autres,  les continue. Une parole qui nous projette en nous même et vers l’autre. Une parole comme un geste, quand énoncer les choses, passé, présent, futur,  donne corps et sens à la vie. Sens, comme synonyme de  signification en philosophie et en linguistique. Sens comme métaphysique : raison, fondement, justification, destination, intention, ou valeur : « La vie a-t-elle un sens ? » Sens, en physiologie, comme dispositifs de perception d'informations chez les animaux, dont l’homme.

Certains trouvent-ils ce nouvel album lumineux ?

Oui et heureusement. La musique l’est davantage, mais il y a quelque chose de nostalgique dans cet album, quelque chose de plus subtil et de plus complexe quant au rapport à la vie et au monde.

Chez toi, il y a toujours une double lecture.

J’avoue que je ne me sens pas toujours très comprise. Mon écriture n’arrête pas de dire « soyons heureux parce qu’on est malheureux » ou « c’est terriblement malheureux de savoir qu’on est heureux parce que ça va s’arrêter ». Elle dit toujours le contrepoint de ce qu’elle a l’air de dire. C’est mon rapport à la vie qui est comme ça.

Malgré le fait que cet album soit plus lumineux, il y a toujours les mêmes obsessions que dans tes précédents disques, le rapport au temps et à la mort principalement.

Notre finitude est quelque chose qui m’obsède, mais pas du tout d’une façon négative. Cela me rend très joyeuse de me lever le matin, de voir le soleil et de rire beaucoup. J’ai un rapport à la fête et à la joie quasiment militant. Je me le dois à moi-même et aux autres.

Parfois, on se montre différent que ce que nous sommes, mais j’ai toujours tendance à penser que l’on est ce que l’on écrit.

On est ce qu’on écrit, on est aussi ce qu’on est dans la vie sociale. Mon écriture explique ce contraste, il me semble.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu fais des clips pour d’autres artistes. Qu’est-ce que cela t’apporte ?

C’est une autre écriture. Je filme et je monte moi-même. Je m’accapare l’image comme la continuité du geste musical. Aujourd’hui, je ne peux pas me passer du bonheur de travailler et de réfléchir l’image. Mais je ne veux pas me professionnaliser dans ce domaine, sinon, je risquerais de ne plus avoir de parti pris personnel.

Parle-moi du label FRACA!!! que tu as monté avec Katel et Emilie Marsh.

C’est un label qui a renoncé au cynisme et à l’amertume. On est à un endroit militant où tout est collectif. Nous travaillons ensemble, les unes pour les autres, avec de la joie et de la bienveillance. On croit en la musique et aux humains… et nous pensons que la vie vaut le coup d'être vécue le plus intensément et avec le maximum de fraternité.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

Après l'interview, le 30 septembre 2019.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

20 octobre 2019

Debout sur le zinc : interview pour Vian par Debout sur le Zinc

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor« Pour fêter le 100ème anniversaire de la naissance de Boris Vian, il fallait bien un groupe de « rock littéraire» de 6 musiciens bouillonnants d’énergie pour révéler en quoi les chansons de Boris Vian percutent notre époque et notre oreille, aujourd’hui ». C’est pour cette raison que Debout sur le Zinc et les Productions Jacques Canetti viennent de faire paraître un album de 15 chansons de Boris Vian, dont 5 chansons sont inédites, Vian par Debout sur le Zinc (que vous pouvez écouter là)

Le jeudi 26 septembre dernier, deux membres éminents du groupe, Simon Mimoun (chant, violon, trompette, guitare) et Olivier Sulpice (banjo, mandoline), me donnent rendez-vous au Théâtre des Trois Baudets. Ce n’est pas le fruit du hasard parce que Debout sur le Zinc doivent s’y produire le soir même pour chanter l’album (précisément là où Boris Vian a interprété pour la première fois ses premières chansons encouragé par Jacques Canetti). Lieu donc, particulièrement symbolique.

Une tournée de 50 dates dans la francophonie est prévue en 2019-2020.

Argumentaire de presse (par Françoise Canetti, directrice des Editions et Productions Jacques Canetti :debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

Entrainée par Eliette Abécassis (mandorisée là), je chavire en allant écouter Debout sur le Zinc au Casino de Paris un soir de 2010 ; à quelques encablures du Théâtre des Trois Baudets là où Boris Vian encouragé puis poussé par mon père Jacques Canetti interpréta ses premières chansons en 1955.

Debout sur le Zinc est un groupe de rock littéraire composé de 6 musiciens qui jouent d’une quinzaine d’instruments et passent du rock au jazz manouche, du blues au slam, avec des accents klezmer. 10 albums- studio, quelques 2000 concerts, ils tournent partout en France et à l’étranger depuis 20 ans. A Paris ils ont pu fouler les planches de l’Olympia, du Casino de Paris, du Trianon, du Zénith… et bientôt, avec les chansons de Boris Vian, une autre grande salle parisienne les attend fin 2020.

Nous nous retrouvons en 2018 autour des chansons de Boris Vian. Toutes les chansons choisies par Debout sur le Zinc ont été écrites par Boris entre 1951 et 1958 ; au moment où la France se reconstruisait et trouvait de nouveaux repères. A l’époque, certaines ont été censurées avant de devenir, telle « Le Déserteur » , un hymne à la Paix reconnu dans tous les pays du monde ; d’autres telle que « Ne vous mariez pas les filles » écrite en 1957 dénonce la vulgarité de certains hommes et annonce le mouvement MeToo à travers le viol conjugal.

D’autres sont restées dans les tiroirs de Boris Vian, telles « Il est tard », « On fait des rêves », « Je te veux » ; parmi les inédites de l’album.

Petite fille, je me souviens avoir vu débuter Boris Vian aux Trois Baudets. il dénonçait notamment toute forme de conformisme, de totalitarisme, de snobisme, consumérisme … il me paraissait si grand, si blême, si peu « exhibitionniste ». Il avait écrit un petit texte qui était lu avant son entrée sur scène « Certains spectateurs diront peut-être en voyant Boris Vian pour la première fois aux Trois Baudets : Comment? Mais hier encore il ne chantait pas. Qu’ils se rassurent. Aujourd’hui non plus ». Debout sur le Zinc a choisi de lui prêter ses voix et d’offrir à ses chansons d’entrer dans nos vies.

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandorInterview :

Que représente Boris Vian pour vous ?

Simon Mimoun : Il y a une sorte de filiation musicale et littéraire. Je crois pouvoir dire qu’il est l’inspirateur de toute la chanson française. Brassens était fan de Vian, Gainsbourg a fait des musiques pour lui. Avec Trenet, c’est lui qui a lancé la chanson moderne des années 50 et 60.

Pourtant, depuis 30 ans que j’interroge les artistes sur leurs influences, il n’est jamais cité.

Simon Mimoun : C’est donc notre rôle de le faire redécouvrir sous ce jour-là. Vian a eu cette chance d’être étudié à l’école, du coup, il est pérenne en littérature, mais cela met une certaine distance. Il devient presque intouchable. Peut-être a-t-il même une connotation un peu intello.

Peut-on dire que l’entrée de Vian par la chanson est beaucoup plus évidente ?

Simon Mimoun : Oui. Et on se rend compte plus intensément de qui il est à travers elle. Quand on écoute ses chansons, on a l’impression qu’il écrit sur tout et n’importe quoi, mais en fait, on finit par s’apercevoir que tout est autobiographique.

EPK Vian par Debout dur le Zinc.

Il y a dans son répertoire plus de 500 chansons. C’est énorme !

Simon Mimoun : Un grand auteur écrit en général 300 chansons dans sa carrière. Vian était capable d’écrire sur tout et tout le temps. Comme il savait qu’il allait mourir jeune, il y a eu un phénomène d’urgence chez lui.

Les 500 chansons sont-elles écoutables quelque part ?

Simon Mimoun : Pas toutes. Nous, on en a récupéré quelques-unes où il y avait marqué « musique à faire ». C’est pour ça qu’il y a des inédits dans cet album. C’est nous qui avons fait la musique. Grace à Françoise Canetti, nous avons eu accès à 150 chansons, à peu-près.

Composer des musiques sur des chansons de Vian qui n’en ont pas, sacrée pression, non ?

Simon Mimoun : Non, pas du tout. Il y a bien sûr « Le déserteur » avec lequel on s’est dit qu’on allait peut-être nous manger tout cru parce que c’est une madeleine de Proust pour plein de gens. Tu sais, ce disque est un projet alternatif entre deux albums, comme nous avons l’habitude d’en faire régulièrement. Ce disque a été réalisé dans la sérénité parce qu’on fait les choses d’abord pour nous.

Françoise Canetti et Simon Mimoun, chanteur et compositeur sur TV5 MONDE.

Françoise Canetti, qui est à l’origine de ce disque, a validé votre travail ?

Simon Mimoun : Oui, mais c’était une contrainte éditoriale. Comme elle est coproductrice du disque et éditrice d’un certain nombre de chansons, nous avons dû faire un choix en fonction de ce qu’elle avait dans son catalogue. Grâce à elle, on a pu fouiller dans des cartons de Jacques Canetti et nous avons trouvé de sacrés pépites.

Olivier Sulpice : Elle a fait aussi valider des choses par la Cohérie Boris Vian (représentée aujourd’hui par Patrick Vian, Michelle Léglise et la Fond’Action Boris Vian). Ça s’est très bien passé. Ils sont venus voir le spectacle l’année dernière à Avignon. Du coup, nous sommes intégrés au projet des festivités du 100e anniversaire de la naissance de Boris Vian.

Clip de "Ne vous mariez pas les filles".

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandorDans le spectacle, il y a autant de Vian que de Debout sur le Zinc ?

Olivier Sulpice : Les textes sont de Vian en intégralité, mais entre les musiques que l’on a composées et les réarrangements que l’on a conçus, je trouve que c’est assez équilibré.

Simon Mimoun : Une chanson, c’est une musique, un texte et une diction. Pour moi, ça fait deux tiers dans la machinerie d’une chanson.

Qu’est-ce qui vous plait chez Boris Vian ?

Olivier Sulpice : Comme d’habitude, chez Debout sur le Zinc, chacun va prendre ce qui le nourrit. Personnellement, c’est le Paris des années 50. J’aime bien les références au jazz, à la musique vivante de Saint-Germain, à la musette…

Simon Mimoun : Ce qui m’intéresse chez Vian, c’est le personnage. Les chansons lui ressemblent tellement qu’au bout d’un moment, on rentre dans sa tête. Rentrer dans la tête d’un homme comme lui, c’est beau et fantastique. Je le répète, il sait qu’il va mourir. Même si tous les jours il y pense, il n’est pas obscur, car il est extrêmement amoureux de la vie. Il y a donc une tension dans ses textes entre son caractère et son non déni de la mort qui est hyper belle et qui donne de la profondeur de champs à toutes ses chansons.

C’est bien, de votre part, de refaire découvrir cet artiste hors norme.

Simon Mimoun : Quand j’ai demandé à Françoise Canetti pourquoi elle s’était lancée dans ce projet, elle a répondu que c’était nécessaire, car c’est un pan de l’histoire musicale de France. Je le crois profondément. Il faut magnifier l’édition de Jacques Canetti en général et Vian en particulier et faire en sorte qu’il reste à la surface de la culture commune.

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

Le soir de l'interview, Debout sur le Zinc au Trois Baudets (photo: David Desreumaux/Hexagone)

Vian était #metoo avant tout le monde.

Simon Mimoun : En tout cas, dans une époque extrêmement misogyne, il ne l’est pas du tout. C’est beau et fort. Chez tous les auteurs de l’époque, Brel, Brassens et les autres, on trouve de la misogynie, pas une once chez Vian.

Il y a des Boris Vian en 2019 ?

Simon Mimoun : Il n’y a pas deux Boris Vian, mais il y a plein d’auteurs géniaux. Certes, ils ne sont pas médiatisés. On peut les voir en concert… il suffit de chercher.

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

(Pendant l'interview…)

Dans le disque et le spectacle, vous avez choisi des chansons situées entre les années 50 et 58.

Simon Mimoun : C’est parce que c’est la période où il était chez Jacques Canetti.

Olivier Sulpice : Précisons qu’on a eu le droit de sortir des éditions Canetti. « Le déserteur » n’était pas chez lui par exemple.

Effectivement, c’est difficile de faire un disque sur Vian sans ce titre.

Simon Mimoun : C’était possible, mais c’était pour nous des souvenirs d’enfance. « Le déserteur », c’est un plaisir égoïste. C’est marrant parce qu’il ne disait pas que ce texte était antimilitariste, mais profondément pro-civil.

"Le déserteur" par Debout sur le Zinc.

Vous êtes fiers de cet album ?

Simon Mimoun : Oui, car nous trouvons qu’il est très réussi. Nous sommes aussi super contents du spectacle. Je ne veux pas faire de la fausse modestie, nous sommes ravis de ce projet, à tous les niveaux.

Olivier Sulpice : On est aussi fiers qu’après 20 ans de carrière, nous ayons encore du jus pour attaquer de nouveaux projets de cette envergure.

Au début, aucun artiste ne voulait chanter les chansons de Vian.

Simon Mimoun : Et c’est pour cela qu’il a commencé à les chanter lui-même, ici, aux Trois Baudets.

Olivier Sulpice : Même lui, il y a été à reculons. C’est peut-être pour cela qu’il a laissé moins de traces que Brel et Brassens.

Simon Mimoun : Je te propose un exercice sympa. Réécoute la chanson « Quand j'aurai du vent dans mon crâne » et imagine là avec la voix de Gainsbourg. Tu constateras que c’est du Gainsbourg pur jus. Vian a manqué de rendez-vous avec de grands interprètes de l’époque. Après, évidemment, il y a eu serge Reggiani, Philippe Clay, des gens comme ça, mais ils n’étaient pas là au début.

"Quand j'aurai du vent dans mon crâne" par  Debout sur le Zinc.

C’était un bon chanteur ? debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

Simon Mimoun : Je ne crois pas.

Olivier Sulpice : Je ne suis pas fan de sa voix.

Simon Mimoun : Il ne peut pas avoir toutes les qualités du monde… il en avait tellement. Il était traducteur, trompettiste, écrivain, ingénieur, auteur de livrets d’opéra… Ça va, il pouvait ne pas être un grand interprète (rires).

Boris Vian était-il un homme engagé ?

Simon Mimoun : Pour moi, faire de la musique, c’est s’engager. Concernant Vian, je ne peux pas te préciser la teneur de son engagement, mais c’était quelqu’un qui pensait librement et qui ne s’interdisait aucun thème sociétal.

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

Pendant l'interview (bis)...

Etait-il en avance sur son temps ?

Simon Mimoun : Par exemple, au niveau de la misogynie dont nous parlions tout à l’heure. Toi qui t’occupes aussi de littérature, tu dois avoir lu ses nouvelles. Il y en a une où il a inventé l’autolib’. Il y prônait le vol légal des voitures. Tu vas à un endroit, tu laisses tes clefs dessus, et quelqu’un qui en a besoin l’a prend et va ailleurs avec. Il a inventé ça et bien d’autres choses. Il était visionnaire.

Vian est-il méconnu aujourd’hui ?

Olivier Sulpice : Je ne pense pas. Les gens à partir de 35-40 ans le connaissent il me semble.

Simon Mimoun : Moi je trouve qu’il est méconnu en tant qu’auteur de chansons. Et je déplore un peu que personne ne connaisse vraiment son histoire alors que c’était vraiment un précurseur.

Ce disque et ce spectacle sont une forme de réhabilitation ?

Simon Mimoun : Pas du tout. Boris Vian n’a pas besoin de nous pour qu’on le connaisse. Nous proposons juste un nouvel éclairage.

Boris Vian était-il un génie ?

Simon Mimoun : Je n’aime pas utiliser ce terme car il est souvent galvaudé, mais nous n’en sommes pas loin.

debout sur le zinc,boris vian,vian par debout sur le zinc,éditions jacques canetti,françoise canetti,interview,mandor

18 octobre 2019

Andoni Iturrioz : interview pour Le Roi des ruines

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

(Photo : Orlando Pereira Dos Santos)

Le Roi des ruines est l’album d’un voyageur devenu sédentaire, explique le dossier de presse. L’invitation est celle d’un voyage intérieur comme seul peut vous le proposer Andoni Iturrioz. Ce qui est fou et impressionnant dans l’écriture de cet artiste majeur, c’est que chaque phrase peut être analysée et prêtée à 1000 interprétations. Ils sont peu nombreux dans la chanson d’aujourd’hui à savoir formuler l’informulable.

J’ai déjà mandorisé trois fois Andoni Iturrioz. A l’époque de son groupe Je Rigole (ici en 2010 et là en 2012) et quand il a récupéré son patronyme (en 2014). Autant dire que cet artiste m’intéresse beaucoup. Le 25 septembre dernier, je me suis rendu chez lui pour en savoir plus sur Le Roi des ruines.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandorArgumentaire de presse (par David Desreumaux) :

Chacun sa figure archétypale, pour Andoni Iturrioz, cela aurait pu être Don Quichotte ou Arthur Rimbaud dont l’Alchimie du verbe résonne à l’unisson en maints vers du Basque, mais ce sera finalement à un autre roi des ruines, Michel Vieuchange, bien moins célèbre mais lui aussi chantre du désert et des terres à rides, premier occidental à atteindre la ville de Smara auquel Andoni Iturrioz rendra hommage (Smara).

Le Roi des ruines, album concept, est l’aboutissement de près de vingt ans d’apprentissage de soi par l’écriture.

Huit titres tendant vers l’infini où se toisent blues-rock, injecté par le groupe La Danse du Chien, embardées transversales, distillées par Samuel Cajal (Ex 3mn sur mer), mélodies de Lisa Portelli (« Dans la Rocaille » est également sur son album La Nébuleuse), Maeki Maii (le peplum, « La Fabuleuse Histoire de Judas Iscariote » est présent sur l’album Du Crack dans le Danube du rappeur suisse) ou encore « Olé », autre peplum épiphanique librement inspiré et en hommage à « Olé » de John Coltrane. Bertrand Louis, le fidèle compagnon de route, assure la direction musicale pour trouver la media via d’où résulte une renaissance accouchée de ses contraires, comme le cri lové au creux du chuchotement.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

L'équipe de Le Roi des ruines (photo : Orlando Pereira Dos Santos)

Chemin initiatique, tel Dante qui voyage aux Enfers à la recherche de Béatrice, Le Roi des ruines est à la fois caravane et chronique qui s’enfonce au plus profond de l’âme. Chemin initiatique qui se nourrit du socle des références universelles civilisationnelles, bibliques. Andoni Iturrioz pétri de ces sources originelles, utilise la matière ancestrale et multiséculaire pour en faire jaillir un syncrétisme contemporain et personnel, accouché de la rencontre de toutes les tensions pour faire jaillir le juste – donc le Beau – du paradoxe de nos existences. Alchimiste du verbe, disions-nous.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

(Photo : Mandor)

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandorInterview:

Es-tu toi-même un Roi des ruines ?

C’est d’abord une figure archétypale et j’utilise un personnage comme Michel Vieuchange dans ce disque justement pour éviter une trop grande identification. Après, il est entendu que mon écriture est nourrie de mon expérience et de ma vie, mais peut évidemment faire écho à d’autres vies. Globalement être un Roi des ruines c’est faire l’expérience d’un cycle de mort et de renaissance.

Pour être un Roi des ruines, il faut avoir beaucoup voyagé ?

Le voyage a été une partie très importante de ma vie, celle qui m’a forgée et qui a fait l’homme que j’ai été ensuite. Mais j’ai arrêté de voyager il y a dix ans. Il y a d’autres moyens d’être un Roi des ruines, c’est une sorte de tension interne. Le Roi des ruines, c’est l’homme qui poursuit quelque chose d’inatteignable, une quête absurde dans laquelle il trouve quelque chose quand même. Il atteint autre chose que ce qu’il poursuit. Le voyage n’est pas nécessaire, c’est un moyen comme un autre.

Ce disque est l’aboutissement et l’accomplissement de tes 20 ans d’écriture ?

Oui, et d’ailleurs, après cela, je ne sais pas ce que je vais faire.

Ton disque doit s’écouter avec attention tant il est foisonnant de propos intéressants.

Une amie m’a dit qu’il existait de la musique d’ascenseur et que ce disque était de la musique de voiture. En voiture, en particulier sur de longs trajets, on a le temps et la disponibilité d’esprit pour une écoute active. Le genre de concentration que l’on peut donner au visionnage d’un film par exemple. Le fait d’être en mouvement va aussi très bien avec ce disque.

Clip de "Dans la rocaille".

C’est presque expérimental d’écouter ton disque.

Oui... Ce que je veux dire dans cet album est par nature informulable. Formuler ce qui est informulable est une sorte d’horizon, de but absurde, que j’ai essayé de poursuivre… J’y ai moi-même trouvé autre chose : Proposer une expérience ou chacun peut formuler son propre inconnu.

Tu as tout dit dans ce disque. Tout dit sur toi, sur la société, sur tes révolutions ?

J’ai l’impression d’être allé au fond d’une certaine vision du monde. Mais tant qu’il y a de la vie...

Ton travail, ta mission, c’est de faire bouger les consciences ?

Je ne veux pas faire bouger les consciences, mais la conscience. L’écriture est un outil pour travailler à ma propre conscience. Les autres participent à mon propre travail de conscience puisque j’écris pour les autres, mais je ne cherche pas spécialement à faire bouger celle des autres. Je n’ai pas de leçon à donner ! C’est la différence entre l’éthique et la morale. L’éthique est tournée vers l’intérieur et la morale vers l’extérieur.

Tu ne fais jamais la morale aux autres. C’est aussi ce que j’apprécie beaucoup chez toi.

Avec la morale, on n'est pas dans l’esprit, on est dans le dogme. L’esprit, c’est l’éthique : “la dignité par la conscience”. C’est un travail sur soi. Le seul moyen de faire bouger le monde, c’est par l’exemple… et même avoir la volonté d’être exemplaire c’est déjà être moralisateur.

En duo avec Samuel Cajal, "Révolution (par épiphanie collective)".

Comme le monde ne s’arrange pas, à quoi ça sert de faire ce que tu fais ? Ce n’est pas illusoire ou utopique de vouloir changer la société ?

Je n’essaie pas d’agir sur la société. Ce n’est pas le discours sur la société qui est important, c’est la matière à réflexion et la beauté que tu en tires. Je parle de la société parce qu’elle fait partie de nos vies, mais quand tu écoutes bien, j’en parle très peu. Je parle plus de la conscience globale de la société, du conscient et de l’inconscient collectif. Au fond, je parle de la nature humaine. Et la nature humaine ne change pas ou très peu. Seuls les outils de la modernité, en accélérant tout, donnent une impression de changement. Mais l’évolution de la conscience humaine semble être à un autre rythme.

Tu parles d’Internet et des réseaux sociaux ?

Par exemple.

Tu estimes ne pas être un artiste engagé, pourtant tu me donnes la sensation de l’être.

Je suis juste engagé dans mon art. Par lui je rue dans les brancards de la vie, plus que dans les brancards de la société.

Tu es en colère ?

Non, pas du tout. D’ailleurs beaucoup de monde pensent que mes chansons sont sombres. Je ne suis pas du tout d’accord avec ça, mais j’accepte qu’on puisse le dire car il y a une forme de violence dans ce que je fais. La beauté est une catharsis. La catharsis c’est prendre le monde en entier et prendre le monde en entier, c’est aussi prendre la violence, la laideur… pour quand même voir la beauté. Ensuite, tout ça devient un objet artistique. Chacun se détermine par rapport cette œuvre. Il y a des gens qui voient la vie noire ou lumineuse. On se situe par rapport à une œuvre comme on se situe par rapport à la vie.

Andoni Itturioz invité chez Frédéric Taddéi dans "Interdit d'interdire" (septembre 2019).

Tu la trouves comment la vie toi ?

Je la trouve magique et magnifique.

Ce n’est pas ce qui ressort de ton œuvre.

Je pense que si. Parfois, dans certaines chansons comme « Le monde est magique » ou « La joie noire », il y a du sarcasme. Je veux prendre l’horreur et la rendre à la beauté. Pour rendre belle l’horreur, tu es obligé de rire un peu jaune en encaissant la douleur. Mais si tu lis les textes de « L’insolitude » ou de bien d’autres chansons de moi, ils ne sont que positifs. Dans ce nouvel album, dans « Olé », par exemple, la moitié du texte est extrêmement positif. Je dis et je pense la magie du monde. Je dis que le fond du monde, c’est de la joie. Que c’est la joie qui a créé le monde.

Je te titille encore. Est-ce que ça t’agace d’avoir la réputation d’être un artiste sombre ?

J’avoue, qu’on me le dit souvent. Mais il m’arrive, souvent aussi, qu’on me dise le contraire. Beaucoup trouvent mes disques lumineux. Il est possible que des gens soient restés à la porte de l’œuvre. Il faut vraiment rentrer dedans pour en voir la lumière. Et je le répète, la perception des chansons peut dépendre aussi de comment tu te situes dans la vie.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

(Photo : Marie Hamm)

Je te cite : « chaque phrase de mes textes est comme un miroir morcelé ».

Comme une boule à facettes, chaque phrase va dans un angle différent et chacun reconstruit son image là-dedans. C’est cela l’expérience ou chacun peut formuler son propre inconnu dont je te parlais au début.

Tu es un chanteur à texte. Les mots sont plus importants que la musique pour toi ?

Oui. La musique est un véhicule pour mon écriture. J’ai commencé à faire de la musique parce que je l’aime, mais aussi parce que si j’avais écrit mes textes sur une feuille, personne n’irait les lire. Pour faire lire mes textes, il a fallu la musique.

Ça veut dire que tu te considères comme un poète ?

Si l’on veut mais je suis poète dans un cadre de chanson. Il y a une nuance. La musique permet de rendre transcendant un texte qui ne l’est pas forcément sur papier. Dans mon travail, je laisse beaucoup de place aux textes en planquant au maximum la mélodie, c’est parfois même récitatif. Mais ma poésie gagne aussi sa force dans le récital et dans la musique. Je ne fais pas de la poésie purement « littéraire », c’est un objet global avec la musique et l’interprétation.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

Andoni Itturioz dans le nouveau Hexagone.

On a commencé tard à mettre de la poésie écrite en musique.

Effectivement. Les deux précurseurs sont Brassens et Ferré. Ça a commencé à partir de l’existence du disque. Sur papier on imprime son propre rythme de lecture et on peut revenir en arrière si le texte est ardu. En chanson, pour y revenir il faut l’enregistrement. Ecouter, réécouter… Ma poésie est faite pour être dite oralement, mais sur disque. Elle est complexe, il faut donc pouvoir y revenir.

Comme tu maitrises l’art de l’écriture, tu n’as pas envie d’écrire un roman, comme tes confrères Dominique A ou Bertrand Belin ?

Je ne sais pas si je pourrais créer des personnages. Pour l’instant je me sens plus à ma place dans l’aphorisme qui dit tout que dans des phrases plus longues qui décrivent. J’ai l’impression qu’il y a deux formes d’art. Celui qui reflète le monde comme un miroir pour le montrer tel qu’on le perçoit et celui qui permet l’expérimentation, l’exploration. Pour moi, la phrase courte est un outil plus fort, juste et efficace pour s’adonner à cette deuxième forme d’art. Une narration morcelée d’aphorismes, ça permet aux gens de se chercher, de se découvrir, de se frayer leur propre chemin. C’est une exploration d’eux même, de la conscience du monde.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

(Photo : Raphaële Trugnan)

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandorLà, tu écris un texte pour présenter ton ami peintre Charles Rocher.

Oui et c’est déjà différent de ce que j’écris habituellement. C’est un long texte intitulé « Les paradis charnels de Charles Rocher ».

Je ne connais pas ce peintre.

Parce qu’il n’est pas connu. Il n’a surtout jamais cherché à l’être. Il est resté toute sa vie dans son coin à faire des peintures que je considère faites avec génie. Il a fait très peu d’expos. Pour être clair, il a peut-être une sorte d’angoisse de la reconnaissance. S’il est resté dans l’ombre, il vend beaucoup de tableaux pas chers, car il est très productif. Beaucoup de gens ont flashé sur son œuvre, il a donc une petite réputation. Ces gens-là seront heureux d’avoir un support qui explique et reconnait ce qu’ils ont vu dans son œuvre. Il sortira prochainement aux éditions “Les réservoirs”.

En fait, tu as écrit le texte de présentation.

Je formule ce que moi et d’autres avions dans un coin de la tête. Ce que je formule, les gens le reconnaissent. J’explique simplement que c’est un grand peintre. Après, je laisse sa peinture parler.

andoni iturrioz,le roi des ruines,interview,mandor

Après l'interview, le 25 septembre 2019.

11 octobre 2019

Pierre Lapointe : interview pour Pour déjouer l'ennui

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

(Photo : John Londono)

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadienLe travail de Pierre Lapointe oscille entre la culture d’avant-garde et la culture populaire. Il est un des auteurs-compositeurs francophones et un des générateurs des projets les plus éclatés de la scène culturelle de sa génération. Je le mandorise régulièrement depuis 2006. Il a même été l’un de mes tout premiers invités pour ce blog. Sinon, pour l’album PUNKT, c’est ici et cet été pour sa venue aux Francofolies de la Rochelle, c’est là.

Il sort son prochain album, Pour déjouer l’ennui, le 18 octobre. Pierre Lapointe y exprime encore une fois son amour pour la chanson française. En plus des titres réalisés avec Albin de La Simone (mandorisé plusieurs fois), l'album a été créé en collaboration avec quelques-uns de ses amis à la composition et à l'écriture ; Daniel Bélanger (mon chanteur québécois préféré mandorisé ici), Philippe B, Hubert Lenoir et son frère Julien Chiasson, Amélie Mandeville, Félix Dyotte et Clara Luciani (mandorisée ici).

Il m’a reçu au Centre Culturel Canadien de Paris juste avant sa soirée de lancement, le 25 septembre dernier pour évoquer ce nouveau disque et pour parler d’amour et de mort. Une interview avec Pierre Lapointe est toujours un grand moment.

(Après l’interview, quelques photos de la soirée de lancement avec notamment Albin de la Simone et Clara Luciani, mais également Sylvie Vartan et les photographes/peintres Pierre et Gilles).

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

(Hèctor Abela)

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadienInterview :

J’ai lu dans la bio que « le but de ce disque était de créer un album de chansons s’inspirant des grands classiques ». C’est une sacrée gageure !

Depuis le début de ma carrière, mon obsession est d’essayer de créer des objets qui vont bien vieillir, c’est ce que je veux dire par « grands classiques ». Je veux m’assurer de faire des chansons juste assez actuelles et pas assez à la mode pour qu’elles restent intemporelles.

Tu as écrit tes trois derniers disques en même temps, celui avec les Beaux Sans-Cœur, le très rock décalé, Ton corps est déjà froid, La Science du cœur et celui-ci Pour déjouer l’ennui.

Je les ai conçus en deux mois et j’ai enregistré les trois en six mois. Dans ces albums, j’ai essayé de trouver la racine de ce qui fait qu’on a l’impression d’avoir entendu une chanson toujours, alors qu’elle est totalement nouvelle. Ça passe par beaucoup de collaborations.

C’est quoi pour toi la notion de « classique » dans la musique ?

C’est ce qui a passé l’étape du temps.

Tu as choisi Albin de la Simone pour réaliser Pour déjouer l’ennui. Vous vous rejoignez musicalement sur quoi ?

Nos goûts se rejoignent sur des albums jazz et sur une certaine chanson française qui nous attire beaucoup.

Le clip de "Tatouage".

Je sais qu’Albin de la Simone est quelqu’un de minutieux et d’exigeant. Un peu comme toi ?

Non, lui, il l’est nettement plus. Il a une formation de musicien. Moi, je me suis toujours donné le chapeau de l’imposteur et ça a toujours fait mon affaire. Comme ça, ce sont les autres qui décident. Ça permet de teinter mon travail et de ne pas trop me répéter. Albin est plus radical que moi et il a une forme de snobisme vis-à-vis de la chanson qui m’intéresse fortement. C’est très bien parce qu’ensemble, un équilibre très intéressant s’est créé.

Il en résulte un disque tout doux.

Tout doux et gentil. J’avais envie de faire un album de berceuse pour petits enfants devenus grands. J’emploi le mot berceuse parce qu’on n’a pas besoin de réfléchir en écoutant ces chansons. On peut juste se laisser bercer par elles. C’est aussi une façon d’exprimer ma volonté de simplicité absolue. Ce sont des chansons tellement douces qu’elles me réparent et qu’elles me font du bien.

Tu as écrit ces nouvelles chansons seulement pour te faire du bien ou aussi pour le public ?

Quand je me parle, je parle à tout le monde. Si une chanson ne marche pas sur moi, elle ne marchera pas sur le public. Mon premier public test, c’est moi. Si je suis ému et emballé par quelque chose, je risque d’exciter les gens sur ces points-là.

Clip de "Qu'est-ce qu'on y peut?" (en duo avec Clara Luciani).

Ta façon d’interpréter est également toute douce.

C’est rare que je chante avec si peu d’attention (rires).

La musique des chansons de Pour déjouer l’ennui est simple, alors qu’on t’a connu aussi très expérimental, comme avec l’album PUNKT. Ça te choque si je te dis ça ?

Pas du tout parce que Pour déjouer l’ennui a été pensé plus simple. Quand on a fait l’enregistrement, Albin, les musiciens et moi, on a créé les arrangements en live. On n’a pas trop réfléchi et l’album s’est fait assez rapidement.

C’est difficile de faire simple, il parait.

La simplicité est facile quand elle s’impose d’elle-même. On a tiré aucune des chansons vers un côté où elle ne voulait pas aller. Les chansons ont une personnalité à elle. C’est comme les bébés dans le ventre de leur maman, ils ont déjà leur sens de l’humour ou leur côté colérique… tout est là déjà. Ça va juste s’exacerber avec les années. Quand j’écris une chanson, j’ai l’impression qu’elle existe déjà. Je ne peux pas voir où je vais la chercher. C’est la chanson qui décide s’il y a un refrain ou deux refrains, s’il y a un couplet… le thème, la mélodie… la chanson décide tout, je suis juste le mouvement. Quand je te disais que je suis le premier public test, c’est-à-dire que je me laisse porter par mes premières impressions.

Tu parles de plus en plus uniquement d’amour. C’est le cas dans Les sciences du cœur et dans Pour pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadiendéjouer l’ennui.

J’ai toujours parlé d’amour, dès le premier disque. C’était une volonté d’exister dans les yeux de l’autre. Pour moi, il y a deux sentiments humains qui génèrent tous les autres : le besoin d’amour et l’angoisse face à la mort. Ce sont deux sujets qui m’obsèdent et dont je parle tout le temps. Je sais que je ne me renouvellerai pas.

Ton public ne te reproche pas de ne parler que de ça ?

Si. Mais de quoi parler d’autre ? Tout est ramené à ces deux sentiments-là.

Tu as peur de la mort ?

Je n’ai pas peur de la mort du tout. Je la nomme et je l’ai apprivoisé très jeune. J’ai fait la paix avec elle. Le sujet pop par excellence, avant l’amour, c’est la mort. On ne fait que penser à ça tout le temps parce qu’elle est toujours là autour de nous.

Tu as fait la paix avec la mort ? Explique-moi, car je ne comprends pas.

Si je crée autant, si mes projets faits avec des humains doux et créatifs sont aussi sereins, c’est parce que j’ai fait la paix avec la mort. Je lui ai dit qu’elle pouvait venir me chercher quand elle le souhaiterait. Je suis en paix avec ce que je suis et avec ce que je fais. La première fois que j’ai réalisé un disque, je l’ai mis sur la table et j’ai dit à mes parents : « à partir de maintenant, je peux mourir, j’ai laissé une trace ».

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadienAvant cela, tu avais peur de la mort ?

Je ne sais pas, mais je me disais qu’il ne fallait pas que je parte parce que j’avais trop de choses à dire. Si la mort vient me chercher demain matin, je n’aurais pas de regrets sur ma vie et mes choix.

Ce que tu me racontes m’explique pourquoi tu fais tant de choses. Cette suractivité provient de ta volonté de laisser le plus de traces possibles.

Totalement. Le pire, c’est que je trouve ma vie longue.

Avec tous tes projets, tu parviens à t’ennuyer ?

J’ai la maladie de l’ennui.

Excuse-moi d’insister, mais comment peux-tu trouver le temps de t’ennuyer entre les musiques de films, le Cirque du soleil et tes autres projets ?

Ça parait beaucoup aux yeux de tous, mais dans tous mes projets, il y a des collaborations. Je ne suis pas seul… Et moi, je produis très vite. Cet été, pour le Cirque du Soleil, j’ai créé l’histoire, j’ai fait la direction artistique et la mise en scène, mais ça ne m’a pas pris tant de temps que cela. Quand j’accepte un projet, c’est que je suis au beau moment dans ma vie pour l’accepter et que je n’aurai pas besoin de travailler beaucoup parce je suis rapide.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

La première mise en scène de Pierre Lapointe pour le Cirque du Soleil à Monaco, cet été. 

Tu n’es donc jamais épuisé ?

J’ai commencé à être bien le jour où j’ai mené trois ou quatre projets en même temps. Là, j’ai trouvé mon rythme. Je me sens bien depuis PUNKT parce que c’est à partir de cette période que j’ai produit plus que jamais. Cela dit je trouve souvent affolant que ça ne bouge pas autour de moi aussi vite que moi.

Tu es sur-actif au premier degré donc.

Oui et la conséquence de mon expansion à surproduire, c’est que mon corps flanche d’un coup. Je tombe malade et je ne peux rien faire. Cet empressement, cette hyperconscience nait d’une sensibilité un peu anormale. Cette sensibilité-là me donne des pouvoirs créatifs et le pouvoir de provoquer des émotions chez les gens que ce soit sur scène ou sur disque.

Tu as toujours eu cette sensibilité-là ?

Quand j’étais enfant et que ma mère voulait que je fasse quelque chose, je lui disais « je le ferai pas ». Si elle insistait, en l’espace de 15 minutes, je tombais malade. Je faisais de la fièvre au point de rentrer à l’hôpital. Avec les années, j’ai appris à jouer avec ça. J’ai aussi appris à comprendre que quand mon corps part en vrille, il fallait que je m’assoie et que je ne fasse plus rien. Dans ces cas-là, j’annule tout.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Tu as trouvé ton rythme ?

Je crois. J‘ai surtout appris à accepter qu’il y ait des rythmes qui arrivent et s’imposent. Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas fait le 10e de ce que je veux faire.

J’ai l’impression que tu peux tout faire artistiquement.

C’est faux. Par exemple, je ne peux ni lire, ni écrire la musique. En fait, les projets ne sont que des prétextes pour créer des rencontres et travailler avec des gens que j’aime. C’est la rencontre humaine qui motive tout, sinon, ça ne m’intéresse pas.

Voici maintenant quelques clichés de la soirée de lancement au Canada Café du Centre Culturel Canadien de Paris.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

La soirée débute avec un showcase de cinq chansons interprétées sans micro (géniale idée) par Pierre Lapointe accompagné par le réalisateur de l'album Albin de la Simone et un guitariste.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Mais qui regardent le trio avec intérêt? Clara Luciani (qui participe à l'album Pour déjouer l'ennui) et Sylvie Vartan (la guest d'honneur de la soirée)...

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Albin de la Simone a poussé la chansonnette avec Pierre Lapointe. Et c'était beau.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Et une magistrale imitation de Gilbert Bécaud par Pierre Lapointe (c'est faux!) #seulslesvraissavent

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Après le showcase, séance photo. Sylvie, Clara et Pierre.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Clara et les chics types.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Toujours à s'incruster le Mandor… (mais quand même, Sylvie Vartan et Albin de la Simone, quoi!)

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Les photographes/peintres cultes Pierre et Gilles avec Sylvie Vartan et Pierre Lapointe.

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Allez! A la bonne votre!

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

Et n'oubliez pas...

pierre lapointe,pour déjouer l'ennui,interview,mandor,centre culturel canadien

10 octobre 2019

Yoanna : interview pour 2e sexe

yoanna,2e sexe,interview,mandor

© "by Lu"

yoanna,2e sexe,interview,mandor« Yoanna c’est du vrai, de l’authentique, de la sincérité de la sensibilité, et une grand gueule pour défendre ses idées. Elle prend la parole comme toujours, elle a des choses à dire, sur elle, sur nous, sur les politiques, sur la société, sur les sentiments, sur la solitude, sur la mort, sur la vie en somme. Elle a des yeux aiguisés comme des couteaux lorsqu’elle regarde ses contemporains. »

J’ai interviewé Yoanna une première fois en 2007 (putain, 12 ans déjà !), puis j’ai récidivé en 2015 et, le moins que l’on puisse dire/lire, c’est qu’elle ne m’a jamais laissé indifférent. Sa personnalité sans filtre, ses chansons coups de gueule, ses fêlures et ses engagements m’ont toujours fasciné. Yoanna se dit plus chanteuse «concernée» qu’«engagée», il n’en reste pas moins que cette artiste suisse reste une des artistes les plus importantes de la chanson francophone.

Le 28 septembre dernier, à l'occasion de la sortie de son troisième album, 2e sexe (que vous pouvez écouter là), nous nous sommes retrouvés dans une brasserie de la place de la Nation pour une troisième mandorisation. Peut-être la plus forte et sincère. Elle y dévoile des pans de sa vie dont elle n’avait jamais parlé officiellement… 

Biographie officielle (légèrement écourtée)  © "by Lu":yoanna,2e sexe,interview,mandor

Un uppercut. En 2009, avec son album Moi Bordel où elle abordait d’emblée des thèmes aussi casse-gueule que l’inceste ou l’avortement, Yoanna, 23 ans à l’époque, débarquait avec tumulte dans le paysage de la chanson francophone, l’accordéon en bandoulière. Son instrument fétiche qui l’accompagne sur les planches musicales depuis qu’elle a quitté sa Suisse natale à 16 ans, dans des bistrots d’abord, puis sur des scènes de moins en moins confidentielles, le succès de Moi Bordel aidant.

Déjà, lorsqu’elle écrit ses premiers textes à 18 ans, c’est avec son piano à bretelles que cette auteure-compositeure-interprète pose ses mélodies sur des mots où la colère affleure en permanence. La musique a eu un effet « libérateur » après une adolescence plus que chahutée. C’est toujours le cas aujourd’hui. Même si au fil des années et des albums (Un peu brisée en 2012, Princesse en 2015 et 2e sexe cet automne), son écriture, très « instinctive» au départ, «presqu’animale», a évolué. Idem dans la composition: après avoir débuté « un peu à l’ancienne », en écrivant ses textes avant de les mettre en musique, aujourd’hui elle trafique des sons à l’ordi, des boucles de percus, crée des ambiances et une atmosphère musicale. Côté textes, Yoanna continue à suivre le sillon qu’elle creuse depuis plus de 15 ans : un peu apaisée mais surtout pas assagie, elle est toujours prête à lever la plume et le poing face aux petites et grandes médiocrités de ce monde, qu’il s’agisse des femmes qu’on abaisse et qu’on harcèle, de l’environnement déglingué, du pouvoir de l’argent, de la course à la rentabilité... Et toujours, aussi, ce besoin viscéral de s’affranchir des conventions, d’affirmer sa liberté d’être et de faire, un moteur essentiel pour elle qui a toujours veillé sur son indépendance artistique en auto-produisant tous ses disques. Après l’album Princesse, en 2015, elle entre dans une phase de remise en question.

L’aventure Marre Mots, une escapade dans le monde de la chanson pour enfants, lui en donne l’occasion. Yoanna enchaîne quelque 200 concerts en deux ans. Une période durant laquelle elle laisse de côté l’écriture en solo. Manque de temps, d’énergie, d’inspiration. Le mouvement #metoo joue le rôle de l’étincelle qui rallume définitivement la mèche, toujours prête à s’enflammer chez Yoanna, qui n’a pas attendu la libération de la parole des femmes pour balancer la sienne sans détours. Un franc-chanter à retrouver et à écouter d’urgence sur son dernier album, 2e sexe.

yoanna,2e sexe,interview,mandorL’album :

On retrouve Yoanna en guerrière sur la pochette de son dernier opus, 2e sexe. Cette auteure-compositrice interprète n'a rien perdu de son franc-chanter : sur des arrangements à la tonalité très urbaine, Yoanna livre 12 titres comme autant de combats, évoquant tour à tour la place de la femme, la domination masculine, la décomposition de la planète, la course à la rentabilité…

Pour accompagner ces textes sur lesquels sa voix grave joue en permanence sur les alternances de rythmes et de mélodies, Yoanna s’est appuyée sur son instrument fétiche et compagnon de composition depuis toujours, l’accordéon. Dans ce nouvel opus il est à la fois omniprésent et méconnaissable tant ses sonorités ont été assaisonnées et modulées. Signalons la présence du batteur Mathieu Goust, co-compositeur de cet album réalisé, une nouvelle fois, sous la houlette de Fred «Brain» Monestier.

yoanna,2e sexe,interview,mandor

© "by Lu"

yoanna,2e sexe,interview,mandorInterview :

Dans ce nouvel opus tu as une vraie chanson politique, « En marche ». C’est la première fois que tu te permets ce genre d’incursion…

Je l’avais déjà fait avec « Le roi » dans l’album Princesse en 2015. Le roi, c’était Sarkozy. Ce qui m’a étonné avec le président que l’on a aujourd’hui, c’est qu’il a été banquier. Moi qui ai grandi à Genève, j’ai approché le monde de la banque et je te prie de croire qu’il est particulier. Pas franchement pour le peuple quoi ! Avec « En Marche » j’ai souhaité écrire un pamphlet à l’ironie grinçante contre la notion de rentabilité et l’asservissement au travail.

Il parait que tu as été l’objet de beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux, à cause de cette chanson.

Je me suis fait démonter tu veux dire ! Je n’ai jamais été insultée de la sorte. On m’a dit notamment que des gens comme moi, lors de la Deuxième Guerre Mondiale, on les aurait buttés. Je me suis pris des trucs bien violents. Je ne sais pas comment j’ai pu déclencher ce bashing. Je suis certain que si ça avait été un mec qui avait chanté « En marche », il n’aurait pas eu autant de messages virulents.

Clip de "En marche".

On retrouve dans ce disque, tes thèmes chers, à commencer par la condition des femmes. Tu n’as pasyoanna,2e sexe,interview,mandor attendu #metoo pour affirmer ton féminisme. © "by Lu"

J’ai toujours parlé des femmes à travers le regard d’une femme. Avant, je ne me rendais pas compte à quel point c’était mon sujet principal, aujourd’hui si. Dans mon premier album, Moi bordel, j’avais écrit de manière instinctive, animale et impulsive. Je n’intellectualisais pas du tout ce que je faisais. Il n’y avait aucune réflexion. Grace à mon spectacle pour enfants, Marre mots, j’ai pris beaucoup de recul. Je n’avais plus d’urgence à être productive et enregistrer de nouvelles chansons. J’ai donc pu réfléchir à mon répertoire. J’en ai profité pour réécouter tout ce que j’avais fait avant. J’ai beaucoup lu également.

Tu ne lisais pas beaucoup avant ?

Si, mais je ne faisais pas le lien entre l’écriture et la lecture. Là, je me suis nourri de mes lectures en en ayant conscience.

Crois-tu que la réflexion sur son propre travail vient avec l’âge qui avance ?

Effectivement, je crois que prendre de l’âge rend un peu plus sage et serein. On prend conscience de la longueur et de la valeur de la vie. Mais, c’est surtout que je suis mieux dans ma peau. Je suis donc plus ouverte sur ce qui m’entoure, je suis moins centrée sur moi.

yoanna,2e sexe,interview,mandor

© "by Lu"

Quand tu me parles, là, je te sens « adoucie », mais il n’en est rien dans tes textes. 2e sexe est un disque de combat où résonnent «des refrains sur fond de rébellion au creux de [tes] mains », comme tu le chantes sur « Ni Dieu ni maître », un autoportrait.

Une chanson n’est jamais violente, c’est la vie et les situations qui sont violentes. Tu me parles de combat. C’est quand les gens ne sont pas combatifs que ça m’étonne. Comment les artistes qui ne racontent pas de combats peuvent-ils considérer que leurs chansons ont de l’intérêt ? Je vais te dire la vérité. Il y a au moins 80% des chansons qui me font chier. Il faut avoir sacrément confiance en soi pour se dire que ses petits déboires amoureux intéressent le reste du monde (rires). On s’en tape en fait !

Quand je dis que je te trouve adoucie, ça t’énerve ?

Ce truc de la douceur, j’en ai de plus en plus en moi. Avant, je considérais que la douceur était un signe de faiblesse. Je ne voulais pas que ça se voit. Là-dessus, j’ai avancé.

Tu étais dans l’attaque pour ne pas que l’on t’attaque ?

Oui. C’est un peu ça. Aujourd’hui, j’attaque si vraiment j’entends de la merde. Mais là aussi, il faut que j’arrête, parce que souvent ça ne sert à rien.

yoanna,2e sexe,interview,mandor

© "by Lu"

Tu es maman de trois enfants. Il parait que tu as essayé d’écrire sur la grossesse, mais que tu n’y es pas parvenue.

Ce n’est pas que je n’y suis pas parvenue, mais c’est que j’ai gardé le texte pour moi. Ce beau, magique et positif moment est intime, je ne vois pas ce que ça peut apporter aux gens.

Du coup, dans « Fondement », tu as écrit sur l’instinct maternel. Mais à ta façon, en pulvérisant façon puzzle la théorie que l’on inculque aux femmes sur ce sujet.

C’est une grosse saloperie de construction sociale de merde. Il faut que les femmes se déculpabilisent de tout ça. Il faut qu’on arrête de nous aliéner à ce point-là ! Ce que je raconte est positif. Ce qui est violent ce sont les tabous, les non-dits, ce qui est violent, c’est de se sentir sale, de se sentir coupable, de se sentir merdique. Combien de fois je me suis embrouillée avec des gens sur ce sujet. Tout le monde pense que la femme a un truc en plus avec les bébés. Une femme ne sait pas mieux changer les couches d’un enfant qu’un homme, une femme n’entend pas plus un enfant quand il pleure la nuit qu’un homme, une femme ne fait pas de meilleures purées qu’un homme. C’est vraiment de la connerie.

yoanna,2e sexe,interview,mandor

© "by Lu"

J’ai remarqué que dans certaines chansons, au début, tu dis le contraire de ce que tu penses, ensuite, tu reviens sur les bons rails.

Oui, j’adore faire ça.

Tu procèdes ainsi également dans « Pour une femme ». Je trouve que c’est une chanson anti homme. L’homme n’est qu’un prédateur pour la femme ?

Je chante les injonctions faites aux femmes de rentrer dans un cadre bien genré et bien rangé. Dans cette chanson, on est sur les féminicides. On est sur le fait de se faire massacrer physiquement par quelqu’un qui est plus fort qu’une femme.

Tu as déjà été victime de ça ?

Je me suis déjà battue avec des mecs. A un moment, je cherchais ce truc-là. J’étais parfois une vraie teigne. J’ai fait payer à mes amoureux ce que d’autres mecs m’avaient fait vivre avant. Du coup, je cherchais le conflit constamment. A chaque fois que nous en sommes arrivés aux mains, j’ai perdu. Depuis le début, tout le rapport hommes/femmes s’est construit comme ça. Le rapport dominant/dominé est parfaitement injuste.

Quid de d’éducation là-dedans ?

Tu as raison. On sait tout ça depuis longtemps, mais on continue à inscrire nos gamines à la danse classique plutôt qu’à des cours de boxe. Pourquoi ? Peut-être parce qu’on a envie de continuer ce schéma-là ?

yoanna,2e sexe,interview,mandor

© "by Lu"

Aujourd’hui, les hommes ont changé. Ils sont devenus plus respectueux et sensibilisés à la cause féminine, non ?

Que tu es naïf François ! Il y a des choses qui évoluent, mais pas beaucoup. Tu as rencontré des femmes, elles t’ont raconté leur vie… tu vois bien qu’elles ont toutes eu des parcours pas faciles à cause de certains hommes…

Dans tes concerts, les hommes doivent se sentir un peu bousculés.

Tant mieux. Après, chacun se démerde avec sa conscience. Un jour, ma copine chanteuse Flow interprétait lors d’un concert, une chanson sur le viol. Elle sortait les statistiques. Elle estimait que dans une salle de 350 spectateurs, tant de femmes s’étaient fait violer. Ca m’avait hyper choqué. Comme c’était mon cas, j’ai eu l’impression qu’une grosse poursuite m’avait visé et que tout le monde me voyait. Après réflexion, je me suis dit que s’il y avait des femmes violées dans la salle, il devait y avoir aussi des violeurs. C’est pareil lors de mes concerts, désormais, j’y pense.

Dans la chanson « 2e sexe », tu convoques une grande figure du féminisme, Simone Beauvoir.

Pour raconter la violence physique et morale dans le couple.

Clip de "Balance".

Quand tu écris « Pour une femme » ou « Balance », tu penses plus aux femmes qu’aux hommes ?

Ce qui m’a le plus choquée c’est à quel point on ne croit pas la parole des femmes, à quel point elle est remise en question, tout de suite, tout le temps, partout, y compris par nous, entre meufs. Sinon, pour répondre à ta question, je parle aux hommes. Non, en fait, je parle à tout le monde. Mais ne te trompe pas. J’adore les mecs. Je ne dis pas « tous les mecs sont des salauds ! » C’est la société qui ne va pas sur le rapport hommes/femmes dont nous parlions tout à l’heure. On est tous plus ou moins victimes. Personnellement, je me suis fait violer par quelqu’un de proche à l’âge de 6 ans. Je pense que celui qui a fait ça doit être autant malheureux que moi, j’imagine. Je n’ai plus de rapport avec lui, c’était un pauvre gars finalement.

Ta famille est au courant ?

Oui, mais ça a pris du temps et tout le monde ne le sait pas.

A 6 ans ! C’est immonde !

Oui, et ça m’est arrivée une deuxième fois à 13 ans avec un prof. Après, quand on me dit que mes chansons sont violentes, je réponds ce que je t’ai déjà dit… non, c’est la vie qui l’est.

En écoutant ton premier album, on avait compris que tu avais vécu des trucs durs, mais tu n’avais jamais dit exactement quoi.

Je parlais de ce qui me sensibilisait et me touchait. Comme une Keny Arkana écrit des textes sur l’injustice sociale, une Casey sur le racisme… parce qu’on chante ce qu’on a vécu et ce qui nous a blessé. Moi, je suis parti au combat avec mes chansons (rires).

Tu vas parler du viol sur tous tes disques ?

Je ne sais pas. Et pourquoi pas ? C’est important. Déjà, sur ce disque, je parle de plein d’autres choses.

C’est vrai. Tu parles « écologie » dans deux chansons.yoanna,2e sexe,interview,mandor

Je raconte mon effroi et ma rage face à une planète qui se décompose sous nos yeux. Dans « Plastique », imaginé après la lecture d’un article sur le 6e continent, j’évoque cette mer de déchets égarée dans le Pacifique. Dans « La nuit s’est échappée », premier titre que j’ai écrit, je dénonce autant la loi du pognon que le flingage en règle des forêts et des espèces animales. Vraiment, j’accuse le pognon d’être à l’origine du massacre de la planète. Les gens qui massacrent la Terre le savent et s’en foutent tant que ça ramène du fric.

Dans « Laissez-moi », tu réaffirmes ton indépendance et ta liberté. Ta liberté d’être et de faire.

Je dis en substance « foutez-nous la paix ! » Si on a envie de rouler dans notre bagnole sans ceinture, on roule dans notre bagnole sans ceinture. Si on a envie de puer sous les bras, d’être mal habillé et d’avoir une sale gueule, on a le droit. Lâchez-nous ! Aujourd’hui, on ne peut plus rien faire, c’est insupportable !

yoanna,2e sexe,interview,mandor« Sorcière » est la seule chanson non contemporaine.

Je défends la singularité des femmes, surtout quand elle dérange l’omnipotence masculine et les normes établies. « Sorcière » est un morceau qui fait référence au livre Sorcières de l’essayiste suisse Mona Chollet. Pour l’auteure, la sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Elle répond à des questions du type : Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ? Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante (puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées), la femme sans enfant (puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité) et la femme âgée (devenue, et restée depuis, un objet d’horreur). Par contre, quand tu dis que ce n’est pas une chanson contemporaine, je ne suis pas d’accord.

On ne brûle plus les femmes prétendues sorcières sur un bûcher.

Non, dans certains pays on les massacre à coups de couteau devant leur gosse sur un bout de trottoir ou on les lapide. Tout ça parce que ce sont des femmes.

Musicalement, ton disque sonne plus moderne. yoanna,2e sexe,interview,mandor

Parce que je ne travaille plus avec les mêmes personnes. De disque en disque, je mets de plus en plus de moi. Aujourd’hui, ce que je fais est plus proche de mes goûts personnels. J’écoute beaucoup de hip hop par exemple.

Tu as raison, ça s’entend.

J’ai essayé de réduire le décalage entre ce que je faisais et ce que j’aimais. J’avais l’impression d’aimer une sorte de musique et de faire des choses aux antipodes, du coup, je n’aimais pas ce que je faisais. Là, j’ai fait les textes, les musiques, toutes les préproductions, ensuite j’ai travaillé avec mon binôme, Mathieu Goust… ça change tout. C’est un musicien hyper talentueux et hyper humble. Je le découvre de date en date.

Je te sens bien moralement.

Je me sens hyper bien entouré, ce qui n’a pas toujours été le cas. Pour ce disque, tout a été cool. Nous nous sommes fendus la gueule du début à la fin et n’avions aucune pression. Ça change tout.

yoanna,2e sexe,interview,mandor

Mathieu Goust et Yoanna au théâtre Thénardier de Montreuil © "by Lu"

07 octobre 2019

Patrice Mercier : interview pour Mélodies Chroniques

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandor

Mais c'est quoi une Goguette?
- Tu prends une chanson...
- Ouais...
- Tu enlèves les paroles...
- Ouais...
- Tu y mets tes paroles....
- Ouais...
- Et tu la chantes!
- Ah, mais c'est une goguette!!!
...
- Ben ouais

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandorPatrice Mercier est devenu ces dernières années un as de la goguette, il est même une référence ultime de ce genre musical. Avant d’en savoir plus sur ses Mélodies chroniques, un rappel de qui est cet homme qui passe sa vie à faire sourire (voire rire aux éclats) le public.

Auteur, chanteur, guitariste et comédien, il a commencé par l'improvisation théâtrale. Le répertoire classique (La Nuit des Rois, l'Opéra de Quat'Sous...), le jeune public (Pierre Gripari), le spectacle de rue (Sotteville-les-Rouen,  Châlon, Aurillac...) ont également jalonné un parcours éclectique. Pendant 10 ans, il est auteur et comédien de l'émission Action Discrète sur Canal +. De quoi aiguiser son sens critique sur les sujets d'actualité. Depuis quelques années, et fort de toutes ces expériences, il remonte sur scène, où il renoue avec ses premières amours : la chanson.

Teaser du spectacle Mélodies Chroniques.

Aujourd’hui, Patrice Mercier s'est lancé un défi : renouer avec la tradition des chansonniers pour proposer patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandorun véritable journal chanté sur des airs connus. « Les Mélodies Chroniques de Patrice Mercier nous parlent de questions de société, dont la gravité n'excluent ni le plaisir, ni la légèreté. Un spectacle ingénieusement mis à chaque fois au diapason de l'actualité la plus récente. Un spectacle qui, à sa façon, participe au débat. »

Ecriture, chant : Patrice Mercier
Piano : Missonne
Mise en scène : Xavier Lacouture

Le 23 septembre dernier, nous avons déjeuné ensemble dans une brasserie de la capitale. Entre deux bouchées, Patrice Mercier a répondu à quelques questions.

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandor

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandorInterview :

Beaucoup te connaissent grâce à Action Discrète sur Canal +, mais tu as commencé la musique bien avant cette aventure télévisuelle.

J’ai commencé l’improvisation théâtrale en 1998 avec des personnes dont certaines faisaient un peu de musique. Personnellement, j’avais une guitare chez moi qui datait du lycée. J’ai commencé à écrire quelques chansons qui ont eu un peu de succès auprès de mes potes. Du coup, on a tenté de monter un groupe, La Fabrique.

C’était déjà des chansons humoristiques ?

Disons qu’il y a toujours eu un peu de sourire et de lueur d’ironie dans l’œil. Les sujets abordés n’étaient pas liés à l’actualité, mais sur le monde intérieur : les émotions, le rapport à la vie, l’amour, en tout cas des histoires plus intimes que mon répertoire d’aujourd’hui. Je n’ai jamais eu une période noire ou très sérieuse dans mes écrits, l’aspect fantaisiste n’est jamais loin.

Ce groupe a existé jusqu’à quand ?

Jusqu’en 2003. Ça se passait bien, mais j’étais jeune et sans entourage professionnel. Nous avons arrêté tout en restant bons amis.

Ensuite tu es rentré dans le terrorisme audio-visuel avec Action Discrète sur Canal +.

L’expérience a duré en hebdomadaire de 2005 à 2012. C’est une grosse tranche de vie. Outre des caméras cachées détonantes, tous les cinq, nous avons aussi fait des parodies de chansons que l’on pourrait aussi appeler des goguettes. A chaque fois qu’il était question d’écrire des chansons, je faisais partie de ceux qui s’y collaient. En y réfléchissant, je trouve mon parcours cohérent. Il y a un lien constant.

En 2014, le Gangsta Rap d'Action Discrète a rendu une petite visite à Patrick Balkany… (avec un vrai duo Patrice Mercier-Patrice Balkany).

Parallèlement, tu as continué à travailler en écriture avec Claude Lemesle.

Partant du principe que rien n’est jamais acquis, je suis un partisan du travail. Ces ateliers sont très riches parce qu’ils te permettent d’avoir un angle sur quelque chose dont tu voulais parler depuis longtemps. Ils débloquent souvent les situations.

Après Action Discrète, tu t’es mis directement à la goguette ?

J’ai tellement travaillé sur l’actualité avec Action Discrète que c’est devenu un point de levier de ma création personnelle. J’ai été très nourri de cette expérience. Très vite, j’ai rencontré le principe des goguettes au Limonaire. J’ai commencé à m’y adonner début 2015. Depuis que je fais ça, je compose plus facilement parce que j’ai mis mes pas dans ceux de géants.

Dans ces goguettes, tu écris sur des sujets de société plutôt que sur l’actualité.

Chanter que François de Rugy mange du homard, franchement, je n’en ai rien à foutre. Aujourd'hui,  c'est de Rugy, demain ce sera un autre. Je préfère parler du système en soi. Par contre, si il arrivait qu'un homard mange de Rugy, là, je fais une goguette. 

Une Mélodie Chronique pour aborder le sujet délicat de l'euthanasie. Patrice Mercier est pour. "Je l'aide à mourir" sur l'air de "Je l'aime à mourir" de Francis Cabrel.

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandorUne goguette est une chanson toujours engagée?

C’est un vecteur puissant pour parler d’un sujet et être entendu. Avec tout ce que j’ai écrit se dessine une sensibilité, un positionnement. C’est une forme de militantisme, mais pas exacerbée. Je ne choisis pas les thèmes par hasard.

Peut-on dire que tu n’es pas exactement de droite ?

On peut le dire.

Avec une goguette, n’y a-t-il pas un danger de faire la morale ?

Il y a un danger, mais ça ne m’arrive pas. Dans le travail d’écriture et dans la réflexion, je parviens à ne pas franchir cette limite. J’essaie d’aller au fond des choses et d’avoir un angle de réflexion qui apporte quelque chose. Je ne veux pas non plus hurler avec les loups. Ce sont deux travers dans lesquels je ne veux absolument pas tomber.

Une Mélodie chronique sur le phénomène des tornades et autres cyclones, qui sévissent de plus en plus… "Le beau cyclone" sur l'air de "La bicyclette" de Pierre Barouh interprété par Yves Montand.

Quand tu abordes un sujet, je sais que tu te renseignes beaucoup afin de ne pas raconter n’importe patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandorquoi.

Je lis sur ce dont je parle : des livres, des reportages, des résumés d’études… Pour qu’une goguette soit irréprochable, il faut enquêter sérieusement. Je tiens à préciser que les gens se marrent beaucoup, même avec des sujets sérieux. C’est là toute la difficulté de l’exercice.

Justement, considères-tu que Mélodies Chroniques est un spectacle humoristique ?

Non. J’ai parfois envie de dire au public : « mais vous vous rendez compte sur quoi vous riez ? » Il y a dans le spectacle des moments mélancoliques. Quand je joue « Les trépassantes » sur l’air de « Les passantes » de Georges Brassens, il est difficile de faire de l’humour parce que j’évoque les violences conjugales. Je ne me sens pas humoriste, mais c’est dans ma nature d’avoir un certain recul ironique.

Mélodies chroniques, c’est plus un spectacle musical qu’un tour de chant ?

Oui, parce qu’il y a une mise en scène de Xavier Lacouture. Il y a un rapport avec Missone qui m’accompagne au piano. C’est écrit, court, punchy et naturel. Il y a aussi un moment dédié au courrier des lecteurs. J’y réponds avec des extraits de chansons, seul à la guitare. Evidemment, toujours sur le même principe de mes textes sur des musiques connues. A ce moment, je me permets plus de liberté.

Le 05 septembre 2019, l'association L214 a lancé un appel à mobilisation contre l'élevage intensif.  Voilà une mélodie chronique qui fait écho au sujet. "Ce jambon-là" (sur l'air de "Ces gens-là" de Jacques Brel).

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandorOù peut-on acheter le disque ?

A la sortie des concerts et sur le site de Les instants volés (ne vous gênez pas, c’est ici que cela se passe !) C’est le site de l’association qui produit le spectacle.

A part Mélodies Chroniques, j’ai l’impression que tu restes sur tous les fronts.

Je continue les stages d’écriture de Claude Lemesle. Je commence à avoir suffisamment de chansons personnelles pour songer à les présenter prochainement sur scène. J’ai aussi un projet qui s’appelle Les cousins jumeaux que je n’ai joué que trois fois. Des cousins jumeaux, c'est rare ! Alors quand les 3 sont disponibles à la même date, c'est à ne pas manquer... Il y a Fabrice Mercier, en lever de rideau. Il exécute littéralement une œuvre de guitare classique. Patrick Mercier, en première partie, partage des chansons originales, paroles et musique. Enfin, le clou du spectacle, Patrice Mercier, présente ses mélodies chroniques, c'est à dire des chansons fameuses du répertoire dont il a réécrit les paroles, pour aborder des sujets de société... Le concept est très con, surtout le passage d’un artiste à l’autre puisque je joue les trois rôles. J’aimerais vraiment reprendre ce concept.

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandor

patrice mercier,mélodies chroniques,goguettes,interview,mandor

04 octobre 2019

Théophile : interview pour son futur premier EP

Theophile-par-Morgan-Roudaut.jpg

(Photos : Morgan Roudaut)

ob_9c25cc_theophile-morganroudaut-0975c.jpgThéophile sort son premier EP aujourd'hui (vous pouvez l'écouter là). A seulement 26 ans, ce jeune homme originaire d'Angers va beaucoup faire parler de lui. Il a sorti coup sur coup, quatre clips, "Face Caché", "Andy", "Laisse-moi" et "Pars" (publié également aujourd'hui). Sa voix profonde et ses textes ciselés me touchent beaucoup… et je suis certain que je ne vais pas être le seul à apprécier ce nouveau venu dans la pop/chanson française. Naissance d’un futur grand.

Le 3 juillet dernier, en terrasse devant deux citronnades, nous avons fait connaissance... et ce jeune artiste m’a beaucoup plu humainement et intellectuellement.

Mini biographie (officielle) :
Le projet solo de Théophile a séduit d’emblée : textes à l’ambitieuse poésie, sens de la mélodie qui vous reste en tête, production exigeante et décomplexée.  
Aussitôt, il a enchaîné les premières parties d’Arthur H, Gaël Faye, Ibeyi, Gauvain Sers ou Juliette, les scènes aux Francofolies et d’autres festivals...
Il retisse le lien entre la guitare et la poésie de l’instant, sans doute parce qu’il a vécu successivement plusieurs passions fondatrices : la guitare classique assez longtemps pour se dégoûter des leçons de musique, puis les poèmes adolescents avant de naviguer dans Bashung, Thiéfaine… et Logic Audio – dans cet ordre-là. Aujourd’hui, le voici initiateur d’une nouvelle mue de la pop francophone.

Son premier EP:Copie de EP_Theopile_1440x1440RGB_300DPI.jpg
Théophile se voit en « compositeur de chanson française aux sonorités nouvelles ». On imagine volontiers Brassens avec une MPC.
Son EP révèle à la fois son souci du sentiment juste, son aspiration à l’envol pop et l’acidité de son regard sur la société. Avec un lyrisme contenu à la Dominique A ou à la Bertrand Belin, des arrangements panoramiques à la Woodkid et une production travaillée avec Nino Vella (notamment quart de Babel), Théophile se dévoile, aussi profond dans l’introspection qu’acéré dans son regard sur l’époque.
 Un chanteur militant ? Pas exactement, mais il aurait choisi un métier d’engagement et d’attention aux autres s’il n’avait pas été musicien. Après tout, il a grandi à Rablay-sur-Layon, où un solide réseau associatif a piloté la mue culturelle et écologique du village. Ses chansons ressemblent à ses convictions : rien n’est jamais seulement noir ou blanc, tout est affaire de nuances, de petits pas patients vers la vérité, de compréhension profonde de l’humain. On a rarement l’occasion d’entendre un chanteur qui écoute autant autour de lui.

Ils en parlent déjà :

théophile,ep,interview,mandor

Elle (26 avril 2019)

theophile_morganroudaut__1930cc-759x500.jpg

(Photo : Morgan Roudaut)

IMG_2660.jpgInterview :

A 6 ans, directement, on t’a mis une guitare entre les mains.

Oui, mais j’ai toujours voulu faire de la musique. A la base, j’avais choisi le violon, ma mère a préféré que je joue de la guitare. Je m’y suis donc mis jusqu’à l’adolescence, période pendant laquelle j’ai fait une pause parce que j’avais autre chose en tête. J’ai recommencé à faire des chansons à 15 ans.

Avant de te lancer en solo, tu as monté un duo acoustique, Gram Astram, avec Hugo Séchet.

C’était une expérience très intéressante commencée au lycée et qui a duré 6 ans. On a joué dans plein de bars et cafés associatifs. C’est ce duo qui m’a lancé dans la musique.

Pourquoi vous êtes-vous séparés ?

Hugo est parti étudier dans une école de cinéma sur Nantes, nous n’avions donc plus trop le temps de nous voir… et puis, je pense qu’on avait fait le tour du projet. Il a monté le sien. On se suit toujours, mais chacun de notre côté.

Ce que vous faisiez à deux ne correspondait plus à tes ambitions?

J’avais surtout besoin de me construire seul.

Clip de "Laisse moi", réalisé par Baptiste Chevalier.

Tu as fait une école de son à Nantes. théophile,ep,interview,mandor

J’aime la musique, mais j’aime aussi la technique. Aujourd’hui, je suis technicien son.

Très vite, tu as su que tu allais faire ce métier ?

Je ne sais pas encore totalement si « chanteur » va être mon métier, car je continue aujourd’hui à faire de la technique. Pour le moment, je cumule ces deux activités. Je sens que les choses évoluent pour moi dans la musique, mais très doucement, alors je reste prudent. Ce qui est certain, c’est que je voulais prendre mon temps pour sortir un premier EP qui soit présentable de A à Z.

théophile,ep,interview,mandorTu as travaillé sur cet EP avec l’excellent réalisateur Nino Vella.

Nous sommes de la même région. On a commencé à travailler ensemble à Cholet, puis il a déménagé à Paris… on continue ici. Il a une oreille et une sensibilité hors du commun. Tous les deux, nous sommes tellement sur la même longueur d’onde qu’on est capable de faire une chanson par jour. C’est ce qu’il s’est passé avec les chansons de l’EP.

J’ai vu dans la bio qui te concerne que tu aimes Bashung. Il y a deux chansons dans laquelle tu dis le mot « Bijou », « Andy » et « Face cachée ». Clin d’œil à « Bijou bijou » ?

Bien joué, c’est la première fois que l’on me fait cette remarque, mais c’est vrai. C’était conscient dans « Andy », pas dans « Face cachée ».

Chez les français, tu aimes qui ?

J’écoute vraiment de tout. Ce sont surtout les paroles qui me touchent. Brel, Brassens, Thiéfaine étaient exceptionnels. Mais, au niveau du son, je suis très inspiré par ce qui est moderne. Je tente de mélanger les beaux textes et la musique d’aujourd’hui.

Clip officiel de "Pars".

Tu as beaucoup aimé Noir Désir, aussi. théophile,ep,interview,mandor

Je les ai beaucoup écouté, en effet. Très souvent, on me disait que ma voix et ma façon d’écrire étaient proches de celles de Bertrand Cantat. J’ai gommé cela, je crois. Il est difficile d’extirper de soi ses influences, mais c’est possible. Je crois que ce que je fais aujourd’hui me ressemble.

Tes textes sont poétiques, mais parfaitement compréhensibles.

Je ne veux pas écrire de textes trop hermétiques. Quand j’écoute une chanson, j’aime bien qu’elle soit poétique, mais il faut également que je comprenne le sens sans être obligé de l’écouter 50 fois. Après, cela n’empêche pas que l’on puisse y ajouter des doubles ou triples sens.

C’est amusant de penser à un sujet et de le rendre poétique pour en faire une chanson ?

C’est ce que j’adore faire. Cela donne une toute autre dimension à ce que l’on vit ou aux sentiments qu’on a envie de transmettre à quelqu’un. J’ai fait une chanson pour mon frère intitulée « Oiseau » et je lui dis des choses que je lui ai déjà dites, mais avec une toute autre ampleur. L’émotion est décuplée.

Enregistré en condition live, dans le hall de la salle 'La Vapeur' en novembre 2018.

théophile,ep,interview,mandorTu t’es fait connaître grâce à tes trois clips.

C’est comme ça que l’on procède aujourd’hui. La vidéo est très importante. Les gens regardent la vidéo avant d’aller écouter un titre… si la vidéo est mauvaise, ça donne une mauvaise connotation.

C’est quoi ta musique ?

De la pop un peu electro chantée en français.

Il y a de l’émotion dans ce que tu fais et un sens prononcé de la mélodie.

J’essaie de caler les bons mots sur la bonne mélodie.

Clip de "Face cachée" réalisé par Simon Junot-Pixel Procced.

Dans « Face cachée », tu parles de poète maudit. Tu ne te sens pas ainsi ?

Pas du tout. Pas déjà en tout cas (rires). Dans cette chanson, je veux dire que tout le monde porte un masque.

Tes chansons sont au départ assez noires, mais finissent avec de l’espoir.

Je n’écris pas pour me plaindre et faire des constats de choses qui me rendent tristes. J’essaie d’emmener une lueur d’espoir, voire une solution. Dans la vie, je suis très positif. Avant, j’étais assez torturé, maintenant, je le suis moins, même si je continue à me poser beaucoup de questions.

Tu te connais mieux, peut-être ?

C’est exactement ça. A la vingtaine, nous sommes toujours face à des paradoxes. Nous sommes tiraillés par plein de choses. On a des convictions qu’on ne peut pas toujours assumer… Quand on prend de l’âge, on prend du recul sur tout ça. On apprend à se connaître et on fait ce que l’on a envie de faire. Depuis deux ans, je suis devenu plus positif.

Clip de "Andy" réalisé par Hugo Séchet.

Parlons de la chanson « Andy ». Lors d’un concert dans la maison d’arrêt d’Angers organisé par théophile,ep,interview,mandorl’association Le Genepi, tu as eu l’occasion de jouer et de discuter avec des résidents pendant 2h, sans la présence de gardien. Andy a été le plus à l’aise pour parler de ses conditions de détention, de sa réalité face aux incarcérations. (Photo de droite : Richard Vella)

Ce moment était riche et touchant, or, j’écris sur les sentiments que j’éprouve à un moment donné. Cette rencontre devait être racontée par mon moyen de prédilection, la musique. J’ai vécu ce moment avec Hugo, du coup, il a fait le clip. J’ai posé plein de questions à Andy. « Est-ce que les conditions de détentions sont comme dans les films ? » par exemple. Le milieu carcéral est tellement mystérieux pour moi. Ce qui est fou, c’est qu’il s’était rangé depuis 7 ans et avait même créé une famille… mais il a été rattrapé par une histoire antérieure.

Tu lui dis dans la chanson que tu vas l’aider à « s’évader »… par l’esprit évidemment. Pour toi, les personnes emprisonnées ne sont pas que des prisonniers.

Quand on me demande « qui est Andy ? », je ne réponds pas que c’est un prisonnier. Son statut n’est pas « prisonnier », c’est un homme avant tout, qui a fait des conneries, et qui est détenu dans une prison. La nuance est importante.

Il sait qu’il y a une chanson sur lui ?

Je ne crois pas. Si jamais il l’entend et qu’il me contacte, j’en serai heureux, mais je ne ferai rien de mon côté pour qu’il le sache.

théophile,ep,interview,mandor

Le 24 juin 2019, en  première partie de Vanessa Paradis, à l'Olympia. (Photo : Sébastien Hoog).

théophile,ep,interview,mandorJe sens que le côté humain est important chez toi. Tu ne joues pas à l’artiste.

Je n’aime pas le décalage entre artistes et les autres corps de ce métier. Tout le monde doit être au même niveau. On se parle tous de la même façon.

Ce genre de discours, on le tient quand on n’est pas encore très connu. Le succès peut faire changer de comportement un artiste. Depuis 30 ans que je fais ce métier, je l’ai vu 1000 fois.

Ça dépend aussi du milieu dans lequel tu évolues. Je n’habite pas Paris et je ne fréquente pas d’autres musiciens. Je ne suis pas du tout showbiz. Quand je suis chez moi, sur Angers et Tours, je ne parle quasiment jamais de musique. Je ne traine qu’avec des éducateurs spécialisés.

Pourquoi avec des éducateurs spécialisés ?

Parce que ma copine l’est et que si je n’avais pas été musicien, je l’aurais été aussi.

IMG_2652.jpg

Pendant l'interview...

Tu fais aussi de la technique, ça doit te faire relativiser.

Oui, parce que je connais tous les rouages du métier. Je n’ai pas l’impression qu’un jour, je prendrai la grosse tête. Tu me le diras si tu trouves que si (rires).

Pour toi, l’évolution de ta carrière est encore un peu abstraite ?

On se projette et on a toujours des rêves, mais moi je vis vraiment le truc au jour le jour pour le moment. Je suis très heureux comme je suis aujourd’hui. Si ça évolue, c’est génial, mais je n’ai pas d’aspiration particulière. Je n’ai pas un profond désir de devenir une star. Je pense que si on a ce profond désir, on peut changer et devenir mauvais.

Tu te fais du bien quand tu écris ?

Bien sûr. C’est classique ce que je vais te dire, mais l’écriture est une thérapie. Tu sors les mots de ta tête et ça te fait évoluer.

1D0115B7-B1AE-4FD2-BA88-70E58692BBAE.JPG

Le 3 juillet 2019, après l'interview, au Sylon de Montmartre.

théophile,ep,interview,mandor